RSS

Archives de Tag: votre ordinateur

Un brevet américain confirme la manipulation possible du système nerveux humain par votre ordinateur et votre téléviseur

La TV abruti la population et créé une masse de veaux faciles à manipuler, ça c’est certain … Elle permet d’exercer une forme de contrôle mental . 

« Ce que nous vendons à Coca Cola, c’est du temps de cerveau humain disponible ». (l’ancien président de TF1 Patrick Le Lay )

Regarder la télé plus de 3h par jour entraînerait des problèmes cognitifs . L’abus de télévision peut nuire au cerveau, et à la santé mentale.   

Après il y a aussi la question des champs électromagnétiques, notre cerveau est un organe bioélectrique comme rappelé ici, qui produit un champ électromagnétique . Donc il est sensible aux interactions avec les champs électromagnétiques issus des technologies .

Ça peut avoir des impacts sur la santé, mais on peut aussi imaginer beaucoup plus … 

Z  

Il est difficile de trouver la moindre information sur un seul «Hendricus G. Loos», malgré le fait qu’il a déposé plusieurs demandes de brevets, avec succès, pour des appareils qui traitent de la manipulation du système nerveux humain via un écran d’ordinateur ou un écran de télévision. Dans le texte, il explique ce qui suit :

«Des effets physiologiques ont été observés chez un sujet humain en réponse à une stimulation de la peau par de faibles champs électromagnétiques pulsés à certaines fréquences près de ½ Hz ou 2,4 Hz, de manière à exciter une résonance sensorielle. De nombreux écrans d’ordinateur et tubes de télévision, lorsqu’ils affichent des images pulsées, émettent des champs électromagnétiques pulsés d’une amplitude suffisante pour provoquer une telle excitation. Il est donc possible de manipuler le système nerveux d’un sujet par des images pulsées affichées sur un écran d’ordinateur ou un téléviseur à proximité. Dans ce dernier cas, l’image pulsée peut être incorporée dans le matériel du programme, ou elle peut être superposée en modulant un flux vidéo, soit comme signal RF, soit comme signal vidéo. L’image affichée sur un écran d’ordinateur peut être pulsée efficacement par un simple programme informatique. Pour certains moniteurs, des champs électromagnétiques pulsés capables d’exciter des résonances sensorielles chez des sujets proches peuvent être générés même lorsque les images affichées sont pulsées avec une intensité subliminale

Ce qui est inquiétant à ce sujet, comme l’explique la demande de brevet, c’est que même un pouls très faible peut avoir des effets néfastes sur le système nerveux humain.

Il décrit ensuite que la variabilité et la force du pouls peuvent être contrôlées par logiciel, et explique comment, en ce qui concerne un écran d’ordinateur, des DVD, des bandes vidéo et plus encore, et aussi comment il peut être contrôlé à distance depuis un autre endroit.

Ce qui est peut-être le plus préoccupant, c’est ceci :

«Certains moniteurs peuvent émettre des impulsions de champ électromagnétique qui excitent une résonance sensorielle chez un sujet proche, par des impulsions d’image si faibles qu’elles sont subliminales. C’est malheureux, car cela ouvre la voie à une application malicieuse de l’invention, où les gens sont exposés sans le savoir à la manipulation de leur système nerveux pour le compte d’autrui. Une telle application serait contraire à l’éthique et n’est évidemment pas recommandée. Il est mentionné ici afin d’alerter le public sur la possibilité d’abus cachés qui peuvent se produire en étant en ligne, ou en regardant la télévision, une vidéo, ou un DVD.»

L’application regorge d’exemples cités selon lesquels «le système nerveux d’un sujet peut être manipulé par des impulsions de champ électromagnétique émises par un écran CRT ou LCD voisin qui affiche des images à intensité pulsée».

Notre système nerveux contrôle tout dans notre corps, y compris le cerveau. Il s’agit d’un réseau de nerfs et de cellules qui transportent des messages du cerveau et de la moelle épinière vers diverses parties du corps, et ce n’est un secret pour personne que le gouvernement des États-Unis, entre autres, a une longue histoire d’expériences sur des êtres humains pour le contrôle mental. La télévision pourrait-elle être une tactique de contrôle de l’esprit ? Cela expliquerait pourquoi tant de gens croient des histoires et des explications d’événements qui leur sont présentés par les médias grand public, instantanément, sans même se poser de questions.

Dans certains cas, nous sommes faits pour idolâtrer ce que nous voyons à la télévision, comme des célébrités, et imiter le comportement et les désirs.

Parfois, une perspective étayée par des preuves, qui va complètement à l’encontre de l’histoire et de l’information que nous recevons des médias grand public, est jetée dans le «domaine de la conspiration». C’est dangereux, en sommes-nous arrivés à un point où nos téléviseurs pensent pour nous ? Pourraient-ils utiliser les techniques d’impulsion décrites ci-dessus pour influencer nos pensées, nos comportements et nos perceptions ?

Compte tenu de ce que nous savons de nos gouvernements et des mesures contraires à l’éthique qu’ils ont prises tout au long de l’histoire, ce n’est pas vraiment hors de question.

Il y a une raison pour laquelle les avions et les hôpitaux interdisent l’utilisation des téléphones cellulaires, c’est parce que leurs transmissions électromagnétiques interfèrent avec des appareils électriques vitaux. Le cerveau n’est pas différent, c’est un organe bioélectrique extrêmement complexe qui génère des champs électriques. Les scientifiques peuvent en fait contrôler les fonctions cérébrales grâce à la stimulation magnétique transcrânienne (SMT), une technique qui utilise de puissantes impulsions de rayonnement électromagnétique émises dans le cerveau d’une personne pour bloquer ou exciter certains circuits du cerveau.

C’est le même genre de chose que décrit dans le brevet, alors dans quelle mesure nos écrans d’ordinateur et de télévision le font-ils ? C’est pourquoi, par exemple, lorsque quelqu’un allume sa Playstation Sony, l’écran l’avertit de lire les informations importantes sur la santé avant de jouer. La recherche a également montré que les simples transmissions par téléphone cellulaire peuvent affecter de façon significative les ondes cérébrales d’une personne, ce qui à son tour conduit à des effets sur son comportement également.

«Les radiations électromagnétiques peuvent avoir un effet sur le comportement mental lorsqu’elles sont transmises à la bonne fréquence.» – James Horne, du Loughborough University Sleep Research Centre (source)

De plus, des centaines de scientifiques se sont réunis et sont en train de sensibiliser les Nations Unies aux effets des rayonnements électromagnétiques sur la santé et d’adresser des pétitions aux Nations Unies à ce sujet. Ils ont été liés au cancer, et il a été démontré qu’ils manipulent notre ADN.

L’initiative a été lancée par Martin Blank, Ph.D., du Département de physiologie et de biophysique cellulaire de l’Université de Colombie, qui s’est joint à un groupe de scientifiques du monde entier pour lancer un appel international aux Nations Unies concernant les dangers associés à l’utilisation de divers dispositifs émetteurs électromagnétiques, comme les téléphones portables et le Wi-Fi.

Le Dr Martin Blank, du Département de physiologie et de biophysique cellulaire de l’Université Columbia, a déclaré dans un message vidéo qu’ils endommagent les cellules vivantes de notre corps et tuent beaucoup d’entre nous prématurément.

«Nous avons créé quelque chose qui nous fait du mal, et ça devient incontrôlable. Avant l’ampoule d’Edison, il y avait très peu de rayonnement électromagnétique dans notre environnement. Les niveaux actuels sont beaucoup plus élevés que le rayonnement naturel et augmentent rapidement à cause de tous les nouveaux appareils qui émettent ce rayonnement.»

Cette information est un effet distinct sur le corps du contrôle de l’esprit, mais il est quand même important de le mentionner et d’y apporter de la lumière.

Non seulement nos appareils électroniques surveillent, surveillent et enregistrent tout ce que nous faisons, mais ils peuvent aussi influencer notre comportement, nos perceptions, nos pensées et nos sentiments à grande échelle, mais qui sait vraiment si «les pouvoirs en place» utilisent ces appareils pour contrôler notre esprit, tout comme ils les utilisent pour surveiller.

Ne vous méprenez pas, il n’est pas difficile de voir comment les entreprises utilisent la télévision pour influencer notre comportement et nos perceptions, mais peut-être qu’elles, et d’autres autorités, sont en train de changer les choses, comme nous l’avons mentionné ci-dessus, et de manipuler notre système nerveux à dessein pour leur propre profit personnel, et le font sciemment.

Chamath Palihapitiya, vice-président chargé de la croissance des utilisateurs de Facebook avant de quitter l’entreprise en 2011, a déclaré : «Les boucles de rétroaction à court terme, dictées par la dopamine, que nous avons créées détruisent le fonctionnement de la société. . . . Pas de discours civil, pas de coopération, mais de la désinformation et du mensonge

Quand il s’agit de contrôle mental, le projet MK ultra était le bébé de la CIA. On croit généralement que seul le LSD a été utilisé sur des sujets humains, mais ce n’était qu’un programme parmi d’autres. Comme la Cour Suprême des Etats-Unis l’a mis en lumière en 1985, MK ultra consistait en 162 projets secrets différents qui étaient indirectement financés par la CIA, et sous-traités à plusieurs universités, fondations de recherche et institutions similaires. La majorité des enregistrements de MK Ultra ont été détruits et n’ont jamais été vus.

Peut-être que la programmation télévisuelle faisait-elle partie du programme MK Ultra ?

Observations finales :

Il est difficile d’imaginer que nous pourrions être manipulés et utilisés autant à des fins de profit, de contrôle et d’autres objectifs, mais c’est une réalité à laquelle nous devons faire face. Il y a d’innombrables exemples de cela tout au long de l’histoire jusqu’à nos jours, et tous les aspects de la vie humaine semblent être contrôlés par un groupe sélect de très peu de personnes, de la santé à la finance, l’éducation, le divertissement, la grande cuisine et plus. Nous sommes devenus des outils pour leur utilisation, et nos pensées, nos comportements et nos perceptions, pour la plupart, semblent être les mêmes. S’ils sont un peu différents, ou s’ils ne correspondent pas vraiment au cadre, on peut instantanément être étiqueté, ou devenir un «paria social».

Il ne fait aucun doute dans mon esprit que notre télévision et d’autres appareils électroniques ont des effets néfastes sur la santé et qu’ils ont ou peuvent avoir des effets sur notre système nerveux de plusieurs façons différentes. La science est claire à ce sujet, mais ce qui n’est pas si clair, c’est l’idée qu’il y en a d’autres qui utilisent ces techniques, sciemment, pour contrôler notre esprit.

D’après toutes mes recherches sur le contrôle de l’esprit, les mesures que nos gouvernements ont prises et dans quelle mesure ils les ont prises, je serais surpris si la télévision ne faisait pas partie du programme MK ultra.

C’est une autre bonne raison de passer moins de temps devant votre écran et plus de temps avec un livre ou à l’extérieur, ou avec votre famille et vos amis. S’il y a une chose qui est sûre, c’est que nos écrans nuisent à notre santé de plusieurs façons différentes.

Source : https://govtslaves.info/2018/10/07/us-patent-6506148-b2-confirms-human-nervous-system-manipulation-through-your-computer-tv/ et https://patents.google.com/patent/US6506148

Source et Traduction : ExoPortail

Publicités
 
7 Commentaires

Publié par le 6 novembre 2018 dans général, Nouvel ordre mondial, société

 

Étiquettes : , , , , , , , ,

Conseil de Snowden : collez un sparadrap sur la caméra de votre ordinateur ! (et de votre téléphone)

Comme je le rapportais hier, Snowden a sollicité la grâce du président Obama pour pouvoir éviter la prison, souhaitant rentrer aux Etats-Unis. Cette demande va de pair avec une pétition organisée par des ONG américaines soutenant Snowden : Amnesty International, l’American Civil Liberties Union (ACLU) et Human Rights Watch (HRW). (cf vidéo)

Et ça irrite les russes, qui pointent le lien entre la Fondation Soros, organisation tentaculaire encore une fois dans la partie, et les ONG américaines soutenant Snowden :

Soros, dont les ONG ont été dernièrement expulsées de Russie finance régulièrement l’American Civil Liberties Union (ACLU) On note par exemple près de $11 millions entre2005 et 2009, $50 millions en2014, etc, il finance également massivement Human Rights Watch, HRW semblant d’ailleurs être tout simplement une « association entre Soros et le Département d’Etat US« .

Pour résumer, on a donc un « traitre américain » qui demande et obtient l’asile politique en Russie et qui 3 ans plus tard reçoit le soutient d’ONG liées directement au gouvernement américain, financées par un individu appellant clairement à la guerre contre la Russie où il finance les mouvements d’opposition, pour rentrer au pays. (Snowden: La fin du mytheRusseinfo.ru)

C’est une situation paradoxale, car pendant ce temps les conseils de Snowden continue de se diffuser,  ainsi que des informations pratiques pour contrer les pratiques de la NSA .

On sait tous qu’il faut masquer les caméras où qu’elles soient autour de nous (téléphones , ordinateurs etc) , Snowden confirme :

* L’encodage vraiment efficace, si ça l’est vraiment, n’est accessible qu’à un nombre extrêmement restreint de personnes. Donc, pour le commun des utilisateurs que nous sommes, soyons assurés que toutes nos données sont répertoriées dans des bases de données.

Vous préférez ne pas être surveillé ? Ce qui se trouve sur votre disque dur est confidentiel et personne ne doit y accéder ? Il vous faut alors suivre les recommandations d’Edward Snowden. L’ancien agent de la NSA s’y connaît en sécurité informatique.

Le nouveau film d’Oliver Stone « Snowden » lève le voile sur certaines manipulations secrètes faites par le héros principal lors du tournage, comme par exemple le collage d’un sparadrap sur les cameras des laptops, afin de bloquer la surveillance des services spéciaux. Une méthode qui pourrait s’avérer tout aussi utile pour un utilisateur privé.*

« C’est simple. Si vous utilisez, par exemple, un sparadrap, il ne n’endommagera pas votre ordinateur. Si vous avez besoin de l’utiliser (la caméra, ndlr.), décollez tout simplement la bande », indique Edward Snowden.

Il est également conseillé de ne pas utiliser le même mot de passe pour plusieurs sites Web, car après que l’un d’entre eux est craqué, le mot de passe volé peut être appliqué à différentes ressources et réseaux sociaux.

Quant aux écoutes téléphoniques, l’ancien agent de la NSA recommande les programmes d’encodage.

« Vous pouvez utiliser des programmes de communication cryptés pour les appels qui sont maintenant gratuits », a-t-il dit. Il a également conseillé d’installer des programmes de blocage de publicités et un antivirus. Pourtant, il ne faut pas oublier que toutes ces recommandations peuvent être appliquées pour se protéger contre le piratage, mais malheureusement pas contre les services secrets. « Cela n’aidera pas à contrer l’Agence nationale de sécurité (NSA) », affirme l’ancien agent, ajoutant que « pour empêcher la NSA d’espionner, la meilleure chose qui pourrait être faite dans ce cas, c’est par le biais du processus politique ».

 
 

Étiquettes : , , , , , ,

D’ici 10 ans votre ordinateur aura un cerveau ! (puces neuromorphiques)

C’est ce qu’a toujours essayé de faire l’informatique depuis VON NEUMANN, c’est comme ça qu’est né l’ordinateur : imiter le cerveau humain . Mais là avec les puces neuromorphiques, on entre dans un autre niveau : d’ici 10 ans à peine, notre ordinateur, aura un cerveau  … Z .

Hier, nous avons vu qu’une des voies les plus prometteuses pour accroître la puissance de nos ordinateurs et autres objets connectés tout en faisant baisser leur consommation d’énergie était d’imiter le fonctionnement du cerveau. Ainsi sont nées les puces neuromorphiques.

La puce neuronale, le nouveau graal
Le potentiel de ces puces est énorme. Gouvernements, entreprises et agences de recherches ont donc mis de l’argent – et souvent beaucoup – sur la table pour développer des puces neuromorphiques.

La Defense Advanced Research Projects Agency (DARPA), l’agence de la Défense américaine chargée de la recherche, a ainsi investi 53 millions de dollars dans le projet de puces neuronales SyNAPSE coordonné par IBM.

En 2014, Big Blue a ainsi présenté TrueNorth, une puce de 4,3 cm2 intégrant un million de neurones artificiels et 256 millions de synapses

En 2014, Big Blue a ainsi présenté TrueNorth, une puce de 4,3 cm2 intégrant un million de neurones artificiels et 256 millions de synapses. La consommation de TrueNorth (70 mW) est en outre mille fois moindre que celle d’une puce classique aux performances identiques.

Pour ce projet, IBM a fait le choix du totalement numérique, ce qui rend ses puces plus facilement programmables. En effet, deux voies s’offrent pour les développeurs de puces neuronales. Soit le totalement numérique, soit l’introduction en outre de l’analogique, ce qui rend les puces plus proches de notre cerveau. Le numérique se contente d’une information binaire (soit il a y communication entre deux neurones, soit il n’y a pas communication). L’analogique prend quant à lui en compte l’intensité de l’échange entre deux neurones.

L’Europe s’est quant à elle lancée dans Human Brain Project, alliant numérique et analogique. Ce projet à 1 milliard d’euros est censé parvenir à simuler le fonctionnement du cerveau humain et ses 100 milliards de neurones d’ici une décennie

L’Europe s’est quant à elle lancée dans Human Brain Project, alliant numérique et analogique. Ce projet à 1 milliard d’euros est censé parvenir à simuler le fonctionnement du cerveau humain et ses 100 milliards de neurones d’ici une décennie, et ce grâce à un supercalculateur capable de réaliser 1 exaflop (10 puissance 18) d’opérations à la seconde. Si le projet est essentiellement orienté vers les neurosciences, les avancées techniques nécessaires pour la simulation du cerveau humain devraient permettre de donner un coup de fouet aux puces neuromorphiques.

Un cerveau dans votre ordinateur, c’est pour quand ?
L’importance des sommes engagées dans ce projet est à la hauteur des enjeux aussi bien scientifiques qu’économiques. Le chemin va encore loin avant la simulation d’un réseau de neurones similaire à celui contenu dans un cerveau humain.

Tout récemment, une équipe de chercheurs allemands et japonais sont parvenus à simuler une infime partie de notre cerveau – 1%. Une simulation qui a demandé 40 min de calculs au supercalculateur K de Fujitsu, qui dispose pourtant de 83 000 processeurs et de 1,4 million de giga-octets de mémoire vive. Autant dire qu’aucune simulation complète de notre cerveau n’est envisageable avant une bonne dizaine d’année.

Ce qui n’empêche pas les chercheurs de faire des avancées régulières en la matière. Pour des entreprises comme Google ou Facebook, les puces neuronales pourraient être la réponse à leurs besoins croissants, par exemple en matière de reconnaissance d’image.

Les puces neuromorphiques pourraient ainsi faire rapidement leur apparition dans vos smartphones

Les puces neuromorphiques pourraient ainsi faire rapidement leur apparition dans vos smartphones. Alors que leurs systèmes d’exploitation ne cessent de s’alourdir et que les applications de nos téléphones ou de nos tablettes se multiplient, se pose la question de l’autonomie de leur batterie. Des puces neuromorphiques, bien moins énergivores, pourraient être la solution pour prolonger de plusieurs heures l’autonomie de ces batteries.

Des besoins bien compris par les fabricants de puces. Si le TrueNorth d’IBM semble a priori plutôt destiné à des usages stratégiques ou encore aux supercalculateurs, d’autres entreprises travaillent sur des puces neuromorphiques « grand public ». C’est par exemple le cas de Qualcomm qui a présenté en 2013 sa première puce « cognitive », le Zeroth. Celle-ci devait être commercialisée – et intégrée à des smartphones, en 2014… puis en 2015. Nous attendons toujours.

La startup française Global Sensing a quant à elle développé la Smart Neurocam intégrant 1 024 neurones et que la société espère faire rapidement cohabiter avec un ordinateur « classique ».

– See more at: http://quotidienne-agora.fr/2015/02/24/puce-neuromorphique-neuronale-smartphones/#sthash.JQxxN9LM.dpuf

 
Poster un commentaire

Publié par le 25 février 2015 dans économie, général, Sciences, société

 

Étiquettes : , , , , , , , ,

Les pirates capables de voler des données même si votre ordinateur n’est pas connecté à Internet !

Les pirates informatiques peuvent voler les données de votre ordinateur même s'il est déconnecté et éteint

Atlantico.fr/Michel

Ça il y a longtemps que je vous en parle , idem pour le smartphone fermé …

Lorsque des institutions gouvernementales ou des entreprises souhaitent stocker des informations confidentielles, elles utilisent le plus souvent un réseau en « air-wall », déconnecté d’internet, et isolé de toute connexion extérieure. Récemment pourtant, plusieurs chercheurs de l’université Ben-Gurion en Israël ont démontré qu’il était possible, une fois ce réseau contaminé par un virus spécifique, d’en récolter les données.

Atlantico : Bien que les particuliers soient sans doute moins la cible de ce type d’attaque informatique, sont-ils tout aussi vulnérables ?

Michel Nesterenko : Tout ordinateur est potentiellement vulnérable. Mais les connaissances et la technologie nécessaire pour réussir un tel vol de données font que seules les ordinateurs dans lesquels sont stockés des données stratégiques ou des données commerciales de grande valeur sont vraiment à risque. Donc le consommateur normal n’a pas de grand souci à se faire.

Du temps de la Guerre Froide dans les années 60 les espions américains et russes pouvaient voler toutes les informations passant sur l’écran d’un ordinateur à partir du van stationné dans la rue. C’est pour cela que certains ministères à Washington avaient blindés l’enveloppe extérieure des ordinateurs détenant des données sensibles de façon à empêcher toute émanation électromagnétique.

Jean-Paul Pinte : En tant que particuler, nous sommes encore plus vulnérables à ce type d’attaque ou d’infiltration qui, une fois installé sur une machine, permet d’y revenir et de se servir. Nous avons en effet moins pensé la sécurité de nos données par rapport à une entreprise par exemple, mais le risque demeure le même, il est même plus grand. Le ver installé sur un PC, il est en effet possible de faire ce que l’on veut, de s’installer confortablement et d’y revenir à sa guise. Une des seules façon de pirater un PC éteint serait d’être en rapport avec la C-MOS et nécessiterait donc un accès (…)lire la suite sur Atlantico

 
Poster un commentaire

Publié par le 9 décembre 2014 dans général

 

Étiquettes : , , , , , , , ,

 
%d blogueurs aiment cette page :