RSS

Archives de Tag: Visite

Macron hué et insulté lors d’une visite surprise au Puy-en-Velay … se fait poursuivre par la foule !

J’aime bien l’OBS : « Certaines personnes ont rattrapé le convoi présidentiel, pour ‘INVITER’ Macron à démissionner » !! LOL 

Macron dans sa voiture qui se fait poursuivre par la foule au puy en velay : 

 

Publicités
 
Poster un commentaire

Publié par le 6 décembre 2018 dans général, société, Vidéos (Toutes)

 

Étiquettes : , , , , , , , , , ,

« Visite des Ruchers de Normandie ! Un apiculteur répond à nos questions !

ruche 2
Ça c’est bien joué : je supporte ce genre d’initiatives ! On a toujours soutenu la cause des abeilles, car c’est ça aussi la résistance, et c’est bien que de plus en plus de monde s’en préoccupe .

Notez que Le ministre de l’Agriculture ne va pas interdire le glyphosate . Stéphane Le Foll s’opposait déjà à l’interdiction des Néonicotinoïdes .

Dans une ITW récente il a nié faire le jeu des lobbies … : ah bon, alors pourquoi il s’oppose ??!!

 Z  

Mes chères contrariennes, mes chers contrariens !

Il fait beau, c’est le week-end, nos campagnes sont luxuriantes, et depuis des années je lis des articles concernant la disparition de nos abeilles qui jouent un rôle considérable dans l’ensemencement et la fécondation des plantes. Alors évidemment, j’avais très envie de pouvoir rencontrer un apiculteur et découvrir son métier, et surtout savoir ce qu’il pense de la situation et quelle est la réalité des choses.

Nous avons donc été reçus avec une grande gentillesse hier dimanche par Mélanie et Florent Maugeais, apiculteurs, bâtisseurs de leur propre main des Ruchers de Normandie. Pour vous donner une idée, ils possèdent 550 ruches, 230 ruchettes pour le renouvellement du cheptel et produisent 10 tonnes de miel les mauvaises années et 20 tonnes les très bonnes années, avec une moyenne annuelle de 15 tonnes.

Une piqûre d’abeille, ça fait mal…

Au moins, maintenant je sais de quoi je parle, et il valait mieux que ce soit moi qui prenne plutôt que ma femme… Ou bien sûr les enfants. Car nous y sommes allés en famille. D’ailleurs, pour ceux qui habitent Paris, la Normandie c’est grand. Le citadin en oublie tout simplement l’étendue de notre territoire et de nos campagnes. La ville limite l’horizon.

Bref, je me suis fait piquer… et je n’ai rien fait pour mériter ça. Même Florent notre apiculteur en a convenu. On a beau vous dire que fumer tue… vapoter vous fait piquer par les abeilles. Je vous explique.

Nous nous approchons d’une ruche. Florent allume une cigarette, souffle légèrement sa fumée vers la ruche, cela apaise les abeilles, il ouvre la ruche (avec une simple « clope ») écarte délicatement une ou deux abeilles, et plonge son doigt… dans le miel !! Pensez donc, après avoir fait un truc pareil, je pensais ne rien risquer… et voilà-t-y pas qu’une abeille me fonce dessus. Enfin moi je n’ai rien vu venir, c’est Florent qui, lui, a tout de suite compris que cette abeille n’était pas contente et qu’elle allait me piquer moi… Il m’a bien prévenu, « Haaa…. Ça va faire mal ». Je confirme, ça fait mal (d’ailleurs on est le soir, et j’ai toujours mal). Comme dit Florent, pour ceux qui ne se sont jamais fait piquer, les produits que l’on vend ne marchent pas et ne servent à rien, il faut serrer les dents, ça passe au bout de quelques minutes (c’est vrai) et il ne faut surtout pas toucher sinon ça recommence à faire encore plus mal car en touchant, on étale le venin (c’est vrai aussi, vu que je n’ai pas réussi à m’empêcher de toucher le point d’impact… situé dans l’oreille).

Bon, en résumé, la fumée d’une clope calme les abeilles, pas celle des vapoteuses… Conclusion, ne vapotez jamais à côté de 550 ruches… Bon, je sais, mon approche ne vaut rien scientifiquement !! Au fait, ses 550 ruches et ses 230 ruchettes représentent… plus de 20 millions d’abeilles, soit largement plus que le nombre de franciliens. Alors ne me faire piquer qu’une seule fois en ayant fréquenté 20 millions d’abeilles, c’est statistiquement insignifiant… Enfin ça, c’est l’argument de Florent, moi personnellement j’ai mal mais ma femme m’empêche de faire « mon parisien », mais faites gaffe, la campagne c’est dangereux !!

ruche 1

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ça c’est une ruche, une ruche de pro… pas une jolie petite maisonnette pour apiculteur amateur (indispensable évidemment) mais qui n’ont pas les mêmes besoins techniques. Lorsque l’on est un apiculteur professionnel, il faut pouvoir empiler les ruches, les déplacer et les transporter. Parce que pour vous faire du miel de tilleul… Il faut trouver du… tilleul. C’est la même logique avec l’acacia. Donc l’apiculteur va devoir par exemple jouer sur l’emplacement de ses ruches (un endroit où il y aura tout plein d’acacias) et le moment de la floraison en installant ses ruches au bon endroit au bon moment pour que les abeilles récolent… dans les bonnes fleurs.

Une ruche comment ça marche… Avant une reine vivait 3 ans. Désormais 1 an c’est déjà bien !

Ça marchait bien mais cela marche de plus en plus mal. Pour Florent, le constat est sans ambiguïté. Avant les reines vivaient environ 3 ans. Aujourd’hui une reine vit 1 an. Elle peut vivre plus longtemps mais dans un mauvais état de santé. Cela conduit les apiculteurs à les tuer eux-mêmes car une reine qui dégénère amène la dégénérescence de la colonie tout entière.

Une abeille ouvrière, elle, vit de 50 à 60 jours en fonction de la masse de travail qu’elle va fournir. Le travail de l’abeille ouvrière c’est le « butinage », et le butinage est épuisant pour elle. Pour les salariés humains, c’est la même chose. Si votre travail est physiquement éreintant, votre espérance de vie diminue. Il n’y a que la propagande patronale pour vous faire chanter « le travail c’est la santé ». N’oubliez pas la suite de cette chanson « et ne rien faire la conserver » !!

Enfin, il y a un troisième type d’abeille (oui, oui je peux vous dire que j’en ai appris des choses et que je serais bien resté encore plus longtemps à bavarder), l’abeille d’hiver. L’abeille d’hiver se fait littéralement gaver de nectar. Son travail est indispensable puisqu’à la sortie de l’hiver, c’est elle qui va relancer la colonie. Sans facteur limitant (pollution, maladie, vers, etc.) elle peut vivre 245 jours.

Les causes de tous les problèmes ? Plusieurs facteurs !

Il est difficile d’être péremptoire et d’affirmer contrairement à ce que l’on croit que l’on ne doit incriminer que les produits phytosanitaires… en clair, les pesticides. Évidemment, ils sont particulièrement nocifs pour les essaims d’abeilles mais il faut bien comprendre le mécanisme.

Un produit chimique va obtenir une autorisation de mise sur le marché après des études purement théoriques ou presque sur sa toxicité. Il y a des conditions dites « standards ». Le produit x sera autorisé car sans danger pour les abeilles lorsqu’il traite le blé par exemple. Sauf que dans la réalité, les choses se passent tout différemment. En me montrant un champ voisin, Florent m’indique que ce champ est unique. Unique de par sa combinaison. Ce champ, depuis 20 ans, a reçu des cultures et des traitements. Cela en fait donc un «écosystème chimique » à part entière totalement différent du champ voisin qui, en ayant reçu d’autres cultures et donc d’autres traitements, aura une toxicité différente pour les abeilles et de façon générale pour tous les animaux.
Il est donc très difficile d’établir des responsabilités de façon claire. Et d’ailleurs mon point de vue sur ce type de sujet c’est que les industriels, quels que soient les secteurs, organisent consciemment et sciemment ce que je nomme une chaîne d’irresponsabilité. L’objectif : faire en sorte de diluer les responsabilités pour ne pas avoir à assumer les coûts sociaux, humains, ou environnementaux de leur activité. Regardez le cas particulièrement édifiant des producteurs de textile à bas coût au Bangladesh. Les usines s’effondrent sur les ouvriers sans que cela n’émeuvent les donneurs d’ordres occidentaux.

Autre facteur, le varroa.

Le varroa est le seul genre de la famille des varroidae. Cet acarien parasite les abeilles et fait partie des causes possibles ou favorisantes du syndrome d’effondrement des colonies d’abeilles.

La femelle du varroa présente une forme elliptique, trapue, plus large que longue. Elle mesure de 1 à 1,2 mm sur 1,5 à 1,8 mm, ce qui la rend parfaitement visible à l’œil nu.

Les mâles vivent exclusivement dans les cellules du couvain de l’abeille, alors que les femelles se rencontrent aussi sur l’abeille adulte, dans et à l’extérieur de la ruche. Seules les femelles sont capables d’hiverner.

Le cycle de reproduction de varroa se déroule exclusivement dans le couvain.

Ce parasite va affaiblir les colonies et rendre les abeilles beaucoup plus vulnérables aux virus comme les APV, CPV ou ABPV qui peuvent être mortels pour les abeilles.

Voilà à quoi ressemble un varroa… C’est laid…

varroa

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Enfin, dernier facteur : la baisse alarmante de la biodiversité…

Nous roulions à travers champs pour atteindre les Ruchers de Normandie et je montrais par la fenêtre au petit dernier les coquelicots tout rouges, tout en faisant remarquer à mon épouse qu’il n’y en avait pas beaucoup. Il y a 30 ans, enfin presque 40, quand j’avais son âge, les coquelicots bordaient nos routes par millions… Aujourd’hui, ce sont quelques taches rouges. Quelques coquelicots survivants et résistants aux pesticides déversés par tonnes par l’agriculture intensive.

Le résultat est visible à l’œil nu par chacun de nous, les plus de 40 ans, si nous faisons l’effort de nous souvenir comment c’était quand nous étions enfants.

Bref, plus de bleuets, plus de coquelicots, une diversité florale en forte baisse et donc pour les abeilles une mauvaise nourriture, une nourriture pas variée.

C’est comme l’être humain. Mangeons que des frites… uniquement des frites. Nous allons vite mais alors très vite d’abord dépérir puis mourir en raison de nos carences alimentaires. Il en est de même pour les colonies d’abeilles.

Alors que j’évoquais les pics de pollution parisiens, Florent m’a indiqué que contrairement à ce que l’on pouvait penser, ses abeilles supportaient plutôt bien cette pollution et qu’il ne notait aucune augmentation des problèmes ou de la mortalité de ses colonies liée à cette pollution atmosphérique.

Pour résumer, pesticides, parasites et maladie et baisse de la biodiversité expliquent le carnage que nos apiculteurs vivent tous les jours avec leurs essaims.

Pourtant, l’abeille et les animaux pollinisateurs sont essentiels. Pour celles et ceux qui auraient oublié leurs cours de science naturelle (SVT de nos jours), sachez que le pollen c’est un peu l’équivalent des spermatozoïdes chez l’homme. Or ce sont les abeilles qui vont assurer la fécondation des plantes en transportant justement sur leurs pattes, en butinant et en passant d’une fleur à l’autre, ces pollens et permettre la fécondation et donc la reproduction des plantes.

Sans animaux pollinisateurs, la nature en quelques mois deviendrait tout simplement stérile.

Comment fait-on le miel ?

Je vous invite à rentrer dans l’atelier de Mélanie & Florent. C’est moderne. Et pour cause, leur ancien hangar qu’ils avaient mis des années à construire est parti en fumée lors d’un incendie qui a tout ravagé et qui fût visible à 20 kilomètres à la ronde. Mal assuré comme beaucoup de nos agriculteurs et de nos apiculteurs, ils ont failli ne pas sauver leur exploitation.

Le principal problème du miel… c’est l’humidité ! Plus un miel sera humide, moins il se conservera longtemps et moins il sera bon. C’est facile à voir, il est… liquide. Or le miel, même liquide, doit s’écouler doucement car il a une certaine viscosité.

C’est pour cette raison que Florent est en train d’aménager une salle de déshumidification dans son atelier pour lui permettre de mieux gérer l’humidité des miels qu’il produit car, si dans le sud-est de la France les abeilles arrivent à sécher leur miel facilement, ce n’est pas aussi facilement le cas dans le nord pluvieux comme peut l’être une région comme la Normandie. Ci-dessous, la zone atelier pure, réparation et bricolage de tout ce qui se répare et se bricole… de la ruche aux cadres.

ruche 3 atelier

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Une salle de déshumidification c’est en gros des ventilateurs ainsi que des grilles chauffantes et une circulation d’air. Les miels y restent de 24 à 48 heures en fonction du taux d’humidité.

ruche 4 déshumidification

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Mais lorsque l’on retire les cadres, il peut rester quelques abeilles… Il faut donc leur permettre de sortir de cette salle. Et c’est la raison d’être de cette petite fenêtre qui servira « d’issue de secours » aux abeilles pour rejoindre leur colonie et ne pas finir asséchées dans d’horribles souffrances !!

ruche 5 sortie de secours

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

C’est sur cette machine que l’on va poser les cadres des ruches. Récolter la cire. Récolter le miel. C’est la plus grosse machine de l’atelier. Vous y voyez le patron à l’ouvrage légèrement à contre-jour, j’ai plus de talent pour l’écriture que pour la photographie, mais le cœur y est !!

ruche 6 convoyeur florent

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ici, Florent a mis un cadre pour illustrer le fonctionnement de sa machine.

ruche 7 convoyeur cadre sire

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les cadres sont rangés dans cette espèce de centrifugeuse et par simple application de la force centripète, le miel va être récupéré et couler après doucement dans un bas de récupération.

ruche-7-centrifugeuseok

Et c’est ce miel qui sera mis en bocaux évidemment ou préparé pour faire du nougat artisanal, des confitures ou encore du caramiel (une recette unique et dont mon bonhomme de 7 ans raffole particulièrement).

C’est Mélanie qui s’occupe de toutes ces préparations, sauf du nougat laissé à Florent pour sa fabrication.

Voici leur chaudron magique… Ça ne se voit pas trop sur la photo mais il est énorme, il y a de quoi y faire mijoter mes 3 petits monstres…

ruche 8 le chaudron magique

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Florent est trésorier de l’association Nationale des Éleveurs de Reines et des Centres d’Élevage Apicoles (ANERCEA) !!

Bon je sais, c’est un peu long comme nom d’association… mais cela veut bien dire ce que ça veut dire. Nous n’avons pas rencontré uniquement un couple qui « fait du miel ». Nous avons rencontré un couple de passionnés et de bâtisseurs. Nous avons aussi rencontré un couple pour qui la transmission du savoir-faire, des informations et le partage sont des valeurs essentielles. Florent élève donc des reines et a une petite activité marginale financièrement mais fondamentale pour l’avenir de la nature à savoir la vente d’essaims. Pour information, si vous souhaitiez acheter une ruche prête à l’emploi et qui pourrait produire de 10 à 30 kg de miel par an, il vous en coûterait environ 150 euros. (Je dis ça, c’est juste que la fête des pères approche, et que je mettrais bien une ruche au bureau… ce qui risque de ne pas plaire au CHSCT. Le CHSCT c’est le comité d’hygiène et de sécurité. Ils font respecter les 9 856 pages de normes diverses et avariées… Résultat, même pour les WC c’est compliqué d’aller aux toilettes en toute sécurité. Bref, une ruche c’est tout de même une belle idée de cadeau pour la fête des pères… bon pour la fête des mères aussi évidemment mais la fête des mères, elle est passée, elle. Il faudra donc attendre l’année prochaine mesdames.)

Le site Internet de l’Association des Eleveurs de Reines c’est ici : lien pour aller voir le site Web de l’association.

Mélanie sera sur la région parisienne les 20 et 21 juin, soit le week-end prochain !! Allez-y de ma part !

Mélanie, qui vend une partie importante de son miel directement du producteur au consommateur, sera sur Paris le week-end prochain, enfin, à Courbevoie plus précisément puisque c’est la fête des bruyères gourmandes au Parc Becon. L’entrée est libre et gratuite, alors allez goûter du caramiel et du miel de fenouil qui est l’un des plus rares.
Parce que effectivement c’est bien et c’est même essentiel de partager tous les articles et les informations possibles autour de ce sujet essentiel pour l’environnement qu’est celui des abeilles et de cette surmortalité.

Mais c’est également bien de soutenir nos apiculteurs, peu nombreux, et qui combattent tous les jours sur le terrain pour faire face à ces défis environnementaux et maintenir une biodiversité qui nous permet à tous de vivre, et de nous alimenter.

Alors pour joindre l’utile à l’agréable, n’hésitez pas à passer le week-end prochain sur le stand de Mélanie sous la bannière « Les Ruchers de Normandie ».

Pour en savoir plus sur cette fête à Courbevoie, le site de la Mairie c’est ici, directement sur la page concernée.

Il n’est peut-être pas trop tard pour sauver les abeilles, mais la seule chose que nous pouvons faire c’est soutenir les apiculteurs !!

Charles SANNAT

(Pour m’écrire charles@lecontrarien.com)

http://www.lecontrarien.com/

 

Étiquettes : , , , , , , ,

La CIA publie des documents internes liés au 11 Septembre, et son directeur admet (avant une ‘visite secrète’ en Israël) que la politique étrangère US cause du terrorisme !

Le mémorial en l'honneur des victimes du 11 septembre

Source: Reuters – Le mémorial en l’honneur des victimes du 11 septembre

Notez ceci : le directeur de la CIA admet que la politique étrangère US Cause du terrorisme :

John Brennan, directeur de la Central Intelligence Agency, a reconnu que la politique étrangère des États-Unis peut parfois causer le terrorisme.

« Je pense que le président a essayé de faire en sorte que nous soyons en mesure de pousser le bouchon le plus loin possible quand nous le pouvons pour protéger ce pays. Mais nous devons reconnaître que, parfois, notre engagement et notre implication directe stimule et encourage des menaces supplémentaires pour nos intérêts de sécurité nationale ». 

Nous sommes d’accord john …

Selon Schwarz, du journal The intercept :

« Donc Brennan comprend bien que notre politique étrangère provoque des attaques contre les Américains. Et notre code juridique précise que de tenter d’exercer des représailles contre les actions américaines est ce qui fait de vous un terroriste. Néanmoins, cette réalité évidente n’est presque jamais dite à haute voix par des responsables gouvernementaux. »

Mais pendant ce temps on apprend selon les médias Israeliens que john (Brennan) se serait rendu secrètement en « Israël » (le chef d’état major US aussi)

Le directeur de la CIA John Brennan se serait rendu secrètement en « Israël » la semaine dernière, rapporte mardi matin le journal Haaretz, citant de hauts responsables israéliens sous couvert d’anonymat en raison du secret qui a entouré cette visite.

Le responsable de l’agence sécuritaire américaine a rencontré des responsables israéliens avec lesquels il se serait entretenu du dossier nucléaire iranien et de la situation au Moyen-Orient, indique la télévision israélienne i24.

Brennan a été reçu par son homologue, le chef du Mossad Tamir Pardo et aégalement rencontré d’autres responsables des agences de Renseignements israéliennes, Brennan s’est aussi entretenu avec le Premier ministre Benjamin Netanyahu ainsi qu’avec le conseiller pour la Sécurité auprès du Premier ministre (et candidat au poste de directeur du Mossad) Yossi Cohen.

Le porte-parole de la CIA s’est refusé à tout commentaire.

La visite de Brennan jeudi dernier intervient à un moment particulièrement sensible, à moins d’un mois de la date butoir du 30 juin fixée pour la conclusion d’un accord sur le dossier nucléaire entre les P5+1 et Téhéran. 

Z

La CIA publie des documents internes liés au 11 Septembre

Cinq documents évaluant les actions de la CIA avant et juste après les attentats du 11 septembre ont été publiés vendredi. Les fichiers édités incluent une évaluation datant de 2005 qui avait été indisponible ainsi que la réaction des responsables.

«En réponse aux requêtes tendant à la mise à disposition du rapport complet de 2005 du Bureau de l’Inspecteur général en vertu du Freedom of Information Act, la CIA et les autres agences ont procédé à un examen approfondi du document de presque 500 pages afin de publier l’information qui ne doit plus être protégée dans les intérêts de la sécurité nationale», a déclaré l’agence.

Un des documents publiés vendredi et une version éditée du rapport datant de 2005 dressé par le Bureau de l’Inspecteur général de la CIA qui examine la responsabilité de l’agence et les agissements de la communauté du renseignement avant et après les attentats du 11 septembre. La CIA avait précédemment publié un résumé bien édité de ce rapport.

Parmi les nouveaux documents, on trouve deux notes internes écrites par George Tenet, alors directeur de la CIA, en réponse aux versions du rapport du Bureau de l’Inspecteur général en février et en juin 2005. Les versions du rapport du Bureau de l’Inspecteur général datant d’août 2001 sur le Centre antiterroriste du directeur de la CIA et une note de 17 responsables du Centre datant de juin 2005 en réponse au rapport du Bureau avaient été rendus publics plus tôt. La publication de vendredi, cependant, a révélé quelques informations éditées précédemment «au vu de la déclassification récente de l’information sur les opérations antiterroristes de la CIA», précise-t-on à l’agence.

On peut lire ces cinq documents sur la page «Freedom of Information Act» du site internet l’agence.

Le Centre antiterroriste susceptible de laisser passer quelque chose

Le rapport d’août 2001 complimente le Centre antiterroriste : «une composante bien gérée qui réalise avec succès les responsabilités antiterroristes de l’agence de collecter et d’analyser les renseignements sur le terrorisme international et de saper les capacités des groupes terroristes».

L'attentat du 11 septembre

Source: Reuters – L’attentat du 11 septembre

Cependant, selon certains responsables, «les exigences qui pèsent sur le Centre ne lui permettent pas d’exploiter toute l’information qu’il reçoit. Par conséquence, il existe un risque qu’un avertissement potentiel ne soit pas identifié».

Tenet riposte aux accusations de négligence

«Les opérations secrètes sont condamnées à l’échec en l’absence d’un travail de renseignement extérieur factuel», a écrit George Tenet dans sa première réponse au rapport du Bureau de l’Inspecteur général en février 2005. «Il était clair pour moi à l’époque même si nous avions rencontré un certain succès en poursuivant une approche policière dans la lutte contre Al-Qaïda, nous n’avons pas prêté l’attention nécessaire au renseignement d’origine électromagnétique (SIGINT) et n’avons pas eu assez infiltré humainement Al-Qaïda».

«Nous avions besoin de plus de renseignement et d’un meilleur renseignement», a conclu l’ex-directeur de la CIA. «Les opérations secrètes contre Ben Laden et ses agents clés n’étaient pas possibles sans cela».

En juin 2005, Tenet a riposté au passage du rapport Bureau de l’Inspecteur général l’accusant de «ne pas avoir fait preuve de professionnalisme, d’expérience et de diligence dans la lutte contre le terrorisme».

«J’objecte et je rejette ces accusations», at-il écrit.

Tenet a écrit que le Conseil de sécurité nationale et le Procureur général des Etats-Unis, plutôt que lui-même, a écrit les instructions envoyées aux agents sur le terrain qui leur ont clairement fait comprendre que «la préférence politique du gouvernement était de capturer ben Laden et ses lieutenants et les livrer aux Etats-Unis».

Une note du 4 juillet de la même année signée par 17 responsables du Centre antiterroriste déplore que le Bureau de l’Inspecteur général «concentre ses efforts sur la recherche du coupable idéal».

Le rapport du Bureau de l’Inspecteur général de juin 2005

«A certains égards», l’équipe de l’Inspecteur général «en a conclu que l’agence et ses employés n’ont pas rempli leurs obligations de manière satisfaisante».

«Les auteurs n’a pas relevé de cas où un employé a enfreint la loi et les fautes discutées ici n’impliquent pas une mauvaise conduite». Les enquêteurs ont souligné que la CIA «a travaillé dur» contre Al-Qaïda et Oussama ben Laden mais que «son travail n’était pas toujours efficace et coordonné».

«En effet, il n’y avait pas de programme cohérent et fonctionnel de listes de surveillance», déclare le rapport du Bureau, en citant l’exemple de Nawaf al-Hazmi et Khalid al-Midhar, deux suspects d’Al-Qaïda dont la piste a été retrouvée par l’agence en Malaisie en janvier 2000.

Aucun de 50-60 responsables de la CIA qui ont lu les documents liés à deux hommes n’ont partagé l’information avec les autres agences. La CIA a même tardé à informer le Département d’Etat  qui n’a inclus les deux hommes dans une liste terroriste de surveillance antiterroriste qu’en août 2001. A ce moment, ils étaient déjà aux Etats-Unis et, ensuite, ont pris part au détournement du 11 septembre.

La version publique du rapport ne s’étend pas sur la «Saudi connection» 

Le chapitre du rapport relatif aux soupçons concernant une imbrication d’Al-Qaïda avec la monarchie du Golfe a été lourdement retouché. L’infime partie qui a été rendue publique fait savoir que le Conseil «n’a pas recueilli de preuve que le gouvernement saoudien a soutenu sciemment et délibérément les terroristes d’Al-Qaïda».

«Les employés de la division du Proche-Orient et du Centre antiterroriste ont dit à l’équipe qu’ils n’ont vu aucun rapport fiable confirmant l’engagement du gouvernement saoudien et son soutien financier du terrorisme avant le 11 septembre, bien que quelques-uns aient suggéré que des sympathisants dissidents au sein du gouvernement auraient pu aider Al-Qaïda», note le rapport.

«Le rapport de la Direction du renseignement des dossiers transnationaux sur Ben Laden a indiqué que des informations “limitées” suggéraient que «certains responsables saoudiens» auraient soutenu Oussama ben Laden, ajoutant cependant que l’information était trop “vague” pour caractériser avec une quelconque précision ce soutien»,  conclut la portion non-éditée du document.

 

 

Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , , , ,

Accord gazier russo-grec : le Kremlin dément pendant que le PDG de Gazprom est en « visite » à Athènes – La Grèce s’apprête à saisir les liquidités des gouvernements locaux

Tuyaux à gaz

Nous le donnions des dimanche, nous pourrions avoir une surprise de taille à tous moments : il est évident que TSIPRAS prépare un plan B avec les Russes, et que les grecs se préparent à sortir de l’Euro . Cet accord gazier pourrait etre un premier pas, et c’est en tout cas un bon prétexte pour faire rentrer des fonds dans les caisses vides et pour se sortir du piège Européen qu’est « le chantage aux liquidités » ; ça desserrerait Le nœud qui est autour du cou des Grecs et leur permettrait de respirer. Le Kremlin dément mais pendant ce temps,  visite très opportune du PDG de Gazprom en Grèce :

Le patron du géant gazier doit rencontrer ce mardi Alexis Tsipras pour «discuter de questions énergétiques». Des rumeurs font état d’un accord entre les deux pays pour la construction d’un gazoduc, qui permettrait à la Grèce d’obtenir des liquidités bienvenues.

Z

Accord gazier russo-grec: le Kremlin dément

Le magazine allemand Spiegel a annoncé samedi que Moscou et Athènes envisagent de signer un accord en vertu duquel Athènes pourrait obtenir jusqu’à 5 milliards d’euros pour la construction du gazoduc Turkish Stream.

Il n’existe pas d’entente russo-grècque sur le versement de 3 à 5 milliards d’euros de prépaiements à la Grèce pour le transit de gaz vers les pays européens par le futur gazoduc Turkish Stream, a annoncé samedi soir le porte-parole du président russe Dmitri Peskov.

« Il n’y a pas eu d’une telle entente. Le président russe Vladimir Poutine a lui-même déclaré lors de sa grande conférence de presse que personne n’a demandé d’aide. Les entretiens au sommet ont effectivement porté sur la coopération énergétique. Les deux pays se sont mis d’accord d’étudier au niveau d’experts les questions relatives à la coopération énergétique. La Russie n’a pas promis d’accorder une aide financière, parce qu’il n’y a pas eu de demandes à ce sujet », a indiqué M.Peskov à la radio russe Business FM.

Le magazine allemand Spiegel a annoncé samedi, se référant à un haut responsable du parti de la gauche SYRIZA, au pouvoir en Grèce, qu’Athènes et Moscou signeraient le 21 avril un accord bilatéral permettant à la Grèce de recevoir près de 5 milliards d’euros à titre de prépaiement pour la construction du gazoduc Turkish Stream.Suite à la décision russe d’abandonner le projet de gazoduc South Stream en raison de la position « non constructive » de l’UE, Moscou a annoncé son intention de construire un deuxième gazoduc russo-turc sous la mer Noire, qui sera baptisé Turkish Stream, et de mettre en place un hub gazier à la frontière turco-grecque pour les consommateurs européens.

Le PDG du géant gazier russe Gazprom Alexeï Miller a ensuite informé le vice-président de la Commission européenne chargé de l’Energie Maros Sefcovic que le gaz russe destiné à l’Europe passerait par la Turquie au lieu de l’Ukraine

En attendant TSIPRAS continue à sciphonner ce qu’il peut , n’hésitant pas à s’attaquer aux pensions, et fonds publics,  pour rembourser ses créanciers

La Grèce s’apprête à saisir les liquidités des gouvernements locaux

Alors que Tsipras saisit les fonds publics pour maintenir son pays à flots, la Grèce continue de prendre à Pierre pour donner à Paul :

N’ayant plus que très peu d’options disponibles pour maintenir son pays à flots, le Premier ministre grec Alexis Tsipras a demandé aux gouvernements locaux de transférer leurs fonds à la banque centrale.

 

« Les gouvernements locaux sont désormais dans l’obligation de transférer leurs réserves de liquidités et leurs fonds de dépôts à terme vers la banque centrale grecque », selon le décret publié lundi sur un site du gouvernement. La « régulation a été mise en place pour répondre à des besoins urgents et inattendus ».

 

Les swaps de défaut de crédit estiment à 81% les chances que la Grèce se trouve incapable de rembourser sa dette dans cinq ans, contre 67% au début du mois de mars, selon les chiffres publiés par CMA.

 

Voilà qui prouve de « la situation catastrophique dans laquelle se trouve le système bancaire grec en termes de liquidités. Le gouvernement met en commun toutes les liquidités disponibles », a expliqué Gianluca Ziglio, directeur de recherches chez Sunrise Brokers LLP, à Londres. La « prochaine étape pourrait être de rendre obligatoire pour les entités du secteur public, dont les sociétés du secteur public, d’en faire de même ».

 

Les fonctionnaires grecs, ainsi que le Vice-premier ministre Yannis Dragasakis, ont annoncé ce weekend que le gouvernement ne trahirait pas ses promesses et n’aggraverait pas la situation difficile née des mesures d’austérité précédentes.

 

Inattendus ?

 

Tsipras a qualifié les évènements d’inattendus, bien qu’ils aient été évidents depuis le moment où la Troïka a refusé d’assouplir les termes applicables au prêt grec en janvier dernier.

 

Saisir l’argent des villes comme Athènes pour rémunérer les fonctionnaires empêchera les employés communaux d’être payés. Cela ne fera que prolonger le tour de passe-passe.

 

Les rendements des obligations sur deux ans atteignent 28%

 

Le marché des obligations se montre de plus en plus nerveux, et les rendements des obligations grecques sur deux ans sont désormais de plus de 28%.

http://fr.sputniknews.com/economie/20150419/1015729819.html#ixzz3XxKE3gbo – http://www.24hgold.com/francais/actualite-or-argent-la-grece-s-apprete-a-saisir-les-liquidites-des-gouvernements-locaux.aspx?article=6769723380H11690&redirect=false&contributor=Mish.

 
1 commentaire

Publié par le 21 avril 2015 dans économie, général, International

 

Étiquettes : , , , , , , , , , , , , ,

Le rapprochement de la Grèce vers la Russie a -t-il déclenché les sonnettes d’alarme à travers l’Europe ? En pleine négociation avec l’UE, Tsipras annonce une deuxième visite à Moscou !!

Tsipras à Moscou – AFP

En pleine négociation avec l’UE, Tsipras annonce une deuxième visite à Moscou :

Athènes, 17 mars 2015 (AFP) En pleine discussion financière serrée avec ses partenaires de l’UE, le Premier ministre grec Alexis Tsipras a surpris mardi en annonçant qu’il se rendrait à Moscou en avril, alors qu’il doit aussi y aller en mai pour des commémorations.

« Le Premier ministre Alexis Tsipras se rendra au Kremlin le 8 avril à l’invitation du président russe Vladimir Poutine », a annoncé une source gouvernementale, sans aucun détail.

Or M. Tsipras, issu du parti de gauche radicale Syriza, a déjà prévu de se rendre à Moscou le 9 mai pour les cérémonies de commémoration des 70 ans de la victoire des alliés sur l’Allemagne nazie.

Le plus gros quotidien du pays, Ta Nea, a fait le lien avec les graves difficultés auxquelles se prépare Athènes si la Grèce ne trouve pas dans les jours à venir un accord, prêts contre réformes sérieuses, avec ses créanciers européens. (AFP-le temps)

Un gout d’explosion proche de l’Euro tout ça.. :  soit la Grèce sort et se tourne vers l’est, soit TSIPRAS se fait lapider par son peuple . Z .

Avec des médias allemands se demandant qui est le plus dangereux pour nous ? La Grèce ou la Russie ?, des actions récentes des deux protagonistes dans cette question suggèrent qu’ils peuvent être mis sur le même pied plus tôt que beaucoup ne s’y attendaient.

Avec les tensions qui montent entre la Grèce et l’Eurogroupe, les visites récentes et futures en Russie ont gagné en importance depuis que le ministre des Finances russe a confirmé que Moscou «pourrait considérer une aide financière pour la Grèce». Alors que cet idée de pivot russe était un truc de conspirationnistes il y a seulement quelques semaines, la BBC se demande maintenant directement sil’Europe pourrait abandonner la Grèce au profit de la Russie. Sachant que 61% des Grecs ont un regard positif envers la Russie et seulement 23% envers l’Europe, cela ne devrait choquer personne.

L’approfondissement des liens entre le nouveau gouvernement de la Grèce et la Russie a déclenché des sonnettes d’alarme à travers l’Europe. Tandis que les leaders d’Athènes s’étripent avec leurs créanciers internationaux sur des réformes pour éviter la faillite, et que la Grèce peut fixer les yeux sur Moscou comme un atout en réserve, certains craignent qu’elle s’éloigne inexorablement de l’Ouest, vers un allié plus bienveillant, un investisseur potentiel et un créancier. Comme la BBC le constate, l’Europe n’est pas satisfaite. Devrait-elle en plus s’en s’inquiéter ?

Une foule de membres du cabinet grec se rendra à Moscou.

Le président russe Vladimir Poutine accueillera le Premier ministre Alexis Tsipras en mai, accompagné par le partenaire de la coalition Panos Kammenos, le ministre de la Défense nationale et le leader du parti populiste de droite des Grecs indépendants.

Le calendrier choisi n’a pas échappé aux analystes.

Le délai pour le renflouement de la Grèce expire fin juin et le secret de polichinelle bien gardé à Bruxelles est qu’Athènes aura besoin de nouveaux prêts pour ne pas couler.

Officiellement, la Grèce ne cherche pas de sources de financement alternatives.

Mais un prêt de la Russie, ou peut-être de la Chine, pourrait sembler une alternative plus favorable – ou au moins complémentaire – à n’importe quel nouveau renflouement de la zone euro avec toutes ses mesures impopulaires et les réformes attachées.

La Grèce pourrait espérer un gaz moins cher pour les ménages qui peinent à survivre, ainsi qu’une augmentation de l’investissement et du tourisme russe pour donner le coup de pouce économique dont elle a vraiment besoin.

Moscou, en retour, serait récompensé par un allié amical ayant un droit de veto à l’intérieur de l’UE à un moment de rapports tendus par la crise en Ukraine.

«Mon sentiment est que le gouvernement grec joue la carte russe pour améliorer sa position de négociation dans les marchandages actuels, dit Manos Karagiannis, un spécialiste de la politique étrangère russe, né en Grèce et enseignant au King’s College de Londres. Mais ce sera très difficile pour Athènes de se distancier de l’UE et de l’Otan

Pour le Prof. Karagiannis, ce qui importe, c’est que la Grèce est entièrement intégrée dans l’Ouest, mais il avertit contre une sous-estimation des risques d’une sortie de l’euro pour la Grèce.

«Un Grexit pourrait certainement alimenter des sentiments contre l’Union européenne parmi la population grecque, et une Grèce isolée et faible pourrait mettre en danger la stabilité de la région entière», dit-il.

Un pays affaibli, rejeté de la zone euro et probablement de l’UE, serait alors bien plus ouvert à des liens approfondis avec la Russie.

http://lesakerfrancophone.net/attention-au-pivot-de-la-grece-vers-la-russie/ – resistanceauthentique – AFP – le temps

 

 
Poster un commentaire

Publié par le 18 mars 2015 dans général, International, Politique

 

Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , , , ,

Vidéo

Discours de Hassan Nasrallah : ‘La résistance ne se taira face à aucune agression’ / Visite rare des rues de Pyonyang

partie 2 : 

Nasrallah – 25 mai 2014 : La résistance ne se taira face à aucune agression

Visite rare des rues de Pyonyang

 

Vu sur Egalité et Réconciliation : http://www.egaliteetreconciliation.fr/

 

 
1 commentaire

Publié par le 2 juin 2014 dans général, International

 

Étiquettes : , , , , , , , , , ,

Visite de John Kerry, en Arabie

Image
Washington est en train de retourner sa veste avec l’Iran  mais joue (pour le moment) encore et toujours  sur les 2 tableaux  ; revue de presse 2013 Z@laresistance
 
IRIB- Dans la foulée de sa tournée régionale, le secrétaire d’Etat américain, John Kerry, est arrivé, dimanche soir, à Riyad. Cette visite vise, apparemment, à restaurer les relations entre les Etats-Unis et l’Arabie saoudite quelque peu malmenées, ces temps-ci. Selon la presse, le secrétaire d’Etat John Kerry a multiplié les déclarations rassurantes, lundi, à Riyad, où il a rencontré le roi Abdallah d’Arabie saoudite, pour tenter d’aplanir les divergences sur différentes questions.

«Nous avons beaucoup de choses importantes à discuter, pour nous assurer que les relations américano-saoudiennes sont sur la bonne voie et qu’elles vont de l’avant», avait-il déclaré, devant le personnel de l’ambassade des Etats-Unis, avant l’entretien.

Avant de rencontrer le Roi d’Arabie saoudite, Kerry s’est, également, entretenu avec son homologue saoudien, Saoud al-Fayçal. Selon le ministre des A.E. saoudien, les relations Washington-Riyad sont hyper-importantes ; or, la région est aux prises avec des crises, comme la transition du pouvoir, en Egypte, et la guerre civile, en Syrie.

Déjà, dimanche, au Caire, première étape de sa tournée régionale, John Kerry a reconnu que Washington avait, peut-être, opté pour des «tactiques» différentes de celles de ses alliés, sur le conflit, en Syrie, mais assuré que tous avaient, en fin de compte, le même objectif.

Pour le rappel, les Etats-Unis et l’Arabie saoudite avaient, jusqu’il y a quelque temps, des positions identiques envers la crise syrienne. A l’aide de la Turquie et du Qatar, les Etats-Unis et leurs alliés occidentaux ou régionaux, dont l’Arabie saoudite, continuaient de fournir des armements et munitions, mais aussi, des entraînements militaires, aux insurgés syriens. Entre autres, les Etats-Unis et l’Arabie saoudite ont, ensuite, plaidé pour l’option militaire. Sous prétexte de l’utilisation supposée de l’arme chimique, les Etats-Unis parlaient, toujours, en août, de l’option militaire, ce qui, d’ailleurs, plaisait beaucoup aux saoudiens, enthousiastes de voir la chute du gouvernement syrien. Les réticences de certains alliés des Etats-Unis, dont la Grande Bretagne, ainsi que l’intensification des pressions internationales, mais aussi, intérieures,  ont réduit l’espoir d’Obama de se lancer dans une telle guerre. Dans le même temps, la Russie a pris l’initiative des efforts internationaux censés résoudre la crise, et cela, par sa proposition de placer l’arsenal chimique syrien, sous la supervision internationale. Depuis, il se voit également obligé d’œuvrer, afin de préparer la tenue de la Conférence Genève-2, pour, encore, tenter de résoudre l’affaire, par les voies politiques. Cette volte-face aurait coûté cher aux Saoudiens dont le ministre des Renseignements, Bandar Bin Sultan, n’arrive pas à cacher sa colère, à ce sujet. Les Saoud ont même parlé de changements de base, dans un sens, probablement, négatif, dans leurs relations avec les USA. Reste à voir s’ils sont vraiment capables, actuellement, de le faire. La réponse à cette question, aussi, serait négative, étant donné que les Saoud sont dépendants de la présence étrangère, dans la région, afin d’assurer leur sécurité, à leur guise. Les protestations internes, aussi, sont un véritable casse-tête, pour la monarchie. Heureusement, que M. Kerry est là, pour leur rehausser le morale…

http://french.irib.ir/analyses/commentaires/item/281476-visite-de-john-kerry,-en-arabie

 
Poster un commentaire

Publié par le 4 novembre 2013 dans général

 

Étiquettes : , , , , , ,

 
%d blogueurs aiment cette page :