RSS

Archives de Tag: tout le monde

François Asselineau : « Tout le monde anticipe une crise financière monumentale. Il est absolument vital d’avoir un peu d’Or »

Question d’un internaute à François Asselineau: « A l’heure actuelle, faut-il investir dans l’Or ? »

François Asselineau: « J’ai déjà eu l’occasion de le dire et c’est un petit peu une évidence mais je le redis… Il est bon et il est sain quand on a un portefeuille de le diversifier. Comme le dit le proverbe français, on ne met pas tous ses œufs dans le même panier. Et donc, ça veut dire qu’on met ses œufs dans différents paniers et dans ces différents paniers, il y a notamment l’Or. En règle général, les spécialistes financiers conseillent d’avoir entre 2 et 5% de son patrimoine en Or. […] Tout le monde anticipe une crise financière monumentale […] Il y a un air du temps qui n’est pas bon et il est tout à fait possible qu’un jour le système financier s’effondre complètement. On ne sait pas ni le jour ni l’heure mais c’est quand même assez probable. Si cela devait arriver, il est absolument vital pour toutes les personnes qui ont le sens de la précaution d’avoir un peu d’Or… »

Publicités
 
2 Commentaires

Publié par le 15 novembre 2017 dans général, or et argent métal, Vidéos (Toutes)

 

Étiquettes : , , , , , ,

Cet homme a inventé une ruche maison pour sauver les abeilles (et tout le monde peut le faire !)

ruche maison

Le miel fait maison en plus …

Les abeilles ont récemment fait les grands titres des médias en raison de leur population en déclin et de l’implication énorme sur les produits alimentaires.Des rapports ont affirmé que les ruches disparaissent maintenant à un rythme alarmant, en grande partie en raison des pesticides et des parasites, ainsi que des changements climatiques.

Comme les gens reconnaissent la gravité du problème, beaucoup font de leur mieux pour aider en créant leurs propres ruches, ce qui est une tâche étonnamment simple, mais très efficace, à mener à bien. Non seulement cela aidera les populations d’abeilles en déclin, mais cela signifie aussi que vous pouvez produire votre propre miel organique pour votre consommation personnelle.

ruche maison

Tout ce dont vous aurez besoin est un kit de ruche pré-fabriqué, du contreplaqué et quelques pots pour la ruche principale, ainsi que : un morceau de bois de 2″ x 12″ x 6′ (couper deux pièces à 22″ chacune pour les côtés ) ; un morceau de bois de 2″ x 12″ x 6′ (couper deux pièces à 18″ chacune pour l’avant et l’arrière) ; un morceau de bois de 1″ x 1″ x 6′ (couper deux pièces à 22″ chacune pour les côtés gauche et droit du cadre supérieur) ; un morceau de bois de 1″ x 1″ x 6′ (couper deux pièces à 18″ chacune pour les côtés avant et arrière du cadre) ; un morceau de contreplaqué épais coupé à 16″ x 20″ ; 12 gros bocaux pour le nid d’abeille ; une boîte de vis à bois ; et bien sûr, vos abeilles. (Dimensions en pouces)

ruche maison

Le contreplaqué servira de cadre pour le kit de ruche et peut donc être taché, mais vous choisissez. 12 trous devront ensuite être forés dans le morceau de contreplaqué de 16″ x 20″ qui devrait être assez grand pour visser les bocaux.

ruche maison

Après cela, le cadre supérieur peut être réalisé en vissant ensemble les quatre pièces de contreplaqué 18″ et 22″, qui peuvent également être colorées de n’importe quelle couleur.

ruche maison

Après cela, désinfectez chacun des 12 bocaux avant de les visser à l’envers dans les trous et avant d’ajouter des rondelles ou des cales à l’intérieur des pots pour supporter le poids du miel qui sera là plus tard. Une fois que les couvercles des pots ont été vissés, ils devraient parfaitement s’insérer dans les trous forés avec un écart inférieur à 1/16″ entre le pot et le trou de la ruche.

ruche maison

Après avoir placé des bandes d’amorces ou des rayons vides à l’intérieur des pots, vous pouvez maintenant ajouter vos abeilles. Elles seront immédiatement attirées par les bandes d’amorces et commenceront leur travail, faire du miel. Une fois que les pots sont pleins de miel, vous pouvez fermez les couvercles, afin que les abeilles continuent de travailler pendant que le miel est récolté.

ruche maison

Vous remarquerez que les bocaux se réchaufferont rapidement lorsque les couvercles sont au-dessus, car il n’y a pas de ventilation. Par conséquent, ils doivent être conservés à l’ombre.

ruche maison

Une fois que vous avez les fournitures de base, le reste devrait être facile, et vous aurez accès à un approvisionnement constant de miel délicieux, tout en sauvant une population en déclin.

Source : TruthTheory

 

Étiquettes : , , , , , , ,

Cancer : « Ne vous inquiétez pas il y en aura pour tout le monde ! »

Suite à la vidéo proposée hier sur l’absolu scandale des nitrites dans l’alimentation, j’ai voulu chercher des chiffres sur l’évolution du cancer en France, et je suis tombée sur cet article, découvrant effarée que plus de 1054 cas de cancerssont découvert par jour en France. (385 000 cas en 2015)

Certes, le titre est provocateur, mais si vous additionnez :

  • Tous les poisons qui se retrouvent dans nos assiettes depuis les produits « phyto-sanitaires de l’agriculture jusqu’au  différents additifs inclus dans le processus de transformation,
  • Les divers contenants toxiques
  • La pollution (surtout urbaine) et ses particules de métaux lourds,
  • les rayonnements nocifs, notamment de ces petits appareils que nous aimons tellement qu’ils ne nous quittent plus, et autres « progrès technologiques » tel Linky
  • Etc…

Il n’est pas étonnant que l’addition future soit logiquement de plus en plus salée. Et je ne parle pas de la pollution nucléaire, je réserve à ce sujet un article spécifique sur l’enquête décoiffante passée sur Arte hier soir .

Oui, ça casse le moral, mais c’est une prise de conscience nécessaire. Il y a des mesures à prendre pour s’assurer une vie plus saine et pour cela, il faut être motivé.  Nous sommes dans une société qui sous la pression du profit avant tout nous rend malades. Il n’y a pas que le cancer, il y a également toutes les maladies chroniques dites ‘maladie de civilisation’ qui pourrissent la vie.

« Mais, me souffle-t-on dans l’oreillette, compte-tenu du fait que le stress est reconnu comme un élément important de la santé, ne participes-tu pas toi-même à négativer ceux auxquels tu t’adresses ? »  Oui, j’y ai pensé, j’y pense tous les jours en publiant les éléments d’une actualité toujours plus grise, charbonneuse même, dont je ne vous transmets que le minimum. Mais je me dis aussi que « gouverner notre vie c’est prévoir ». S’il y a des domaines où notre influence directe est compliquée, notre santé en est un sur lequel nous pouvons agir positivement face au danger potentiel.  Prenons donc les choses avec sagesse, avec pragmatisme.  J’ajouterais qu’avant même de surveiller ce que nous avons dans nos assiettes une première démarche s’impose : pacifier nos vies, tendre vers plus d’harmonie, plus de joies, plus de chaleur humaine, plus d’amour. Le reste coulera de source et vous paraîtra évident, vous saurez intimement ce qui est bon pour vous. 

Galadriel (source)

(L’article qui suit est une réflexion personnelle qui m’a paru juste, pas un article médical. Après un constat de la situation, il propose aussi des solutions et c’est ce qui a retenu mon attention)

Cancer – Ne vous inquiétez pas il y en aura pour tous.

cancer1

Source zevengeur Article publié sur Agoravox : lien direct

Si je traite ce sujet, ce n’est ni par désespoir ni par pessimisme et encore moins par morbidité. Ce n’est malheureusement que par réalisme. J’ai moi-même eu un cancer et plusieurs membres de ma famille ont ou ont eu un cancer et tant d’autres dans notre entourage …
Pourtant nous vivons à la campagne, nous avons toujours essayé d’avoir une vie saine, de manger équilibré voire bio. Et cependant …

L’équivalent de villes comme Nice, Nantes voire Toulouse atteinte en totalité par le cancer chaque année !!

Connaissez-vous le nombre de nouveaux cas de cancers déclarés chaque année en France ?
Peut-être pensez-vous à un ordre de grandeur de 10 000 cas, peut-être 20 000…

Vous êtes très loin du compte car rien qu’en 2010, 360 000 nouveaux cas de cancer ont été diagnostiqués en France [6] c’est-à-dire 1000 nouveaux cas par jour et plus de 150 000 personnes en sont décédées !

De plus, la maladie progresse chaque année à un taux proche de 3%, cette progression est également vérifiée chez les jeunes ce qui prouve qu’elle n’est pas une fatalité due au vieillissement.
Soyons trivial durant un instant, dans 60 ans (donc vers 2070) rien qu’en France le taux actuel de progression de l’incidence du cancer (3%) nous conduit pied au plancher vers un nombre annuel de nouveaux cas proche des 2 millions à population constante.

Il est évident que dans ce cas de figure les capacités des systèmes de soin auront été débordés depuis longtemps et que la plus grande partie des nouveaux malades seront – dans le meilleur des cas – envoyés directement en centres de soins palliatifs ou dit autrement dans des mouroirs de masse.

QUELQUES CHIFFRES

La courbe ci-dessous montre la progression annuelle du nombre de nouveaux cas de cancer, on remarque qu’en 25 ans, ce nombre a doublé alors que la population n’a augmenté que de 16%.
cancer2

Depuis 25 ans, le taux de guérison piétine au voisinage de 45 à 50 % faisant estimer à de nombreux spécialistes [7] [10] que malgré les énormes moyens de recherches mis en œuvre, nous sommes en situation d’échec thérapeutique.
Sauf dans de rares cas et pour certains cancers très particuliers, la médecine ne fait pratiquement aucun progrès significatif dans le traitement « intelligent » de la maladie.
Les fréquentes annonces médiatiques faites prématurément et porteuses de faux espoirs n’y changent rien.
Au sujet de la prévention, mises à part les campagnes anti-tabac parfaitement justifiées, l’état reste passif car comme on le verra, de lourdes mesures seraient nécessaires et ces dernières entreraient en conflit avec de puissants intérêts commerciaux.

UNE MALADIE DE CIVILISATION

Les études épidémiologiques mondiales montrent une grande disparité dans la fréquence du cancer. La planète peut approximativement être divisée en 3 grandes zones qui se différencient par le taux d’incidence (Nombre de cas pour 100 000 habitants) de la maladie.
Zone 1 : Pays en voie de développement : Chine (Sauf pour les grandes villes qui ont plutôt une incidence de type zone 3.), États Africains, Inde…
Zone 2 : Pays asiatiques développés : Japon…
Zone 3 : Pays occidentaux : USA, Europe, Canada…

Incidence du cancer par zones géographiques

La base de données du CIRC de l’OMS montre que l’on compte 9 fois plus de cancers aux USA et en Europe qu’en Afrique et 4 fois plus qu’au Japon.

cancer3

Corrélations

L’analyse mondiale chiffrée des tendances de l’épidémie de cancer montre 2 corrélations :

1. L’épidémie est corrélée GEOGRAPHIQUEMENT avec le mode de vie occidental comme on le constate sur la carte mondiale de l’incidence du cancer.

2. Cette épidémie est également corrélée TEMPORELLEMENT avec le début du déploiement de l’agriculture et de l’élevage intensifs en occident associé à l’utilisation massive des produits chimiques dans les cultures.

Premières remarques

Les pays de la zone 3 sont soumis à une forte pollution chimique contrairement à ceux de la zone 1. Pour la zone 2, la pollution chimique est présente mais la population semble mieux résister à la maladie, l’explication sera fournie plus loin.

De plus, l’incidence est bien liée au mode de vie car une population qui migre d’une zone vers une autre acquiert progressivement l’incidence de la nouvelle zone.

LES PRINCIPALES CAUSES DE CANCER

L’analyse croisée des causes de la maladie (toutes exogènes) issue des travaux de Belpomme [7], Beliveau [11], Servan Schreiber [9] ainsi que les statistiques détaillées INVS (Institut de veille sanitaire0 données 2005), conduisent aux ratios suivants :
cancer4

Pesticides dans nos assiettes

Selon un rapport officiel de l’UE portant sur l’année 2006 dévoilé par le MDRGF (mouvement pour les droits et le respect des générations futures), près de la moitié des fruits, légumes et céréales testés contiennent des résidus de pesticides.
Cinq des pesticides les plus fréquemment retrouvés dans les aliments sont classées comme cancérogènes, mutagènes, ou perturbateurs pour le système hormonal.

Et dans nos verres…

Ces résidus se retrouvent alors dans notre assiette et dans l’eau courante car les stations d’épuration ne filtrent ni les pesticides ni les nitrates.
De plus, 96% des eaux de surface et 61% des nappes phréatiques sont polluées aux pesticides et nitrates (IFEN, 09/2006)

L’erreur fondamentale de la FAO : DJA vs DTC

Pour les produits toxiques comme les pesticides, la notion de Dose Journalière Admissible (DJA) a été introduite dans les années 60 au niveau mondial par la FAO. (Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture).
Cependant, comme le montre très bien Marie Monique Robin dans son documentaire « Notre poison quotidien » [13], la valeur de cette DJA basée sur des expériences sur les animaux, utilise un facteur de sûreté décidé arbitrairement par la FDA (Food and Drug Administration) dans les années 60.
Le professeur en cancérologie Dominique Belpomme [7] déclare sur la genèse des cancers : «…car ce qui compte, c’est la répétition des doses de toxines et leur étalement dans le temps et donc finalement la Dose Totale Cumulée (DTC) reçue par l’organisme. »
Cette notion est bien assimilée pour ce qui concerne le tabac, mais elle est également exacte pour toute substance cancérigène.
C’est donc l’absorption régulière et sur le long terme de faibles quantités de produits toxiques qui provoque le cancer…

Alertez les bébés

Pour les femmes enceintes qui sont « polluées » aux pesticides et/ou aux métaux lourds, un grave problème se pose pour le bébé. En effet, la nature purge ces produits toxiques dans le placenta.
Le bébé arrive donc au monde avec une DTC initiale non nulle…

Et le nucléaire tant civil que militaire

Voir mon article : 2053 explosions nucléaires dans le monde de 1945 à 1998.

Les radiations et contaminations des 2053 explosions nucléaires tests, plus les accidents de Three Mile Island, plus Tchernobyl et la cerise sur le gâteau de Fukushima, plus les quelques 32 accidents répertoriés dans les centrale, tout ça ce n’est pas grave à côté de la fumée des cigarettes !

COMMENT AGIR ?

Pour le savoir et retrouver les sources de cet article, c’est ici :

Source

 
1 commentaire

Publié par le 21 septembre 2016 dans général, Vidéos (Toutes)

 

Étiquettes : , , , ,

Tout le monde n’a pas coulé avec le Titanic

(Citation de Doug Casey : « Le problème – votre problème – est n’importe quel pays peut se transformer en Rhodésie des années 1970… ou en Russie des années 1920, en Allemagne des années 1930, en Chine des années 1940, en Cuba des années 1950, en Congo des années 1960, en Vietnam des années 1970, en Afghanistan des années 1980, ou en Bosnie des années 1990.

Ce ne sont que des exemples que je cite de mémoire. Il faut être idiot pour tenter de survivre en agissant comme un légume, en restant ancré à un endroit, alors que le climat politique et économique se détériore »)

Voilà pourquoi je conseille de débancariser : l’argent que vous déposez en banque ne vous appartient plus, c’est un crédit que vous faites à la banque .Et vu l’état des banques en ce moment, vaut mieux le mettre sous le matelas c’est plus sur !

Homo Americanus croit que l’argent qu’il dépose à une banque lui appartient en propre.

Mais ce n’est pas vrai. C’est un mythe dangereux.

Une fois le dépôt effectué à la banque, cet argent n’est plus votre propriété, mais bien celle de la banque.

Ce que vous détenez est une promesse de la banque de vous rembourser; c’est une obligation non garantie. Cela est très différent de l’argent que vous cachez sous votre matelas. Mais 99,9% des gens pensent que c’est la même chose.

Techniquement, l’argent déposé à la banque fait de vous un créancier de cette banque. Vous risquez de vous faire avoir si la banque fait un mauvais pari et se met en danger. Ce risque est non négligeable, car la plupart des banques parient avec les dépôts de leurs clients dans des investissements risqués, comme les titres adossés à des créances hypothécaires. 

Les systèmes de garantie des dépôts du gouvernement donne un faux sentiment de sécurité. Avec ses réserves actuelles, il ne pourrait couvrir que la moitié d’un cent sur chaque dollar supposément assuré.

Les chypriotes en ont fait la difficile expérience, il y a quelques années. Les gens se sont réveillés, un samedi matin, en constatant avec horreur que l’argent de leurs comptes bancaires s’était volatilisé.

C’est l’exemple le plus puissant et récent pour démontrer le risque d’être totalement dépendant d’un seul pays lorsque celui-ci fait soudainement face à des difficultés financières. Cela explique aussi pourquoi j’aime tant détenir des actifs tangibles hors de la portée immédiate de mon gouvernement.

Vous savez probablement que c’est une mauvaise idée de mettre tous ses œufs dans le même panier. Vous faites la même chose en détenant tous vos actifs dans un seul pays. N’avez-vous jamais pensé à la diversification… politique ? 

La diversification internationale vous libère de la dépendance absolue à un pays. Si vous atteignez cette liberté, il deviendra très difficile pour les bureaucrates de vous contrôler. Les résultats pourraient changer votre vie.

Même s’il faudrait que tout le monde puisse se diversifier politiquement, cela devient encore plus essentiel pour ceux qui vivent sous un gouvernement qui s’enfonce désespérément dans les difficultés financières. C’est le cas de la plupart des gouvernements occidentaux, et plus particulièrement des États-Unis.

Cela nous amène au constat difficile pour les Nord-américains et les Européens : vu la façon dont soufflent les vents politiques et économiques, il faut s’attendre à de très gros orages.

Les banques centrales ont créé la plus grosse bulle financière que le monde n’ait jamais connue. Les taux d’intérêt sont au plus bas depuis 5 000 ans d’histoire. Dans certains pays, ils sont même négatifs ! Nous vivons dans un Alice au pays des merveilles financier.

Les répercussions sociales et politiques de l’implosion de cette bulle seront encore plus dangereuses que les conséquences financières.

Une dépression économique et une inflation de la devise (voire de l’hyperinflation) sont à prévoir. Ces choses conduisent rarement à autre chose qu’à de plus gros gouvernements, moins de liberté et un déclin de la prospérité. Parfois, elles mènent à bien pire.

Nous avons déjà un petit aperçu de ce qui se profile…

Chaque semaine, il y a une nouvelle attaque ou une fusillade. Les tensions raciales augmentent. L’Europe vit une crise des migrants qui déchire tout le continent.

Le monde est devenu fou, ces dernières années. Malheureusement, je crois que cela va s’empirer…

Source

 
1 commentaire

Publié par le 20 septembre 2016 dans économie, général, International

 

Étiquettes : , , ,

« Eugénisme mou et démocratique  » : Tout le monde finira par choisir le même Bébé

Real-Humans-le-meilleur-des-mondes_article_popin
 Suite de notre série d’entretiens sur l’avenir du corps et de la beauté avec le biologiste Jacques Testart. Le père du premier bébé-éprouvette français nous explique pourquoi, demain, « l’eugénisme mou et démocratique » séduira l’immense majorité des parents, au risque d’affaiblir génétiquement l’espèce humaine.

Dans votre dernier livre, Faire des enfants demain (Seuil, 2014), vous expliquez que la sélection génétique des embryons lors d’une fécondation in vitro va bientôt devenir la norme. Ce tri prénatal aura-t-il des conséquences sur notre physique ? Allons-nous finir par tous nous ressembler ?

Je ne pense pas que les gens sollicitent massivement une aide médicale simplement pour avoir un enfant blond. Il y aura toujours des résistances culturelles. À mon avis, les gens chercheront à conserver un certain profil, une certaine forme d’authenticité liée à leur culture et à leur pays d’origine. Cela dit, on voit déjà aujourd’hui que certains Antillais qui ont recours à l’insémination artificielle demandent à utiliser du sperme de donneurs blancs. Ça peut surprendre mais les raisons sociales sont assez évidentes : ils considèrent que leur enfant aura ainsi plus de chances d’éviter la ségrégation…

Pochette du disque du Meilleur des Mondes, lu par son auteur Aldous Huxley

« Une sorte de personnage abstrait va s’imposer, qu’on peut appeler l’“Homme sain” »

Plus qu’un clonage esthétique, la normalisation des êtres humains se fera donc plutôt sur des critères de santé ?

Oui, on agira d’abord sur les pathologies parce qu’en matière de santé, on peut souvent s’appuyer sur des critères de sélection objectivement démontrables, alors que les critères esthétiques sont toujours plus subjectifs.

Vous employez souvent le terme de « purification génique ». Qu’entendez-vous exactement par là ?

C’est le fait que tout le monde finira par choisir le même bébé, par éliminer les mêmes gènes. J’appelle cela du « clonage social ». À partir du moment où des critères universels de bonne santé vont s’imposer partout dans le monde, une sorte de personnage abstrait va s’imposer qu’on peut appeler l’ « Homme sain ». Nos enfants seront évidemment conformes à l’image qu’en donnera la médecine. Je ne vois pas pour quelle raison il n’y aurait pas de convergence, d’uniformisation, car les critères de bonne santé physique sont les mêmes partout.

Selon vous, cette uniformisation sera synonyme d’appauvrissement génétique. Pour quelle raison ?

D’ici trois ou quatre siècles, il y aura très probablement un nivellement génétique par le bas, une perte de diversité génétique qui finira par fragiliser l’être humain, par appauvrir l’espèce. Il faut arrêter de croire que les gènes sont simplement bons ou mauvais. On fait semblant de simplifier mais la génétique c’est quelque chose d’extrêmement complexe. Tous les gènes ont des fonctions multiples et souvent encore mystérieuses. Et puis, il n’y a pas que les gènes ! Il faut également prendre en compte les facteurs épigénétiques, c’est-à-dire l’impact de l’environnement sur ces gènes.

ADN humain / mitre.org

« Il y aura toujours des “ratés”, des enfants qui ne seront pas parfaits »

Votre livre est radical : vous actez le fait que d’ici la fin du siècle, « tous les enfants devraient être choisis dans les éprouvettes des biogénéticiens »…

En Angleterre, les parents qui louchent ont déjà accès à la fécondation in vitro pour limiter le risque que leur enfant soit atteint de strabisme. Et en Australie, tout en ignorant  les  gènes éventuellement liés à l’autisme, on peut  éliminer les embryons masculins  qui présentent un risque triple d’autisme… Je ne me fais pas d’illusions. La sélection génétique sur les embryons semble être dans l’intérêt des parents, des assureurs et de la société toute entière car les handicapés coûtent très cher… On nous dit également que c’est dans l’intérêt des futurs enfants, et là je suis plus sceptique. Parce qu’il y aura toujours des « ratés », des enfants qui ne seront pas parfaits. La seule façon d’éviter ce scénario et d’envisager une autre forme d’humanité, c’est un changement du paradigme politique et d’abord la décroissance économique. Il faut cesser de courir après la performance, la croissance à tout prix et la soi-disant « augmentation » de l’humain que nous promettent les transhumanistes. D’ailleurs, c’est marrant : ces derniers ne parlent jamais de transgenèse. Or, j’aimerais bien savoir  de quels gènes supplémentaires notre espèce a besoin… On a  sélectionné  des poules pour qu’elles pondent plus ou des vaches pour qu’elles produisent plus de lait… Et ils nous disent : l’humain du futur sera plus fort, plus puissant. OK, mais concrètement, quels gènes faut-il lui ajouter ? Et puis, les déboires actuels en matière d’OGM nous montrent bien que nous ne maîtrisons pas la transgénèse et surtout son impact imprévisible sur le fonctionnement de l’organisme.

Votre position sur la question génétique, au même titre d’ailleurs que celle d’un écologiste comme José Bové qui refuse de manipuler génétiquement l’homme comme les plantes, rejoint finalement celle des religieux conservateurs pour qui la vie est sacrée. C’est assez ironique…

Oui, ça peut paraître surprenant. D’autant que je suis athée, aucun doute là-dessus. Et vous pensez bien que depuis trente ans que je travaille sur ces sujets, j’ai été approché un certain nombre de fois par les catholiques ultra… Mais nous ne défendons pas cette position pour les mêmes raisons. Ce qui m’embête, dans le tri des embryons, ce n’est  pas le sacrifice des malformés, le fait qu’on ne veuille pas les garder, mais plutôt le sort de ceux qui justement vont passer entre les mailles du filet. Et puis, quand je parle avec les religieux de ces sujets, je leur dis bien que l’avortement est la seule garantie contre la sélection génétique. Quand on agit sur un seul fœtus, il n’y a pas de tri, pas de sélection, c’est blanc ou noir. Bon,  certains  commencent à comprendre que le vrai problème est  le DPI qui peut trier sans limites… L’avortement responsabilise les parents : on évite le pire mais on ne recherche pas le mieux.

Manifestation anti-avortement à Paris, le 22/01/2012 / afp.com/Martin Bureau

« Au final, il n’y a pas de différence entre l’eugénisme démocratique et l’eugénisme autoritaire »

Vous parlez d’un « eugénisme mou » qui s’impose dans les esprits, en France comme ailleurs. Pourquoi un certain nombre de parents n’arrivent-ils pas à assumer leur tentation eugéniste ?

Il y a trente ans, personne ne me croyait quand j’évoquais le fait qu’un jour, peut-être, on choisirait ses enfants en triant génétiquement les embryons. Aujourd’hui, par contre, on me traite d’ayatollah quand j’emploie le mot « eugénisme »… Les gens refusent ce mot parce qu’il renvoie à un passé lourd, ça fait référence à des périodes chargées de l’Histoire… Mais il faut bien être conscient qu’au final, il n’y a pas de différence entre l’eugénisme autoritaire et l’eugénisme démocratique, comme l’a d’ailleurs reconnu le Conseil d’État. Le résultat est le même : obtenir des enfants « de qualité ». Je ne m’attends pas à un soudain éveil des consciences, car quand les parents sont confrontés à ce type de décisions, ils se vivent comme des cas particuliers. Il n’y a pas vraiment de possibilité de résistance face à cette tendance.

La France est l’un des pays les plus prudents en matière de bioéthique. Pourrait-elle échapper au tri génétique des embryons ?

La France est un cas à part, c’est vrai. Elle se construit depuis des années une culture bioéthique, notamment à travers les avis rendus par le Comité d’Éthique qui nourrissent largement la loi. Mais il y deux problèmes. D’abord, le tourisme procréatif qui permet à n’importe qui d’avoir un enfant comme il le souhaite à l’étranger. Ensuite, on sent bien qu’il y a un glissement progressif en matière d’éthique : les résolutions  bioéthiques tendent de plus en plus à s’aligner sur la législation des autres pays. En 1985, quand le Comité d’éthique a rendu son tout premier avis, la position sur l’eugénisme était très claire : « le tri des embryons ne sera jamais autorisé ». Trente ans plus tard, les lignes ont bougé : on commence à dire qu’on pourrait étudier tous les embryons  pour éviter d’en arriver à l’avortement…

À part les personnes victimes d’un accident au cours de leur vie, y aura-t-il encore des handicapés dans le futur ?

Nous allons sûrement assister à la disparition de nombreux  handicaps génétiques. Après, il faut bien avoir en tête que même les individus qui ne présentent pas de risques peuvent avoir des enfants porteurs de maladies génétiques parce que leurs gamètes ont subi des mutations pendant  leur fabrication. Pour atteindre le risque zéro de « mauvaise naissance », il faudrait donc passer tous les embryons au tamis de la sélection. C’est la seule solution. Et ça arrivera car, si on supprime la pénibilité par la fabrique de gamètes en laboratoire, les parents ne prendront pas le risque d’avoir un enfant porteur d’une maladie génétique.

« Le vivant, c’est beaucoup plus compliqué qu’une simple machine »

Les "hubots" de la série suédoise Real Humans

Revenons un instant à votre affirmation sur l’affaiblissement génétique à venir de l’espèce humaine. Comment pouvez-vous en être si sûr ?

Je suis darwinien. Je crois que les espèces évoluent en créant de la diversité, qui est ensuite sélectionnée par leur environnement naturel. Or, avec la sélection génétique, on fait exactement l’inverse, sans se préoccuper du tout de l’environnement. Cet humain normalisé, qui ne sera pas passé par la sélection naturelle, pourrait tout à fait devenir handicapé dans un nouvel environnement. C’est pour ça qu’il est illusoire de croire qu’on peut tout maîtriser. Le transhumanisme, ce n’est pas de la science mais du scientisme. C’est marrant d’ailleurs, parce que ces gourous  sont souvent des informaticiens plutôt que  des biologistes. Ils veulent mettre la vie en équations, la réduire à la machine comme Descartes en son temps. Un exemple : aujourd’hui, pour répondre à la disparition des abeilles, on nous dit qu’il sera possible de fabriquer des abeilles artificielles pour polliniser les fleurs. Mais c’est  ridicule: on est et on restera incapables de fabriquer des  êtres  aussi complexes que les vraies abeilles en reproduisant leur physiologie et leurs comportements dans une machine volante miniaturisée…. Tout ça pour dire que le vivant, c’est beaucoup plus compliqué qu’une simple machine. Les transhumanistes sont d’authentiques apprentis-sorciers, mais leur idéologie semble s’imposer.

Source : usbek-et-rica.fr

 
Poster un commentaire

Publié par le 15 janvier 2016 dans général, Insolite, Nouvel ordre mondial, société

 

Étiquettes : , , , , , ,

Olivier Delamarche : « Tout le monde s’en fiche »

Afficher l'image d'origine

Vidéo partie 1 , Partie 2

« Quand le sage montre la lune, le crétin regarde le doigt ». Encore une fois cet adage se vérifie, le doigt en question étant Madame YELLEN, le « cerveau » en chef de la FED. Tout le monde ne parle que d’elle depuis des mois ainsi que de ses frères jumeaux, Monsieur Draghi pour la BCE, Monsieur Kuroda au Japon et Monsieur Zhou XIAOCHUAN pour la Chine. Cette belle brochette d’incompétents notoires dominent le monde et disent à tous, les banquiers, gérants, stratégistes, économistes de la planète ce qu’il faut penser, faire et dire.

Vous pensiez que ces gens-là s’occupaient de l’économie mondiale… Que nenni !!!

Du chômage, de la croissance, de vos revenus, de votre pouvoir d’achat ?

Pas du tout !!! Ils s’en contre f… Ils voient beaucoup plus loin que ça, leur salaire dans la banque ou le grand fond d’investissement qu’ils intègreront après avoir mis l’économie mondiale par terre, juste renvoi d’ascenseur après des années passées à gonfler les primes perçues par leurs futurs employeurs1.

Hier, nous avons eu la réponse à la question qui occupe les têtes vides de la planète finance depuis maintenant deux ans : « La FED allait-elle monter ses taux directeurs de 0,25 % ? ».

Elle l’a enfin fait.

Pourquoi ?

Pour que Madame YELLEN ne passe pas pour une idiote.

L’économie américaine est-elle tellement en surchauffe qu’il faille la calmer ? Bien sûr que non, c’est une opération marketing uniquement pour montrer au marché que l’on peut faire confiance à la Banque centrale américaine. Madame Yellen, qui de son aveu même, n’a jamais fait une anticipation exacte, prévoit une accélération de la croissance américaine alors même que tous les chiffres publiés montrent qu’ils se dirigent vers une récession, ou plutôt qu’ils n’en sont jamais vraiment sortis.

Alors que se passe-t-il pendant ce temps dans le monde réel ?

Dans le monde réel, 94 millions d’américains en âge de travailler ne travaillent pas ; 50 millions d’américains vivent avec des coupons alimentaires ; les emplois créés depuis 2008 sont en grande majorité à temps partiel dans la classe d’âge au-dessus de 55 ans et à faible rémunération ; la production industrielle est en baisse (- 0,4 en octobre, – 0,6 en novembre ) ; le déficit budgétaire reste important ce qui veut dire que l’Etat américain s’endette de 4 ou 5 pour faire 1 de chiffre d’affaires et gonfle dès lors année après année le stock de dettes ; la consommation n’est soutenue que par :

  • les dépenses obligatoires engendrées par le programme OBAMA CARE comme si en France nous rentrions les cotisations sécu dans la consommation,
  • une explosion des prêts étudiants pas toujours attribués à des étudiants et dont le taux de défaut ne cesse de croitre,
  • des « subprimes » version automobile qui ne seront eux non plus jamais remboursés.

Cette croissance annoncée, répétée, marquetée n’est qu’illusion.

Dans le monde réel, les Japonais, qui en sont à leur douzième Qantitative Easing, dont la monnaie a baissé de 65 %, publient des chiffres économiques montrant qu’ils s’enfoncent jours après jours dans une dépression sans fin. Les derniers chiffres publiés montrent une chute de 10,2 % des importations et une chute de 3,3% des exportations. Cette politique économique qui a ruiné le Japon est aujourd’hui appliquée partout dans le monde par les incompétents cités plus haut !!

Dans le monde réel, tous les indicateurs de commerce mondial sont au rouge vif, Baltic Dry Index (477) au plus bas, Harpex (366) au plus bas, cours des matières premières au plus bas, activité chinoise qui continue de chuter.

Dans le monde réel, en France, la production industrielle chute, le chômage augmente à des niveaux jamais vus malgré tous les artifices comptables utilisés par nos dirigeants.

Dans le monde réel, la Grèce s’enfonce tous les jours un peu plus, au point que les Grecques se prostituent pour manger. Vive l’Euro !

Dans le monde réel, l’Espagne, qui au dire de Monsieur Rajoy, connait une reprise de sa croissance, a en fait inclus la prostitution et la drogue dans son PIB, institué une prime à la casse pour relancer le marché automobile, alors que dans tous les pays dans lesquels cela a été pratiqué ce fut un échec. Ces mesures sont évidemment financées par du déficit budgétaire. Le chômage reste en outre à des niveaux insoutenables (plus d’un quart de la population).

Dans le monde réel, l’Italie est depuis plusieurs années en récession et n’en sort pas.

Dans le monde réel, l’Allemagne, qui était considérée comme le moteur de l’Europe, montre de graves signes de ralentissement.

Dans le monde réel, le Brésil, entré dans une forte récession, doublé d’une crise politique, ne trouve rien de mieux, après avoir dépensé beaucoup d’argent pour l’organisation de la coupe du monde de Foot, d’en dépenser encore plus pour les jeux olympiques.

Cette liste n’est évidemment pas exhaustive car malheureusement beaucoup trop longue.

Russie, Argentine, Venezuela, Moyen Orient, Afrique… Veuillez accepter mes excuses !!

Pour finir, je vous livre mes perspectives pour l’économie réelle pour les temps à venir.

Poursuite de la dégradation dans toutes les zones géographiques assortie de tensions sociales graves et de tensions géopolitiques qui aboutira à une dépression mondiale et un « reset » financier. Plus tard, il faudra trouver un nouveau modèle économique, monétaire et financier, et surtout changer les guignols en place. « On ne résout pas les problèmes avec les modes de pensée qui les ont engendrés » Albert Einstein

D’ici là, bonnes fêtes de Noël !!

Oups, je n’ai pas respecté le principe de Laïcité !! »

1PIMCO, le plus grand fond obligataire du monde vient d’engager Mr Bernanke, Mr Trichet, Mr Gordon Brown et il y a fort à parier qu’il restera une petite place pour Mme Yellen.

Olivier Delamarche, Les Econoclastes, le 21 décembre 2015

Rappels :

Economie mondiale : Qui s’en sort ? Personne

Olivier Delamarche : « Si la Fed monte les taux, ce sera une hausse anecdotique et sans effet »

PIMCO recrute Brown, Bernanke et Trichet !

source

 
1 commentaire

Publié par le 22 décembre 2015 dans économie, général, International

 

Étiquettes : , ,

« Seignalet avait raison : le gluten augmente la perméabilité intestinale chez tout le monde » (étude)

« Seignalet avait raison : le gluten augmente la perméabilité intestinale chez tout le monde » : c’est ce qu’on peut lire ce WE chez de nombreux médias mainstreams et alternatifs

Je pense aussi qu’il avait raison, sinon pensez vous que j’en aurais parlé …

La raison de cet engouement, entre autres, le site La Nutrition publie plusieurs nouveaux papiers , comme Sensibilité au gluten : disparition de certains anticorps avec un régime sans gluten .

Mais surtout, une étude parue dans la revue scientifique spécialisée « Nutrients » : Effect of Gliadin on Permeability of Intestinal Biopsy Explants from Celiac Disease Patients and Patients with Non-Celiac Gluten Sensitivity

Et donc, le site La Nutrition relaye cette étude publiée par Nutrients, dans ce papier 

Seignalet avait raison : le gluten augmente la perméabilité intestinale chez tout le monde 

Exactement Tout ce que je vous ai déjà dit est ici (re)confirmé, et comme je vous en avais parlé, il y a de plus en plus d’études parues dernièrement et que j’ai rapporté ici (et encore, pas toutes..) , qui vont dans ce sens pour le Gluten, mais aussi le lait .

Çà ressemble à une prise de conscience générale dans le monde médical.

Donc pour rester en bonne santé (ou le devenir), commencez par éviter le Gluten, et le lait. 

Vous n’avez plus qu’à relire tous mes articles sur le sujet, tout y est, tout est dit (bien avant ces nouvelles études) , et lisez l’excellent livre de jean Marie Magnien sur le régime seignalet dispo sur http://m3micronutrition.com : ça peut potentiellement vous changer la vie .

Z .

NB : Il ne s’agit pas, là encore, d’affoler les populations, mais de prendre conscience à quel point les intestins sont un organe central de notre santé. Réduire en général le gluten de notre alimentation et protéger et enrichir notre microbiote sont des préoccupations saines, préventives de nombreux troubles.  Nous ne sommes pas tous faits à l’identique et certains sont plus sensibles que d’autres. Le pain était historiquement à la base de l’alimentation des couches populaires pourrait-on faire remarquer.  Ceci n’est pas un argument. Il ne faut pas oublier la pauvre espérance de vie qui n’atteignait que 45 ans en 1900, et qui a doublé depuis sans cesser d’augmenter malgré les deux guerres mondiales.  De plus, absorber du gluten ne tue pas, il perturbe notre équilibre via l’intestin, y compris émotionnel. Un sujet important sur lequel nous reviendrons. (les brindherbes)

« Seignalet avait raison : le gluten augmente la perméabilité intestinale chez tout le monde ».

Le gluten favorise la porosité intestinale chez tout le monde, et pas seulement ceux qui souffrent de la maladie céliaque ou qui sont sensibles au gluten. Une confirmation des principes du régime Seignalet

Faut-il éviter le gluten pour être en bonne santé, et surtout faut-il l’éliminer dans les maladies auto-immunes ? D’après un article paru dans Nutrients, la gliadine du gluten augmente la perméabilité intestinale chez tous les individus, qu’ils soient intolérants au gluten ou pas. La perméabilité intestinale est un facteur-clé dans le déclenchement des réactions inflammatoires et des maladies auto-immunes, car elle favorise le passage anormal dans l’organisme, depuis le tube digestif, de fragments de protéines ou antigènes qui pourront déclencher une réponse du système immunitaire.

Le gluten se trouve dans le blé, l’orge, le seigle. La gliadine est une protéine immunogénique du gluten. Certaines personnes sont intolérantes au gluten (maladie céliaque) et doivent l’éviter. D’autres sont sensibles au gluten et présentent des symptômes qui peuvent ressembler à ceux d’une intolérance. Le régime sans gluten permet la disparition de ces symptômes.

Lire : Sensibilité au gluten : disparition de certains anticorps avec un régime sans gluten

Dans cette étude, des chercheurs américains ont étudié l’effet de la gliadine sur la perméabilité intestinale de patients intolérants ou sensibles au gluten, ainsi que chez des témoins. Contrairement aux personnes souffrant de la maladie céliaque, les personnes sensibles au gluten n’ont pas d’augmentation d’auto-anticorps contre la transglutaminase (un test permettant le diagnostic de la maladie céliaque). La réponse immunitaire chez les patients sensibles au gluten diffère donc de celle des intolérants au gluten, d’où l’idée que les similarités entre patients sensibles et intolérants proviennent d’un problème intestinal commun.

Les chercheurs ont étudié les réponses des systèmes digestif et immunitaire chez 4 groupes de personnes : des patients céliaques « actifs » (qui mangeaient du gluten depuis au moins deux mois), des patients céliaques en rémission (avec un régime sans gluten depuis au moins un an), des patients sensibles au gluten mangeant du gluten depuis au moins deux mois et des témoins avec un régime contenant du gluten. Les chercheurs ont réalisé des endoscopies et récupéré des échantillons de biopsies. Ils ont mesuré l’augmentation d’une protéine anti-inflammatoire (l’interleukine-10), une molécule qui calme la réponse immunitaire dans l’intestin.

Résultats : suite à une exposition à la gliadine, la perméabilité intestinale a augmenté chez tous les sujets, même ceux qui ne semblaient pas sensibles au gluten. Les patients qui étaient soit intolérants soit sensibles au gluten avaient tous une augmentation plus importante de la perméabilité intestinale que des patients intolérants en rémission. En même temps, les échantillons des céliaques qui suivaient un régime sans gluten avaient le moins de changement dans la perméabilité intestinale. Ceci signifie qu’un tissu intestinal qui est régulièrement exposé au gluten réagit plus fortement qu’un tissu intestinal qui n’a pas été exposé au gluten pendant un certain temps.

La barrière intestinale fait partie du système de surveillance immunitaire : dans un épithélium intestinal sain, la barrière intestinale est censée être imperméable aux macromolécules comme la gliadine, grâce aux jonctions serrées qui existent entre les cellules. Une mauvaise barrière intestinale pourrait jouer un rôle dans des maladies immunitaires.

Lire : Les additifs favorisent la perméabilité intestinale et l’auto-immunité

Par ailleurs, les niveaux de la protéine anti-inflammatoire IL-10 étaient plus élevés chez les témoins que chez les personnes sensibles au gluten ou intolérantes, ce qui suggère que leur système immunitaire a plus de ressources pour combattre l’inflammation liée au gluten.

Les résultats de l’étude suggèrent que l’exposition au gluten conduit à une altération de la fonction de barrière intestinale aussi bien chez les patients céliaques que ceux sensibles au gluten.

Lire : La sensibilité au gluten n’est pas un mythe, elle existe bel et bien

L’avis de LaNutrition.fr. Le Pr Jean Seignalet avait conçu son régime hypotoxique sans gluten ni laitages sur le principe que le gluten augmente la perméabilité intestinale et peut donc favoriser le passage de fragments protéiques qui déclenchent chez certains inflammation et auto-immunité. Parmi ces pourvoyeurs d’antigènes figurent en bonne place les protéines laitières. Raillé par les médecins, le régime Seignalet a pourtant permis à des dizaines de milliers de patients de trouver un soulagement. Cette étude confirme le bien-fondé des travaux du Dr Seignalet. Elle est un encouragement pour les personnes souffrant d’auto-immunité ou de maladies inflammatoires chroniques, à faire l’essai d’un tel régime pendant quelques semaines.

 

Marie-Céline Jacquier
La Nutrition.fr – « Effect of Gliadin on Permeability of Intestinal Biopsy Explants from Celiac Disease Patients and Patients with Non-Celiac Gluten Sensitivity« 

VIA : sott et les brindherbes

 
3 Commentaires

Publié par le 26 avril 2015 dans général, Santé - nutrition, Sciences

 

Étiquettes : , , , , , , , , , , , ,

 
%d blogueurs aiment cette page :