RSS

Archives de Tag: le peuple

GILETS JAUNES : Le Peuple Contre les Élites ?

 
Poster un commentaire

Publié par le 11 février 2019 dans général, Politique, société, Vidéos (Toutes)

 

Étiquettes : , , ,

Le “Peuple profond” installe son pouvoir

Résultat de recherche d'images pour "gilet jaunes"

Au hasard des heures, j’ai vu quelques images et échanges des habituels convives des talk-shows de cette fin de journée, samediC’était désespérément plat, morne, croulant sous les redites et les sempiternelles analyses, les gémissements que nous entendons depuis des semaines, quelques vociférations fatiguées de la même indignation ahurie et désormais chuchotée (au cas où la fortune du destin les priverait de leurs maîtres en cours pour leur en désigner de nouveaux). Enfin, couvrant tout cela de l’ombre sinistre d’une grande aile noire, l’inévitable constat d’une mobilisation de plus en plus montante des GJ, après le premier samedi de rentrée qui avait démontré la vacuité de la narrative de l’“essoufflement”, et des GJ dans un désordre de mieux en mieux organisé sans perdre la vertu du désordre, évitant autant que faire se peut les violences, déployant une insoumission pacifique d’une remarquable efficacité, s’installant dans leurs domaines comme dans leurs meubles

Je me suis fait alors la remarque que nous étions en train de vivre un moment historique de plus : de voir se mettre en place une structuration extraordinaire, à la fois dépourvue de structures contraignantes et visibles, à la fois complètement libérée de ce fait et en voie d’institutionnalisation sans emprisonnement, suffisamment enfin pour manifester une légitimité désormais évidente. C’est un deuxième pouvoir, une sorte de “pouvoir des samedis” qui se met en place ; le “Peuple profond” contre un DeepState qui n’a plus rien de régalien, qui se dissout dans l’imposture comme son modèle de “D.C.-la-folle”. (C’est la raison de l’emploi de l’expression anglo-américaine installée en un néologisme comme marque de l’infamie.)

Les GJ forment désormais un pouvoir parallèle et une structure souveraine encore plus que souterraine, dont la légitimité tend évidemment à surpasser celle des autorités pseudo-“légales” ; il ne leur est même pas nécessaire de la supplanter tant les autres font bien cela, tous seuls, sans aide de quiconque… La morosité de tout l’appareil du communicationnisme de soutien, dont les nantis de la presseSystème en première ligne, est désormais la marque d’un réel découragement et la confirmation du sentiment que j’essaie ici de restituer.

Je considérerais donc, d’une façon symbolique pour le jour, que la France est entrée samedi dans une ère nouvelle. Désormais deux pouvoirs sont installés, et la façon stupide et indigne dont le nouveau pouvoir (les GJ) a été traité explique qu’il se soit radicalisé dans son essence, pour déployer toutes ses exigences, révéler sa vraie nature et s’affirmer clairement antiSystème.

La résilience et l’entêtement impassibles des insaisissables et inclassables GJ, l’espèce d’entente collective qui les meut et semble les ordonner comme en un ballet, comme si tous ces gens répondaient à un élan qui est en-dehors d’eux pour mieux les rassembler, tout cela ne cesse de me stupéfier. Les GJ, c’est tout le monde, c’est vous, c’est moi, c’est votre voisin, que sais-je encore ; et pourtant c’est un mystère, une énigme, comme une sorte de bataillon immense, sacrée et secret, venue d’un ailleurs dont on ne sait rien pour on ne sait quelle mission chargée de tant de secrets… La seule certitude qui veuille bien nous habiter, c’est celle de juger que tout cela, et leur mission par conséquent, est décisif

En face, les mots nous manquent… C’est le désordre et la confusion, la panique et la colère, la haine et l’incompréhension, et dominant le tout, comme un Empereur qui vient d’être oint de la ruse moqueuse du Seigneur, l’omniprésente Bêtise trône. La bêtise des modernes puissants et des postmodernes très-intelligents est un phénomène qui vous coupe le souffle. Passez en revue la violence policière exacerbée par la consigne de la bourgeoisie globaliste en son pouvoir de pacotille ; les boutades furieuses-monstrueuses et infantiles-impuissantes du philosophe de salon à la belle chevelure, qui voudrait bien qu’on en finisse en tirant la chasse, non pardon en tirant avec la quatrième armée du monde sur les Gilets-Jaunes ; les complots italiens de la secrétaire d’État de l’Égalité des Chances, des femmes et des hommes, et de leur Sottise bien-tempérée…

Par-dessus tout ça, l’Angelot du miracle de Noël, Jupiter tonnant des mécaniques, rappelant que la République“ c’est des droits” mais “c’est aussi des devoirs”… Cet homme est une énigme d’impuissance et de maladresse, une énigme invertie parce que sa mise à nu ne peut être qu’une catastrophe. J’arrête là, pour souffler un peu et surtout pour citer cette actrice, – surprenante incursion pourrait-on penser, – qui trouve des mots absolument appropriés pour décrire l’énigme (Isabelle Adjani, dans Elle, repris par Spoutnik-français) :

» “C’est incroyable d’être à ce point dans l’incapacité de communiquer !” […] Il y a une grande “frilosité gênée” dans [sa] façon de communiquer… Comme [s’il] refusait d’être associé, d’une façon ou d’une autre, à la frange la plus pauvre de la population. “On a l’impression qu’il ne faut pas qu’il soit touché par ça, et qu’il ne faut pas toucher à ça. Une impossibilité tactile, en tout cas avec le corps du pauvre. Il ne sait pas. Il y a là quelque chose qui est complètement en réserve et qui rend les gens fous.”

» […Les] Gilets Jaunes ne peuvent plus tolérer le discours aseptisé des politiques qui les gouvernent. “Ils ont mal, ils ont des échardes sur la langue à force d’avaler la langue de bois des politiques qui les assomment depuis des décennies”. »

Que voudrais-je dire de plus, à ce point ?

… Eh bien, ceci :la révolution s’est installée en France, sans crier gare, sans slogan ni guillotine. Elle ne la quittera plus jusqu’à ce que les événements qui doivent se faire, se fassent en vérité.

source

 
1 commentaire

Publié par le 14 janvier 2019 dans général, Politique, société

 

Étiquettes : , , ,

Charles Gave : Comment L’Euro Détruit L’Europe

 
2 Commentaires

Publié par le 25 novembre 2018 dans général, Politique, société

 

Étiquettes : , , , , , , ,

Maintenant, il faut choisir : le peuple ou les élites

Maintenant, il faut choisir : le peuple ou les élites

En France, les élites politiques, médiatiques, bancaires, universitaires ont pris parti en faveur du coup d’État de l’européiste Sergio Mattarella en Italie. 

Il s’agit d’un réflexe de classe. Mises au pied du mur, les élites politiques, médiatiques, bancaires, universitaires font front contre une décision démocratique populaire.

Le président français Macron lui-même a cru bon de se fendre de son compliment à Mattarella en saluant le « courage » et le « grand esprit de responsabilité » de son homologue italien.

Pourtant, jamais un président italien n’avait osé aller aussi loin contre le verdict de ses électeurs.

Comme le souligne Jacques Sapir, le président italien Mattarella a largement outrepassé les droits que lui confère la Constitution de son pays :

« Le refus de contresigner une nomination [d’un ministre, ndlr] ne pourrait se justifier que dans le cas de condamnations criminelles ou de conflits d’intérêt par trop évident. »

Ce n’était évidemment pas le cas pour le ministre refusé, Paolo Savona, pressenti pour l’économie par la nouvelle coalition majoritaire du parlement transalpin, mais retoqué par le président Mattarella pour euroscepticisme déclaré. Paolo Savona n’avait le tort que de menacer les intérêts des marchés financiers dont le président Mattarella se pose en garant abusif.

La guerre des classes fait rage, le peuple ne peut plus reculer

Les élites européennes, italiennes ou françaises, sont européistes.

Elle représentent tout au plus les 10 % les plus riches de la population.

Les élites européennes, italiennes ou françaises, veulent continuer à garder leur pognon, leur patrimoine, leur pouvoir politique, leur pouvoir médiatique, leur pouvoir bancaire, leur pouvoir universitaire.

La guerre des classes fait rage : aujourd’hui encore, sous nos yeux, la classe des 10 % les plus riches continue à faire sa propagande européiste à la télévision et dans tous les médias.

Les élites françaises sont retranchées dans la forteresse européiste, comme les partisans de l’Ancien Régime étaient retranchées dans le Palais des Tuileries le 10 août 1792.

De la même façon, les élites italiennes sont européistes : les élites italiennes sont retranchées dans la forteresse européiste, et elles sont prêtes à tout pour garder leur pouvoir.

Maintenant une chose est sûre : les élites européennes, italiennes ou françaises ou allemandes, n’accepteront JAMAIS le verdict des urnes s’il va contre les intérêts de leurs chers marchés financiers.

Les élites européennes, italiennes, françaises, allemandes, belges, espagnoles, n’accepteront JAMAIS le verdict des urnes.

La problématique pour les populations spoliées de leurs droits démocratiques est on ne peut plus simple : ce sera elles ou les élites.

Notre choix tombe sous le sens. La guerre des classes fait rage. On ne peut plus reculer.

BA

source

 
 

Étiquettes : , , , ,

Les enjeux de l’élection présidentielle en France : La gouvernance contre le peuple

ASSELINEAU #2017 – L’invité politique de Jean-François Achilli sur France Info – 3 avril 2017

Au passage, Trump a estimé que la course à l’Elysée était particulièrement incertaine et ne s’est donc pas prêté au jeu des pronostics. Interrogé sur Marine Le Pen, il a botté en touche : «Je ne la connais pas, je ne l’ai jamais rencontrée.»

«Je ne sais pas ce qui va se passer. Je sais que des distractions extérieures ont eu lieu et ont changé l’élection. Ça va être une course intéressante», a confié Donald Trump dans les colonnes du Financial Times, à propos de l’élection française. Le président américain, élu alors que Hillary Clinton, son propre adversaire, était embourbée dans les scandales, semble bien avoir en tête l’influence que peuvent avoir les «éléments extérieurs».

D’autre part à noter aussi, à un mois de la présidentielle, la Russie devient «dangereuse» aux yeux de Fillon :

À l’instar de nombreux représentants des élites politiques occidentaux, le candidat Les Républicains à la présidentielle française a qualifié la Russie de «pays dangereux», ce qui semble marquer un changement de rhétorique à l’approche de l’élection.

Intervenant vendredi depuis son QG de campagne à Paris, François Fillon a estimé qu’en tant que puissance nucléaire la Russie était « un pays dangereux » dont le régime politique n’était pas « identique à celui des démocraties occidentales ». Dans le même temps, le candidat Les Républicains s’est prononcé en faveur d’un dialogue avec Moscou en vue de rendre l’Europe plus sûre.

« On peut considérer que c’est un adversaire, ou alors il y a une deuxième stratégie qui consiste à essayer d’engager un dialogue pour mettre sur pied les conditions de la sécurité en Europe », a déclaré l’ex-chef du gouvernement français.

Les enjeux de l’élection présidentielle en France : La gouvernance contre le peuple

Il ne faut pas trop rire de l’élection présidentielle française de 2017. Elle se présente de plus en plus comme la rencontre historique entre deux conceptions de la vie politique, totalement opposées. D’un côté, la gouvernance, c’est-à-dire la gestion de la société par une élite cooptée, sur le modèle des grandes entreprises. De l’autre côté, le système traditionnellement appelée « démocratie », c’est-à-dire le choix par le peuple de leurs dirigeants au moyen d’élections libres et équitables.

Souvent dans l’histoire, les événements politiques en France ont marqué les époques et clarifié les dichotomies, à commencer par la distinction, aujourd’hui sur le déclin, entre « gauche » et « droite ». Cette élection pourrait en être un.

C’est quoi, la “gouvernance”?

Il devient de plus en plus clair que l’élite dirigeante transatlantique a décidé depuis un bon moment que la démocratie représentative traditionnelle ne convient plus au monde globalisé basé sur la libre circulation du capital. Il faut passer au nouveau système, la « gouvernance », un terme emprunté au monde des affaires. Il s’agit de la bonne gestion de grandes entreprises, unies dans un seul but et dédiées au maximum d’efficacité. Cette origine se reconnaît dans certains aspects de la gouvernance politique : l’unanimité quant aux « valeurs » et objectifs ; l’utilisation de comités spécialisés pour traiter certaines questions délicates, un rôle attribué à la « société civile » et aux « organisations non-gouvernementales » ; l’utilisation de la psychologie et de la communication pour former l’opinion publique ; l’isolement des trublions ; et surtout la cooptation des dirigeants.  

La vie politique en Occident correspond de plus en plus à cette description. Malgré l’alternance des partis au pouvoir, les politiques les plus fondamentales sont toujours les mêmes.

Aux Etats-Unis, le remplacement de la démocratie par la gouvernance est facilité par le système des deux partis. Les électeurs n’ont de choix qu’entre deux candidats, tous les deux sélectionnés et approuvés par les principaux actionnaires de l’entreprise nationale. Tout allait bien jusqu’au moment où la grande favorite de toute l’élite, Hillary Clinton, fut battue par un intrus, Donald Trump. La réaction hystérique sans précédent montre bien le refus de l’élite de céder le pouvoir à l’outsider, qui est toujours loin d’avoir pris tout le pouvoir. Quoi qu’il arrive, l’accident Trump illustre le mécontentement grandissant de la part des populations soumises à une globalisation dite inévitable qui les laisse sans perspective.

Hillary Clinton elle-même affectionne le terme « gouvernance » pour qualifier ses objectifs, notamment dans ses relations avec Goldman Sachs et la « société civile ». Mais même Hillary n’était pourtant pas un produit aussi pur de la gouvernance que le candidat français Emmanuel Macron.

La Gouvernance personnifié

Il suffit de regarder les couvertures des magazines pour saisir le rôle de Macron dans l’élection actuelle. Son joli minois accompagne une pléthore d’articles triviaux qui célèbrent le Wunderkind comme une vedette du show business. En janvier, la magazine Foreign Policy présentait Macron au public américain comme « le politicien français anglophone et germanophile que l’Europe attend ».

Son parcours professionnel ne laisse aucun doute sur les raisons pour lesquelles les médias apprivoisés perçoivent dans cet Emmanuel-là le Messie de la croissance.

Né à Amiens il y a 39 ans, Emmanuel Macron a passé une grande partie de sa vie à l’école. Comme la plupart des dirigeants français, Macron a accumulé des diplômes prestigieux. Il a raté l’ENS mais a fait Sciences Po et l’ENA, et fut admis en 2004 à l’Inspection Générale des Finances. A l’IGF il s’est fait remarquer par un homme d’influence, Jean-Pierre Jouyet, qui l’a recommandé à Jacques Attali, le plus spectaculaire des gourous de haut niveau, qui, depuis 35 ans, régale les dirigeants de ses visions futuristes (Jérusalem en tant que future capitale du monde, par exemple). En 2007, Attali a coopté Macron dans sa prestigieuse « Commission pour la libération de la Croissance », chargée par le Président de la République de formuler des recommandations afin de relancer la croissance économique en France.

L’objectif principal de ce cénacle de grands patrons était d’ « instaurer une nouvelle gouvernance au service de la croissance ».

Inutile de souligner que les 40 membres de la commission représentaient les intérêts du grand capital, et pas seulement le capital français. Parmi les voisins invités à formuler la liste de 316 propositions pour remodeler la France se trouvaient la Deutsche Bank et Nestlé. Tout ce beau monde légua au jeune Macron un carnet d’adresses bien rempli.

En 2008, sur recommandation d’Attali, Macron est passé à la Banque Rothschild, où il est rapidement devenu millionnaire, grâce à sa commission sur un achat par Nestle qui valait neuf milliards de dollars.

Comment expliquer une ascension digne d’un roman de Balzac ? Il était « impressionnant » se souvient Attali. Emmanuel « était très habile, extrêmement apprécié de tous les membres de la commission. Il n’a antagonisé personne et s’est créé des relations personnelles, et pour un gamin de cet âge, arriver immédiatement à être visible par 40 personnes puissantes, influentes et qui jugent, c’est un accélérateur de carrière extraordinaire. »

Voilà le mot clé de l’ascension sociale : les « relations ».

Alain Minc, un autre bon connaisseur des réseaux du pouvoir, commente la réussite de Macron en expliquant qu’un banquier d’affaires doit être intelligent, souple, rapide et charmant – qualités nécessaires pour « un métier de pute ».

Macron exprime sa sagesse en petites phrases.

« Il faut des jeunes qui aient envie de devenir milliardaires. »

Ou bien :

« On se fout des programmes! Ce qui compte c’est la vision!”

Il est clair qu’il possède une vision parfaite des sommets.

Comment former les gouverneurs de la gouvernance

Le chemin vers le sommet est balisé de contacts. L’élite de la gouvernance se reproduit par la cooptation. Ils se reconnaissent, ils se sentent, ils s’entendent.

Aujourd’hui, en réaction à une telle observation, la police de la pensée risque de crier au complotisme. Mais il n’y a ni complot ni conspiration car il n’y an a pas besoin. Ceux qui pensent de la même manière s’accordent sans problème. On n’a pas besoin de consigne.

Par ailleurs, les sentinelles de la pensée qui crient « conspi » dans ces cas semblent croire que ceux qui possèdent un immense pouvoir, surtout un pouvoir financier, ne l’utilisent pas. « Que le peuple décide ! » pensent-ils généreusement. A la manière de George Soros, par exemple.

En réalité, ceux qui possèdent beaucoup de pouvoir non seulement l’utilisent, mais ils sont convaincus qu’il doivent l’utiliser, pour le bonheur de l’humanité, pour le bien général. De leur position supérieure, ils ne doutent pas qu’ils savent ce qu’il faut faire, alors pourquoi permettre aux masses ignorantes de causer un gâchis? C’est dans cet esprit qu’il y a quarante ans, David Rockefeller a fondé la Commission Trilatérale, pour remédier à un « excès de démocratie » qui amènerait les classes travailleuses à formuler trop de revendications.

L’idéologie de nos jours fait en sorte que les masses se divertissent en se querellant sur les questions d’identité, sur quel groupe est plus victime que les autres, sur combien de genres faut-il reconnaître, et qui faut-il « haïr » pour lutter contre le crime de « haine ».

Pendant ce temps, les membres de l’élite délibèrent entre eux et décident.

Grâce à Jouyet, en 2007 Macron fut coopté par le club des Gracques, qui se consacre à la propagation des « valeurs » basées sur l’idée que l’Etat social keynésien est dépassé par la globalisation et la construction de l’Europe.

En 2011, Macron fut coopté par le Club de la Rotonde, qui conseilla au Président Hollande d’infliger à la France un “choc de compétitivité” – c’est-à-dire de favoriser l’investissement en réduisant les dépenses publiques et les coûts du travail.

En 2012, Macron fut accueilli par la French-American Foundation, qui se vante de sélectionner les « jeunes leaders » de l’avenir.

En 2014, l’arriviste est arrivé. Le 31 mai et le 1 juin de cette année, Macron assistait à la réunion annuelle de Bilderberg, tenue à Copenhague. Cet aréopage de sommités fut fondé en 1954 par le Prince Bernhard des Pays-Bas. Pas un mot n’en sort pour informer le public du consensus qui peut s’y réaliser.

Et le programme?

Abondamment vu et approuvé, Macron passa du rôle de conseiller du Président Hollande à Ministre de l’Economie, des Finances et du Numérique dans le gouvernement de Manuel Valls, où il se pressa de faire adopter l’agenda de la Commission Attali, sous prétexte de promouvoir la croissance et, bien sûr, de « créer des emplois ». On compte parmi ses exploits la vente du secteur d’énergie d’Alstom à General Electric, contre le refus de son prédécesseur Arnaud Montebourg.

Au gouvernement, Macron a réussi à faire adopter les mesures les plus impopulaires de la Présidence Hollande, ce qui n’est pas peu dire. Sa « Loi pour la Croissance », dite Loi Macron, allait dans le sens des directives de Bruxelles exigeant de nombreuses dérégulations de l’économie, mais n’a pas pu obtenir une majorité au parlement. Elle a dû être adoptée en recourant à l’Article 49.3 de la Constitution qui permet au Premier Ministre d’adopter une loi sans vote du parlement.

Sa réussite suivante, la « réforme » (ou démantèlement) de la Loi Travail, portait le nom de la jeune Ministre du Travail, Myriam El Khomri, qui donnait un joli visage et une appellation évoquant la « diversité » à une législation qui a suscité des semaines de protestations, divisé le Parti Socialiste et obligea Valls à utiliser encore une fois l’Article 49.3.

A la suite de cela, l’histoire passa à l’humour noir. Le passage « à feu et à sang » de Macron à travers le gouvernement Hollande/Valls a laissé le Parti Socialiste divisé et démoralisé. Suite à quoi, Macron quitte le champ de ruines politiques pour se présenter comme l’alternatif, l’héroïque champion de « l’avenir », « ni droite ni gauche », dans son nouveau mouvement vigoureusement appelé En Marche. Il condamne ce qu’a fait le gouvernement socialiste dans la perspective de faire la même chose, mais plus intensément et sous une autre étiquette.

En ce moment, Macron arrive en tête des sondages avec Marine Le Pen pour le première tour. Les grands médias font ce qu’ils peuvent pour que le charme du banquier suffise pour gagner l’élection à la Présidence de la République.

Les Médias et le Peuple

Malgré l’influence croissante d’Internet, la grande majorité de la population compte toujours sur la télévision et la presse pour s’informer. Dans cette élection, assez déroutante pour les gens peu politisés, les médias ont atteint un record de partialité. Echaudés par la catastrophe Trump, les gardiens médiatiques de la bonne pensée en France singent leurs collègues américains en cherchant des boucs émissaires à blâmer pour les déconvenues de la gouvernance globale. Cela doit être la faute des Russes ! Ou des « fake news » prodiguées par les sites qui ne suivent pas la ligne du journal Le Monde.

Parmi les onze candidats, les gardiens médiatiques de la bonne pensée s’émerveillent du jeune génie Macron, traitent ses rivaux principaux en délinquants, jettent quelques os aux petits candidats anodins, et ignorent les autres. Soutenu par les grands médias, Macron est le candidat de la gouvernance autoritaire, contre tout ce qui reste de la démocratie française.

 
Poster un commentaire

Publié par le 3 avril 2017 dans général, Nouvel ordre mondial, Politique

 

Étiquettes : , , , , , ,

A Lire Absolument. Comprendre le phénomène des « fakes news » – Spirale du silence, tyrannie des agissants et Pensée tribale : « La langue des dictateurs » (comment les élites bernent le peuple)

Fake News, Post-Truth, Filter Bubble, toute puissance des algorithmes, voilà, parmi d’autres, quelques-unes des expressions qui semblent aujourd’hui caractériser le plus notre rapport au numérique. 

Après le lancement de l’initiative assez controversée du Décodex du site Le Monde ce dernier est au centre d’une polémique. (Le Décodex n’arrive pas à classer resistanceauthentique.net : nous sommes dans les « inclassables » , dans la même catégorie que Youtube, Google, ou encore  Facebook , mais dans la sous catégorie « sites d’informations » : cela nous convient, pour le moment, car nous sommes aussi une « source » à proprement parler – Ndlr)

La polémique tourne principalement autour des arguments suivants :

  • la faiblesse de l’échantillon choisi (600 sites pour l’instant), en effet une goutte d’eau dans l’océan des Fake News, dans l’océan de l’information tout court.
  • l’arbitraire des critères : en gros Le Monde collerait systématiquement une pastille verte aux sites de toutes les « rédactions » au sens journalistique du terme et une pastille orange dès lors que l’on ne dispose pas de carte de presse. L’autre arbitraire souligne que l’on pourrait lire dans les sites « verts » différentes connivences liées aux partenariats du site Le Monde.
  • l’autorité morale : et là aucun mot de semble trop fort pour certains : on parle de censure, de dictature des élégances, d’inquisition, de nouvel « enfer » (au sens de l’enfer – les ouvrages interdits – des bibliothèques à la grande époque de l’inquisition).

Mindmap

(la carte heuristique de la controverse autour du décodex produite par SavoirsCom1)

La mobilisation face aux Fake News prend de l’ampleur en France, avec comme prétexte et contexte l’élection présidentielle à venir, : les grandes plateformes (Facebook et Google) se mobilisent avec l’aide de journalistes et des médias mainstream .

Comme l’expliquent Le Monde et Les Echos  :

  • le 27 février et jusqu’à la fin de l’élection présidentielle Google lancera « Crosscheck », une plateforme sur laquelle les internautes pourront « signaler » des informations douteuses ou poser des questions sur un sujet, et différentes rédactions (l’AFP, Les Echos, Le Monde, France Télévisions, La Provence, …) ainsi que des étudiants en journalisme mais également « plusieurs sociétés de tehnologies » (sic) pourront alors faire du debunking ou du fact-checking ciblé.
  • Facebook de son côté, après avoir annoncé il y a quelques jours des modifications sur son algorithme visant à atténuer certains effets de personnalisation, tout en état partenaire du projet « Crossckeck », lance ce lundi son propre outil baptisé « CrowdTangle » en collaboration avec « 8 rédactions partenaires » (Le Monde, AFP, BFM-TV (sic), Franceinfo, France Médias Monde, L’Express, Libération et 20 Minutes). Là encore c’est aux internautes de « signaler » les informations douteuses, qui sont analysées par lesdites rédactions partenaires et si au moins 2 d’entre elles la jugent effectivement fausse ou douteuse, l’info se verra ajouté un petit pictogramme et il sera dans certains cas possibles d’accéder à un article correctif. Une information ainsi repérée et identifée par un pictogramme ne pourra, en outre, plus bénéficier de publicité (et donc devrait voir sa portée ‘son « reach ») diminuer.

5075052_3_5ded_pour-les-liens-signales-comme-problematiques_09bee2c7a1ae0e8479434431095079a1

La grille d’analyse proposée par le Décodex du site Le Monde :

Résultat de recherche d'images pour "visualiser le problème des fakes news"

Pour comprendre les « fakes news », je pense qu’il faut prendre le problème sous un autre angle et tenter de comprendre la succession de biais cognitifs, culturels et sociologiques qui participent à la construction et au partage de ces différentes « fausses informations » tout autant qu’à nos éventuelles « bulles de filtre ».

Comme « média », « le » numérique tel qu’en tous cas il prend forme au sein des gigantesques écosystèmes de services ou plateformes que sont Google, Facebook et quelques autres, ce numérique là dispose d’un certain nombre d’invariants qui sont autant de fonctions et de caractérisations précises de ses modes d’agir et qui façonnent en retour la manière dont nous interagissons avec lui.

Et puis il y a tout … le reste.

L’essentiel ce sont les biais cognitifs, culturels et sociologiques. Nos biais cognitifs (culturels et sociologiques) d’abord, ceux qui n’ont absolument rien à voir avec les plateformes ou avec le numérique mais que les plateformes ou le numérique permettent souvent « d’augmenter » avec un simple effet de corrélation ; et puis les biais cognitifs (culturels et sociologiques) directement reliés au numérique ou aux plateformes avec, cette fois, un lien de causalité directe.

Ce billet n’a pas d’autre objectif que de me permettre d’y voir un peu plus clair dans la diversité et les enjeux de ces différents biais cognitifs, souvent convoqués un peu « en vrac » dès que l’on évoque, justement, les problèmes liés aux plateformes, aux Fake News, à la post-vérité et autres bulles de filtre. C’est parti.

1. Spirale du silence et tyrannie des agissants.

La spirale du silence est une théorie sociologique qui dit la chose suivante :

« [L’individu] peut se trouver d’accord avec le point de vue dominant. Cela renforce sa confiance en soi, et lui permet de s’exprimer sans réticence et sans risquer d’être isolé face à ceux qui soutiennent des points de vue différents. Il peut, au contraire, s’apercevoir que ses convictions perdent du terrain ; plus il en sera ainsi, moins il sera sûr de lui, moins il sera enclin à exprimer ses opinions.« 

Dans le premier cas (accord avec le point de vue dominant), et si l’on fait partie de ceux qui ne partagent justement pas le point de vue dominant, on dira trivialement qu’ils « hurlent avec les loups ».

Dans le second cas de figure (risque d’être isolé), la pression sociale nous conduit donc à nous enfermer dans une spirale du silence.

La tyrannie des agissants est un phénomène décrit par Dominique Cardon, qui explique la chose suivante :

« On est tous égaux a priori, mais la différence se creuse ensuite dans la mesure de nos actes, entre ceux qui agissent et ceux qui n’agissent pas. Internet donne une prime incroyable à ceux qui font. Et du coup, il peut y avoir une tyrannie des agissants. »

Or il se trouve que fréquemment, avec les effets d’écho et de viralité spécifiques aux environnements numériques, la tyrannie des agissants amplifie et accélère les possibles spirales de silence sur certains sujets de société, permettant alors parfois de faire complètement basculer l’opinion.

Un exemple – assez – simple est celui de l’élection de Donald Trump et de ses thèmes de campagne (racistes, sexistes, misogynes, etc.). Sur ces questions là, l’effet « tyrannie des agissants » a commencé par jouer : il n’y a pas beaucoup plus de gens racistes, sexistes, misogynes que de gens qui ne sont ni racistes, ni sexistes ni misogynes, c’est même a priori plutôt l’inverse. Sauf que ce sont les premiers qui s’expriment le plus (tyrannie des agissants). Et que du coup ils apparaissent comme les plus nombreux, forçant alors ceux qui sont supérieurs en nombre mais s’exprimant beaucoup moins à entrer dans leur spirale du silence. On se tait devant la parole raciste, sexiste ou misogyne parce que l’on a l’impression que c’est cette parole qui est le point de vue dominant. Et si l’on a cette impression c’est en partie lié à l’environnement numérique qui nous la fait éprouver. Car « dans » l’écosystème de Facebook ou de Google (souvenez-vous de ce qu’il se passe lorsque l’on demande à Google si l’holocauste a vraiment existé), cette parole déjà portée par la tyrannie des agissants, bénéficie en outre d’une prime à la visibilité : parce qu’elle est la plus clivante, la plus commentée et partagée et donc la plus « engageante » (au sens de l’engagement mis en avant par Facebook).

Dans un environnement entièrement déconnecté de tout paramètre numérique (un café, une réunion de famille, une réunion publique) ces phénomènes sont aussi observables. Ainsi certaines personnes prennent plus facilement la parole que d’autres et sont immédiatement considérés comme autant de leaders naturels puisqu’ils « agissent » le plus. De la même manière, je vous laisse aisément imaginer la spirale de silence dans laquelle se trouverait pris un électeur du Parti Communiste à un meeting du Front National. Mais dans le « réel », cette tyrannie des agissants ou ces effets de spirale de silence sont immédiatement rationnalisables et quantifiables par l’expérience, de manière empirique directe. Je « vois » la totalité des gens présents à ce meeting, et dans cette totalité je mesure « à vue d’oeil » que je ne partage pas les mêmes idées ou les mêmes codes vestimentaires que le plupart d’entre eux.

A l’échelle d’environnements numériques (« sur » Google, Facebook, Twitter, ou d’autres), à ces deux effets (spirale de silence et tyrannie des agissants) s’en ajoute au moins un troisième : les audiences invisibles décrites par danah boyd. Il m’est donc doublement impossible de « voir » quelle est la réalité sociologique, idéologique de la communauté dans laquelle je m’exprime puisque précisément je ne vois pas les gens auxquels je parle ou qui parlent autour de moi. Et si je dis « doublement » impossible c’est parce qu’un autre paramètre intervient qui est celle fois celui du déterminisme algorithmique (qu’on l’appelle bulle de filtre ou autrement, peu importe, si l’existence d’une « bulle de filtre » est contestable et contestés dans son ampleur et ses modalités, en revanche nul ne conteste qu’il existe un déterminisme algorithmique) déterminisme algorithmique qui, pour des raisons diverses et changeantes va favoriser et surexposer certains points de vue et en minorer d’autres.

Donc une sorte de cake de biais cognitifs et comportementaux composé de 4 étages : tout en bas la tyrannie des agissants, juste au dessus, comme causalité effective, la spirale du silence, au dessus d’elle, les audiences invisibles et tout en haut la bulle de filtre ou en tout cas le filtrage algorithmique.

J’ai essayé de reproduire la circulation d’une information sur Facebook au regard des 4 phénomènes suivants : déterminisme algorithmique, audiences invisibles, spirale du silence et tyrannie des agissants.

Diapositive1

2. Pensée tribale.

La « tyrannie des agissants » s’appuie elle-même sur une dichotomie plus profonde entre « endogroupe » et « exogroupe » que l’on nomme également « la pensée tribale ». Nous appartenons à une tribu (tribu sociologique, tribu d’opinions) et comme l’explique très bien Samuel Veissière sur InternetActu :

« La plupart de nos intuitions sont acquises socialement et associées aux valeurs de notre tribu, ou endogroupe : nous développons alors une méfiance intuitive qui tourne facilement à la haine pour tous les autres dans notre exogroupe. »

L’approche anthropologique, poursuit-il, fait qu’à certaines étapes de notre vie, nous changeons d’endogroupe, sans nécessairement en avoir immédiatement conscience et que chaque communauté dispose toujours de ses propres endo et exo-groupes qui s’affrontent plus ou moins violemment sur certains sujets.

L’autre point clé est celui qui veut que nous ayons tendance à « ignorer le contexte au sein duquel nous formons nos opinions. » A leur échelle, les plateformes de médias sociaux viennent superposer à ces compositions sociales endo ou exo-gamiques, d’autres (re)compositions sociales communautaires, supposément affinitaires, mais en réalité intangibles car invisibles dans les logiques de constitution qui les façonnent, et biaisées dans la manière dont elles nous « contraignent » à élargir systématiquement les groupes et les réseaux d’amitiés qui constitueront nos sociabilités (de manière certes « douce » mais contrainte tout de même).

Nous avons donc ici un autre « cake » composé cette fois de deux étages : celui de la « tribu » réelle dans laquelle nous forgeons nos opinions et des endo et exogroupes qui constituent les lignes d’affrontement et de conflit au sein de ladite tribu, et les communautés tribales artificiellement augmentées et construites qui participent de notre rapport à l’information et aux autres au sein des grande plateformes de réseaux sociaux. Voilà ce qui constitue la variable « sociologique » ou « anthropologique » de ce que l’on appelle commodément – et assez inexactement – la bulle de filtre, l’autre partie de ladite bulle étant constituée par les différents déterminismes algorithmiques.

Fake News, Post Truth … tout le monde ment en permanence. Tous les vieux espaces de la parole politique s’effondrent, de Cahuzac hier à Fillon aujourd’hui pour ne prendre que les deux exemples les plus récents. Mais relire et revisionner ces hallucinantes séquences de mensonge public à la lumière de ce qu’en dit Hannah Arendt (cf la citation qui est à la fin de ce papier – ou voir la vidéo associée) et après l’élection de Donald Trump nous alerte sur un autre point : ce systématisme dans le mensonge n’est pas que le stigmate apparent d’une oligarchie politique en fin de règne. Il prépare et crée les conditions d’une gouvernance par la pulsion. C’est à dire d’un nouveau totalitarisme. D’un nouveau fascisme. Dans lequel on n’aura plus à s’interroger longuement sur ces nouveaux régimes de post-vérité puisqu’ils ne seront plus que des formes déjà connues et archétypales de propagande. « Un assault contre la démocratie« . « La langue des dictateurs« .

Faire Fake Confiance

Du côté des « médias » l’ambiance n’est pas non plus à la fête. Ces derniers temps nombre d’études scientifiques et d’études d’opinion (je parle de celles avec une méthodologie sérieuse) viennent disséquer le phénomène des Fake News.

Ne nous trompons pas de crise de confiance.

Le baromètre annuel de La Croix en partenariat avec Kantar Sofres sur la confiance des français envers les médias vient de sortir et il est assez angoissant. Radio, télé, presse écrite, plus aucun média ne parvient à dépasser la barre des 50% de gens qui croient que les choses se passent réellement comme on le leur raconte (pour être exact seule la radio atteint les 52% mais elle est aussi à son plus bas niveau historique … hop vous l’avez vu passer le biais de cadrage ? 😉

Globalement le « niveau de confiance général des français envers les médias » n’avait pas été aussi bas depuis … 2002. 2002 c’est la réélection de Jacques Chirac à la présidence de la république française et l’arrivée d’un certain Nicolas Sarkozy au ministère de l’intérieur. Hé oui. Quand la droite arrive au pouvoir, la confiance des français envers les médias est au plus bas. Causalité ou corrélation ? 😉

Quand à « internet » que ce genre d’étude continue – hélas – de considérer comme « un média », le taux de confiance est à 28%.

« Quand tout le monde ment en permanence le résultat n’est pas que vous croyez ces mensonges, mais que plus personne ne croit rien.« 

Nous y sommes.

Richimage-249402hr_3_600_297

 

Dans la hiérarchie des moyens d’information les plus utilisés, « internet » se classe deuxième avec 25% derrière la télé (48%) et devant la radio (20%) et les journaux (6%).

Pourtant le même « internet » est celui qui suscite le plus la défiance des utilisateurs : 72% disent ne pas faire confiance aux informations qui y circulent.

Merveilleux paradoxe qui n’est plus si paradoxal que cela puisque qu’après lecture de ce billet vous aurez normalement compris. Compris que « sommer internet de dire la vérité » est une erreur.

Compris que ce que les gens vont y chercher, « sur l’internet« , ce n’est ni de la confiance, ni de la vérité, mais une zone de confort cognitive qui leur permet … de voir la vie en biais.

Moralité ?

Peut-être cette citation de Hannah Harendt.

Harendt

Et vous pouvez en retrouver une version longue avec le film issu de cet entretien.

Vous l’avez compris , c’est ce que font les élites avec les « fake news »: manipuler le peuple. Vous avez compris « La langue des dictateurs » .

Vous avez compris le phénomène des « fakes news » en général …

Par Z . 

Avec l’aide de Affordance

 
Poster un commentaire

Publié par le 17 février 2017 dans Education - information, général, société

 

Étiquettes : , , , , , , , , , ,

Fin du rêve pour le peuple Américain – Steven Mnuchin, un ancien de Goldman Sachs et proche de Soros nommé au Trésor

Steven Mnuchin a annoncé qu'il avait été nommé secrétaire au Trésor par Donald Trump.

Steven Mnuchin a annoncé qu’il avait été nommé secrétaire au Trésor par Donald Trump. | Photo : AFP

Bein voilà , c’est officiellement la fin du rêve Américain Trumpien et de la lune de miel post Trump du peuple US avec la nomination de l’ultra mondialiste Steven Mnuchin . Au poste clef du trésor en plus . Gouverner c’est faire des compromis, Trump vient encore de le démontrer, mais là il fait fort – Mnuchin est à l’opposé de « la ligne Trump » protectionniste pré électorale. Du coup le TTIP , pas certain que ce soit vraiment terminé …

Steven Mnuchin, ancien dirigeant de la banque d’affaires Goldman Sachs, a annoncé qu’il avait été nommé secrétaire au Trésor par Donald Trump, sur la chaîne CNBC.

Inconnu du grand public, Steven Mnuchin, le nouveau secrétaire américain au Trésor, est un ancien dirigeant de Goldman Sachs dont la proximité avec les marchés pourrait s’avérer à la fois un atout et un handicap en pleine montée du populisme.

Ancien donateur du parti démocrate, ce grand brun de 53 ans à l’allure svelte surprend son entourage quand il devient directeur financier de la campagne de Donald Trump en avril dernier.

Wall Street, Hollywood puis Washington

« Pourquoi ? », se souvient s’être interrogé Ben Bram, son ami et ancien collègue chez Goldman Sachs.

D’autant que le magnat de l’immobilier devenu président des Etats-Unis avait menacé M. Mnuchin de poursuites judiciaires pour un différend lié au financement d’un de ses gratte-ciel à Chicago.

Est-ce un suicide professionnel, se demande-t-on dans les milieux financiers, décontenancés par la rhétorique incendiaire du candidat Trump contre les immigrés et le libre-échange.

La presse économique prête à l’époque à ce père de trois enfants, deux fois divorcé, l’intention de s’installer au Trésor afin d’ajouter la touche finale à un parcours l’ayant conduit dans les principales sphères du pouvoir aux Etats-Unis : Wall Street, Hollywood et maintenant Washington.

Steven Mnuchin se voit ainsi récompensé de s’être rallié à Donald Trump au moment où les gros donateurs traditionnels du parti républicain, tels les milliardaires frères Koch, s’en détournaient.

Hollywood

Il a un CV atypique : études à l’université de Yale, Goldman Sachs, création d’un fonds d’investissement avec le soutien du financier démocrate George Soros, production avec succès de blockbusters hollywoodiens comme « Avatar » et « Suicide Squad ».

Il revient désormais à ce vétéran de Wall Street de réaliser les promesses ayant propulsé Donald Trump à la Maison Blanche sur fond de croissance modeste et d’augmentation des inégalités sociales.

M. Trump a promis des baisses d’impôts, une réforme fiscale pour inciter les multinationales à rapatrier leurs bénéfices et le démantèlement de la loi Dodd-Frank, adoptée après la crise de 2008 pour protéger le système financier et les consommateurs des abus des banquiers.

Ce nouveau ministre de l’Economie est également très attendu sur la scène internationale où les partenaires du pays redoutent une guerre commerciale.

« Il y a beaucoup à faire mais les priorités sont clairement les impôts, la réglementation, le commerce et les infrastructures », a-t-il énuméré récemment, disant espérer engager ces chantiers dans les 100 premiers jours.

« Il est pour le libre-échange. Il est favorable à la libre circulation des capitaux. C’est un mondialiste », assure à l’AFP, Jeffrey Sonnenfeld, professeur à l’Université de Yale.

M. Mnuchin est le troisième dirigeant de Goldman Sachs placé aux commandes du Trésor depuis les années 1990. Au sein de la banque d’affaires, il a notamment été témoin de l’émergence des produits financiers complexes controversés CDO et CDS qu’il qualifie à l’époque de « développements extrêmement positifs » et qui joueront un rôle important dans la crise de 2008.

Expropriations

Il quitte la banque en 2002 et fonde deux ans plus tard le fonds d’investissement Dune Capital, qui investit dans le cinéma et dans la production de films via des financements apportés aux studios 20th Century Fox et Warner Bros. La crise financière de 2008 le ramène dans la banque: il convainc les milliardaires George Soros et John Paulson de racheter aux enchères pour 1,55 milliard de dollars la banque californienne en faillite IndyMac, spécialisée dans les prêts hypothécaires « subprime ».

M. Mnuchin réussit à obtenir du régulateur bancaire FDIC qu’il assume près de la totalité des pertes en cas de défaut de paiement des clients.

Rebaptisé OneWest, l’établissement renoue très vite avec les bénéfices au prix d’expulsions tous azimuts. D’après le site spécialisé Foreclosureradar, le taux de saisie de OneWest était de 59% en 2009 contre 54% chez les autres banques.

Ces expropriations étaient aussi destinées, selon les sites Think Big Work Small et IamFacingForeclosure, à encaisser les garanties apportées par l’Etat fédéral, ce qu’a toujours rejeté M. Mnuchin.

Ses associés et lui revendront OneWest en 2014 pour 3,4 milliards de dollars, soit plus du double de leur mise initiale, au groupe CIT dont il est devenu actionnaire.

Une coalition d’associations californiennes (California Reinvestment Coalition) vient de saisir les autorités pour dénoncer des pratiques « discriminatoires » de l’ex-OneWest envers les Noirs et les Hispaniques.

Wall Street Réagit copieusement au choix de Steve Mnuchin pour le  poste de secrétaire au Trésor, et ce n’est pas un hasard … (voilà pourquoi Trump avait rencontré le patron de GS la semaine dernière …)

A noter parmi les réactions à Wall Street que sans surprise, l’ancien PDG de Goldman et ancien secrétaire au Trésor Hank Paulson a applaudi le choix de Mnuchin :

 
 

Étiquettes : , , , , , , , , , ,

 
%d blogueurs aiment cette page :