RSS

Archives de Tag: le nombre

Le nombre d’insectes diminue de manière spectaculaire et cela devrait vous inquiéter

Le nombre d'insectes diminue de manière spectaculaire et cela devrait vous inquiéter

C’est un phénomène mondial très inquiétant, et à force, le déclin de la biodiversité pourrait bien annihiler l’humanité …  Z 

Depuis la fin des années 80, la quantité d’insectes diminue fortement, indique une étude de scientifiques de Radboud University aux Pays-Bas, sur base de l’analyse d’insectes volants collectés au sein de plus de 60 réserves naturelles en Allemagne.

Avec cette étude, les entomologistes souhaitent faire comprendre que les insectes sont nécessaires à la survie de l’humanité. « Il s’agit de la chaîne alimentaire classique de troisième catégorie », a déclaré Richard Redak, entomologiste à l’Université de Californie, Riverside, et co-auteur du livre « Bugs Rule! »

« Si vous perdez des insectes, vous avez un problème « 

Une étude antérieure s’était concentrée principalement sur l’influence du changement climatique sur des espèces prises individuellement. Ces expériences avaient suivi des insectes particuliers tels que des papillons, des abeilles ou encore des mites.

Cependant, l’étude des chercheurs des Pays-Bas, de l’Allemagne et du Royaume-Uni a fait quelque chose de totalement différent. Plutôt que de se concentrer sur une seule espèce d’insecte ou de cataloguer différentes variétés de punaises, les scientifiques ont collecté tous les insectes volants de 63 réserves naturelles allemandes de 1989 à 2016.

Les chercheurs de la Radboud University ont fait usage de pièges grâce auxquels toutes sortes d’insectes volants  pouvaient être rassemblés. Les données de cette étude publiées dans la revue PLOS One, ont montré une baisse de 76% de la biomasse des insectes de mars à octobre et un déclin de 82% en plein été, alors que les insectes sont généralement durant cette saison à leur apogée.

Chaîne alimentaire

« L’étude démontre que toutes les espèces d’insectes volants, pas seulement les plus vulnérables, ont rapidement diminué en quelques décennies » explique le responsable de l’étude, Caspr Hallmann, biologiste auprès de la Radboud University. « Des pièges à d’autres endroits ont même été retrouvés presque vides. »

L’analyse a indirectement permis d’avoir une idée de la quantité d’insectes disponibles pour jouer un rôle d’herbivores, de pollinisateurs et de nourriture pour d’autres animaux. « Vous pouvez être sûr que si vous perdez les trois quarts de la biomasse des insectes, une partie importante des animaux qui se trouvent plus haut dans la chaîne alimentaire – les oiseaux, les chauves-souris et les amphibiens – seront affectés », a déclaré M. Hallmann. « Il y aura forcément des conséquences. »

« En fait, l’étude a été inspirée par le déclin de la quantité d’oiseaux aux Pays-Bas, ce qui a mené à étudier les sources de nourriture des animaux » explique Hallmann. « L’hypothèse est que la perte des insectes rend la capture de proies plus difficile pour les oiseaux. »

Pas d’extrapolation

L’étude n’avance pas de cause à ce phénomène, mais des causes traditionnelles, comme le changement  climatique, ne semblent pas avoir joué un rôle. Ces 30 dernières années, l’Allemagne a en effet connu une légère augmentation des températures, ce qui aurait mener à une hausse de la quantité des insectes. Le changement dans la diversité des plantes et dans le paysage naturel ne semble pas non plus avoir eu un impact.

Au lieu de cela, les chercheurs pensent que les insectes des réserves naturelles ont pu être affectés par les terres avoisinantes. Pour Eric Porter, un biologiste du Service américain de la faune et de la pêche ayant eu accès à l’étude, les changements dans les pratiques agricoles peuvent expliquer une grande partie de la perte de biomasse des insectes.

Selon M. Hallmann, cela pourrait inclure des engrais et des pesticides qui s’infiltrent dans les réserves, ou le fait que les insectes quittent les réserves pour des environs proches mais inhospitaliers. L’étude ne spécifie pas si ces résultats concernant la perte de biomasse peuvent être généralisés à d’autres parties du monde.

Les réserves naturelles allemandes sont caractéristiques du nord-ouest de l’Europe, mais ces zones ne ressemblent pas à des parcs naturels plus vastes dans des régions telles que les États-Unis, le Canada ou le Brésil. Cela ne veut pas dire que d’autres régions ne connaissent pas les mêmes baisses, mais cette étude n’a pas réalisé de telles comparaisons.  « Nous ne pouvons pas extrapoler », a déclaré M. Hallmann, « mais la preuve que nous avons est que tous les points vont dans la même direction, et c’est dans le sens du déclin. »

Source

 
3 Commentaires

Publié par le 17 juin 2018 dans Climat - Environnement, général, société

 

Étiquettes : , , , , , , ,

Le nombre d’espèces animales et végétales menacées a atteint un nouveau record en 2017

Résultat de recherche d'images pour "Le nombre d'espèces animales et végétales menacées a atteint un nouveau record en 2017,"

Le nombre d’espèces animales et végétales menacées a atteint un nouveau record en 2017, indique mercredi le WWF dans son bilan annuel. Les pangolins (petit mammifère insectivore présent en Afrique et Asie), les koalas et les hippocampes sont parmi les plus en danger.

La liste rouge mondiale des espèces menacées de l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN) inventorie 25.800 espèces animales et végétales menacées. Le nouveau record négatif enregistré en 2017 concerne près de 30% de toutes les espèces examinées, note le WWF.

A titre de comparaison, 24.000 espèces étaient considérées comme menacées fin 2016.

Cette année a été particulièrement morose pour les pangolins, les insectes volants ou les hippocampes, s’alarme le WWF. Les éléphants africains sont guère mieux lotis, précise encore l’ONG, qui indique aussi que «plus de 40% des espèces d’insectes suisses sont désormais considérées comme menacées, et leur nombre ne cesse de croître».

source

 
3 Commentaires

Publié par le 27 décembre 2017 dans Climat - Environnement, général

 

Étiquettes : , , , , , , , ,

Les banques pourraient réduire le nombre de distributeurs automatiques de billets

A l’instar des agences bancaires , les distributeurs de billets, leur localisation et leur nombre sont passés au crible par les grands réseaux bancaires pour  réduire leurs coûts . C’est aussi un pas de plus vers la fin du cash ..

Après la diminution du nombre d’agences bancaires, les établissements se penchent sur une réduction du nombre de distributeurs de billets.

On se souvient de la flambée des distributeurs automatiques dans les années 2000. Les banques croyaient alors avoir trouvé la martingale pour diminuer le nombre de guichetiers en automatisant les retraits de cash eh bien aujourd’hui mêmes ces robots leur coûtent trop cher. Il y en surtout trop, alors que les clients utilisent de moins en moins d’argent liquide.

Résultat : les différentes enseignes bancaires réfléchissent à l’idée de partager ces distributeurs pour en diminuer les coûts. L’idée est simple  il s’agit de créer des centres de retrait d’argent en marque blanche, plus aucun logo n’y figurera, l’essentiel c’est de partager la facture.

Disparition programmée de l’argent physique. Pour l’heure, les distributeurs vont continuer d’avoir leur place dans le paysage urbain, mais il se pourrait bien qu’à terme, ils finissent par disparaître complètement.

C’est le sens de l’histoire tout simplement parce que l’argent physique lui-même va disparaître. Bientôt on paiera avec son téléphone, avec sa montre connectée ou avec sa bonne vielle carte bancaire.

Des clients réticents. Cette disparition programmée ce sont avant tout les banques qui la souhaitent parce que gérer des billets ou des pièces de monnaie, ça leur coûte très cher notamment pour des raisons de transport et de sécurité, mais du côté des clients, c’est une autre histoire, une majorité se déclarent encore attachés au billet de banque qu’ils considèrent plus sûrs qu’une transaction électronique et qui est encore pour eux le seul paiement complètement gratuit. (source)

 
Poster un commentaire

Publié par le 18 septembre 2017 dans économie, général

 

Étiquettes : , , , , , ,

100 millions de planète potentiellement « habitables » rien que dans notre galaxie !!

Les nouveaux calculs tablent désormais sur un chiffre 1000 fois plus élevé que cette précédente estimation, puisque les chercheurs de l’Australian National University (ANU) estiment désormais que les planètes « habitables » de notre galaxie pourrait désormais se compter en centaines de milliards.

Pour obtenir cet ordre de grandeur, les chercheurs se basent sur plusieurs éléments. Le premier est le nombre toujours plus important de planètes au delà de notre système solaire, en orbite autour d’autres étoiles. Le télescope spatial a en effet fêté en janvier 2015 la découverte de sa millième exoplanète. Ils constatent ensuite que les observations du télescope spatial Kepler comportent un biais puisque le télescope est particulièrement performant lorsqu’il s’agit de repérer les planètes relativement proches de leur étoile, mais l’est moins pour débusquer celles, plus nombreuses, qui gravitent un peu plus loin. Et notamment celles situées dans la zone « habitable » de leur étoile, c’est à dire une zone dans laquelle la quantité d’énergie reçue par la planète permet à l’eau d’exister sous forme liquide. De ce fait, l’équipe considère que le nombre d’exoplanètes estimé dans notre galaxie est bien plus important que ce que supposaient les études précédentes.

Enfin, ils basent une partie de leurs travaux sur la « loi de Titus-Bode ». Une loi empirique uniquement basée sur l’observation et qui permet de prédire approximativement à quelle distance du soleil se calent chacune des orbites des planètes qui composent un système solaire. Une loi qui ne correspond à aucune théorie et qui ne peut être démontrée mathématiquement, mais qui a tout de même une valeur prédictive. Par exemple, elle a permis de déduire la période d’Uranus, ainsi que pour découvrir la planète naine Cérès, rappellent les chercheurs.

Dans leurs travaux publiés dans la revue Monthly Notices of the Royal Astronomical Society, ces derniers expliquent être partis d’un échantillon de systèmes planétaires découverts par Kepler, contenant au moins 3 planètes (soit 151 systèmes). Les mesures réalisées au sein de cet échantillon ont été extrapolées grâce à la loi de Titus-Bode de manière prédire la période de 228 planètes supplémentaires et de déduire, de manière statistique, qu’il se trouve, autour de chaque étoile, en moyenne deux planètes situées dans la zone habitable.

Zone habitable (en vert) autour d’une étoile. D’après les auteurs de l’étude, deux planètes en moyenne se trouvent dans cette zone par système solaire. © Australian National University

Dans notre système solaire, la Terre est située dans une telle zone et reçoit environ 1000 Watts par mètre carré d’énergie rayonnée par le soleil. Si l’on s’approche du soleil et que l’on dépasse Vénus, la quantité d’énergie reçue est trop importante et l’eau se vaporise. Si on s’en éloigne et que l’on dépasse Mars, alors l’eau n’existe plus que sous forme de glace. Or, seule l’eau liquide permet à la vie d’exister sous la forme que nous lui connaissons.

Ces conditions physico-chimiques sont un préalable indispensable à l’émergence de la vie. Toutefois, ce n’est pas parce qu’une planète répond à ces critères qu’elle abrite pour autant une vie extraterrestre.

« L’Univers n’est pas forcément rempli d’alien avec une intelligence semblable à la nôtre, capable de construire des radiotélescopes ou des vaisseaux spatiaux analyse Charley Lineweaver, l’un des auteurs de la publication. Si tel était le cas, nous aurions sans doute eu vent de leur existence. Il est possible qu’il y ait d’autres goulets d’étranglement à l’émergence de la vie, à moins que ces civilisations intelligentes n’aient évolué puis disparu » commente-t-il dans un article d’analyse

http://www.sciencesetavenir.fr/espace/20150205.OBS1796/le-nombre-estime-de-planetes-habitables-dans-notre-galaxie-devient-vertigineux.html

 
Poster un commentaire

Publié par le 6 février 2015 dans Espace, général, Insolite

 

Étiquettes : , , , , , , , , , , ,

Le porno fait-il vraiment baisser le nombre de mariages ?

Backlit keyboard <a href="http://commons.wikimedia.org/wiki/File:Backlit_keyboard.jpg">Photo Wikimedia CC by Colin</a>

Backlit keyboard Photo Wikimedia CC by Colin

En fait , ce n’est pas le porno en  soi, mais on est dans une société où il y a tellement de tentations, qu’il faut le dire , rares sont les couples qui tiennent toute une vie comme c’était le cas avant …. Il y a bien sur l’évolution de notre société et la « démocratisation du sex », mais aussi l’émancipation de la femme, qui a détruit la structure de base de la famille, qui avait toujours été sur un mode patriarcal (meme si ce n’était pas vrai dans les faits où il y a toujours eu une forme d’égalité homme femmes, il n’y a plus de hiérarchie préétablie dans une famille)  . Z .

L’accès gratuit à de la pornographie sur Internet serait un des facteurs responsables de la baisse du nombre de mariage, selon certains scientifiques. Dont le raisonnement est contesté.

Des chercheurs allemands ont tenté de démontrer que l’augmentation de l’offre gratuite de pornographie en ligne contribuerait à la baisse du pourcentage d’hommes mariés. Le Washington Post explique que l’étude s’est concentrée sur les hommes âgés de 18 ans à 35 ans et sur leur consommation Internet, notamment de porno et de sites religieux, censée expliquer leur relation au mariage.

«L’usage de la pornographie en particulier était plus lié aux participants qui n’étaient pas mariés que n’importe quel autre type de site, qu’il soit financier, consacré aux informations, sportif…», explique le journal. Ce qui peut sembler cohérent: on peut penser que les hommes mariés regardent, en général, moins de porno. Michael Malcom, professeur à l’université de West Chester en Pennsylvanie, évoque de son côté la «gratification sexuelle» que cherche l’homme, désormais rendue accessible grâce à la pornographie, rendant l’union avec une femme moins «nécessaire» aux hommes.

Seulement voilà, cette étude ne peut pas être prise complètement au sérieux.

Jordan Weissmann sur Slate.com met en doute le lien de causalité entre pornographie et mariage. Et plus précisément deux critères employés dans l’étude: le niveau d’éducation du père des hommes ayant participé à l’étude, et le lieu d’habitation de ces derniers.

«Les auteurs ont estimé que les fils de père éduqués seraient plus exposés à la technologie, et donc plus enclin à l’utilisation d’Internet une fois adultes. Ils ont trouvé que les villes avaient de meilleures infrastructures Internet, rendant ces hommes plus à même de regarder du porno.»

Le problème, c’est que l’étude n’a pas pris en compte de nombreux critères qui peuvent influencer l’usage régulier du porno ou non. Par exemple, les hommes vivant près du métro, rendant leurs possibilités de déplacement (et donc de rencontres) plus grandes, ou encore ceux privilégiant leur carrière plutôt que leur vie amoureuse. Autre souci, les données récoltées ne comptent pas les hommes au-delà de 35 ans. Ce qui est une erreur puisque se marier quand on est plus âgé est devenu bien plus courant de nos jours.

Egalement peu convaincu par l’étude, le site Gizmodo estime que «l’idée selon laquelle les hommes prennent la décision d’un engagement romantique en se fondant sur l’accessibilité à des visuels masturbatoires est en soi misogyne».

http://www.slate.fr/story/96107/porno-mariage

 
Poster un commentaire

Publié par le 23 décembre 2014 dans général, Sciences, société

 

Étiquettes : , , , ,

Le nombre d’ultra-riches augmente, les inégalités aussi …

Près de 40 % des milionanaires de la planète sont américains.
Près de 40 % des millionnaires de la planète sont américains. | AFP/MARK WILSON

2.4 millions de millionnaires en France : c’est énorme ! Z .

C’est à se demander si nous vivons sur la même planète. D’un côté la France et l’Europe sont plongées dans un profond marasme économique, la déflation guette, le chômage augmente et pourtant la dernière édition du « Global wealth report » de Credit Suisse sur le patrimoine des ménages nous apprend que « La richesse mondiale progresse plus vite que jamais ».

Entre la mi-2013 et la mi-2014, le patrimoine global des ménages a ainsi progressé de 8,3 % portant à 263000 milliards de dollars leur richesse totale, selon cette étude.

La création de richesse est particulièrement forte en Amérique du nord (+ 11,4%, à 91000 milliards de dollars) et en Europe (+10,6%,à 85200 milliards).

ar1

Cette hausse s’explique principalement par la bonne tenue de la Bourse, la capitalisation boursière ayant bondi de 22,6 % aux Etats-Unis et de près de 30 % en Europe.

34,8 MILLIONS DE MILLIONNAIRES

Autre enseignement de cette étude, le nombre de millionnaires a fortement progressé. La planète compte désormais 34,8 millions de millionnaires, soit 3,8 millions de plus que l’an passé.

ar2

Toujours plus haut dans cette échelle des richesses, le nombre d’ultra-riches augmente lui aussi : le rapport estime que 128 200 personnes disposent d’une fortune de plus de 50 millions de dollars.

ar3

Lire aussi : Le nombre des milliardaires atteint un niveau record en 2014

INÉGALITÉS

L’étude de Credit suisse s’intéresse aussi à la répartition de ces richesses et note que les inégalités ont eu tendance à s’accentuer depuis le début de la crise en 2008. Une fois les dettes et autres crédits déduits, il faut 3650 dollars de patrimoine pour appartenir à la moitié la plus riche de la population mondiale.

Ceux qui détiennent un patrimoine de 77 000 dollars font parti des 10% les plus riches et au-dessus de 798 000 dollars, les ménages entrent dans le cercle des 1% les plus aisés.

La moitié de la population détient moins de 1% de la richesse mondiale… mais le décile le plus riche de la population concentre 87% de cette richesse.

http://www.lemonde.fr/argent/article/2014/10/14/le-nombre-d-ultra-riches-augmente-les-inegalites-aussi_4505893_1657007.html#RlGHgJsptgKOFpvE.99

 
1 commentaire

Publié par le 15 décembre 2014 dans économie, général, International

 

Étiquettes : , , , ,

Le nombre des bénéficiaires de bons d’alimentation (« Food stamps ») culmine à 46 millions (20 % des ménages US !!) , pour le 35 e mois consécutif !!

Vive la reprise US ! 20 pour cent des ménages aux « Food stamps » ! Z . 

(CNSNews.com) – Le nombre d’Américains bénéficiaires des coupons alimentaires a dépassé les  46.000.000 , après 35 mois consécutifs de hausse, selon  les données du ministère de l’Agriculture (USDA).

De Septembre 2011 à Juillet 2014, le dernier mois pour lequel des données sont disponibles, le nombre de personnes qui participent au programme « Supplemental Nutrition Assistance » (SNAP, ou « Food stamps ») a dépassé les 46 millions. En Juillet 2014, il y avait 46.486.434 bénéficiaires du programme SNAP.

nourriture participation de timbre graphique

Alors que le nombre de personnes participant à SNAP en Juillet a légèrement diminué, depuis les 46 496 252 de personne qui participaient en Juin, le nombre de ménages participants a augmenté dans le même laps de temps de 22.714.042 en Juin  à 22.715.583 en Juillet.

Durant l’exercice 1969, la participation mensuelle moyenne dans le programme SNAP était de 2 878 000. Au cours de l’exercice 2013, c’est monté à 47.636.000, soit une augmentation de 44,758 millions ou 1 555 pour cent.

nourriture timbre graphique mensuel

En 1969, la  population nationale se situait à 202 676 946 de personnes, ce qui signifie que les 2.878.000 de personnes aux bons alimentaires représentaient 1,4 pour cent de la population. En 2013, la  population nationale se situait à 316 128 839 de personnes , ce qui signifie les 47.636.000 personnes en moyenne qui participent au SNAP représentés 15,1 pour cent de la population.

En 2013, un ménage américains sur cinq , ou 20 pour cent, ont participé au programme SNAP. En 2013, il y avait 23.052.396 de ménages qui ont participé au programme SNAP, ce qui représente prés de 20 pour cent des ménages, la population des ménages étant de 115.013.000 ménages .

http://www.cnsnews.com/news/article/ali-meyer/food-stamp-recipients-top-46-million-35th-straight-month – resistanceauthentique

 
Poster un commentaire

Publié par le 20 novembre 2014 dans économie, général, Insolite, International

 

Étiquettes : , , , , , , , , ,

 
%d blogueurs aiment cette page :