RSS

Archives de Tag: la même ligne

Les scientifiques du climat sont-ils contraints de rester sur la même ligne ?

Un des 1ers à avoir dénoncé l’arnaque du réchauffement climatique du à l’homme est l’ancien ministre Claude Allegre, un des plus grands spécialistes mondiaux (qui pense que nous sommes à l’aube d’une glaciation)  :

Dés 2010, Allegre a lancé un « appel » pour dénoncer ça, et le retour fut un autre appel par des « scientifiques du climat » dénonçant une « falsification » d’Allegre, notamment sur la courbe de Grudd  :

« L’Appel lancé par des scientifiques du climat contre les insultes et les mensonges et falsifications (ci-contre la fameuse courbe de Grudd falsifiée par l’ancien ministre)  lancés par Claude Allègre porte désormais 583 signatures. » (2010)

 

courbe de Grudd « Allegre » : le CO2 monte, mais pas la température …

Revue de presse 2013-2014 Z@laresistance (spécial été)

Après avoir rejoint un groupe de lobbying controversé critiquant le changement climatique, le météorologiste Lennart Bengtsson se plaint d’avoir été banni par des collègues, l’amenant à démissionner. Certains scientifiques se plaignent que les pressions à se conformer à l’opinion du consensus soient devenues un frein sérieux dans le domaine(1).

bengtsson

La nouvelle de l’adhésion de Lennart Bengtsson, l’ancien directeur respecté de l’Institut de Météorologie Max Planck de Hambourg, à la Global Warming Policy Foundation(GWPF) a fait des vagues au sein de la communauté de la recherche climatique. La GWPF est particulièrement connue pour son scepticisme à propos du changement climatique et ses efforts pour saper la position du GIEC. Le séisme que sa décision a provoqué dans la communauté scientifique a bouleversé Bengtsson.

Le scientifique déclare que des collègues exerçaient tellement de pression sur lui après son adhésion au GWPF qu’il a quitté la fondation par crainte pour sa santé. Bengtsson a ajouté que ce traitement lui avait rappelé les persécutions des personnes soupçonnées de communisme aux Etats Unis à l’époque du Maccarthysme dans les années 50.

Tous ses confrères en climatologie ne sont pas d’accord. Gavin Schmidt, un climatologue et modélisateur de climat à la NASA, qualifie « le parallèle avec McCarthy » de « ridicule ». « Ayant été réellement menacé de sanctions pénales par un Sénateur des Etats Unis simplement pour de la publication scientifique, je ne vois vraiment pas que la totale liberté de Bengtsson de s’associer avec qui il veut – et laissez-moi être clair, il a cette liberté – ait été en aucun cas été compromise. »

Mais Bengtsson maintient que même des collègues proches l’ont fui. Il dit qu’un partenaire de recherche, craignant que sa réputation ne soit compromise, s’est retiré d’une étude qu’ils effectuaient en commun. Bengtsson ne donne pas de détail se bornant à dire que l’incident fut blessant.

Schmidt de la NASA critique aussi cette affirmation. « C’est si vague que ça n’a aucune signification, et sans un exemple concret il est impossible de connaître ce qui est avancé ».

Nuages accumulés avant la tempête

Il apparait maintenant que les nuages de la controverse se sont accumulés avant la tempête actuelle. En février, Bengtsson a subi un revers significatif. Le journal scientifique Environmental Research Letters refusa de publier une de ses études prédisant un effet de serre plus faible. Les réviseurs décrirent les conclusions du rapport comme « peu utiles » et ajoutaient, « en réalité il est nuisible d’ouvrir la porte a des allégations d’ ‘erreurs’ trop simplistes à des médias climato-sceptiques ».

Le respecté climatologue allemand Hans von Storch de l’Institut de Recherche Côtière au Centre Helmholtz, qualifia la justification de « scandaleuse » et accusa le journal de décision à motivation politique non basée sur des normes scientifiques. Dans une déclaration sur le site de IOP Science, l’éditrice Nicola Gulley souligne que l’étude a été rejetée pour des raisons scientifiques. Elle soutient que le travail de Bengtsson ne correspondait pas aux normes élevées du journal.

Les chercheurs du climat sont maintenant engagés dans un débat pour savoir si leur science est handicapée par un conformisme compulsif. Ils se demandent si la pression pour parvenir à un consensus n’est pas trop grande. Ils se demandent si la critique n’est pas en train d’être neutralisée. Ce n’est rien moins que la crédibilité de la recherche sur le changement climatique qui est en jeu, ainsi que la question même de savoir si la recherche climatique est encore fiable.

Bengtsson disait dans un entretien avec Spiegel Online qu’il voulait ouvrir le débat sur le changement climatique en joignant la GWPF. Il disait qu’en raison de grandes lacunes de compréhension, la pression pour parvenir à un consensus dans la recherche climatique « n’avait aucun sens ».

Néanmoins, en rejoignant le groupe de lobbying politique, Bengtsson s’est offert lui-même à la critique selon laquelle il avait pris une position inappropriée pour un scientifique de sa stature.

‘Nous ne sommes pas un lobby’

D’après Eric Steig le climatologue de l’Université de Washington les activités de la GWPF ont plus à voir avec le Maccarthysme que le cas de Bengtsson. Il dit que la GWPF se vante d’enquêter sur les chercheurs du climat. « Ils ont aussi publié des articles d’opinion sur leur site web accusant les principaux chercheurs du climat d’avoir des ‘sociétés secrètes’ » et des agendas politiques conçus avec des buts politiques spécifiquement de gauche sur le changement climatique« , il ajoute : »Ils ont accusé les écoles britanniques de ‘laver le cerveau’ des élèves en leur enseignant le changement climatique« . De son côté, la GWPF se décrit elle-même comme un groupe de réflexion qui documente des arguments exposant pourquoi le changement climatique est surestimé en tant que problème.

Reno Knutti de l’université technique ETH de Zurich est également critique. »Des organisations comme la GWPF contribuent à transformer un débat scientifique en guerre de religion « , affirme-t-il. » Ils distribuent des rapports pseudo-scientifiques, alors qu’il poursuivent en réalité un but politique« , dit Knutti. Jochem Marotzke qui a succédé à Bengtsson à l’Institut de Météorologie Max Planck, dit «l a GWPF travaille délibérément de façon sélective. Ils mentionnent seulement les arguments qui appuient leur objectif. Les contre arguments sont mis sous le tapis ».

Le professeur Myles Allen, un chercheur du climat d’Oxford, dit « Le problème est leur agenda anti science, clairement illustré par le fait qu’ils ont refusé sans détour de soumettre leur récent rapport critiquant l’AR5 du GIEC au même système de revue par les pairs auquel le rapport du GIEC fut lui-même soumis » (2).

Le directeur de la GWPF Benny Peiser conteste ce genre d’assertion : « Nous ne sommes pas un lobby ; nos scientifiques n’ont pas d’opinion collective ou officielle sur aucun sujet. S’il n’y avait pas de tabous dans la science du climat ou la politique climatique, la GWPF n’existerait probablement pas ».

Avocats furtifs

Roger Pielke Jr., un scientifique de l’environnement de l’Université du Colorado, professeur depuis longtemps critique de la politisation du débat climatique, dit que le groupe utilise la science pour masquer son agenda politique. Pielke souligne cependant qu’en tant que groupe de lobbying la GWPF »a parfaitement le droit d’avancer tous les arguments qu’il veut. Il se concentre souvent sur un plaidoyer discret – cachant sa politique derrière la science – une stratégie courante dans le débat climatique, rencontrée de tous les ‘côtés’, et assez commune de bien des problèmes« .

Von Storch convient que d’autres groupes politiques, comme les groupes environnementaux, font aussi usage »d’avocats discrets« pour influencer le débat scientifique. Pielke argumente que »dans une démocratie, les gens organisent toutes sortes d’intérêts communs, comme il se doit, et beaucoup ont des valeurs que je ne partage pas. Et alors ? Les raisons de Bengtsson de s’associer avec la GWPF sont parfaitement légitimes. Qu’il ressente une forte pression de la part de ses pairs, avec des sanctions sociales et autres reflète la nature profondément politisée de ce problème« .

Il demande à ce que la recherche scientifique soit maintenue à des standards plus élevés que ceux des groupes de lobbying, mais même ces standards doivent doivent faire l’objet d’une attention plus soutenue.Depuis des années bien des climatologues se sont plaint en silence de harcèlement et d’exclusion. Mais la situation de cette discipline scientifique est-elle pire que dans d’autres branches ? Roger Pielke Sr, un chercheur senior scientist de l’Université du Colorado et père de Pielke junior, dit, »Malheureusement, la science du climat est devenue très politisée et les opinions qui diffèrent complètement de celles contrôlées par le processus dévaluation climatique sont, soit ignorées, soit ridiculisées. Je suis d’accord à 100 pour cent avec les allégations du très distingué Lennart Bengtsson« .

Mais quels sont ceux qui politisent ? Knutti dit que c’est facile à voir. « Si vous êtes politiquement de gauche, vous croyez au réchauffement climatique » , dit-il « si vous êtes de droite, c’est beaucoup moins probable » . Il ajoute que la limite entre l’opinion et les faits est souvent brouillée, même chez les scientifiques.

Déloyale, dégoûtante, destructive

»Chaque camp dit que l’autre politise le débat« , explique Wener Krauss, un ethnologue de l’environnement au Centre Helmholtz pour les Matériaux et la Recherche Côtière de Geesthacht en Allemagne. D’après lui, la recherche climatique est dominée par de »fortes individualités« qui savent comment exploiter les médias chaque fois qu’ils le veulent. Krauss prétend que Bengtsson a géré son adhésion à la GWPF dans les médias et soutient que la recherche climatique est tombée dans les affres de l’équivalent scientifique de la ferveur religieuse. Pour lui, il n’est pas étonnant que Bengtsson ait été pris sous un feu roulant après sa décision.

En même temps, Heinrich Miller de l’Institut Alfred Wegener pour la Recherche Polaire et Maritime dit, « J’ai trouvé que la réaction de ses collègues était choquante. Apparemment il y a une déconvenue générale parce qu’un brillant scientifique a rendu publics ses doutes scientifiques« . Miller ajoute que le cas Bengtsson lui rappelle la façon dont les politiciens utilisent des »combines déloyales » pour museler les opposants.

Pielke Jr. confirme que la recherche climatique est un dur métier. « Nous voyons des politiques agressives » , dit-il. « J’ai personnellement expérimenté de très fortes pressions sociales et professionnelles durant des années. Cela inclut des menaces sur mon job, de l’ostracisme professionnel, de fausses représentations de mes recherches et points de vues, des efforts pour m’empêcher de parler en public et des menaces physiques dont beaucoup sont publiquement documentées » . Il prévient que »quiconque souhaite participer au débat public sur le changement climatique doit le faire en sachant comment est la politique de nos jours – « Déloyale, dégoûtante, destructive ».

Le Réchauffement Global est considéré comme un dogme

Le Climatologue Michael Mann parle même de « guerres climatiques ». Il dit que durant des années il a été l’objet d’attaque par des groupes conservateurs sceptiques du changement climatique, spécialement après le scandale du « Climategate », lorsque ses courriels furent publiés illégalement. L’autre camp ne le cède en rien non plus – au moins lorsqu’il s’agit de vitriol. Un professeur Autrichien est allé jusqu’à demander la peine de mort pour les climato-sceptiques.

Miller déclare que les scientifiques furent plus politisés que jamais du fait de la recherche d’un consensus pour le 5° rapport du GIEC. « Le Réchauffement global est à considérer comme un dogme. Quiconque doute pèche », dit le renommé chercheur qui a été étiqueté « climato-sceptique » après avoir émis des doutes sur la validité scientifique des simulations sur ordinateur.

Par contraste Knutti met en garde contre trop d’insistance sur le défaut de certitude des preuves. A son avis la critique sévère de Bengtsson sur les prévisions de changement climatique est trompeuse, expliquant que les modèles ont donné des résultats utilisables qui ont été testés sur des changements climatiques historiques. Le cinquième rapport du GIEC qui a demandé des centaines de milliers d’heures de scientifiques, dit Knutti, documente parfaitement la série de résultats. A son avis, s’asseoir et attendre que toutes les questions soient résolues n’est pas une alternative, et décrit dans une large mesure ce qu’on appelle le scepticisme comme une tromperie délibérée.

Source.

Traduction par Scaletrans http://fr.sott.net/article/22735-Les-scientifiques-du-climat-sont-ils-contraints-de-rester-sur-la-meme-ligne

1 Voir cet article de Pensée Unique pour un résumé complet de l’affaire Bengtsson.

2 David Henderson, président du conseil scientifique de la GWPF, a répondu à cette critique sur BH.

Publicités
 
Poster un commentaire

Publié par le 21 août 2014 dans Climat - Environnement, général

 

Étiquettes : , , , , , , , , , , ,

 
%d blogueurs aiment cette page :