RSS

Archives de Tag: dirigée par

« L’Europe est une secte dirigée par un alcoolique » : Olivier DELAMARCHE.

 
1 commentaire

Publié par le 11 février 2019 dans économie, général, International, Politique, Vidéos (Toutes)

 

Étiquettes : , , , , ,

La Dé-dollarisation s’accélère davantage alors que de plus en plus « d’Alliés » de Washington rejoignent la Banque asiatique d’investissement dirigée par la Chine !

Notre 1er papier sur ce sujet :

Historique – La domination du dollar touche à sa fin : Les « alliés » Européens sortent le Plan B , désertent Obama, et rejoignent en masse la banque asiatique d’investissement, pilotée par Pékin !!! ;

se terminait par «  Ce ne sera pas long avant que d’autres pays occidentaux sautent dans le train anti-dollar dans l’action et pas seulement dans les mots. »  

Et ce ne fut pas long …

Rappelez vous :

Plusieurs pays européens ont décidé d’adhérer à la Banque asiatique d’investissement pour les infrastructures (AIIB), un rival potentiel d’institutions telles que la Banque asiatique de développement (BAD) et la Banque mondiale (BM).

A l’image de la Grande-Bretagne une semaine auparavant, la France, l’Allemagne et l’Italie sont passés outre aux réticences exprimées par l’administration américaine qui s’inquiète pour la gouvernance de la nouvelle banque créée à l’initiative de la Chine.

Comme l’a initialement rapporté le Financial Times, les trois pays ont donné leur accord pour « emboîter le pas à la Grande-Bretagne et se joindre à cette banque de développement créée à l’initiative de la Chine… mettant à mal les efforts du gouvernement Obama pour garder les puissances occidentales à l’extérieur de l’institution ».

Cette décision, désormais officielle, intervient une semaine après avoir vu la Grande-Bretagne annoncer son intention de devenir un des membres fondateurs de cette banque au capital initial de 50 milliards de dollars.

Pendant ce temps, de nombreux dirigeants australiens (principal allié des Etats-Unis dans la région Asie-Pacifique) supportent ouvertement la participation à l’AIIB, ce qui marque un revirement surprenant par rapport à la position initiale du pays.

Le Premier ministre australien Tony Abbott, auparavant très sensible aux pressions de Washington, a annoncé ce week-end que son pays allait décider « bientôt » s’il allait se joindre à l’AIIB ou pas.

De plus, la Corée du Sud, la Suisse et le Luxembourg étudient la possibilité d’intégrer l’AIIB.

Près de trente pays, pour la plupart d’Asie et du Moyen-Orient, ont confirmé leur participation à l’AIIB, une institution qui a pour but d’aider à financer des projets d’infrastructure à travers l’Asie, et qui devrait être opérationnelle cette année, en 2015. La date butoir pour faire partie de ce cercle a été fixée au 31 mars.

Hé bien ce n’est pas fini, d’après le New York Times :

La tendance mondiale vers la dé-dollarisation continue, avec le Royaume-Uni qui va rejoindre l’infrastructure asiatique  de la Banque de développement dirigée par la Chine , ainsi que d’autres «alliés» américains qui dédaignent les conseils de Washington, selon le New York Times :

Ignorant les plaidoyers directs de l’administration Obama, les plus grandes économies de l’Europe ont déclaré leur désir de devenir membres fondateurs d’une nouvelle banque d’investissement chinoise en Asie, que les États-Unis voient comme un rival à la Banque mondiale et d’autres institutions mises en place au top du pouvoir de l’Amérique, après la Seconde Guerre mondiale.

 

L’annonce a été faite mardi par l’Allemagne, la France et l’Italie, qu’ils suivront la Grande Bretagne et rejoindront l’entreprise chinoise , un message cinglant à Washington de certains de ses alliés les plus proches. Ce qui a également remis en avant la question de savoir si la Banque mondiale et le Fonds monétaire international, qui sont nés d’une conférence multinationale à Bretton Woods, NH, en 1944 et qui a établi un ordre de préséance économique qui a duré 70 années, trouveront leur influence diminuée.

 

(…)

La Corée du Sud, un autre allié des États-Unis sur lequel l’administration Obama n’a pas si subtilement fait pression pour rester en dehors de la AIIB pour le moment, est en train de reconsidérer une offre pour la rejoindre, et bien que des rapports indiquent que Séoul avait déjà admis que l’entreprise semblait avoir été un peu prématuré, le pays va prendre une décision ce mois-ci et devrait discuter des détails ce week-end lors d’une réunion avec des responsables chinois et japonais.

Voici ce que dit le FT :

Les ministres des Affaires étrangères de la Chine, du Japon et de la Corée du Sud se réuniront à Séoul ce week-end pour la première fois en trois ans, dans un effort pour calmer les tensions dans la région.

 

Le trio ont des liens économiques forts mais des relations glaciales. L’Angoisse internationale à propos de cet état ​​de choses entre les superpuissances régionales a encore été amplifié par la Banque asiatique d’infrastructure et d’investissement, une initiative chinoise déclenchant l’alarme à Washington et de la discorde ailleurs.

Pendant ce temps, même l’Europe va faire le plongeon.

Via Bloomberg :

La Chine accueille favorablement la demande du Luxembourg pour être un membre fondateur de la Banque d’investissement et d’infrastructure Asiatique, a dit dans une déclaration sur son site le ministère des Finances de la Chine.

Et ainsi, avec le plus européen des pays européens qui saute dans le train en marche, et la Corée du Sud s’ appuyant incontestablement pour le rejoindre, nous disons à nouveau :

« Bottom line : ce ne est pas une théorie ou des conjectures de plus  . Chaque élément de preuve objective suggère que la domination du dollar touche à sa fin » ; conclut ZH .

La suisse vient de rejoindre la banque aussi…

Pour info, les étasuniens ne sont pas content du tout, comme vous pouvez vous en douter :

Dans une tentative de dernière minute pour atténuer la participation de ses alliés à la banque dirigée par la Chine, l’assistant du secrétaire d’État américain pour l’Asie de l’Est et le Pacifique, Daniel Russel, a dit, mardi à Séoul, qu’il doit exister des « preuves non équivoques » que cette banque prendra pour point de départ le niveau élevé de gouvernance qu’ont adopté d’autres banques de développement multilatérales.

Selon Mr. Russel, « il revient à chaque gouvernement de décider si le meilleur moyen d’atteindre cet objectif est d’adhérer avant que les articles de la charte ne soient clarifiés ou d’attendre de voir ce qu’il en sera quand la banque commencera à être opérationnelle ».

Pour répondre aux inquiétudes des Américains concernant les standards de l’AIIB, le porte-parole du ministère chinois des affaires étrangères, Hong Lei, a dit, la semaine dernière, que les opérations et la gouvernance de l’AIIB seront ouvertes, transparentes, inclusives et responsables.

La Chine, qui détient plus de 4,000 milliards de dollars en réserves étrangères, encourage la croissance de ses propres institutions multilatérales, incluant l’AIIB, la Banque des BRICS et la Banque pour la Shanghai Cooperation Organization, tout en cherchant à augmenter son poids à la Banque mondiale et au Fond monétaire international (FMI).

En plus d’être un un revers diplomatique pour l’administration américaine, la création de la banque AIIB marque une nouvelle étape dans la rivalité entre la Chine et les Etats-Unis.

Bloomberg – New York Times – Zero Hedge – Financial Times – resistanceauthentique – Goldbroker

 
3 Commentaires

Publié par le 20 mars 2015 dans économie, général, International

 

Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , , ,

 
%d blogueurs aiment cette page :