RSS

Archives de Tag: depuis

La France a acheté 115 milliards $ de dette US depuis 2008, dont plus de 51 milliards $ entre avril 2017 et août 2018 !

La France doit-elle acheter de la dette publique américaine ?

Vous lisez bien, 118 milliards de dette US qui ne sert à rien achetée en 10 ans, dont tenez vous bien plus de 51 milliards de dollars rien qu’entre avril 2017 et août 2018 ! , au moment où tout le monde s’en débarrasse de la dette US, même aux îles Caïmans !!! (lire ici, la source de cette info est donnée en bas de page, ce sont les chiffres officiels du gouvernement US, je vous la remet : http://ticdata.treasury.gov/Publish/mfh.txt)

On se demande bien qui a pu acheter une telle quantité de dette US en si peu de temps … (non, surement pas la banque de France !) Z   

par Jean-Luc Baslé – Le Cercle Les Echos

La France augmente ses achats d’obligations du Trésor américain. Son stock qui était de 3,8 milliards de dollars en février 2008, s’élève désormais à 118,4 milliards.(a) Compte tenu du risque de récession annoncé pour 2020 par Ben Bernanke, ancien gouverneur de la Réserve fédérale, ces achats se justifient-ils ?

Le rendement financier

Au plan du rendement financier, la réponse est oui. Suite à la décision de la Réserve fédérale de relever son taux directeur en décembre 2015, le rendement des obligations américaines à 10 ans n’a cessé d’augmenter passant de 1,50% en juillet 2016 à 3,25% aujourd’hui. Dans le même temps, les taux allemands ont été négatifs (-0,09% en juillet 2016) avant de remonter à 0,44% aujourd’hui. Non seulement les taux des obligations du Trésor sont plus élevés mais le marché obligataire américain est aussi plus liquide que le marché européen. La décision française se justifie donc.

Le risque financier

Au plan du risque financier, la réponse est plus nuancée. La raison tient à la dette publique américaine qui est non seulement élevé, mais croit exponentiellement. Le volume de la dette a quasiment quadruplé depuis 2000, passant de 5.674 milliards de dollars en septembre 2000 à 21.516 milliards en septembre 2018. Il représente désormais 108% du produit intérieur brut. Il se rapproche de son niveau le plus élevé dans l’histoire américaine : 118% en 1946. S’il y avait alors des raisons qui justifiaient ce niveau, ce n’est plus le cas aujourd’hui – d’où l’inquiétude de certains économistes et institutions internationales.(b) L’inquiétude est d’autant plus grande que la loi Tax Cuts and Jobs, votée par le Congrès en novembre 2017, augmentera le déficit budgétaire, donc la dette américaine, de plus de mille milliards de dollars d’ici 2020.

Cette évolution alarmante a pris naissance à la suite de la crise des subprimes de 2008. En août 2011, S&P, une des trois grandes agences américaines de notation a abaissé sa note de la dette américaine de AAA à AA+. Les deux autres (Moody’s et Fitch) ont maintenu la leur au niveau le plus élevé (AAA) ce qui surprend au regard de la nouvelle loi. Pour sa part, DAGONG, l’agence chinoise, a abaissé la sienne à son niveau le plus bas (BBB+). Il est permis de penser que ces agences font preuve d’une objectivité toute relative. Il n’en reste pas moins qu’au plan du risque, la décision française est contestable.

Attitude des principaux investisseurs

Premier banquier du gouvernement américain, la Chine a quelque peu réduit son portefeuille d’obligations américaines de 1.246 milliards de dollars en 2015 à 1.165 milliards en août 2018 (c) – une faible réduction (-6.5%), compte tenu de l’opinion de DAGONG. En revanche, le Japon, second banquier des Etats-Unis, a fortement diminué le sien qui est tombé de 1.231 milliards en 2014 à 1.030 milliards en août dernier. Cependant, plus qu’une inquiétude à l’égard du risque américain, il faut y voir une nécessité due à un accroissement constant de la dette nationale entièrement financée par l’épargne japonaise.

Pour sa part, la Russie qui détenait 150 milliards d’obligations en 2010, n’apparaît plus dans les statistiques du Trésor américain en 2018. Au rebours de cette tendance, la Grande-Bretagne a accru son portefeuille qui s’élève désormais à 273 milliards contre 55 milliards en juin 2008. En dépit de cette remontée qui se distingue par sa singularité, la part des investisseurs étrangers a baissé quelque peu ces dernières années en valeur relative.

Le risque américain ne fait plus l’unanimité d’autant que l’augmentation des taux d’intérêt accroît la charge de la dette, accentuant un peu plus le déficit budgétaire américain.

Conclusion

Au plan financier, l’investissement français se justifie s’il s’inscrit dans le court terme. Une récession aux Etats-Unis est une quasi-certitude. Mais, à l’inverse de la précédente (2008), les autorités américaines seront démunies pour lutter contre celle-ci. Compte tenu de la part de l’économie américaine dans l’économie mondiale, de l’interconnexion des économies nationales et de l’endettement élevé de nombreux pays, il est à craindre qu’elle soit profonde et étendue. Peut-être est-il temps pour la France de songer à vendre ses obligations américaines ?

Mais pourquoi la Chine ne vend-elle pas toutes les siennes ? La réponse a été donnée par John D. Rockefeller, il y a bien longtemps. On lui attribue le commentaire suivant : «si je dois dix mille dollars à ma banque, j’ai un problème. Si je lui dois un million, c’est elle qui a un problème». C’est la situation dans laquelle se trouve la Chine à l’égard des Etats-Unis. Liquider ses actifs financiers américains conduirait à un effondrement du marché obligataire et du dollar, et donc à une récession, peut-être même une dépression.Elle ne peut défaire sa position que dans le temps: cinq à dix ans, voire davantage.

—————————

(a)Soit 4,2% du produit intérieur brut prévisionnel 2018 de la France.

(b)Voir aussi l’interview de Christine Lagarde (Les Echos, 9 novembre 2018).

(c)Soit 8,5% du produit intérieur brut prévisionnel 2018 de la Chine.

envoyé par Général Dominique Delawarde

source

Publicités
 
2 Commentaires

Publié par le 12 novembre 2018 dans économie, général, International

 

Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Le Yémen fait face à «la pire famine en 100 ans»

Le conflit aurait déjà fait plus de 10.000 morts, en majorité des civils et déplacé plus de deux millions d’habitants. [MOHAMMED HUWAIS / AFP]

En 2018, 13 millions de personnes menacés de famine au Yemen … L’Arabie saoudite (et sa « coalition ») n’a décidément aucun scrupules à bombarder ce pays pour le garder dans son giron – créant des dégâts considérables . Bizarrement on entend très peu parler de cette guerre, et l’ONU ne fait rien de concret .  Pathétique d’en arriver là !! Z 

Le Yémen fait face à «la pire famine en 100 ans», selon les Nations unies. L’organisation internationale a prévenu que 13 millions de personnes pourraient être touchées.

Les Nations unies appellent donc la coalition, dirigée par l’Arabie Saoudite, à mettre un terme aux frappes aériennes et plus généralement au conflit.

En septembre, l’alerte était venue de l’ONG «Save the Children». L’organisation britannique affirmait que 5 millions d’enfants étaient menacés par la famine, à cause du conflit qui oppose depuis mars 2015 les forces pro-gouvernementales – soutenues par l’Arabie Saoudite – aux rebelles chiites houthis, soutenus par l’Iran.

Le conflit aurait déjà fait plus de 10.000 morts, en majorité des civils et déplacé plus de deux millions d’habitants. Selon l’ONU, trois Yéménites sur quatre ont aujourd’hui besoin d’aide, notamment alimentaire. Le pays est également menacé par une troisième vague de choléra.

source

 

Étiquettes : , , , , ,

La Russie va fournir des S-300 à la Syrie et « brouiller les communications de tout avion voulant frapper la Syrie depuis la mer Méditerranée » !

La Russie compte fournir à la Syrie des systèmes de défense anti-aérienne S-300 d'ici deux semaines

 

Finalement les déclarations de Poutine n’étaient que pour la forme, la Russie répond et continue de « muscler » sa politique quant au conflit syrien , et enchaine les mesures de rétorsion envers Israël , ce qui touche l’occident en général . Apres avoir ferme l’est de la Méditerranée au trafic maritime et aérien, ce qui est un coup dur pour Israël, elle va maintenant livrer le système de défense anti-aérienne ultra sophistiqué S 300 à la Syrie d’ici 2 semaines (Damas et Moscou ont signé en 2010 un accord pour la livraison de S-300, mais la Syrie n’avait toujours pas pris possession de ce matériel en raison de l’opposition d’Israël) . Autre annonce importante à noter : « les communications de tout avion voulant frapper la Syrie depuis la mer Méditerranée seront dorénavant brouillées » ! Alors là on monte encore d’un ton . Les Russes replacent leur pions . On va voir comment va réagir l’occident face à ces mesures.   Z 

Une semaine après qu’un avion russe a été abattu en Syrie – tragédie dont la Russie tient Israël responsable –, le ministère russe de la Défense a annoncé la livraison à Damas de systèmes de défense anti-missiles S-300.

La Russie a annoncé ce 24 septembre son intention de livrer des systèmes de défense anti-aérienne S-300 à l’armée syrienne, une semaine après le crash d’un avion russe Ilouchine-20 (Il-20) en Syrie, drame dont Moscou a attribué la responsabilité à Israël. Le ministre russe de la Défense, Sergueï Choïgou, a précisé : «Les forces armées syriennes seront fournies d’ici deux semaines en systèmes modernes S-300.» Ces derniers, selon le membre du gouvernement russe, «sont capables d’intercepter des appareils sur une distance de plus de 250 kilomètres et peuvent frapper en même temps plusieurs cibles dans les airs».

Le président russe Vladimir Poutine a informé directement son homologue syrien Bachar el-Assad de cette décision, lors d’un entretien téléphonique.

Nous sommes convaincus que la réalisation de ces mesures va refroidir les têtes brûlées et empêchera les actes irréfléchis constituant une menace pour nos soldats

La livraison de ces systèmes modernes, prévue par un accord signé en 2010 par Moscou et Damas, n’avait pas eu lieu jusque-là en raison de réserves israéliennes. «En 2013, à la demande d’Israël, nous avions suspendu la livraison des systèmes S-300 à la Syrie, qui étaient prêts à être utilisés», a ainsi rappelé, dans un communiqué, le ministère russe de la Défense. Or, «la situation a changé et cela n’est pas de notre fait», déclare le ministère, en référence à la tragédie du Il-20.

L’armée syrienne disposait, jusqu’alors, de systèmes de défense anti-aérienne S-200, moins avancés. En outre, des S-300 opérés par l’armée russe sont déployés autour de la base navale russe de Tartous en Syrie, tandis que des S-400, encore plus modernes, sont déployés sur la base aérien ne de Hmeinim.

«Refroidir les têtes brûlées» et «empêcher les actes irréfléchis»

«Nous sommes convaincus que la réalisation de ces mesures va refroidir les têtes brûlées et empêchera les actes irréfléchis constituant une menace pour nos soldats», a encore déclaré Sergueï Choïgou.

Pour autant, interrogé sur ses relations avec Israël, le Kremlin a assuré que la décision concernant les S-300 n’était pas dirigée contre un Etat en particulier. Le Kremlin a précisé que ce choix visait, seulement, à accroître la sécurité des forces militaires russes.

Autre annonce : les communications de tout avion voulant frapper la Syrie depuis la mer Méditerranée seront dorénavant brouillées. «La navigation par satellite, les radars de bord et les systèmes de communication de l’aviation militaire attaquant des cibles sur le territoire syrien seront supprimées dans les zones adjacentes à la Syrie en mer Méditerranée», selon le ministre russe de la Défense.

Une décision provoquée par le drame de l’Ilouchine-20

Selon Moscou, la disparition de l’avion russe Il-20 le 17 septembre au soir au-dessus de la Méditerranée, avec 15 membres d’équipage à son bord, résulte d’«une succession de circonstances tragiques» ayant abouti à un tir ami de la défense anti-aérienne syrienne. La Russie considère néanmoins Israël comme responsable de ce drame. Ce 24 septembre, encore, le Kremlin a expliqué la destruction de l’avion russe par les actions «préméditées» des pilotes israéliens

«La responsabilité dans la tragédie […] incombe entièrement à l’Armée de l’air israélienne», avait déjà conclu le porte-parole de la Défense russe, Igor Konachenkov, lors de son compte-rendu des événements le 24 septembre. D’après ce dernier, l’appareil russe a en effet été abattu par le système de défense anti-aérienne syrien alors que des F-16 israéliens s’en servaient comme couverture, pour opérer des frappes sur la province syrienne de Lattaquié.

Selon Igor Konachenkov, l’armée israélienne n’avait pas transmis à son homologue russe les informations exactes concernant la localisation de ses avions et la nature de ses cibles. Tsahal aurait ainsi déclaré s’apprêter à frapper des «sites industriels» dans le nord de la Syrie, avant de finalement réaliser des frappes dans la province de Lattaquié, à l’ouest du pays. «Les informations trompeuses fournies par [l’armée israélienne] à propos des frappes [israéliennes] n’ont pas permis à l’avion russe Il-20 de se déplacer à temps vers une zone sûre», a analysé Igor Konachenkov.

source

 

Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , , ,

Des tirs de missiles enregistrés depuis une frégate française en Méditerranée

Des tirs de missiles enregistrés depuis une frégate française en Méditerranée

Alors là attention, la France joue un jeu trés dangereux , et a pris un énorme risque avec cette attaque rapportée par le ministère russe de la Défense, car un avion Russe avec 14 militaires a été abattu dans la zone au même moment . Heureusement pour nous, ce seraient les Israéliens qui seraient indirectement liés à la destruction de cet avion. Z

Les systèmes russes de contrôle de l’espace aérien ont enregistré lundi dans la soirée des tirs de missiles depuis un navire français en Méditerranée, a déclaré le ministère russe de la Défense.

Après que des médias locaux ont signalé une attaque de missiles contre la ville de Lattaquié lundi dans la soirée, le ministère russe de la Défense a annoncé avoir également enregistré des tirs de missiles depuis un bâtiment français en Méditerranée.

«Des moyens radar russes de contrôle de l’espace aérien ont enregistré des tirs de missiles depuis la frégate française Auvergne se trouvant dans cette zone», a déclaré le ministère aux journalistes.

Dans le même temps, la base aérienne de Hmeimim, dans le gouvernorat de Lattaquié, a perdu tout lien avec l’équipage d’un avion russe Il-20 survolant la Méditerranée, à 35 km de la côte syrienne. L’incident a coïncidé avec les frappes de l’aviation israélienne contre la Syrie, a ajouté le ministère.

Auparavant, des médias syriens ont annoncé que les systèmes de défense antiaérienne de l’armée syrienne avaient repoussé une attaque de missiles menée contre les alentours de la ville de Lattaquié lundi au soir. Comme l’a affirmé à Sputnik une source militaire, les missiles ont été tirés depuis la mer et visaient des objectifs tant militaires que civils, a précisé l’agence Sana.

Selon les premières informations, sept personnes ont été blessées dans cette frappe de missiles, a annoncé à Sputnik le chef du Réseau syrien des droits de l’Homme (SNHR) Ahmad Kazem.

source

 
Poster un commentaire

Publié par le 18 septembre 2018 dans général, Guerre - 3e guerre mondiale

 

Étiquettes : , , , , ,

Les radars flashent deux fois plus depuis la limitation de vitesse à 80 km/h

« Un pognon de dingue » ..

Un mois après l’abaissement de la vitesse à 80 km/h (autrefois 90 km/h) sur les routes secondaires qui ne disposent pas de séparation centrale en France, le 1er juillet, vient l’heure des premiers bilans. Et les nouvelles ne sont pas réjouissantes pour les automobilistes puisque le nombre de flashs a été multiplié par deux en juillet par rapport à l’année précédente, révèle Europe 1 ce mardi. Un constat qui ne risque pas d’arranger les affaires de cette mesure largement contestée.

Les radars tournent à plein régime  ! Depuis l’entrée en vigueur du passage à 80 km/h sur les routes secondaires, autrement dit, l’essentiel du réseau français hors voies rapides et autoroutes, le nombre d’automobilistes flashés a doublé en juillet par rapport à la même période l’an passé. 260 000 flashs supplémentaires ont ainsi été comptabilisés, soit un chiffre multiplié de 2,1%. Au total, on recense 500 000 flashs sur l’ensemble des routes françaises ce mois-ci, selon une source de la Sécurité routière interrogée par Europe 1.

Cette forte hausse s’accompagne d’un mécontentement des usagers de la route, qui l’expriment physiquement. En effet, le nombre de dégradations de radars est lui aussi monté en flèche  : 400 dispositifs de contrôle ont ainsi été détériorés, contre 100 d’ordinaire.

Les détracteurs devront toutefois s’y faire  : le passage à 80 km/h, malgré les nombreuses critiques qu’il suscite, devrait être maintenu. Le 25 juillet, le Conseil d’État a en effet rejeté le recours déposé par 57 députés au début du mois et qui demandait la suspension en urgence du décret instaurant la fameuse baisse de 10 km/h.

Espérons que le fruit de ces nombreuses amendes sera reversé aux établissements soignant les accidentés de la route, comme le Premier ministre Édouard l’avait promis.

Source : Demotivateur

 
Poster un commentaire

Publié par le 31 juillet 2018 dans général, société

 

Étiquettes : , , , ,

Craintes sur une éruption du Yellowstone alors que le plus grand geyser au monde érupte pour la 8ème fois depuis Mars après des années de silence

Selon Zero Hedge, Les craintes d’éruption de la caldera de Yellowstone ont augmenté lorsque le plus grand geyser du supervolcan est entré en éruption pour la huitième fois . Jusqu’à présent, les scientifiques ne sont pas certains de la raison pour laquelle le geyser Steamboat continue d’exploser, ajoutant aux craintes.

Après des années de silence, le geyser Steamboat de Yellowstone a craché de l’eau bouillante à plusieurs dizaines de mètres de hauteur à huit reprises depuis Mars.  Steamboat, le plus grand geyser dans le vaste parc national de Yellowstone, n’est pas fiable du tout, contrairement au célèbre Old Faithful qui crache sa vapeur avec régularité . Mais le fait est que Steamboat a été plus fidèle, du moins ces derniers temps, en entrant en éruption huit fois depuis le 14 mars, après avoir été silencieux pendant près de quatre ans. Mais cette régularité est terrifiante et déroutante pour les scientifiques . 

Steamboat ne dégonfle pas. Considéré comme le plus grand geyser actif du monde à ce jour, il présente un regain d’activité inhabituel.

La cause de ce brusque réveil rend perplexes les géologues qui avouent ne pas être en mesure de l’expliquer . 

Voici des précisions

Le Steamboat Geyser dans le Parc National de Yellowstone inquiète les scientifiques qui se posent beaucoup de questions après sa huitième éruption depuis le mois de mars. Elle s’est produite à 9h04 le 4 juin 2018 et a propulsé de l’eau bouillante à plusieurs dizaines de mètres de hauteur. Le geyser a ensuite laissé échapper de volumineux panaches de vapeur.

Le Steamboat Geyser se manifeste très rarement, contrairement au Vieux Fidèle qui est très régulier. Sa dernière grosse éruption remonte à 2014. Les scientifiques ne savent pas pourquoi le geyser connaît subitement ce regain d’activité. Il se peut qu’un petit séisme ait ouvert un nouveau passage à la vapeur suchauffée qui fait jaillir l’eau à la surface. Il se peut aussi que la source magmatique ait subi une modification à la verticale du Steamboat. Les scientifiques prévoient de le surveiller plus activement et de mieux l’étudier pour comprendre ce qui a provoqué le changement soudain de son comportement. Ainsi, les géologues de l’Université de l’Utah ont mis en place une série de capteurs sismiques autour du geyser pour enregistrer les vibrations pendant les éruptions. Ils espèrent obtenir un modèle du réseau d’alimentation du geyser en mesurant les ondes sonores qui le traversent.

Les éruptions d’un geyser sont en surface les expressions de la libération de la pression dans le sous-sol. Au fur et à mesure que l’eau s’écoule dans le sol, elle se rapproche de la roche chauffée par le magma et se transforme en vapeur. Ce processus crée de l’eau surchauffée et sous pression qui se trouve piégée sous la surface de la Terre. Finalement, cette eau bouillante et cette vapeur rassemblent assez de pression pour surmonter la pression de l’eau qui les surmonte. Elles sont brusquement expulsées et donnent naissance à une éruption spectaculaire.

Les autorités du Parc conseillent aux personnes qui ont l’intention de se rendre à Yellowstone de prévoir la visite du Steamboat Geyser vers le 11 ou 12 juin, soit sept à huit jours après la dernière éruption.

 

 
1 commentaire

Publié par le 8 juin 2018 dans Climat - Environnement, général, Sciences

 

Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , ,

États-Unis : le plus grand déficit commercial depuis la crise financière

Lorsque vous retirez les produits pétroliers – qui ont récemment connu des exportations record aux États-Unis grâce au schiste – le déficit commercial américain n’a jamais été aussi grand.

 
Poster un commentaire

Publié par le 5 avril 2018 dans économie, général, International

 

Étiquettes : , , , ,

 
%d blogueurs aiment cette page :