RSS

Archives de Tag: chez

Delamarche sur l’Europe « Dés qu’on essaie d’en sortir, on est traité de Nazi »

Excellente émission Interdit d’interdire de Taddei chez RT . Malheureusement en ces temps de tromperie universelle, le titre de cette émission n’a aucun sens, il résonne comme le dernier cri d’un mourant avant de fermer les yeux . Le mourant c’est notre liberté – il devient de plus en plus difficile de s’exprimer librement, et ce ne sera bientôt plus possible du tout … Z

Publicités
 
7 Commentaires

Publié par le 31 octobre 2018 dans général, International, Politique, Vidéos (Toutes)

 

Étiquettes : , , , , , , , , , ,

Après les perquisitions chez LFI, l’État et les médias lynchent Mélenchon

Après les perquisitions chez LFI, l’État et les médias lynchent Mélenchon

Par Alexandre Lantier

Suite aux perquisitions menées contre La France insoumise (LFI) sur ordre du parquet de Paris mardi, la justice et les médias lancent une campagne violente contre le chef de LFI, Jean-Luc Mélenchon. Le but est manifestement de menacer d’interdire LFI, une organisation qui a reçu les voix de 20 pour cent des Français aux dernières élections présidentielles, ou du moins de faire planer sur les têtes de ses dirigeants la menace de peines considérables.

Ceci serait un pas majeur dans la transformation de l’État policier créé en France sous l’état d’urgence de 2015-2017 en un appareil servant ouvertement à écraser l’opposition politique et la colère sociale contre l’aristocratie financière. En fait, la manière dont les milieux officiels traitent cette perquisition est un avertissement de la profonde crise de la démocratie française. Un État policier existe et se consolide rapidement en France, posant une menace mortelle aux travailleurs.

L’État et les médias se concentrent sur le fait que Mélenchon se serait emporté contre les policiers qui menaient la perquisition au siège de LFI, et qui tentaient d’empêcher illégalement les députés de LFI de pénétrer dans le siège de leur parti. Ces derniers ont dû forcer une porte gardée par la police pour entrer dans leurs locaux, et le ton est monté entre Mélenchon et les policiers à l’intérieur du siège. De nombreuses vidéos de la confrontation circulent en ligne.

Dans l’une d’elles, Mélenchon dit: «Vous ne vous comportez pas en policiers républicains. … Vous ne pouvez pas nous molester, vous ne pouvez pas nous pousser, vous n’avez pas le droit de nous empêcher de rentrer dans nos locaux, surtout que nous ne posons aucun obstacle à vos perquisitions. Mais vous, vous vous comportez d’une drôle de manière. Vous entrez, vous prenez des tas de choses, vous ne dites pas quoi, vous repartez et on ne sait pas ce que vous avez pris.»

En fait, en plus d’éventuels biens personnels des dirigeants de LFI, on sait que la police a aspiré toutes les données au siège de LFI. Manuel Bompard, le coordinateur des campagnes de LFI, a dénoncé le comportement de la police et des enquêteurs: «On m’a empêché d’assister à la procédure administrative, alors que je suis le responsable légal de La France insoumise, je n’ai pas pu assister aux opérations. (…). Aucun Procès Verbal ne m’a été proposé à être signé.»

«Un policier m’a attrapé par le cou, attrapé par le bras, m’a tiré. Ce policier, sa hiérarchie est venue en lui disant ‘calme-toi’. J’ai été violenté, agressé (…). Ce qui s’est passé est inacceptable», a-t-il ajouté, en affirmant qu’il va «porter plainte au commissariat pour les coups qui (lui) ont été portés.»

Néanmoins, l’État et les médias, loin de critiquer le comportement de la police, se sont rapidement rangés derrière elle pour attaquer Mélenchon. Hier, la justice a annoncé une enquête visant le comportement de Mélenchon lors des perquisitions. Le parquet de Paris, qui avait lancé les perquisitions, a ouvert une enquête concernant des faits de «menaces ou actes d’intimidation contre l’autorité judiciaire» et «violences sur personnes dépositaires de l’autorité publique», selon L’Obs.

Plusieurs syndicats de police, proches de l’extrême-droite, ont exigé des «excuses publiques» à Mélenchon, dont le syndicat police de Force ouvrière. Le syndicat Alliance a appelé le nouveau ministre de l’Intérieur, Christophe Castaner à porter plainte contre le chef de LFI.

Pour tenter de maintenir un faux-semblant d’impartialité malgré avoir lancé cette procédure, le procureur de Paris François Molins a ensuite demandé au procureur général d’en être dessaisi au profit du procureur du tribunal de grande instance le plus proche.

Les principaux médias français lancent une vague de dénonciations de Mélenchon. Celles-ci mettent en lumière surtout le respect illimité de la police qui prédomine dans les publications «de gauche», qui sont toutes par contre d’accord pour menacer Mélenchon. LibérationLe Monde, et L’Obs ont tous publié des articles hostiles envers LFI.

Libération a sonné la charge contre LFI avec des articles réactionnaires qui laissaient entendre que le comportement de Mélenchon pourrait justifier l’illégalisation de LFI. Le journal a mis à la une la photo de Mélenchon et le titre «L’éclat de trop?» Dans son article intitulé «Perquisition chez Mélenchon: de l’insoumission à l’obstruction», qui accuse Mélenchon sans preuve d’avoir tenté de faire obstruction aux perquisitions, le journal assène: «Le leader de la France insoumise se pose en martyr politique au risque de l’illégalité.»

Ayant lancé cette menace extraordinaire, Libération s’attaque aux élus LFI: «Pas banal, en France, de voir des élus s’opposer physiquement à des policiers qui appliquent une décision de justice.»

Dans l’éditorial intitulé «Tactique», le journal joue d’abord le bon prince, avouant qu’il n’y a «rien d’étonnant» à ce que LFI «vitupère contre une opération policière d’une telle ampleur. … Mais si l’on prend un peu de recul, il faut bien dire que la réaction des leaders de La France insoumise est pour l’essentiel outrancière et peu légitime.» Déclarant que «les juges faisaient seulement leur travail», Libération conclut: «là où la limite est franchie, c’est quand des députés de la nation font entrave, par le nombre et par les décibels, à une enquête judiciaire parfaitement légitime.»

En fait, il n’y a aucune raison de croire que les juges ne faisaient que leur travail, ou que l’enquête judiciaire qui a servi de prétexte aux perquisitions est «parfaitement légitime.» On a récemment appris que le premier ministre Edouard Philippe avait «auditionné» tous les candidats au poste de procureur de Paris. Le journal Les Echos a traité cela de «fait inédit» et relevé «Un entretien ‘assumé’ par Edouard Philippe, qui désire ‘être certain’ qu’il sera ‘parfaitement à l’aise’ avec le futur procureur.»

En clair, le procureur a été soigneusement choisi par le pouvoir, qui était sans doute au courant mardi d’une opération de police d’une telle envergure – avec une quinzaine de perquisitions menées par plus d’une centaine de policiers – avant qu’elle ne se produise. L’attaque contre Mélenchon et LFI est manifestement une attaque politique, menée alors que l’exécutif est au plus bas dans les sondages et qu’il cherche désespérément à étouffer toute opposition sociale à son programme.

Ceci souligne encore une fois la faillite politique de l’orientation politique proposée par Mélenchon lui-même, son nationalisme, ses liens avec l’armée et le renseignement, et son appel à intégrer des forces de droite dans LFI, le plus récemment à son université d’été. Il est important de souligner le fait remarquable que malgré ces liens dans l’appareil d’État, Mélenchon semble avoir été surpris par la perquisition menée contre lui mardi. Les divers policiers et officiers du renseignement que LFI a recrutés n’ont pas pu ou pas voulu prévenir Mélenchon de la perquisition qui se préparait.

Ceci souligne que la seule voie pour aller de l’avant est défendre les droits démocratiques et LFI.

source

 
2 Commentaires

Publié par le 19 octobre 2018 dans général, Politique

 

Étiquettes : , , , , , , ,

Un vaccin contre le cancer avec une réussite de 100 % chez la souris !

 Un tournant dans la médecine moderne ? Récemment, un nouveau vaccin contre le cancer a démontré des capacités prometteuses. En effet, celui-ci pourrait lutter contre le cancer et, surtout, empêcher le retour des cellules cancéreuses agressives.

Publiée le 27 août dernier dans la revue de l’Académie des sciences américaine, cette étude fait état d’une série d’expériences aux résultats sans précédent : une équipe internationale de chercheurs a testé un nouveau vaccin expérimental contre le cancer de la peau sur des souris, avec le résultat impressionnant de 100 % de réussite.

Utilisé conjointement avec d’autres traitements contre le cancer, ce remède plein de promesses a montré qu’il possédait la capacité d’éliminer des cellules cancéreuses particulièrement agressives, comme celles du mélanome (cette tumeur est la forme la plus grave de cancer de la peau). Ainsi, les scientifiques ont ajouté une molécule appelée Diprovocim à un vaccin déjà existant. Puis ils ont réparti les souris en trois groupes de huit individus : le premier groupe a reçu le vaccin expérimental, le second le vaccin avec du Diprovocim, et le troisième le vaccin avec un adjuvant à base d’alun.

Les chercheurs ont alors pu observer des cellules anticancéreuses se développer chez les souris du deuxième groupe. Celles-ci ont survécu à 100 % au-delà de 54 jours, quand 0 % des membres du premier groupe ont survécu, tandis que 25 % des souris du dernier groupe ont survécu.

En outre, ce nouveau vaccin incite le système immunitaire à produire une réponse ciblée similaire si les cellules cancéreuses reviennent à la charge. « Tout comme un vaccin peut entraîner le corps à lutter contre les agents pathogènes externes, ce vaccin entraîne le système immunitaire à rechercher une tumeur », écrit le professeur Dale Boger, l’un des auteurs de l’étude. Quand les chercheurs ont tenté de réintroduire la tumeur chez une souris du deuxième groupe, « elle n’a pas prise » car « l’animal était déjà vacciné contre elles », explique Boger.

L’étude n’en dit pas plus sur les expériences à venir, mais l’équipe de chercheurs devrait poursuivre les tests de ce vaccin si prometteur, en espérant qu’il ait un effet aussi spectaculaire sur l’être humain.

source

 
1 commentaire

Publié par le 12 septembre 2018 dans général, Santé - nutrition

 

Étiquettes : , , , , , , ,

L’ancienne directrice de la DARPA et cadre chez Google rejoint Facebook sur l’implant de la puce pour l’humanité

l'implant de la puce

On voit bien où veulent en venir nos élites : avoir leur main au dessus de chaque individu . Vers une surveillance et un contrôle généralisé toujours plus grand . Jusqu’à nous réduire en esclavage ! Z 

Avec les révélations récentes du lanceur d’alertes de la NSA Edward Snowden, ce n’est plus un secret que nous vivons sur une planète caractérisée par une surveillance de masse et pratiquement aucune confidentialité. Nous vivons dans un monde où nous sommes constamment bombardés de l’idée que nous sommes confrontés à des menaces, qu’un niveau élevé de sécurité nationale est nécessaire pour nous maintenir en sécurité. Pensez-y, les États-Unis pompent une grande majorité de leur argent dans le ministère de la Défense. Un état de peur, de guerre et de terreur est nécessaire pour que ces fonds circulent dans cette direction.

“Il est ironique que les États-Unis commencent une guerre dévastatrice, prétendument à la recherche d’armes de destruction massive lorsque les développements les plus inquiétants dans ce domaine se produisent dans votre arrière-cour. Il est ironique que les États-Unis combattront des guerres monstrueusement coûteuses qui allégueraient la démocratie à ces pays, alors que l’on ne peut plus prétendre qu’on appelle une démocratie quand il y a des milliards, et je veux dire, des milliers de milliards de dollars qui ont été consacrés à des projets auxquels le congrès et le commandant en chef ne connaissent rien » – Paul Hellyer, ancien ministre de la Défense du Canada (source)

Cela ne s’arrête pas là, rappelez-vous quand les cartes de crédit ont changé et qu’elles sont passées à la micro-puce ? Ce pourrait être vous dans quelques années alors que de multiples sociétés poussent à implanter des puces pour la race humaine. En fait, les implants chez les humains sont déjà sur le marché. Par exemple, une société américaine appelée Applied Digital Solutions (ADS) a développé une puce qui fait environ la taille d’un grain de riz et elle est déjà approuvée par la Food and Drug Administration des États-Unis pour la distribution et la mise en fonction. (1)

Voici une vidéo de l’ancienne directrice de la DARPA. Ancienne cadre de Google et maintenant employée de Facebook, Regina Dugan encourage l’idée d’implanter la puce chez les humains. Chez Facebook, son nouveau rôle sera de créer de nouveaux produits matériels pour relier le monde de manière optimale, quoi qu’il en soit.

Demandez-vous, que faire si cela devient une exigence d’authentification et d’identification ? Pour retirer de l’argent ou aller à l’épicerie ? Le feriez-vous ?

Ces micro-puces seraient implantées sous la peau et permettront de suivre les mouvements de l’utilisateur et de stocker des informations personnelles à leur sujet. Cela fait légèrement penser à l’état policier décrit par George Orwell dans “Big Brother” n’est-ce pas ?

Selon un rapport établi par une équipe d’universitaires, le Commissaire à l’information britannique Richard Thomas en 2006, au cours des deux prochaines années, croit que presque tout mouvement, achat et communication pourraient êtres surveillés par un réseau complexe de technologies de surveillance interconnectées (si ce n’est pas déjà le cas). (2)

Il ne s’agit pas de la sûreté des citoyens et de la sécurité nationale, mais il s’agit de contrôler la population humaine encore plus qu’elle ne l’est aujourd’hui. Nous vivons dans l’illusion de la liberté où notre potentiel en tant que race humaine pour créer quelque chose de mieux n’est pas recherché. Nous passons toute notre vie à travailler et à acquérir de petits morceaux de papier pour recueillir les nécessités dont nous avons besoin et ce faisant, nous devenons aveugles quant à ce qui se passe réellement sur notre planète.

L’argent ne devrait jamais s’avérer nécessaire, et nous avons le potentiel de créer un monde où les besoins de chacun sont prévus. De ce lieu de liberté, imaginez ce que nous pouvons faire. Nous avons le potentiel, et nous avons le pouvoir de le faire, nous devons simplement ouvrir nos yeux et réaliser que c’est possible. Ceux qui nous surveillent si étroitement ne veulent pas vraiment nous voir prospérer, et il semble qu’ils ne se soucient pas vraiment de nous.

Le pouvoir ne dépend pas d’eux, il se trouve avec nous. À tout moment, nous pouvons choisir de nous réveiller et de changer la façon dont nous faisons les choses ici sur la planète. Beaucoup de gens ne résonnent pas avec l’état de notre monde aujourd’hui et encore plus de gens commencent à se rendre compte que nous pouvons faire quelque chose à ce sujet.

Références :

(1) http://www.cbc.ca/news/canada/microchip-implants-in-humans-on-the-market-1.314623

(2) http://www.dailymail.co.uk/news/article-413345/Britons-microchipped-like-dogs-decade.html

Source : Collective-Evolution via ASR

 
1 commentaire

Publié par le 5 octobre 2017 dans général

 

Étiquettes : , , , , , , , , , , , ,

L’explosion des troubles chez les tout-petits surexposés aux écrans

Un enfant regarde un dessin animé sur une tablette.
Serge Tisseron: il faut alerter la population sur l’aspect catastrophique des écrans sur les jeunes enfants. – © LEON NEAL – AFP

Une polémique qui n’est pas neuve vient d’être relancée en France par une enquête publiée par le Figaro. La conclusion d’un médecin est que les bébés et les enfants élevés à la tablette et au smartphone présentent des comportements « ressemblant à des symptômes autistiques « . Plutôt que de paniquer, mieux vaut adopter quelques règles.

L’enquête évoque rien moins que l’explosion des troubles chez les tout-petits surexposés aux écrans. Le médecin prend en exemple un petit garçon qui, familiarisé à la tablette numérique dès ses 18 mois, refuse désormais de se mettre à table, ou de s’endormir s’il n’a pas son écran sous le nez. Et depuis son arrivée en maternelle, il ne répond pas à son prénom et regardait dans le vide.

Troubles d’apprentissage et difficultés à fixer le visage d’autrui

Nous avons contacté Serge Tisseron, psychiatre réputé pour sa théorie  » 3, 6, 9, 12  »  (voir infra) sur les enfants confrontés à l’écran. Il a rencontré, mardi, les auteurs de l’enquête. Et s’il se dit en accord avec certains constats, il l’est moins sur la stratégie à mener.  » Il faut alerter la population sur l’aspect catastrophique des écrans sur les jeunes enfants. Cela peut effectivement causer des troubles d’apprentissage et entraîner des difficultés à fixer le visage d’autrui.  Mais est-ce de l’autisme ou du pseudo-autisme? Je l’ignore. On constate qu’il suffit d’arrêter l’accès à la télévision pour supprimer les symptômes. »

Mais alors que l’auteur de l’enquête croit dans la nécessité de  » culpabiliser les parents « , selon Serge Tisseron, lui assure que tous les programmes ‘antitélé’ ont toujours échoué:  » En général, ces enfants regardent la télévision avec leurs parents. Ce qu’il faut, ce sont des programmes sociaux pour aider les parents« .  Sa conclusion est d’ailleurs optimiste :  » Une fois arrivé à l’âge scolaire, l’enfant tire un bénéfice de l’usage des écrans.  »

Rappeler la règle du 3, 6, 9, 12

En Belgique, Yapaka connaît bien le problème. Cet organisme de la Fédération Wallonie-Bruxelles est responsable de la prévention de la maltraitance à l’égard des enfants.

Pour Claire-Anne Sevrin. Directrice de Yapaka, il est important, pour les parents, de maîtriser les écrans et d’accompagner les enfants dans leur rencontre avec ces fenêtres virtuelles en fonction de leur stade développement. Elle rappelle la règle du 3, 6, 9, 12 popularisée par le psychiatre français Serge Tisseron et largement partagée par les professionnels de l’enfance. La règle est facile à retenir : pas d’écran avant 3 ans, pas de console de jeu avant 6 ans, pas d’internet seul avant 9 ans et pas de réseau social avant 12 ans.

La vraie vie pour mieux gérer l’existence virtuelle

 » Il ne faut pas diaboliser les écrans, mais avant 3 ans un enfant doit faire sa propre expérience de la vie avant de découvrir les écrans. Tout le temps qu’il passe devant une télévision est soustrait au temps qu’il passe à apprendre à toucher des matières, à taper sur une boîte en plastique et à être acteur du monde qui l’entoure. Il doit profiter de ces quelques années pour développer ses cinq sens « . Un écran en fait un simple spectateur. Ce qui lui fait rater son développement avant 3 ans. Le site de Yapaka est sans ambiguïté : « A l’heure où les écrans captivent les plus jeunes par leur praticité, leur instantanéité et leur aspect ludique, une utilisation de ceux-ci, avant 3 ans, peut interférer négativement dans le développement des enfants« .

C’est la raison qui doit inciter à ne pas laisser jouer les enfants de moins de six ans avec des consoles de jeux. « Tout le temps qu’il passe devant une console, il ne le consacre pas au développement de son intelligence sensori-motrice. »

Ce n’est pas un problème de technologie

Et c’est toujours la même réflexion qui milite pour ne pas laisser les moins de 12 ans, seuls devant des réseaux sociaux. Il est important de créer des relations réelles avant de se créer une vie virtuelle, explique Claire-Anne Sevrin par un exemple :  » On ne lâche pas un enfant de 12 ans dans une ville qu’il ne connaît pas s’il n’a pas appris à trouver son chemin ou à lire une carte « .

Mais pour la directrice de Yapaka, ce n’est pas un problème de technologie.  » C’est plutôt une manière de se comporter face à la technologie. Face à une personne virtuelle, va-t-on la harceler, l’injurier ou plutôt faire montre d’empathie ? C’est l’accompagnement des parents qui permet de faire la différence « .

Enfin, Serge Tisseron veut rassurer les parents accros aux nouvelles technologies et qui veulent en faire profiter leurs enfants :  » Votre enfant ne sera jamais en retard en matière de nouvelles technologies. S’il vit loin des écrans, il rattrapera très vite les compétences acquises par d’autres.  »

L’autre victime de l’usage d’un écran est le temps: regarder une tablette, une télé ou un smartphone est atrocement chronophage. Qui oserait prétendre le contraire?

Source

 

Étiquettes : , , , , ,

Des superbactéries inconnues retrouvées chez un patient sur trois dans les hôpitaux US

Des superbactéries inconnues retrouvées chez un patient sur trois d'hôpitaux US
Inquiétant, c’est pourquoi il faut éviter au maximum les antibiotiques : ça crée des « résistances », alors que notre organisme sait parfaitement se défendre … (une fièvre est provoquée par l’organisme qui se défend, une douleur est une alerte de l’organisme, etc ..)

Une équipe de scientifiques américains a découvert une souche bactérienne inconnue chez un patient sur trois des hôpitaux d’une ville dans l’État du Texas. Surprise terrifiante, car les bactéries s’avèrent résistantes à presque tous les antibiotiques.

Des superbactéries capables de résister à presque tous les antibiotiques ont été retrouvées chez un patient sur trois des hôpitaux de la ville américaine de Houston, dans l’État du Texas, révèle une étude parue dans la revue scientifique mBio.

« La découverte de cette souche rare de superbactéries dans notre ville a été une grande surprise », a confié James Musser du Houston Methodist Hospital. « Les pneumocoques sont des bactéries répandues provoquant souvent des maladies, et il nous faut comprendre en urgence comment combattre son invulnérabilité et créer de nouveaux vaccins, ainsi que de nouvelles méthodes pour traiter et pour diagnostiquer l’infection. »

M. Musser et ses collègues ont examiné les génomes de plus de 1 700 types de klebsiella pneumoniae, découverts chez les patients du Texas ces quatre dernières années, et ont tiré une conclusion inquiétante : environ un tiers des patients des hôpitaux de Houston sont porteurs d’une souche de pneumocoques extrêmement dangereuse, dont le nombre ne cesse d’augmenter.

La souche CG307 est mal connue et techniquement invulnérable aux médicaments. Les scientifiques n’ont pas encore trouvé de moyens efficaces de la combattre et essayent de déterminer quels antibiotiques influencent la souche CG307 au moins partiellement pour éviter son éventuelle évolution.

Le problème des soi-disant superbactéries, microbes résistants aux antibiotiques, se pose de plus en plus crûment ces dernières années. Il s’agit d’agents infectieux qui peuvent être rares comme répandus mais qui sont tous dangereux, tels que les staphilococcus aureus ou les klebsiella pneumoniae. Selon les scientifiques, les hôpitaux et les fermes d’éleveurs peuvent servir d’« incubateurs » pour ces agents.

Source

 

Étiquettes : , , , , , , , ,

L’intronisation d’Emmanuel Macron tourne à l’extase chez les commentateurs télé

Les mots ont manqué à certains journalistes de télévision pour qualifier l’investiture d’Emmanuel Macron – ROMUALD MEIGNEUX/SIPA

 

À l’occasion de la passation de pouvoir entre François Hollande et Emmanuel Macron, certains journalistes ont viré “gagas”. Exemple avec France 2 et BFMTV.

Une partie de la presse avait déjà tressé des lauriers en or massif à Emmanuel Macron, au soir de sa victoire du 7 mai. Pour son investiture au cours de la passation de pouvoir avec François Hollande ce 14 mai, certaines chaînes de télévision n’ont pas moins versé dans la flagornerie.

En ce dimanche matin, le service public était particulièrement en forme, à l’heure de semer sur le parcours du nouveau président mille qualificatifs plus élogieux les uns que les autres. Compilés par certains twittos, dont le journaliste Samuel Gontier, les saillies des commentateurs de France 2 ne laissent guère planer de doutes sur la cote d’amour d’Emmanuel Macron auprès de ces derniers. Florilège.

Laurent Delahousse orchestrait “ces instants républicains“, avec une myriade d’envoyés spéciaux dans les rues de Paris. La seule remontée des marches en courant du nouveau président suscite l’admiration : “Il a monté les marches quatre à quatre, à une vitesse incroyable. Ça rappelle Jacques Chaban-Delmas”, apprécie le journaliste Franck Ferrand.

Tandis que les figures obligées de la passation de pouvoir se déroulent sans surprise particulière, le plateau de France 2 est en ébullition : “C’est l’investiture la plus romanesque de la Ve République“, “On est véritablement dans le roman, et même, osons le mot, dans l’épopée“. Rien que ça. Et quand Laurent Delahousse y va de sa description du nouveau président, voilà le résultat : “Ce visage, ce masque d’Emmanuel Macron, cette gravité qui arrive”.

Le journaliste vedette de France 2 peut bien feindre de demander si “les Français avaient besoin d’être réassurés sur la présidentialisation d’Emmanuel Macron ?”, pour lui, il n’y a aucun doute. D’ailleurs, quand Emmanuel Macron prend une femme en larmes dans ses bras, “c’est le protecteur de la Nation” qui se présente à nous. “Des personnes se sont réfugiées dans ses bras. Autrefois, les rois touchaient les écrouelles le lendemain du sacre, il y a un peu de ça“, lâche un intervenant, dans une comparaison tout en simplicité.

Des personnes se sont réfugiées dans ses bras. Autrefois, les rois touchaient les écrouelles le lendemain du sacre, il y a un peu de ça.

Invité sur le plateau, l’ancien patron du Monde Eric Fottorino voit lui en Emmanuel Macron “un alliage”. Et pas de la camelote, s’il vous plaît : “Les aciéries font des métaux spéciaux. Il est d’un autre métal.” Plus fort, plus rare, plus indestructible, cela va de soi.

Serge Moati, lui, est marqué au fer par Gérard Collomb, incapable de retenir ses larmes au moment de serrer la main de celui en qui il a cru avant bien d’autres : “L’image de Gérard Collomb bouleversé, ça me fait penser à Mitterrand embrassant Mendès-France”, estime le journaliste.

Et puis, le type a “de la gueule”, selon un autre intervenant sur le plateau de France 2 ce dimanche matin. D’ailleurs, Nathalie Saint-Cricq ne se sent “pas autorisée en tant que femme à dire qu’il a le physique de l’emploi”, renvoyant cette responsabilité incongrue à ses collègues masculins, mais il se passe clairement quelque chose dans le coeur de la patronne du service politique de la chaîne.

“Il y a cinq ans, on parlait de la pluie, là on parle d’Emmanuel Macron. Quelque chose a changé”, entend-on encore sur le plateau.

Au moment où Emmanuel Macron revient de son petit tour de voiture à l’Élysée, costume détrempé, en refusant le parapluie tendu par un membre du personnel, c’est l’éclat de rire charmé sur le plateau de France 2. Même rigolade quelques secondes plus tard, quand on entend Emmanuel Macron dire sur le perron “Je vais me changer, je pense”. Les commentateurs s’extasient devant tant d’autodérision.

Vidéo

Sur BFMTV, on avait choisi un consultant bien particulier en la personne de[…]

Suite à lire sur  Marianne,  Xavier Frison, 14/05/2017

 
1 commentaire

Publié par le 15 mai 2017 dans général, Politique

 

Étiquettes : , , , , , ,

 
%d blogueurs aiment cette page :