RSS

Archives de Tag: chez

La famille, c’est sacré… même chez les plantes !

Longtemps jugée absurde par la communauté scientifique, l’hypothèse voulant que les plantes ayant des liens de parenté coopèrent plus efficacement afin d’assurer leur survie et leur développement tend à être démontrée par de nouvelles recherches. Ces adaptations pourraient notamment permettre d’optimiser la croissance des cultures.

 

LES PLANTES PARTAGEANT DES SIMILITUDES GÉNÉTIQUES COOPÈRENT PLUS EFFICACEMENT

Alors que l’on pensait que les valeurs familiales concernaient uniquement les êtres vivants dotés d’un système nerveux, de nouveaux travaux semblent démontrer que les plantes sont également dotées d’un fort sens de la famille. Considérée comme peu crédible il y a encore une dizaine d’années, l’entraide entre espèces végétales génétiquement proches a été théorisée pour la première fois par Susan Dudley, de l’Université Mcmaster au Canada, et représente, au même titre que pour les animaux, un avantage évolutif.

En 2007, la chercheuse avait étudié une espèce nord-américaine (Cakile edentula), et déterminé que la plante adaptait sa croissance lorsqu’elle cohabitait aux côtés d’autres individus avec lesquels elle partageait des liens de parenté. Susan Dudley avait en effet observé que la plante occupait moins d’espace afin de limiter ses besoins en ressources et de les partager avec ses proches, mais ses travaux avaient reçu de nombreuses critiques négatives de la part de la communauté scientifique.

La scientifique canadienne avait à l’époque déclaré : « Nous devons reconnaître que les plantes ne détectent pas seulement s’il fait clair ou sombre ou si elles ont été touchées, mais aussi avec qui elles interagissent ».

UNE STRATÉGIE D’ENTRAIDE QUI DÉCUPLE LE RENDEMENT DES CULTURES

Toutefois, il semble que les nombreuses recherches menées depuis crédibilisent de plus en plus l’hypothèse voulant que les végétaux se soucient de leurs pairs les plus proches génétiquement, en matière de croissance, de défense ou de reproduction. Récemment, une équipe composée de scientifiques suisses et espagnols a réalisé une expérience sur un crucifère espagnol et constaté que les pots contenant des plantes génétiquement proches présentaient une floraison plus importante, les rendant plus attractives pour la pollinisation.

En 2015, une équipe de chercheurs de l’Université de Bueno Aires avait étudié l’Arabette des dames et déterminé qu’elle réduisait la taille de ses feuilles pour éviter de faire de l’ombre à ses voisines, lorsqu’elle partageait avec elles un lien de parenté. Une constatation similaire avait été faite chez les tournesols apparentés, qui produisaient alors 47 % d’huile supplémentaires. Ces résultats avaient poussé une équipe chinoise d’optimiser le rendement des cultures de riz en faisant pousser uniquement des plants possédant un lien de parenté.

Dans les mois qui viennent, Les chercheurs vont approfondir leurs recherches afin d’obtenir une explication claire sur les mécanismes régissant la communication entre les plantes de la même famille génétique.

source

Publicités
 
Poster un commentaire

Publié par le 11 janvier 2019 dans Climat - Environnement, général, Sciences

 

Étiquettes : , , , ,

L’exposition aux ondes électromagnétiques provoque le cancer chez les rats…

L’exposition aux ondes électromagnétiques provoque le cancer chez les rats…

Je pense que l’OMS , qui a classé les ondes comme cancérigène probable, va devoir revoir sa copie … Avec la 5 G qui arrive, ça va devenir infernal ! Il y a un là énorme enjeu de santé publique .   Z 

L’agence de santé américaine a conclu qu’il existait un lien évident entre les ondes magnétiques émises par nos téléphones mobiles et la survenue de cancers chez les rats mâles. Bien que nous soyons exposés à des doses d’ondes beaucoup plus faibles, il n’est cependant pas exclu qu’elles puissent avoir des effets similaires sur notre organisme.

 

UN LIEN ÉVIDENT ENTRE ONDES ÉLECTROMAGNÉTIQUES ET CANCER CHEZ LES RATS MÂLES

 

Menée sur plusieurs années, cette nouvelle recherche chapeautée par le ministère de la santé américain s’est attachée à analyser les effets des ondes électromagnétiques émises par les téléphones mobiles (2G et 3G). Elle a mis en avant « des preuves évidentes » d’un lien entre niveaux d’exposition élevés à ce type d’ondes et cancers chez les rats mâles. Si les scientifiques ont également constaté l’apparition de tumeurs du cerveau et des glandes surrénales chez les spécimens femelles et les souris, ils ont expliqué que les causes de leur survenue « étaient moins évidentes ».

Les doses d’ondes électromagnétiques auxquelles étaient exposés les rats étaient toutefois beaucoup plus élevées que celles que nous connaissons, comme l’a précisé le Docteur John Butcher, membre du National Toxicology Program et principal auteur de l’étude a expliqué : « Il est évident que lien entre ondes électromagnétiques et tumeurs cancéreuses chez les rats mâles est réel, mais nous ne pouvons pas comparer directement l’exposition des rats à ce type d’ondes à celle que nous subissons en utilisant nos mobiles ».

 

DE NOMBREUSES INTERROGATIONS SUBSISTENT

 

En effet, à la différence des rongeurs observés, dont l’ensemble des tissus corporels se retrouvaient quotidiennement soumis à de fortes doses d’ondes (environ 4h30 par jour durant la majorité de leur existence), seuls nos tissus directement en contact avec l’appareil semblent subir les effets néfastes de ces rayonnements. De plus, les niveaux et durées d’exposition utilisés pour les besoins de l’étude étaient selon les chercheurs « bien supérieurs à ceux auxquels la plupart des gens sont habituellement exposés ».

S’étant étalée sur une décennie, cette étude a coûté plus de 30 millions de dollars au gouvernement américain et reste à ce jour la plus contrôlée jamais réalisée au sujet des effets des ondes électromagnétiques. Et bien qu’elle ne permette pas d’affirmer l’existence d’un lien clair entre exposition aux ondes électromagnétiques et cancer chez l’homme, elle suscite toutefois de nombreuses interrogations, étant donné que les niveaux d’exposition les plus faibles utilisés par les chercheurs se situaient aux niveaux maximaux fixés par l’OMS pour les téléphones mobiles.

 

Source

 
7 Commentaires

Publié par le 22 novembre 2018 dans général, Santé - nutrition

 

Étiquettes : , , , , , ,

Des entreprises britanniques implantent des puces électroniques chez leurs employés

Des entreprises britanniques implantent des puces électroniques chez leurs employés

C’est une pratique qui va se généraliser . Bientôt tous pucés ?? « La marque de la bête » . Une puce dans son corps, ça fait de nous un « appareil » qu’on peut potentiellement contrôler . L’avenir s’annonce décidément bien sombre avec toutes ces technologies qui se déploient . Orwelliennes mais pas seulement … Z 

C’est une façon pratique d’assurer la sécurité, mais cela soulève des préoccupations en matière de protection de la vie privée.

Le défi de la puce

L’entreprise de technologie britannique BioTeq s’est taillée une place inhabituelle : l’implantation de micropuces dans les mains des employés d’autres entreprises.

Selon un article paru dans The Guardian, BioTeq est l’une des nombreuses entreprises embauchées par diverses compagnies du Royaume-Uni pour implanter des puces électroniques RFID dans leurs employés. Ils peuvent ensuite utiliser les puces pour accéder aux bâtiments de l’entreprise et stocker des informations.

Mettez la puce en moi

Steven Northam, fondateur de BioTeq, a déclaré à The Guardian que la majeure partie du travail de l’entreprise est destinée aux personnes qui veulent utiliser les puces pour accéder à leur propre maison et à leur voiture. Cependant, l’entreprise a implanté des puces RFID dans les mains des employés des secteurs de la finance et de l’ingénierie également – bien que la procédure soit volontaire. Elle a également expédié les puces vers d’autres pays comme l’Espagne, la France, l’Allemagne, le Japon et la Chine.

Une autre entreprise, Biohax de Suède, pourrait bientôt commencer à offrir des services similaires au Royaume-Uni.

Droits du travail

Les groupes de défense des droits des employés au Royaume-Uni s’insurgent contre la tendance à implanter des micropuces aux employés, dont ils craignent qu’elles offrent aux employeurs de nouveaux outils pour surveiller les employés.

“La micropuce donnerait aux patrons encore plus de pouvoir et de contrôle sur leurs employés”, a déclaré Frances O’Grady, secrétaire générale du Congrès des syndicats, dans une interview avec The Guardian“Il y a des risques évidents, et les employeurs ne doivent pas les écarter, ou faire pression sur le personnel pour qu’il soit micropucé.”

Pour en savoir plus sur les implants à micropuce : Des milliers de Suédois se font implanter une micropuce pour accéder aux concerts, aux maisons et aux médias sociaux

Source : Futurism – Traduit par Anguille sous roche

source

 
Poster un commentaire

Publié par le 15 novembre 2018 dans général, Nouvel ordre mondial, société

 

Étiquettes : , , , , , ,

Delamarche sur l’Europe « Dés qu’on essaie d’en sortir, on est traité de Nazi »

Excellente émission Interdit d’interdire de Taddei chez RT . Malheureusement en ces temps de tromperie universelle, le titre de cette émission n’a aucun sens, il résonne comme le dernier cri d’un mourant avant de fermer les yeux . Le mourant c’est notre liberté – il devient de plus en plus difficile de s’exprimer librement, et ce ne sera bientôt plus possible du tout … Z

 
7 Commentaires

Publié par le 31 octobre 2018 dans général, International, Politique, Vidéos (Toutes)

 

Étiquettes : , , , , , , , , , ,

Après les perquisitions chez LFI, l’État et les médias lynchent Mélenchon

Après les perquisitions chez LFI, l’État et les médias lynchent Mélenchon

Par Alexandre Lantier

Suite aux perquisitions menées contre La France insoumise (LFI) sur ordre du parquet de Paris mardi, la justice et les médias lancent une campagne violente contre le chef de LFI, Jean-Luc Mélenchon. Le but est manifestement de menacer d’interdire LFI, une organisation qui a reçu les voix de 20 pour cent des Français aux dernières élections présidentielles, ou du moins de faire planer sur les têtes de ses dirigeants la menace de peines considérables.

Ceci serait un pas majeur dans la transformation de l’État policier créé en France sous l’état d’urgence de 2015-2017 en un appareil servant ouvertement à écraser l’opposition politique et la colère sociale contre l’aristocratie financière. En fait, la manière dont les milieux officiels traitent cette perquisition est un avertissement de la profonde crise de la démocratie française. Un État policier existe et se consolide rapidement en France, posant une menace mortelle aux travailleurs.

L’État et les médias se concentrent sur le fait que Mélenchon se serait emporté contre les policiers qui menaient la perquisition au siège de LFI, et qui tentaient d’empêcher illégalement les députés de LFI de pénétrer dans le siège de leur parti. Ces derniers ont dû forcer une porte gardée par la police pour entrer dans leurs locaux, et le ton est monté entre Mélenchon et les policiers à l’intérieur du siège. De nombreuses vidéos de la confrontation circulent en ligne.

Dans l’une d’elles, Mélenchon dit: «Vous ne vous comportez pas en policiers républicains. … Vous ne pouvez pas nous molester, vous ne pouvez pas nous pousser, vous n’avez pas le droit de nous empêcher de rentrer dans nos locaux, surtout que nous ne posons aucun obstacle à vos perquisitions. Mais vous, vous vous comportez d’une drôle de manière. Vous entrez, vous prenez des tas de choses, vous ne dites pas quoi, vous repartez et on ne sait pas ce que vous avez pris.»

En fait, en plus d’éventuels biens personnels des dirigeants de LFI, on sait que la police a aspiré toutes les données au siège de LFI. Manuel Bompard, le coordinateur des campagnes de LFI, a dénoncé le comportement de la police et des enquêteurs: «On m’a empêché d’assister à la procédure administrative, alors que je suis le responsable légal de La France insoumise, je n’ai pas pu assister aux opérations. (…). Aucun Procès Verbal ne m’a été proposé à être signé.»

«Un policier m’a attrapé par le cou, attrapé par le bras, m’a tiré. Ce policier, sa hiérarchie est venue en lui disant ‘calme-toi’. J’ai été violenté, agressé (…). Ce qui s’est passé est inacceptable», a-t-il ajouté, en affirmant qu’il va «porter plainte au commissariat pour les coups qui (lui) ont été portés.»

Néanmoins, l’État et les médias, loin de critiquer le comportement de la police, se sont rapidement rangés derrière elle pour attaquer Mélenchon. Hier, la justice a annoncé une enquête visant le comportement de Mélenchon lors des perquisitions. Le parquet de Paris, qui avait lancé les perquisitions, a ouvert une enquête concernant des faits de «menaces ou actes d’intimidation contre l’autorité judiciaire» et «violences sur personnes dépositaires de l’autorité publique», selon L’Obs.

Plusieurs syndicats de police, proches de l’extrême-droite, ont exigé des «excuses publiques» à Mélenchon, dont le syndicat police de Force ouvrière. Le syndicat Alliance a appelé le nouveau ministre de l’Intérieur, Christophe Castaner à porter plainte contre le chef de LFI.

Pour tenter de maintenir un faux-semblant d’impartialité malgré avoir lancé cette procédure, le procureur de Paris François Molins a ensuite demandé au procureur général d’en être dessaisi au profit du procureur du tribunal de grande instance le plus proche.

Les principaux médias français lancent une vague de dénonciations de Mélenchon. Celles-ci mettent en lumière surtout le respect illimité de la police qui prédomine dans les publications «de gauche», qui sont toutes par contre d’accord pour menacer Mélenchon. LibérationLe Monde, et L’Obs ont tous publié des articles hostiles envers LFI.

Libération a sonné la charge contre LFI avec des articles réactionnaires qui laissaient entendre que le comportement de Mélenchon pourrait justifier l’illégalisation de LFI. Le journal a mis à la une la photo de Mélenchon et le titre «L’éclat de trop?» Dans son article intitulé «Perquisition chez Mélenchon: de l’insoumission à l’obstruction», qui accuse Mélenchon sans preuve d’avoir tenté de faire obstruction aux perquisitions, le journal assène: «Le leader de la France insoumise se pose en martyr politique au risque de l’illégalité.»

Ayant lancé cette menace extraordinaire, Libération s’attaque aux élus LFI: «Pas banal, en France, de voir des élus s’opposer physiquement à des policiers qui appliquent une décision de justice.»

Dans l’éditorial intitulé «Tactique», le journal joue d’abord le bon prince, avouant qu’il n’y a «rien d’étonnant» à ce que LFI «vitupère contre une opération policière d’une telle ampleur. … Mais si l’on prend un peu de recul, il faut bien dire que la réaction des leaders de La France insoumise est pour l’essentiel outrancière et peu légitime.» Déclarant que «les juges faisaient seulement leur travail», Libération conclut: «là où la limite est franchie, c’est quand des députés de la nation font entrave, par le nombre et par les décibels, à une enquête judiciaire parfaitement légitime.»

En fait, il n’y a aucune raison de croire que les juges ne faisaient que leur travail, ou que l’enquête judiciaire qui a servi de prétexte aux perquisitions est «parfaitement légitime.» On a récemment appris que le premier ministre Edouard Philippe avait «auditionné» tous les candidats au poste de procureur de Paris. Le journal Les Echos a traité cela de «fait inédit» et relevé «Un entretien ‘assumé’ par Edouard Philippe, qui désire ‘être certain’ qu’il sera ‘parfaitement à l’aise’ avec le futur procureur.»

En clair, le procureur a été soigneusement choisi par le pouvoir, qui était sans doute au courant mardi d’une opération de police d’une telle envergure – avec une quinzaine de perquisitions menées par plus d’une centaine de policiers – avant qu’elle ne se produise. L’attaque contre Mélenchon et LFI est manifestement une attaque politique, menée alors que l’exécutif est au plus bas dans les sondages et qu’il cherche désespérément à étouffer toute opposition sociale à son programme.

Ceci souligne encore une fois la faillite politique de l’orientation politique proposée par Mélenchon lui-même, son nationalisme, ses liens avec l’armée et le renseignement, et son appel à intégrer des forces de droite dans LFI, le plus récemment à son université d’été. Il est important de souligner le fait remarquable que malgré ces liens dans l’appareil d’État, Mélenchon semble avoir été surpris par la perquisition menée contre lui mardi. Les divers policiers et officiers du renseignement que LFI a recrutés n’ont pas pu ou pas voulu prévenir Mélenchon de la perquisition qui se préparait.

Ceci souligne que la seule voie pour aller de l’avant est défendre les droits démocratiques et LFI.

source

 
2 Commentaires

Publié par le 19 octobre 2018 dans général, Politique

 

Étiquettes : , , , , , , ,

Un vaccin contre le cancer avec une réussite de 100 % chez la souris !

 Un tournant dans la médecine moderne ? Récemment, un nouveau vaccin contre le cancer a démontré des capacités prometteuses. En effet, celui-ci pourrait lutter contre le cancer et, surtout, empêcher le retour des cellules cancéreuses agressives.

Publiée le 27 août dernier dans la revue de l’Académie des sciences américaine, cette étude fait état d’une série d’expériences aux résultats sans précédent : une équipe internationale de chercheurs a testé un nouveau vaccin expérimental contre le cancer de la peau sur des souris, avec le résultat impressionnant de 100 % de réussite.

Utilisé conjointement avec d’autres traitements contre le cancer, ce remède plein de promesses a montré qu’il possédait la capacité d’éliminer des cellules cancéreuses particulièrement agressives, comme celles du mélanome (cette tumeur est la forme la plus grave de cancer de la peau). Ainsi, les scientifiques ont ajouté une molécule appelée Diprovocim à un vaccin déjà existant. Puis ils ont réparti les souris en trois groupes de huit individus : le premier groupe a reçu le vaccin expérimental, le second le vaccin avec du Diprovocim, et le troisième le vaccin avec un adjuvant à base d’alun.

Les chercheurs ont alors pu observer des cellules anticancéreuses se développer chez les souris du deuxième groupe. Celles-ci ont survécu à 100 % au-delà de 54 jours, quand 0 % des membres du premier groupe ont survécu, tandis que 25 % des souris du dernier groupe ont survécu.

En outre, ce nouveau vaccin incite le système immunitaire à produire une réponse ciblée similaire si les cellules cancéreuses reviennent à la charge. « Tout comme un vaccin peut entraîner le corps à lutter contre les agents pathogènes externes, ce vaccin entraîne le système immunitaire à rechercher une tumeur », écrit le professeur Dale Boger, l’un des auteurs de l’étude. Quand les chercheurs ont tenté de réintroduire la tumeur chez une souris du deuxième groupe, « elle n’a pas prise » car « l’animal était déjà vacciné contre elles », explique Boger.

L’étude n’en dit pas plus sur les expériences à venir, mais l’équipe de chercheurs devrait poursuivre les tests de ce vaccin si prometteur, en espérant qu’il ait un effet aussi spectaculaire sur l’être humain.

source

 
1 commentaire

Publié par le 12 septembre 2018 dans général, Santé - nutrition

 

Étiquettes : , , , , , , ,

L’ancienne directrice de la DARPA et cadre chez Google rejoint Facebook sur l’implant de la puce pour l’humanité

l'implant de la puce

On voit bien où veulent en venir nos élites : avoir leur main au dessus de chaque individu . Vers une surveillance et un contrôle généralisé toujours plus grand . Jusqu’à nous réduire en esclavage ! Z 

Avec les révélations récentes du lanceur d’alertes de la NSA Edward Snowden, ce n’est plus un secret que nous vivons sur une planète caractérisée par une surveillance de masse et pratiquement aucune confidentialité. Nous vivons dans un monde où nous sommes constamment bombardés de l’idée que nous sommes confrontés à des menaces, qu’un niveau élevé de sécurité nationale est nécessaire pour nous maintenir en sécurité. Pensez-y, les États-Unis pompent une grande majorité de leur argent dans le ministère de la Défense. Un état de peur, de guerre et de terreur est nécessaire pour que ces fonds circulent dans cette direction.

“Il est ironique que les États-Unis commencent une guerre dévastatrice, prétendument à la recherche d’armes de destruction massive lorsque les développements les plus inquiétants dans ce domaine se produisent dans votre arrière-cour. Il est ironique que les États-Unis combattront des guerres monstrueusement coûteuses qui allégueraient la démocratie à ces pays, alors que l’on ne peut plus prétendre qu’on appelle une démocratie quand il y a des milliards, et je veux dire, des milliers de milliards de dollars qui ont été consacrés à des projets auxquels le congrès et le commandant en chef ne connaissent rien » – Paul Hellyer, ancien ministre de la Défense du Canada (source)

Cela ne s’arrête pas là, rappelez-vous quand les cartes de crédit ont changé et qu’elles sont passées à la micro-puce ? Ce pourrait être vous dans quelques années alors que de multiples sociétés poussent à implanter des puces pour la race humaine. En fait, les implants chez les humains sont déjà sur le marché. Par exemple, une société américaine appelée Applied Digital Solutions (ADS) a développé une puce qui fait environ la taille d’un grain de riz et elle est déjà approuvée par la Food and Drug Administration des États-Unis pour la distribution et la mise en fonction. (1)

Voici une vidéo de l’ancienne directrice de la DARPA. Ancienne cadre de Google et maintenant employée de Facebook, Regina Dugan encourage l’idée d’implanter la puce chez les humains. Chez Facebook, son nouveau rôle sera de créer de nouveaux produits matériels pour relier le monde de manière optimale, quoi qu’il en soit.

Demandez-vous, que faire si cela devient une exigence d’authentification et d’identification ? Pour retirer de l’argent ou aller à l’épicerie ? Le feriez-vous ?

Ces micro-puces seraient implantées sous la peau et permettront de suivre les mouvements de l’utilisateur et de stocker des informations personnelles à leur sujet. Cela fait légèrement penser à l’état policier décrit par George Orwell dans “Big Brother” n’est-ce pas ?

Selon un rapport établi par une équipe d’universitaires, le Commissaire à l’information britannique Richard Thomas en 2006, au cours des deux prochaines années, croit que presque tout mouvement, achat et communication pourraient êtres surveillés par un réseau complexe de technologies de surveillance interconnectées (si ce n’est pas déjà le cas). (2)

Il ne s’agit pas de la sûreté des citoyens et de la sécurité nationale, mais il s’agit de contrôler la population humaine encore plus qu’elle ne l’est aujourd’hui. Nous vivons dans l’illusion de la liberté où notre potentiel en tant que race humaine pour créer quelque chose de mieux n’est pas recherché. Nous passons toute notre vie à travailler et à acquérir de petits morceaux de papier pour recueillir les nécessités dont nous avons besoin et ce faisant, nous devenons aveugles quant à ce qui se passe réellement sur notre planète.

L’argent ne devrait jamais s’avérer nécessaire, et nous avons le potentiel de créer un monde où les besoins de chacun sont prévus. De ce lieu de liberté, imaginez ce que nous pouvons faire. Nous avons le potentiel, et nous avons le pouvoir de le faire, nous devons simplement ouvrir nos yeux et réaliser que c’est possible. Ceux qui nous surveillent si étroitement ne veulent pas vraiment nous voir prospérer, et il semble qu’ils ne se soucient pas vraiment de nous.

Le pouvoir ne dépend pas d’eux, il se trouve avec nous. À tout moment, nous pouvons choisir de nous réveiller et de changer la façon dont nous faisons les choses ici sur la planète. Beaucoup de gens ne résonnent pas avec l’état de notre monde aujourd’hui et encore plus de gens commencent à se rendre compte que nous pouvons faire quelque chose à ce sujet.

Références :

(1) http://www.cbc.ca/news/canada/microchip-implants-in-humans-on-the-market-1.314623

(2) http://www.dailymail.co.uk/news/article-413345/Britons-microchipped-like-dogs-decade.html

Source : Collective-Evolution via ASR

 
1 commentaire

Publié par le 5 octobre 2017 dans général

 

Étiquettes : , , , , , , , , , , , ,

 
%d blogueurs aiment cette page :