RSS

Archives de Tag: armé

Attaque des financiers globalistes et de l’UE contre la livre en cas de Brexit dur, arme à double tranchant pour l’euro

Attaque livre brexit dur UE financiers globalistes euro

C’est l’argument ultime des financiers globalistes : en cas de Brexit dur – sans accord – les banques centrales et les fonds souverains pourraient vendre jusqu’à 100 milliards d’emprunts britanniques et entraîner une crise majeure. C’est une mise en garde qui émane de Bank of America. Une attaque d’une telle ampleur entraînerait une chute de la livre sterling à des niveaux inconnus depuis les années 1980, affirme-t-elle, avec un risque d’effondrement si le taux de change casse le plancher des 1,10 dollars US. Mais l’euro pourrait lui aussi pâtir gravement d’une épreuve de force entre Bruxelles et Londres, préviennent d’autres experts qui estiment que l’UE devrait se garder d’utiliser l’arme monétaire contre une économie britannique qui connaît le plein emploi et que la livre affaiblie favorise déjà à l’exportation, souligne l’analyste britannique Ambrose Evans-Pritchard.

Une attaque contre la livre entraînerait « une crise des comptes courants » au Royaume-Uni

Le stratège en chef de Bank of America, Kamal Sharma, note que le Royaume-Uni a besoin d’un flux constant d’entrées de capitaux pour compenser son déficit public, qui reste à 3,9% du PIB malgré une nette amélioration depuis deux ans. Déjà, les investissements étrangers tournent au ralenti. Les directeurs des changes – les gros bras de la finance globalisée – restent la dernière ligne de défense. Leurs choix seront déterminants. M. Sharma estime qu’une attaque contre la livre par une légère modification de leur allocation suffirait « à déclencher une crise durable des comptes courants » au Royaume-Uni.

Le pays a déjà subi ce type de vente après le référendum sur le Brexit, en juin 2016. Les indicateurs de Bank of America établissaient alors que les banques centrales avaient rapidement déclenché la liquidation de titres libellés en livres sterling la plus massive de toute l’histoire de ses statistiques. Mais… le flux acheteur avait rapidement repris le dessus. A ce jour, les banques centrales et les fonds souverains détiennent 500 milliards de dollars de dette britannique. La livre pèse, dans ces réserves, quelque 4,7 %, soit bien plus que la moyenne de 3,6 % des vingt dernières années. Un scénario de sortie du Royaume-Uni de l’UE sans accord pourrait donc, selon cette théorie, voir cette allocation basculer brutalement. Pour David Owen, du groupe financier Jefferies, « Si les banques centrales commencent à douter du statut de la livre sterling comme monnaie de réserve, les conséquences seront sérieuses : elle pourrait tomber à 1,05 dollar ».

Les banquiers dénoncent l’hypothèse d’un Brexit dur

Par ailleurs, souligne David Owen, l’assouplissement quantitatif mené par la BCE, c’est-à-dire une création monétaire effrénée, a contaminé les valeurs de premier ordre et les obligations britanniques. Cette source essentielle pour le financement des déficits au Royaume-Uni pourrait s’assécher avec le freinage des achats par la BCE prévu pour la fin de l’année. Autant dire qu’il n’est pas surprenant que les banquiers sus-mentionnés souhaitent éviter un Brexit dur, sans accord.

Mais le Royaume-Uni n’est pas le seul concerné, n’en déplaise au négociateur européiste français Michel Barnier. Stephen Jen, expert en devises chez Eurozon SLJ, confie que les directeurs financiers en Asie et dans d’autres régions du monde pourraient aussi laisser tomber l’euro si une épreuve de force survenait entre l’UE et le Royaume-Uni. « Les banques centrales restent très sceptiques sur l’Union économique et monétaire et sont déjà assez pessimistes sur l’avenir à long terme de l’euro », précise-t-il. Le bras de fer entre Londres et sa monnaie nationale d’une part, Bruxelles et son ersatz de monnaie supranationale de l’autre, n’est donc pas aussi joué d’avance qu’on pourrait le croire.

Mais l’UE doit bien réfléchir : un conflit pourrait pénaliser un euro déjà discrédité

Stephen Jen précise sa pensée : « Bruxelles doit bien réfléchir avant de tenter de punir le Royaume-Uni. L’UE utilise les menaces commerciales comme une arme. Mais les perturbations pour l’Union européenne elle-même qu’entraînerait (un conflit) pourraient être beaucoup plus importantes que certains ne semblent le penser ». Stephen Jen, un Taïwanais et conseiller pour un fonds souverain asiatique, doute d’ailleurs que les banques centrales se précipitent pour vendre leurs titres libellés en livres sterling, étant donné le manque d’alternatives crédibles. Après tout, l’économie britannique reste la sixième dans le classement mondial. « Quand on l’examine, son CV n’est pas mauvais du tout », explique M. Jen. « Elle a un système juridique solide, possède un centre financier mondial et une forte influence », dit-il, et « la Banque d’Angleterre est une des très rares banques centrales sur la voie de la normalisation » monétaire, ajoute-t-il.

La faiblesse de la livre est d’ailleurs un argument de poids face à l’euro-mark. Ancien directeur à la Commission européenne et fondateur d’un cabinet de conseil, Bernard Connolly juge qu’affaiblie, la livre a déjà donné un gros coup de pouce aux comptes courants britanniques, en plus de l’envol de l’emploi. Une nouvelle baisse rendrait l’économie du Royaume-Uni encore plus compétitive et réduirait encore le déficit. « Les marchés sont parfois irrationnels mais ils ne sont pas idiots, ils concluraient rapidement que la livre est redevenue intéressante », conclut-il. En 2016, l’élection de Trump devait faire s’effondrer l’économie américaine. On sait ce qu’il en advint. M. Barnier et Juncker sont prévenus : le propre d’une arme est de pouvoir servir dans les deux sens.

Source

Publicités
 
Poster un commentaire

Publié par le 31 août 2018 dans économie, général, International

 

Étiquettes : , , , , , , , , , , ,

Télévision : Arme mortelle de désinformation

Télévision néolibérale : Arme mortelle de désinformation

par Carlos Santa María

Petit à petit, on a compris qu’il existe des systèmes de communication sur la planète qui, au lieu de servir de moyen de consultation et de recherche de la vérité, deviennent des outils de corruption, d’infiltration, de sabotage, de mensonge et de dissimulation de la réalité.

La télévision est un outil mortel lorsqu’elle sert des intérêts transnationaux, la guerre ou le détournement des richesses du monde, parce qu’elle répand la confusion, cache la vérité, sélectionne des faits qui portent atteinte à la dignité humaine, se partialise avec le mensonge, etc. C’est particulièrement vrai lorsque les contradicteurs ne sont pas autorisés à intervenir dans les programmes de télévision et, si quelqu’un ose le faire, son discours est interrompu très rapidement et il n’est plus jamais invité. Telle est la « démocratie » à la télévision.

Il y a quelques jours, Donald Trump a condamné le gouvernement Nicaraguéen

Il y a quelques jours, Donald Trump a condamné le gouvernement Nicaraguayen

L’exemple le plus clair et le plus récent est le communiqué du gouvernement Trump publié par CNN, la BBC et les réseaux associés condamnant le Nicaragua pour le soi-disant usage excessif de la force par la police pendant les manifestations, sans se concentrer sur la violence organisée depuis l’extérieur ou sur le fond du problème, car c’est d’une réforme qu’il s’agît, d’une réforme qui affecte les pensions et maintient l’âge de la retraite à 60 ans, ainsi que le droit de travailler à 15 ans. Ce qui compte à la télévision, c’est de détruire l’image du pays.

Elle « oublie » le génocide à Gaza où des tireurs d’élite s’entraînent avec des cibles statiques correspondant à des mineurs palestiniens, sans condamner la violence et l’usage excessif de la force par l’armée contre des civils exerçant leur droit constitutionnel à la liberté d’expression et de réunion. De même, au Yémen, ils livrent des armes toxiques à l’Arabie saoudite et se plaignent des gaz en Syrie que leurs commanditaires ont apportés aux terroristes. La télévision ne dit rien sur le Honduras, où de nombreux dirigeants ont été tués, et que son président est le produit d’une fraude directe clairement en violation de la Constitution du pays.

Tout disparaît des images

les médias au service du mensonge

les médias au service du mensonge

Une interview a été rendue publique avec le président de la France, Emmanuel Macron, qui, sans aucune honte, déclare que la Syrie doit être occupée par les Gaulois, la Grande-Bretagne et les États-Unis pour construire un nouveau pays, et la télévision ne montre pas son arrogance et son mal parce qu’elle rapporte que des milliers d’enfants, de femmes et d’hommes doivent être éliminés de cette planète parce que ce monstre le croit.

Pendant qu’aujourd’hui le nombre de personnes tuées à Gaza atteint 40 et que le nombre de blessés dépasse 1200, la télévision diffuse des émissions sur le Nicaragua ou le Venezuela. Cette manipulation est un danger pour la conscience de la réalité.

La télévision Occidentale amplifie ce qui est commandé par les agences de renseignement chargées du traitement de la propagande dans le monde. Leur organisation souterraine n’est pas révélée, bien que tout indique qu’ »étrangement » les mêmes nouvelles apparaissent à l’unisson dans tous les programmes d’information avec une interprétation similaire ; de la même manière toujours contre la Russie, l’Iran, le Venezuela, les pays dignes et maintenant le Nicaragua. Tout est une horloge temporelle pour se cacher, attaquer et crucifier.

fake

Le manque de preuves et la facilité à incriminer avec des gros titres sont impressionnants. Tout cela indique un bureau spécialisé ou en termes Orwellien, la fondation du Ministère de la Propagande dans lequel la haine est le premier principe.

Sharon Burke de CNN est explicite en effrayant le peuple américain :

« Maintenant, les Russes ont vraiment débarqué et ont infiltré tous les coins du pays dans le seul but de perturber le mode de vie américain ».

Cette déclaration ne fait qu’exprimer le danger que beaucoup de gens aient une opinion favorable de Vladimir Poutine. De plus, les citoyens doivent être terrifiés parce que les Russes auraient piraté l’infrastructure américaine, laissant peut-être le pays sans électricité.

La grande alternative pour les personnes autonomes et dignes est d’utiliser l’Internet, qui, bien que contrôlé par la Corporatocratie, permet certains degrés d’indépendance. De constamment travailler la pédagogie sur le caractère idéologique de la programmation et son effet subliminal. Partager le fait que le but de nombreux gouvernements est de harceler le téléspectateur avec des gros titres qui confirment le mensonge sans rien expliquer, pour leur faire croire en quelque chose qui n’est pas vrai.

Les mouvements étudiants sont devenus les grands ennemis du fascisme et des dictatures dans une démocratie restreinte. Les marches de rue sont juste des courtes vidéos du processus et ne sont montrées qu’à la fin.

Le dernier exemple est la méga manifestation au Chili, où seule la supposée anarchie de la jeunesse a été présentée et où l’essence du problème n’a pas été analysée : profit, privatisation, marché, étouffement économique des familles, participation limitée aux décisions scolaires et universitaires, pas de pouvoir de décision.

manif

Nous devrions nous demander quand la télévision latino-américaine soumise permettra à la confrontation d’idéologies contradictoires de parler d’un certain niveau de liberté.

Quand les gouvernements néolibéraux cesseront-ils de faire obstruction aux stations de radio communautaires, à la presse populaire, aux petites chaînes de télévision légitimes de secteurs non protégés ?

Quand la télévision Occidentale montrera-t-elle les assassins du XXIe siècle et exigera-t-elle des sanctions sévères à leur égard ?

La réponse est claire : quand ce système cessera d’être une arme mortelle pour l’humanité et sera dirigé par les peuples dignes du monde. Heureusement, ce processus, bien que lent, progresse et continuera à le faire malgré l’arrogance de personnes peu scrupuleuses, avec une faible estime de soi, mais avec la force de l’arme, comme ces présidents qui prétendent déterminer le sort de la planète. Intimement, ce ne sont pas des personnalités fortes, mais de petites personnalités qui occupent le pouvoir pour se stimuler, même si elles sont toujours inférieures en face de quelqu’un sur un pied d’égalité. C’est ce qu’on appelle la lâcheté des puissants, seulement « courageux » quand ils sont protégés et dénigrant l’être humain.

source

 
 

Étiquettes : , , ,

En cas d’un conflit armé en mer Noire, la durée de vie des navires US « ne serait pas bien longue » (quelques minutes)

En cas d’un conflit armé en mer Noire, la durée de vie des navires US ne serait pas bien longue (quelques minutes)

Le vice-président de l’Union russe des vétérans et ex-commandant des forces de défense côtière de la Flotte de la mer Noire, le général-major Vladimir Romanenko, a déclaré que face à la consolidation de la présence des forces armées de l’Alliance au large de la mer Noire et dans l’éventualité d’un conflit armé, les navires américains seraient détruits en l’espace de quelques minutes seulement.

« La durée de vie d’un navire américain en mer Noire n’excède pas quelques minutes, je le dis avec le plus grand sérieux, puisque les systèmes de missiles à la disposition de la Flotte de la mer Noire, orientés dans plusieurs directions, empêcheraient toute mise en œuvre de ses objectifs opérationnels et stratégiques », a expliqué le général Romanenko.

Auparavant, Jens Stoltenberg, le secrétaire général de l’Otan avait déclaré que l’Alliance avait pris la décision de renforcer la présence militaire de ses forces navales en mer Noire. Cela veut dire que les groupes navals de l’Alliance entreront dans les eaux de la mer Noire, intensifieront les manœuvres dans la région, procéderont à la collecte d’informations sur la situation actuelle et prendront les fonctions de coordinateur dans le domaine de la coopération des forces navales des alliés dans la zone.

Rappelons que les médias américains se sont moqués du destroyer britannique HMS Diamond de type 45 qui est entré en mer Noire pour prendre part à des exercices regroupant sept pays de l’Otan et l’Ukraine. Selon un observateur de The National Interest, le moindre destroyer déployé près de la côte russe serait détruit dans en quelques minutes seulement.

Les premiers exercices de l’année 2017 de l’Otan en mer Noire ont débuté mercredi 1er février, engageant 2 800 militaires de huit pays (Bulgarie, Roumanie, Grèce, Turquie, États-Unis, Canada, Espagne et Ukraine), ainsi que 16 navires de guerre et 10 avions. Les exercices se déroulent dans la partie orientale de la mer Noire dans une zone d’environ 80 000 kilomètres carrés. Dans leur cadre, « l’Otan mettra en œuvre les procédures standard de lutte contre les menaces aériennes, sous-marines et de surface ».

Les systèmes de protection côtière Bastion et Bal ainsi que les sous-marins Varshavyanka sont utilisés au sein de la Flotte de la mer Noire afin de protéger les côtes russes. L’espace aérien au-dessus de la presqu’île de Crimée est protégé par des systèmes antimissiles S-400.

 

Étiquettes : , , , , , , , ,

La Russie développe de puissantes armes de dissuasion , les USA cherchent une parade …

Lancement de missile balistique*

Selon Xinhua , La Russie développe de nouvelles capacités pour contrer le Bouclier anti missiles US  :

MOSCOU, 10 mai (Xinhua) — La Russie développe actuellement de nouvelles capacités pour contrer les systèmes de défense anti-missiles en Europe, a annoncé mardi le lieutenant-général Sergueï Karakaïev.

Le bouclier anti-missiles américain en Europe ne représente pas une menace majeure pour les Forces de missiles stratégiques russes (RSMF), car les RSMF ont augmenté leurs capacités, a indiqué M. Karakaïev.

Il a ajouté que les nouveaux systèmes de missiles des RSMF avaient été équipés d’ogives nucléaires et d’autres dispositifs capables de franchir les boucliers anti-missiles.

Il a précisé que l’efficacité des missiles balistiques intercontinentaux lourds de la Russie serait quatre fois supérieure à leur efficacité actuelle d’ici 2021.

Les futurs missiles balistiques intercontinentaux russes pourront frapper depuis plusieurs directions différentes, ce qui forcera la partie opposée à obtenir des systèmes de défense aérienne complets, a-t-il ajouté.

La Russie a exprimé à plusieurs reprises son inquiétude vis-à-vis du renforcement de la présence militaire de l’OTAN dans ses pays voisins.

Des exemples ? Le RS-28 Sarmat  :

Opérationnels à partir de 2018, les nouveaux missiles balistiques intercontinentaux russes RS-28 Sarmat seront déployés en Sibérie et dans l’Oural du Sud. Ces missiles à carburant liquide viendront remplacer les célèbres R-36M2 Voevoda connus en Occident sous le nom de code SS-18 Satan.

Conçus à l’époque de la guerre froide, les plus grands missiles balistiques du monde R-36M2 Voevoda feront prochainement place à une nouvelle génération de missiles intercontinentaux, les RS-28 Sarmat, rapporte Dave Majumdar dans les pages du magazine The National Interest.

« Le développement du système Sarmat comprenant un missile lourd basé en silo touche à sa fin », a déclaré le général Sergueï Karakayev, commandant des Forces de missiles stratégiques russes. Selon le général, les systèmes Sarmat remplaceront  les Voevoda déployés à Oujour (Sibérie orientale) et à Dombarovski (Oural).

Les premiers prototypes du nouveau missile intercontinental sont déjà construits et doivent être testés cette année. Si les tests réussissent, le Sarmat sera produit en série de manière à entrer en service en 2018.

Les caractéristiques du RS-28 sont pour le moment inconnues, mais les informations disponibles laissent supposer qu’il s’agit d’une arme extrêmement redoutable, signale Dave Majumdar. Equipé de quatre moteurs RD-274, le missile pèsera au moins 100 tonnes et sera en mesure de transporter une charge utile de 10 tonnes, soit jusqu’à 15 ogives thermonucléaires à têtes multiples et à guidage indépendant (MIRV). Il aura une portée d’au moins 10.000 kilomètres.

Comme la plupart des missiles intercontinentaux russes, tels que les Yars, les Topol-M et les Boulava, le RS-28 Sarmat sera en mesure de surmonter les systèmes de défense antimissile grâce à sa combinaison de leurres, à ses contre-mesures électroniques et à sa vitesse de vol. Enfin, l’utilisation d’ogives manœuvrables rendrait ce missile très difficile à intercepter.Les Etats-Unis, qui ne veulent pas rester en retard, ont pour leur part entamé le développement d’un nouveau missile basé au sol qui doit remplacer le Minuteman III. Selon le commandement des Forces aériennes des Etats-Unis, la dernière génération de Minuteman n’est pas en mesure d’assurer une dissuasion efficace si la défense antimissile adverse continue à se perfectionner rapidement.

Bref, les Etats-Unis ont besoin d’un nouveau missile intercontinental pour contrebalancer la Russie et la Chine, souligne le magazine américain.

Cependant, quel que soit ce missile, « il ne sera pas aussi grand et n’aura pas le même poids au lancement que le RS-28 Sarmat », conclut The National Interest.

Satan 2, le missile nucléaire russe capable de détruire un pays de la taille de la France

Le gouvernement de Vladimir Poutine s’apprête à tester un missile nucléaire si puissant qu’il pourrait à lui seul raser un pays de la taille de la France en quelques secondes. 

Le missile nucléaire «Satan 2»  sera le plus puissant jamais conçu, et aucune technologie de défense antimissile n’est en mesure de l’arrêter. Outre sa puissance, il est équipé d’une technologie furtive pour tromper les systèmes radars ennemis. Son nom officiel est «RS-28 Sarmat». Fabriqué pour remplacer les vieillissants missiles «R-36M» qui étaient surnommés «Satan» par les experts de l’OTAN. C’est donc tout naturellement que son successeur a récupéré le surnom de Satan 2


Douze têtes nucléaires

Le missile aura une capacité d’action de 10.000 kilomètres, mettant des villes européennes comme Londres ou Paris, mais aussi des villes de la côte ouest américaine, dans sa ligne de mire. Par ailleurs, le missile pourrait contenir jusqu’à douze têtes nucléaires, lui donnant la capacité de détruire en quelques secondes un territoire «de la taille du Texas ou de la France» selon les informations de la télévision russe.

La Russie a déclaré souhaiter tester son missile dès cet été, afin qu’ils puissent entrer en service en 2020.

Voir aussi – Ces missiles ballistiques nucléaires russes rendent le bouclier antimissile américain obsolète
Source: Directmatin

Pendant ce temps, concernant les Missiles hypersoniques russes, les USA cherchent une parade :

Les congressistes américains font pression en faveur de l’adoption de mesures visant à contrer la menace croissante liée aux missiles hypersoniques hautement manœuvrables.

Selon le site web Washington Free Beacon, le Congrès des Etats-Unis a adopté un amendement au projet de budget de la défense. Objectif: financer un programme de lutte contre la menace liée aux missiles hypersoniques.

L’initiative des congressistes fait suite aux informations concernant les essais par la Russie d’appareils hypersoniques révolutionnaires. Selon le site, la Russie a testé en avril l’appareil expérimental  Yu-71 mis en orbite par un missile balistique intercontinental UR-100N (code OTAN SS-19 Stiletto).Le directeur de l’Agence James Syring a annoncé que les Etats-Unis allaient débloquer 23 millions de dollars pour développer un laser capable de protéger le pays contre les missiles hypersoniques. Il a cependant remarqué que les premiers essais de cette arme dernier cri n’auraient pas lieu avant 2021.

Un des initiateurs de l’amendement en question, le congressiste Trent Franks, s’est déclaré préoccupé par la mise au point d’armes hypersoniques par la Russie et la Chine et a noté que leur développement « modifiait le paradigme » de la guerre moderne.

« L’ère hypersonique n’est pas loin. Pour les Etats-Unis, il ne suffit pas d’être compétitifs en la matière. Ils doivent s’assurer la suprématie parce que nos ennemis prennent au sérieux le perfectionnement des technologies et les développent de manière efficace », a précisé M.Franks.

Le Yu-71 peut emporter une charge aussi bien conventionnelle que nucléaire. Capable d’atteindre 11.000 km/h, sa trajectoire est imprévisible et sa haute manœuvrabilité rend pratiquement impossible son interception par les systèmes de défense antiaérienne et antimissile.

 

Étiquettes : , , , , , , , , , , , ,

Qui utilise les réfugiés comme arme pour diviser l’Europe ?

 

Le 14 février le journal allemand « Frankfurter Allgemeine Zeitung » titrait : « Poutine utilise les réfugiés comme arme ».

Le « FAZ » cite ici ce que le sénateur américain John McCain avait dit la semaine précédente lors de la « conférence de Munich sur la sécurité ». Le « FAZ » écrit : « Pour le partisan de la ligne dure qu’est John McCain, Poutine n’a qu’un seul but : diviser l’Occident. » Il est révélateur que le multimilliardaire américain George Soros a utilisé presque les mêmes mots que McCain sur son site internet « project-syndicate.org » le 10 février, donc deux jours avant le début de la conférence de Munich sur la sécurité.

Soros écrit ce qui suit : « Le but actuel de Poutine, c’est d’accélérer la dissolution de l’UE, et le meilleur moyen pour y parvenir, c’est de l’inonder avec des réfugiés. ». Selon Soros, c’est la Russie qui provoque les énormes flux de réfugiés, parce qu’elle effectue sans cesse selon lui des attaques aériennes contre la population civile en Syrie. Evaluons maintenant les accusations de McCain et Soros contre Poutine.

http://klagemauer.tv/index.php?a=showembed&vidid=7860

Premièrement. Les flux massifs de réfugiés ont déjà commencé en 2014, donc bien avant que la Russie n’intervienne dans le conflit syrien avec des bombardements. L’agence des Nations Unies pour les réfugiés indique fin 2014 un nombre de 3,88 millions de Syriens en fuite.

Deuxièmement. L’escalade militaire au Proche-Orient, qui s’intensifie continuellement, peut être en grande partie attribuée aux activités du gouvernement des Etats-Unis et de ses instigateurs. La mise en place, l’entraînement et le financement du groupe terroriste islamique « EI » par les services secrets américains (la CIA) fait partie de cette escalade. Le gouvernement américain a lui-même avoué que la cible véritable de la « coalition anti-EI » n’est pas le groupe terroriste « EI », mais la Syrie elle-même. Le gouvernement des Etats-Unis a donc plus nui à la Syrie avec ses bombardements pendant des années, qu’elle n’a efficacement combattu le groupe terroriste EI. C’est exactement cela qui a principalement provoqué les vagues de réfugiés syriens.

Troisièmement. Il est avéré que le spéculateur financier américain George Soros soutient les flux de réfugiés vers l’Europe depuis 2005 déjà. Il met cela en œuvre au travers de son réseau qui englobe ses médias et douze fondations extrêmement riches appelées « fondations pour la démocratisation ». Soros a posé l’exigence que dans un futur proche l’UE accepte un million de demandeurs d’asile par an. « Pro Asyl » est vu comme « la branche allemande des fondations Open Society », à travers lesquelles Soros soutient la migration vers l’Allemagne.

Quatrièmement. Au reproche du premier ministre hongrois Viktor Orban contre Soros, « d’attiser le feu et de vouloir affaiblir l’Europe à travers la vague de réfugiés », Soros a répondu de la manière suivante : « Le plan d’Orban considère que la protection des frontières des pays est le but et les réfugiés sont les obstacles. Notre plan en revanche considère que la protection des réfugiés est le but et les frontières des pays sont l’obstacle. »

Selon le docteur Michael Vogt, journaliste et professeur à l’Université de Leipzig, Soros a pour la première fois « vendu la mèche » avec cette déclaration. De plus, le professeur Vogt a dit dans un exposé : « Pour la première fois il est dit clairement qu’il s’agit de nier, de détruire et de ruiner les frontières des pays (c’est-à-dire les identités nationales), et que cela est le but déclaré d’un plan en six étapes. »

En résumé nous pouvons dire qu’aussi bien le sénateur américain McCain en tant que représentant du gouvernement américain, que le globaliste Soros veulent faire porter le chapeau au président russe pour ce qu’ils ont précisément eux-mêmes planifié de manière ciblée et mis en pratique sans aucun scrupule, à savoir la dissolution des identités nationales et des frontières ainsi que l’affaiblissement et la déstabilisation totale de l’Europe au moyen des immenses flux de réfugiés. L’Europe aussi doit sombrer dans la destruction et le chaos et appeler au secours un nouvel ordre mondial, comme cela est déjà arrivé au Proche-Orient et au Moyen-Orient, ainsi qu’en Afrique du Nord. Mais ce nouvel ordre mondial va conduire les peuples dans la dépendance totale, la misère et l’esclavage.

kn

Francis Cousin sur les réfugiés et la stratégie du capital : une pensée radicale

 
 

Étiquettes : , , , , , ,

Borisoglebsk-2, une nouvelle arme secrète de la Russie : Les Russes interceptent des drones US dans les cieux syriens, le Pentagone s’indigne

Borisoglebsk-2, une nouvelle arme secrète de la Russie

Nous vous avons déjà présenté, dans un précédent article, les systèmes Krasukha-4 qui ont brouillé non-stop les radars de surveillance des satellites militaires américains de famille Lacrosse / Onyx ainsi que les radars montées sur les drones américains RQ-4 Global Hawk, MQ-1 Predator et MQ-9 Reaper.

L’arme ultrasecrète qui permet à Poutine d’assoir sa suprématie dans la guerre radio électronique en Syrie ?

Borisoglebsk-2-2

Entre temps, l’OTAN a découvert une autre arme secrète de la Russie, utilisée pour la première fois en Syrie : le Borisoglebsk-2. Le complexe multifonctionnel Borisoglebsk-2 est un système unifié tactique spécialement conçu pour le système intégré automatisé C4I (commandement, contrôle, communications, informatique, renseignement et interopérabilité), capable d’assurer la suprématie dans une guerre radio-électronique (Electronic warfare -EW). Le Borisoglebsk-2 a été créé par les spécialistes de la Rostec, pour pouvoir balayer un spectre étendu et recueillir des informations sur la base desquelles il déclenche des mesures du type de guerre électronique pour supprimer l’émission.

Une autre caractéristique du complexe Borisoglebsk-2 est la protection des systèmes de navigation aérienne de l’aviation russe et la protection contre la surveillance par satellite de l’ennemi. Ses cibles sont principalement les radars de détection au sol ou aériens (AWACS) et les réseaux radio et de téléphonie mobile. Dans le domaine de la protection, le complexe Borisoglebsk-2 (rayon d’action évalué à 100 – 150 km) est capable de neutraliser les bombes intelligentes, guidées par GPS, larguées par les avions ennemis.

En outre, le Borisoglebsk 2 surveille automatiquement les objets en mouvement sur le terrain à travers le sous-système Treker (qui fonctionne avec le réseau GLONASS / GPS).

Borisoglebsk-2

Ce sous-système reçoit en temps réel les informations provenant des avions russes avec ou sans pilote, via une ligne de données. L’équipement du Borisoglebsk 2 permet un haut degré de précision dans la localisation de n’importe quel émetteur, tout en augmentant la vitesse de détection et en optimisant la surveillance dans l’ensemble du spectre de fréquences.

La principale caractéristique du système Borisoglebsk-2 est qu’il peut fonctionner sans aucun problème dans un environnement extrêmement hostile, par exemple dans des conditions de fortes interférences créées par les moyens les plus sophistiqués de guerre radio-électronique. Le complexe Borisoglebsk-2 est composé d’un poste de commandement R-330KMV, où s’effectuent les tâches de gestion des missions, et qui coordonne divers équipements de surveillance, de protection et de brouillage (R-378BMV, R-330BMV, R-934BMV, R-325UMV, etc.). Ses composants sont montés sur 9 blindés sur roues ou à chenilles.russian-comand

Un quotidien suédois, « Svenska Dagbladet », pense que l’OTAN est préoccupée par le fait que les avions « invisibles » F-35 et F-22 deviennent inutiles face aux nouveaux systèmes de guerre électronique russes, parce leurs radars seraient brouillés, ainsi que leur système de guidage des armes à bord. Depuis août 2015, dix systèmes Borisoglebsk 2 ont été livrés aux forces armées russes. Parmi les bénéficiaires, il y a l’enclave de Kaliningrad, sur la Mer Baltique et le Commandement Stratégique Sud (qui inclut la Flotte de la mer Noire et le dispositif défensif de la Crimée). 14 autres systèmes vont être livrés à l’armée russe en 2016.

source

D’ailleurs , Les Russes interceptent des drones US dans les cieux syriens, le Pentagone s’indigne, selon La Pravda en anglais, :

La chaîne américaine Fox News a récemment rapporté que des avions russes avaient intercepté par trois fois d’insaisissables drones américain MQ-1 Predator dans les cieux syriens. Après la première interception, les responsables du Pentagone ont dit que les Russes étaient tout simplement chanceux. Mais deux autres incidents identiques se sont produits peu de temps après, bien que l’avion russe n’ait pas essayé d’abattre les aéronefs sans pilote, mais simulées à la place leur interception.

    Fox News a déclaré que ces incidents ont eu lieu au-dessus du territoire syrien contrôlé par l’ISIS, au-dessus de la « capitale » de l’État islamique, la ville de Rakka, près de la frontière turco-syrienne, non loin de Kobané et d’Alep.

    Une publication militaire spécialisée a confirmé qu’en mars 2014, à l’époque de la crise de Crimée et du référendum, les troupes antiaériennes russes avaient forcé un drone militaire américain à atterrir.

    « La partie ukrainienne tentait d’organiser une reconnaissance aérienne au-dessus de la Crimée à l’aide d’aéronefs sans pilote. Ces derniers faisaient partie de la 66ème brigade de reconnaissance militaire, dont le siège est dans la Bavière allemande, et ils ont été déployés à Kirovograd, en Ukraine. Pourtant, ni les USA, ni l’Ukraine n’ont réussi à maintenir sous contrôle la Crimée et la Marine russe de la mer Noire.

    « En conséquence, bien que des mesures aient été prises, deux drones de fabrication israélienne, MQ-5B Hunter, ont été interceptés. L’un d’eux a été abattu par les forces de la milice le 10 mars, l’autre a été forcé d’atterrir depuis le sol à l’aide d’un système radio de reconnaissance Avtobaza russe, » ont dit les responsables militaires.

    Plus tôt, le bureau d’investigation journalistique a signalé que dans soixante pour cent des cas, les drones américains attaquent et bombardent des immeubles. Selon Washington’s Blog, jusqu’à 90 pour cent des victimes d’attaques de drones américains sont des civils.

    « Je suis vraiment bon pour tuer les gens  », a dit une fois le président américain Barack Obama, lors d’une réunion avec des responsables de la défense.

 

Étiquettes : , , , , , , , , , ,

Le dollar, arme de destruction massive de la croissance mondiale

Le dollar chute suite au chiffres du CPI

Il semble que les marchés des produits de base ont aimé l’odeur de la déflation dans la matinée .

Une fois les chiffres mauvais du CPI sortis (L‘IPC ou CPI de base correspond à la moyenne des indices mensuels des prix à la consommation) ,l’or, l’argent, le pétrole brut et le cuivre ont  grimpé tout comme le dollar américain a chuté, nous présumons que les probabilités d’une hausse des taux s’éloignent définitivement. Les actions pourraient faire moins attention, explique ZH .

Et pourtant, un professeur de finance, Jeremy Siegel, a déclaré aux micros de CNBC que la Fed pourrait augmenter d’un huitième de pourcent jeudi, plutôt que de 0,25%, et ce pour tester la réaction des marchés boursiers.

Les économistes des banques européennes ING Bank, UniCredit et VTB Capital pensent aussi que la hausse des taux pourrait être de 0,125% à cause des craintes d’endommager les prix des actifs, a rapporté Bloomberg.(source)

Si ça c’est remonter les taux … ???! C’est pire que symbolique un 8e de %, 12.5 points de base, si ça se confirme : une BLAGUE  .  

La FED maîtrise vraiment la Com, ça  rien à dire . Ce dont elle est en train de perdre la maîtrise, ce sont les marchés, et l’économie mondiale.

Voici un papier sur le sujet , Le dollar, arme de destruction massive de la croissance mondiale

Le grand jeu en ce moment est de prendre des paris sur la décision de la Fed de relever les taux, de les laisser inchangés, ou (gloup !) de suggérer un futur stimulus. Certes, beaucoup de données entrent en jeu dans la prise de décision de la Fed, et il y a plusieurs conséquences potentielles, mais une seule importe vraiment : l’effet sur les marchés de changes/devises.

Il n’est pas difficile de comprendre quelle est la dynamique qui importe. Si la Fed relève les rendements/taux d’intérêt aux Etats-Unis, cela rendra le dollar américain plus attractif.

D’autant plus attractif qu’il s’accompagne d’autres atouts comme le liquide marché des bons du Trésor américain et la relative sécurité du dollar par rapport à d’autres devises émises par des pays entrant en crise.

Qu’arrivera-t-il lorsque la Fed rendra le dollar américain plus attractif ? Les capitaux fuiront encore plus rapidement les économies émergentes et la Chine. Cette fuite de liquidité menace de se transformer en véritable tsunami si la Fed relève les taux.

Qu’arrivera-t-il lorsque les capitaux fuiront les marchés émergents et la Chine ? De mauvaises choses. Beaucoup de mauvaises choses.

Problème numéro 1 : les monnaies des pays des marchés émergents s’affaibliront au fur et à mesure de la fuite des capitaux, obligeant les pays émetteurs à défendre leur monnaie (une tentative qui finit généralement en échec, comme nous l’avons vu lors de la crise asiatique de 1997-1998) ou à la dévaluer.

Nous avons eu un aperçu de ce qui arrive lorsque la Chine est obligée de dévaluer le RMB/yuan : les marchés mondiaux sont partis en chute libre.

Problème numéro 2 : les investisseurs vendent les actions et obligations des marchés émergents pour échapper à la baisse due à la dévaluation monétaire. Cela fait chuter les marchés actions et obligations des économies émergentes – et de la Chine, quelle que soit la catégorie dans laquelle on la range.

Problème numéro 3 : l’investissement dans les économies des marchés émergents se tarit. La croissance mondiale dépend pour beaucoup de l’expansion rapide des économies émergentes qui, dans les périodes fastes, peuvent connaître une croissance annuelle entre 5% et 8%, tandis que les économies développées enregistrent une croissance de 1% ou 2% au mieux.

Quand le capital fuit, l’investissement dans les économies à croissance rapide se tarit et, par conséquent, la croissance ralentit. L’inévitable résultat est un ralentissement mondial, c’est-à-dire une crise mondiale.

Problème numéro 4 : à mesure que le dollar se renforce par rapport aux monnaies des marchés émergents, un cercle vicieux autoalimenté se met en place : plus le dollar américain monte, plus les capitaux fuient les marchés émergents, ce qui fait chuter ces monnaies, ce qui oblige à une plus grande liquidation des actions, des obligations, etc. libellés dans ces monnaies qui se déprécient.

Le renforcement du dollar américain depuis juillet dernier est la cause principale de la crise mondiale. La Fed est-elle assez stupide pour augmenter la crise mondiale en relevant les taux et en poussant le dollar encore plus haut ?

Qui serait gagnant si le dollar américain se renforce à cause de la hausse des taux par la Fed ? Dans une économie mondiale interconnectée, personne.

 

L’Indice USD a chuté …

 

Et les matières 1eres ont bondi  …

Avec l’Argent qui ouvre la voie …

Avec les obligations et les actions qui chutent …

Graphiques: Bloomberg

Zero Hedge –  http://quotidienne-agora.fr/dollar-fed-taux-pays-emergents/ – resistanceauthentique

 
Poster un commentaire

Publié par le 16 septembre 2015 dans économie, général, International

 

Étiquettes : , , , , ,

 
%d blogueurs aiment cette page :