RSS

Archives de Tag: à faire

Fake News de BFMWC ! Des Gilets jaunes appelleraient à « tout bloquer dès le 10 décembre » et « à faire des provisions » : ça vient de la réunion et c’est isolé – Propagande et guerre de l’information …

Résultat de recherche d'images pour "gilets jaunes"

Une de plus, et pas des moindres. J’ai d’abord marché dans la Fake news de BFMWC (oui ça peut arriver..), mais aprés vérification approfondie, c’était du grand n’importe quoi, pour créer une rupture avec l’opinion publique. Mais ici on frôle l’inconscience, dans ce qui est une véritable guerre de l’info.

Au début j’avais titré Des gilets jaunes appellent à faire des provisions : « Nous allons tout bloquer dès le 10 décembre ».

J’aurais pu effacer simplement l’article, mais je préfère vous le laisser avec l’historique (pendant que je cherchais d’autres sources pour confirmer la news je commençais à douter fortement et j’avais modifié le papier et tout mis au conditionnel, c’est ce que vous aller lire avec les mises à jour) pour que vous voyez bien les dessous de la Fake news et de la propagande.

Et aussi pour que vous puissiez relayez l’info si nécessaire pour contrer la fake news. 

Alors, c’est qui qui donne des Fakes news ??? Et là c’est vraiment un faux grossier, on peut vraiment appeler ça une « fake news ».  

Voici l’article initial après donc une 1ere modification, qui avait pour titre Des gilets jaunes appelleraient à faire des provisions : « Nous allons tout bloquer dès le 10 décembre » :

Alors que des pénuries commencent déjà à apparaître – et que d’autres mouvements qui sont nés dans leur foulée, comme les chauffeurs routiers, les ambulanciers, les transporteurs de fonds et les déménageurs sont appelés à la grève illimitée à partir de dimanche soir – on irait vers une paralysie du pays et de grosses pénuries.

Ce ne serait vraiment pas lumineux comme idée, ils risqueraient en outre de perdre une grosse partie de l’opinion publique. Le message serait pourtant partagé en masse selon BFM. 

Mais je soupçonne fortement une Fake News de BFMWC qui donne l’info, précisément pour créer une rupture avec l’opinion et une désolidarisation de celle ci.

D’ailleurs si on clique sur le lien des soit disant messages on retombe sur une page qui n’a rien à voir …

Ce papier de BFM WC sent d’ailleurs la propagande à plein nez, à tous les niveaux …   Gilets jaunes « radicaux » , « modérés », « historiques » … Pffff, du grand n’importe quoi ! 

Voici l’extrait concerné qui arrive à la fin de l’article  :

« Nous allons tout bloquer dès le 10 décembre »

En marge des nombreux appels à un « acte 4 » samedi à Paris, les « gilets jaunes » sur Facebook, se partagent massivement un message appelant à un blocage général le 10 décembre.

Les auteurs de ce messages appellent à « faire des provisions, de l’essence du gazoil, faire le plein en nourriture et médicaments ». Et préviennent: « Nous allons tout bloquer dès le 10 décembre ».

« Aucune école, aucune administration ouverte! Aucun magasin ! Nous bloquerons les accès et sorties d’aéroport! Les grandes surfaces! Les bureaux! Nous prévenons la population! Rejoignez nous au différents barrages ou restez chez vous », préviennent-ils.

Ils appellent également aux blocages des dépôts et des raffineries dont certaines sont déjà touchées un peu partout en France et notamment en Bretagne.

Voilà ça vient d’être débunké par Libé , ça vient de la réunion, et c’est une fake news aussi, un message isolé qui n’à rien à voir avec rien !!!

Vous avez ici un parfait exemple de propagande (inconsciente) !! C’est vrai, il faut lutter contre les Fakes news  … de BFM !! C’est eux « la complosphere » !!  Z

Publicités
 
2 Commentaires

Publié par le 6 décembre 2018 dans général, société

 

Étiquettes : , , , , , , , , , , , ,

173 élus de la droite et du centre appellent à faire un pas vers Macron

Parmi ces signataires, on retrouve des juppéistes, des sarkozystes, ainsi que des candidats de la primaire comme Bruno Le Maire et Nathalie Kosciusko-Morizet. De nombreuses figures du centre ont également répondu à l'appel, comme Jean-Louis Borloo et Yves Jégo de l'UDI.
Parmi ces signataires, on retrouve des juppéistes, des sarkozystes, ainsi que des candidats de la primaire comme Bruno Le Maire et Nathalie Kosciusko-Morizet. De nombreuses figures du centre ont également répondu à l’appel, comme Jean-Louis Borloo et Yves Jégo de l’UDI. (Crédits : Reuters)
Tous pareil, les ambitions personnelles avant tout, et au passage Macron fait exploser la droite et se positionne comme seul « rempart » face aux extrêmes et au FN . Il va beaucoup plus loin que Mitterrand qui s’était servi du FN …

Depuis la nomination du juppéiste Edouard Philippe à Matignon, des élus LR et UDI ont décidé de lancer un appel pour répondre positivement à la « main tendue » d’Emmanuel Macron pour gouverner le pays.

Après avoir divisé le Parti socialiste, Emmanuel Macron est en train de semer le trouble à droite. Lors de l’annonce de la première liste des candidats La République en marche, un certain nombre de circonscriptions ont été laissées vacantes, pour « laisser vivant l’espace de recomposition », selon les propres mots du secrétaire général d’En Marche !, Richard Ferrand. En clair, il s’agit d’une main tendue aux élus de gauche, mais surtout de la droite et du centre à rejoindre le camp du président Macron.

L’appel du pied n’a pas laissé indifférent des ténors des Républicains, dont l’ex-candidat à la primaire, Bruno Le Maire. La nomination lundi à Matignon d’Edouard Philippe lundi, un élu LR juppéiste, a accentué la polarisation au sein de la droite. Le jour même de l’annonce, une trentaine d’élus LR et UDI ont lancé un appel à « répondre à la main tendue » d’Emmanuel Macron. Depuis, de nombreux autres élus se sont greffés à l’initiative et mardi soir une nouvelle liste de 173 a été publiée.

Parmi ces signataires, on retrouve des juppéistes comme Benoît Apparu et Thierry Solère, les sarkozystes Gérald Darmanin et Christian Estrosi, ainsi que des candidats de la primaire comme Bruno Le Maire et Nathalie Kosciusko-Morizet. De nombreuses figures du centre ont également répondu à l’appel, comme Jean-Louis Borloo et Yves Jégo de l’UDI. Au total, sept députés LR et sept UDI figurent sur cette liste, qui compte également une eurodéputée LR, une député non-inscrite et sept sénateurs.

Contre-appel

Face au délitement de leur camp, des Républicains ont répondu en lançant un contre-appel à ne pas céder aux sirènes du président Macron. Dès ce mercredi matin, le député des Alpes-Maritimes Eric Ciotti a distribué les coups sur l’antenne d’Europe 1 :

 
Poster un commentaire

Publié par le 17 mai 2017 dans général, Politique

 

Étiquettes : , , , , , , , , ,

Les Earthships, ces maisons autonomes à faire soi-même qui respectent la planète

1 Panorama paysage earthship 1
©Eco-logis. Earthships dans le désert du Taos

Après 2 mois au Québec, nous continuons notre enquête au Sud des Etats Unis, dans l’Etat du Nouveau-Mexique. Nous y débarquons par Albuquerque, la capitale. « Humm… vous avez coché la case ‘touriste’… mais pourquoi donc venez vous ici ? » nous questionne un brin suspicieux le contrôleur de l’immigration. En effet, cette ville n’est pas dans le top 10 des destinations des tourdumondistes. Un de ses seul intérêt touristique est d’avoir accueilli les tournages de la série Breaking Bad, le décor est planté ! L’Etat du Nouveau-Mexique est l’un des plus pauvre des USA. Malgré la sécheresse, les gens nous racontent qu’il vend le peu de ses ressources en eau pour tenter tant bien que mal de renflouer ses caisses… Dans les bus qui circulent sur les boulevards interminables nous croisons les regards fatigués et les corps endoloris de ceux qui n’ont pas les moyens d’avoir une voiture

Mais pour nous, cette étape était planifiée dès le départ. Car c’est à quelques kms d’Alburquerque dans le désert du Taos que des maisons écologiques originales ont vu le jour : les Earthships. Sorties de l’imagination de l’architecte Michael Reynolds dans les années 70 ces maisons construites à partir de matériaux usagés visent une « autonomie radicale ».

Nous avions eu la chance de visiter quelques modèles d’Earthships en Normandie (dans la commune de Gers), en Turquie et au Québec. Mais nous souhaitons nous rendre au cœur du laboratoire, pour en savoir un peu plus sur ces maisons qui fascinent de plus en plus à travers le monde…

Notre nouvelle aventure commence en stop entre la petite ville de Taos où nous logeons en couchsurfing et les plaines arides de la sierra où se trouve le Q.G d’Earthship Biotecture. Le second jour de tournage, lorsque nous racontons à notre conductrice la raison de notre venue, elle nous lance d’un air malicieux « oui oui je connais bien les Earthships… je suis la femme de Michael Reynolds !» … «Et vous allez faire du stop comme ça tous les jours pour venir filmer ?…Mes pauvres, ça va être compliqué ! … Si vous voulez on a un pick up qui dort dans la cour. Je vous le prête le temps de votre séjour. » Et ni une ni deux, alors qu’on se connaît depuis moins de 5min, elle nous tend ses clés. D’un coup, notre modeste tournage devient bien plus confortable. Au volant du pick-up des Reynolds on se sent pousser des ailes sur les routes poussiéreuses du Nouveau-Mexique !

Qu’est ce qu’un Earthship ?

L’histoire des Earthships commence au début des années 70. A l’époque où les membres du « Club de Rome » déconstruisent déjà le mythe d’une croissance économique illimitée dans un monde aux ressources limitées. Tout juste diplômé d’architecture, Michael Reynolds est convaincu qu’un mode de vie économiquement et écologiquement durable commence par repenser l’habitat. En effet, le secteur de la construction est responsable de 30% des émissions de gaz à effets de serre, et englouti plus de 40 % de la production énergétique mondiale ! (lien en Anglais)

Scandalisé par le gâchis des ressources autour de lui, il se demande comment tirer parti des déchets pour construire. Et pourquoi pas les pneus ? Cette idée saugrenue deviendra la marque de fabrique des Earthships. Chaque jour 800 millions de pneus sont produits dans le monde. Après 3 ou 4 ans d’usage, ils s’entassent dans d’immenses décharges à ciel ouvert et s’embrasent parfois en rejetant des tonnes de CO2 dans l’atmosphère (dernier exemple : mai 2016, en Espagne). Dans le meilleur des cas ces pneus sont « recyclés », c’est-à-dire brûlés dans des cimenteries… Plutôt que ces solutions insatisfaisantes, Michael Reynolds a l’idée de les utiliser tels quels en compactant de la terre à l’intérieur pour construire des maisons. Une fois les murs enduits pour les protéger de la pluie et du vent, peu de visiteurs devineront comment ils sont faits !

D’autres matériaux usagés sont également utilisés dans les murs des Earthships avec un rôle plus esthétique, comme les bouteilles de verre qui font entrer des rayons multicolores dans la maison.

SUITE DU DOSSIER  (explications, coûts, diaporama) ICI

 
Poster un commentaire

Publié par le 6 septembre 2016 dans Climat - Environnement, général, société

 

Étiquettes : , , , , , ,

Charles Gave – Des réformes faciles à faire, et qui ne coûteraient rien

Tout le monde connait cette phrase merveilleuse de Lord Salisbury à la Reine Victoria qui lui demandait d’effectuer des réformes. « Réformer, votre Majesté, Réformer ? Vous ne trouvez pas que les choses vont déjà assez mal comme ca ? ».

A l’évidence, nous sommes à nouveau en période électorale en France puisque tous les candidats sont en train d’écrire livre sur livre (tous plus insignifiants les uns que les autres) pour nous expliquer  comment ils veulent réformer notre beau pays. Voila qui me laisse un peu pantois dans la mesure où ils ont tous été à un moment ou à un autre au pouvoir et que le moins que l’on puisse dire c’est que les changements qu’ils ont cru devoir apporter ont toujours été désastreux. Nous nous trouvons donc à l’évidence devant de magnifiques cas d’amnésie rétrograde, maladie qui semble affecter particulièrement les hommes politiques Français. Mais enfin l’espoir fait vivre, et je crois de mon devoir de citoyen de signaler des réformes qui devraient être faites, qui ne couteraient rien à personne et qui pourraient changer bien des choses. Ces reformes les voici :

  1. Il serait de bon ton de rendre les fonctionnaires inéligibles. Je m’explique. Dans les trois plus vieilles Démocraties du monde, Etats-Unis, Grande-Bretagne et Suisse, un fonctionnaire peut se présenter aux élections, mais dés qu’il fait acte de candidature il doit donner sa démission pour toujours de la fonction publique, pour ne jamais y revenir. Ce n’est pas le cas en France ou si un fonctionnaire se présente au suffrage, il se fait « mettre en disponibilité » par son administration pour y retourner après l’élection suivante s’il est battu, sa carrière ayant continué  à avancer de façon imperturbable entre les deux…Ce qui veut dire que pour un fonctionnaire se présenter c’est « pile je gagne et face je ne perds pas »… et du coup, entre la moitié et les deux tiers des députés sont fonctionnaires, ce qui rend notre pays irréformable. En effet, reformer la France c’est réformer son Etat, c’est-à-dire supprimer les avantages dont bénéficie dans notre pays la gens administrative et personne ne peut demander à nos héros de se tirer une balle dans le pied. La seule façon de réformer l’Etat, c’est bien sur de ne pas en charger une chambre majoritairement composée de fonctionnaires, et pour cela, il faut  que les fonctionnaires soient à égalité de chances avec les autres citoyens au moment des élections, ce qui n’est absolument pas le cas aujourd’hui. Rendre les citoyens égaux devant l’élection serait une vraie révolution dans notre pays.

 

  1. Dans cet esprit, il serait de bon ton de limiter à une seule le nombre des retraites payées par nos impôts  et que touchent tous ces braves gens. Monsieur Juppé, quand il prendra sa retraite (le plus tôt sera le mieux) touchera sa retraite d’Inspecteur général des Finances, à laquelle s’ajoutera celle de député, de maire de Bordeaux d’ancien Premier Ministre, d’ancien Ministre, de Président du conseil Régional et que sais-je encore, et toutes ces retraites seront payées par nos impôts. Il serait normal que lui et messieurs Ayrault, Fabius, Chirac, Giscard, Hollande etc.… ne puissent toucher qu’une seule retraite. Par exemple, de Gaulle, quand il a quitté l’Elysée en 1969 n’a accepté que sa retraite de Colonel et rien d’autre.  Mais il y a plus : ces braves gens ont fait passer des lois pour que leurs épouses touchent cent pour cent de ce qu’ils touchaient de leur vivant, dans l’hypothèse malheureuse où ils viendraient à trépasser. Et ces épouses sont parfois beaucoup plus jeunes qu’eux, ce qui veut dire que la charge d’une retraite d’un député  ou d’un Sénateur va peser sur le Trésor Public pendant au moins trois décennies après leurs disparitions.  Et pourtant, madame de Gaulle, une fois veuve, ne touchait que 60 % de la retraite de Colonel de son mari, comme toute veuve d’officier. Ce qui était bon pour de Gaulle  devrait être suffisant pour eux et voila qui les amènerait sans aucun doute à ne plus monopoliser toutes les positions à leur profit exclusif et empêcherait le redoutable cumul des mandats. On verrait apparaitre peut-être enfin, des nouvelles têtes…

 

  1. Dans un esprit de Justice fiscale, il me semblerait normal qu’en cas de retraites cumulatives payées par nos impôts, l’on calcule la valeur actualisée de toutes ces retraites et que nos élus  qui ne demandent surement que ça compte tenu de leur dévouement à la chose publique payent l’impôt sur la fortune sur ces sommes actualisées. Prenons l’exemple de notre cher Président actuel. Je me suis laissé dire qu’a sa retraite, il allait toucher 450.000 euros par an compte tenu de tous les mandats électifs qu’il a exercé, retraite à laquelle il faut ajouter bien sur sa retraite de conseiller d’Etat. Un pauvre entrepreneur comme moi, qui n’a fait que suivre son intérêt personnel depuis toujours à la place de consacrer ma vie  à mes concitoyens en suivant son exemple, pour toucher 450.000 euro par an garanti par l’Etat et indexé devrait disposer d’un capital d’au moins 40 millions d’Euro. Il serait donc bon que cet homme qui déteste les riches paye au moins 1. 5 % par an sur ce capital « virtuel »  certes, mais dont il touche la rente qui n’existe que grâce à nos impôts encore une fois. A mon avis, l’ISF serait supprimé dans l’année, et tous les pauvres exilés fiscaux pourraient enfin rentrer pour mourir au pays.

 

 

  1. « La femme de César ne peut être soupçonnée » aurait dit le divin chauve. Etant d’une famille d’officier, je peux assurer le lecteur que nul ne peut être officier s’il a un casier judiciaire. Et cette règle s’applique également à tous les gendarmes quelque soit leur grade car bien sur les gendarmes sont des militaires également, mais des militaires locaux, enracinés dans nos campagnes ou un casier judiciaire fait encore désordre. De plus, à ma connaissance, nul ne peut être Juge s’il a un casier judiciaire, ce qui me parait bien normal. Le Président de la République est de par sa fonction le chef des armées et le garant de l’indépendance de la Justice et il me semble que quelqu’un qui aurait un casier judiciaire ne devrait pas pouvoir être le chef des armées pas plus qu’il ne saurait  être le chef de la Magistrature. Je comprends que l’on accepte à l’assemblée ou au gouvernement des repris de justice qui ont «  purgé » leur peine dans la mesure ou une telle inclusion fait sans doute monter le niveau moyen de compétence et d’honnêteté de ces institutions. Mais il y a des limites qui doivent concerner le sommet de l’Etat. Un Président arborant un casier judiciaire ? Pensez à l’embarras des Juges qui l’ont condamné puisque leur carrière dépendra de celui qui l’ont condamné des qu’il sera élu. Voila qui limitera singulièrement les condamnations d’hommes politiques dans le futur. Quant aux gendarmes, pourquoi poursuivre un receleur, un voleur, un escroc si nous avons déjà ça à la tête de l’Etat ?

 

  1. L’Homme public doit être transparent ne cesse t’on de nous dire.  Fort bien. Quand monsieur Cahuzac s’est fait attraper avec un compte en Suisse, au Luxembourg à moins que ce ne soit à Singapour, j’ai appris par un minuscule entrefilet en bas de page dans un journal qu’il démis de ces fonctions au Grand-Orient. Honnêtement, je me contrefous de savoir qui est ou n’est pas membre de ces organisations en France ou ailleurs. En revanche, en tant que citoyen, j’ai le droit de savoir si monsieur Ayrault faisait partie de la même organisation, ou monsieur Valls ou madame Taubira ou monsieur Hollande tant il est tout à fait évident que monsieur Cahuzac n’est tombé que parce que les autorités Suisses ont décidé de le faire tomber. Ce n’est certes pas le zèle judiciaire des autorités Françaises qui ont fait  plonger ce Tartuffe, mais l’exaspération des autorités Suisses devant ce personnage leur donnant sans arrêt  des leçons de morale. Les Suisses ont décidé de se payer Cahuzac parce qu’ils voulaient qu’on leur foute la paix. Et c’est pour ca qu’il va être jugé. La question que chacun peut légitimement se poser est donc simple. Ce manque de zèle que chacun a pu constater dans la sordide affaire Cahuzac est il du à l’incompétence de nos magistrats ou au fait que monsieur Cahuzac avait des amis qui pouvaient bloquer le dossier ? En tant que citoyen, j’aimerais bien le savoir. Tony Blair, le premier ministre Travailliste, lorsqu’il était arrivé au pouvoir s’était rendu compte qu’il avait un problème de « réseaux » dans la Police, la Justice et l’Administration. Il avait fait promptement passer une Loi stipulant que tout le monde a le droit d’appartenir à toute organisation de son choix mais que tous les fonctionnaires d’autorité ainsi que toute personne qui passait des contrats avec l’Etat devait déclarer leur appartenance à tous ces clubs ou associations. Faire passer une telle loi en France assainirait considérablement l’atmosphère, par exemple dans notre système politique, nos tribunaux, nos commissariats ou nos média et cela ne coûterait rien.
  2. Le principe de base dans une Démocratie, c’est bien entendu la tenue régulière et fréquente d’élections. Et ce principe n’est vrai que s’il y a liberté d’association et de candidature. Ce principe n’est en rien respecté dans le monde du travail où il existe un « monopole de la représentativité » introduit après la deuxième guerre mondiale par Maurice Thorez, ce grand Démocrate et ce monopole ne profite qu’à quelques syndicats. On ne peut s’empêcher d’être émerveillé par la notion même de « monopole de la représentativité». Il faudrait de toute urgence l’étendre à toutes les élections, ce qui permettrait enfin à monsieur Valls d’exclure toute candidature indésirable et lui permettrait peut être de sortir de l’état de transe colérique perpétuelle dans lequel le met la toute charmante Marion. En fait, non seulement ces syndicats dit représentatifs ont le monopole dans les élections qui touchent au monde du travail  mais en plus ils sont les seules institutions dans notre République à recevoir des subventions étatiques sans jamais être auditées ne serait ce que par la Cour des Comptes. Nul ne sait d’où vient leur argent, nul ne sait ce que les chefs de ces syndicats font avec, mais tout le monde comprend qu’il ne vient certainement pas des membres de ces syndicats. Le scandale était tellement énorme qu’un député de l’UMP avait mené une commission d’enquête sur le sujet. Son rapport, pour la première fois dans l’histoire du parlement a été interdit de publication(me suis-je laissé dire), et bien sur par un gouvernement de droite, ce qui est proprement invraisemblable. Supprimer la notion même de syndicats représentatifs, voila qui serait une belle réforme. Après tout la seule chose qui donne un caractère représentatif à un élu, c’est que l’élection ait été libre. Nous en sommes loin, très loin.
  3. Et enfin, la dernière des réformes qui ne couterait rien et pourrait rapporter gros, ce serait de sortir l’Etat de tout ce qui a à voir avec l’information ou la culture. Supprimer toutes les subventions, supprimer toutes les chaines d’informations « nationales », supprimer les avantages fiscaux dont bénéficient les journalistes, supprimer le ministère de la culture, supprimer le service à Matignon chargé de filer des enveloppes  à l’Humanité, à Libération, au Monde, à Ouest France, au Figaro etc. au nom de la soi disant diversité de la Presse serait faire œuvre de salubrité publique. La liberté  de la Presse est antinomique avec la subvention Etatique. Des journalistes subventionnés sont des chiens à la niche, et c’est bien pour cela que ces subventions existent, pour les garder à la niche, avec un bon collier autour du cou. La Liberté, c’est d’avoir un compte d’exploitation en excédent en ne prenant en compte que les revenus provenant des lecteurs et de la publicité. A ce titre, il n’y a en France qu’un seul journal libre, et c’est le Canard Enchainé. Et cela se voit.

 

Je ne prétends pas faire de la politique mais j’ai un métier dans lequel j’ai appris, tout au long de ma vie, à ma remettre perpétuellement en cause, car telle est la vrai nature de l’homme. Si je peux donner des conseils financiers aux lecteurs de l’IdL, je n’ai en revanche AUCUN conseil politique à donner. A  chacun d’entre eux de se forger une opinion. Mais pour ce faire, ils devraient envoyer à tous ceux qui espèrent être élus la liste de ces sept réformes. Ceux qui répondraient qu’ils seraient prêts à les mettre en œuvre dans les 100 premiers jours de leurs mandats devraient à mon avis bénéficier d’un préjugé favorable.Quant aux autres ce sont au pire des menteurs et au mieux des jean foutre à écarter avec la plus grande célérité de toute envie de vote.

Source

 
Poster un commentaire

Publié par le 24 février 2016 dans économie, général, Politique, société

 

Étiquettes : , , , , , ,

Twitter accusé aux États-Unis d’aider Daech à faire sa propagande

Twitter fait l'objet de critiques régulières concernant sa modération des contenus racistes, diffamatoires ou de propagandes.

Twitter fait l’objet de critiques régulières concernant sa modération des contenus racistes, diffamatoires ou de propagandes. (Crédits : reuters.com)

Une Américaine dont l’époux est mort le 9 novembre à la suite d’une attaque revendiquée par l’Etat islamique réclame des dommages et intérêts à Twitter qui aurait, selon elle, facilité les choses à l’IE que ce soit « sciemment ou en fermant volontairement les yeux ». Twitter considère la plainte comme « infondée »

La veuve d’un instructeur américain tué en Jordanie lors del’attaque, le 9 novembre 2015, d’un centre d’entraînement de la police jordanienne a porté plainte contre Twitter et accuse le site de micro-blogging d’offrir à l’organisation djihadiste Daech (ou État islamique, EI) une plateforme idéale pour sa propagande.

La plainte, déposée mercredi au tribunal d’Oakland (Californie), expose ceci:

« Sans Twitter, la croissance exponentielle de l’EI ces dernières années, qui en a fait le groupe terroriste le plus redoutable au monde, n’aurait pas été possible. »

A la suite de cette attaque du 9 novembre revendiquée, dit-elle, par l’Etat islamique et qui a causé la mort notamment de son mari, Tamara Fields, résidente de Floride, réclame des dommages et intérêts à Twitter. Le réseau social aurait, selon elle, facilité les choses à Daech que ce soit « sciemment ou en fermant volontairement les yeux ». L’attaque du 9 novembre a fait six morts, dont deux Américains travaillant pour une société privée de sécurité.

Une plainte « infondée » selon Twitter

« Nous pensons certes que cette plainte est infondée mais nous déplorons sincèrement la terrible perte de cette famille », a réagi Twitter dans un communiqué.

« Les menaces violentes et la promotion du terrorisme n’ont pas leur place sur Twitter et, à l’instar d’autres réseaux sociaux, nos règles en la matière sont claires. »

Twitter fait l’objet de critiques régulières concernant sa modération des contenus racistes, diffamatoires ou de propagande. Les spécificités des réseaux sociaux en ligne rendent difficile la modération de tels contenus et en ont fait au fil des années les principales plateformes de diffusion de propagande djihadiste et, de fait, le meilleur outil de recrutement de filières extrémistes qui y voient un moyen de toucher un public large, essentiellement jeune.

>> Lire aussi Avec #Stopdjihadisme, le gouvernement veut investir les réseaux sociaux

source (avec Reuters)

 
Poster un commentaire

Publié par le 15 janvier 2016 dans général, International, Politique

 

Étiquettes : , , , , , ,

La Fed se prépare déjà à faire machine arrière sur les taux : un responsable de la Fed doute de la remontée de l’inflation

Afficher l'image d'origine

Ce que Zero Hedge a baptisé le Big print , une orgie de papier et de planche à billet (« QE »), se prépare … et c’est Bullard qui annonce .

Selon John Rubino, La Fed se prépare déjà à faire machine arrière sur les taux :

« Cela n’aura pas pris longtemps. Un mois après la hausse d’un quart de point du taux directeur de la Fed, les marchés vacillent et les présentateurs promettent déjà que Papa prendra soin de tout ce qui contrarie les investisseurs :

« La baisse des perspectives d’inflation pourrait déboucher sur une réévaluation de la politique, d’après Bullard de la Fed » (titre d’un article de Reuters). (…)

En résumé, si les choses restent telles qu’elles sont à travers le monde, les taux d’intérêt resteront proches de zéro. Mais vu que les choses se sont dégradées malgré des années de taux planchers, ne pas les relever n’est pas une solution pour sortir de l’ornière. Donc, lorsque la hausse temporaire des marchés, suivant habituellement les propos de Bullard, prendra fin et qu’ils reprendront leur descente vers le fond, voici ce qui se passera :

  1. Ils insinueront que le bilan de la Fed s’est suffisamment contracté et qu’il est peut-être temps de le stabiliser (traduction : un nouveau round modeste de QE).
  2. Après son échec, ils promettront d’augmenter la portée du QE existant afin qu’il atteigne un niveau suffisant pour renverser la tendance des marchés.
  3. Après ce nouvel échec, ils débuteront une nouvelle expérience baptisée d’une appellation attrayante telle que « QE pour le peuple », « jubilé de la dette », matérialisant enfin l’hélicoptère déversant de l’argent sur la population que Ben Bernanke avait promis il y a longtemps en cas de déflation sévère. Cette expérience sera accompagnée d’une belle panoplie de contrôles des capitaux afin de tenir en respect les épargnants indisciplinés et autres ennemis de la société.  (source et fin)

Voici romandie :

Un responsable de la Réserve fédérale (Fed) a exprimé des doutes jeudi sur la remontée anticipée de l’inflation aux Etats-Unis à cause de la baisse des prix du pétrole.

James Bullard, de l’antenne régionale de la Fed de St Louis (Missouri) s’est clairement inquiété de l’impact de la chute des prix pétroliers sur l’inflation et le cours prévu de la politique monétaire.

Membre votant cette année du Comité de politique monétaire (FOMC), M. Bullard frappe les esprits avec son analyse car il est plutôt connu comme un “faucon” pressé de relever les taux d’intérêt pour juguler l’inflation.

“Les récents nouveaux replis des prix pétroliers mondiaux remettent en question le moment où va intervenir une stabilisation des prix”, a affirmé M. Bullard dans un discours à Memphis (Tennessee).

“Il semble que ce processus” de remontée de l’inflation “va prendre plus longtemps que prévu”, ajoute-t-il.

La Fed a commencé en décembre à relever les taux d’intérêt en indiquant qu’elle avait confiance dans un redressement de l’inflation vers son objectif de 2% qu’elle estime sain pour l’économie.

Ses prévisions médianes sont une inflation à 1,9% fin 2017 au lieu de 0,4% aujourd’hui, selon l’indice PCE mais M. Bullard souligne qu’il risque “d’être plus difficile d’atteindre cet objectif”.

Les prix du brut ont dégringolé depuis l’été 2014, dans le sillage du boum de la production de pétrole de schiste aux Etats-Unis.

Le prix du baril de brut américain est ainsi passé en 18 mois de 105 dollars à moins de 30 dollars aujourd’hui. Le prix du super à la pompe a glissé sous la barre des 2 dollars le gallon (52 cents ou 0,45 euro le litre) cette semaine, pour la première fois depuis sept ans.

Assurant jusqu’ici à l’envi que cette chute des prix du pétrole était “temporaire”, les responsables de la Fed misent dans leurs prévisions médianes sur trois ou quatre autres hausses des taux pour les faire remonter à 1,4% à la fin de l’année.

La prochaine réunion monétaire de la Fed est prévue dans moins de deux semaines les 26-27 janvier mais les marchés ne comptent pas sur un relèvement des taux dès ce rendez-vous.

 
Poster un commentaire

Publié par le 15 janvier 2016 dans économie, général, International

 

Étiquettes : , , , , , , , , , , ,

Merkel prête à faire la guerre contre la Russie !

Nezavissimaïa gazeta

L’hebdomadaire allemand Welt am Sonntag a publié hier une interview de la chancelière Angela Merkel, dont les propos sont repris dans la presse allemande sous les titres « Merkel met à jour la critique de Poutine » ou encore « Merkel accuse la Russie de déstabiliser l’Europe de l’est », écrit lundi le quotidien Nezavissimaïa gazeta.

Les journaux allemands soulignent que la chancelière a « réaffirmé son intention d’accorder un soutien militaire à la Lettonie et à la Lituanie, qui ressentent une menace émanant de la Russie ».

Dans le texte de l’interview, la chancelière affirme que Moscou « n’hésite pas à bafouer l’intégrité territoriale des pays voisins ». Selon Merkel « la Moldavie, la Géorgie et l’Ukraine, trois pays de notre voisinage oriental qui ont pris la décision souveraine de signer un accord d’association avec l’UE, subissent des problèmes à cause de la Russie ». A titre d’exemple, elle affirme que la Moldavie « souffre du conflit autour de la Transnistrie », la Géorgie « des conflits gelés en Abkhazie et en Ossétie du Sud », et l’Ukraine « doit survivre à l’annexion de la Crimée et aux combats dans l’est du pays ». Mais aux yeux de Merkel, cette liste est loin d’être exhaustive. « Nous voyons en outre que la Russie cherche à rendre les pays des Balkans plus dépendants d’elle économiquement et politiquement », déplore-t-elle.

Plus surprenant et choquant : la chancelière s’est dite prête à participer à un conflit armé contre la Russie.

La chancelière a affirmé qu’en cas de conflit armé entre la Russie, d’un côté, et l’Estonie, la Lettonie et la Lituanie de l’autre, l’Otan accorderait aux pays baltes une assistance militaire, comme prévu par les engagements dans le cadre de l’Alliance. On peine à croire que Merkel ne soit pas consciente du résultat que cela entraînerait – une aventure désastreuse pour tous. Un jeu de scénarios militaires, même verbal, est dangereux.

Par sa dureté, son caractère sans appel, voire belliqueux, l’interview du Welt am Sonntag dépasse le récent discours de Merkel à Sydney, qui a été loué par les partisans de la politique antirusse. La chancelière fait encore concurrence à Obama dans la globalisation de la menace russe, l’identifiant même jusque dans les Balkans.

On s’interroge sur le but de la manœuvre. Plusieurs versions sont possibles. Par exemple, pour dissimuler l’absence de perspectives du pari des USA sur les sanctions et l’isolement de la Russie. Mais il existe également un aspect politique intérieur. Le Frankfurter Allgemeine Zeitung (FAZ) souligne: « Merkel se défendait, dans l’interview, contre la critique de ses trois prédécesseurs – Helmut Schmidt, Helmut Kohl et Herhardt Schreder – qui s’étaient prononcés en faveur d’une prise en compte des intérêts de la Russie ». La chancelière a tenté de justifier à nouveau les sanctions antirusses mais ses arguments sont de moins en moins entendus.

La société allemande est profondément préoccupée par la situation en Europe et, en grande partie, ne souhaite pas rompre les relations avec la Russie. Selon un récent sondage publié le 4 décembre, 40% des Allemands, contrairement à la position de la chancelière, considèrent que les sanctions sont complètement injustifiées et 66% sont persuadés que les mesures occidentales ne feront pas changer la position du Kremlin.

source

 
11 Commentaires

Publié par le 4 janvier 2015 dans général, International, Politique

 

Étiquettes : , , , , , , , , ,

 
%d blogueurs aiment cette page :