RSS

Gilets Jaunes : les éditocrates applaudissent Macron et sifflent la fin de la récré

Gilets Jaunes : les éditocrates applaudissent Macron et sifflent la fin de la récré

Lundi soir, les chefferies éditoriales avaient les yeux rivés sur l’allocution d’Emmanuel Macron. Et sans grande surprise, ses annonces ont été applaudies.

Les éditorialistes les plus en vue se sont rués sur les plateaux pour célébrer la parole présidentielle et enfiler les commentaires dépolitisants sur l’évolution du « style macroniste ». Ils ont également glosé autour du « virage social du gouvernement » [1]. Quitte à prendre quelques libertés avec les faits, notamment concernant la dite « augmentation du SMIC ».

Mais là n’était pas tellement la question. En effet, cette séquence a surtout été un prétexte pour adresser un énième rappel à l’ordre aux manifestants : l’annonce de mesures doit désormais signer le coup d’arrêt de la mobilisation.

Florilège en images.

Cette vidéo a été réalisée par Clémentine Friot, avec Pauline Perrenot, Maxime Friot et Frédéric Lemaire.

[1Voir notamment cet article d’Arrêt sur images.

source:https://www.acrimed.org/Gilets-jaunes-les-editocrates-applaudissent

Publicités
 
5 Commentaires

Publié par le 13 décembre 2018 dans Education - information, général, Politique, société

 

Étiquettes : , , , , ,

Image

Strasbourg – Malaise sur le plateau de Cnews après les révélations de Xavier Raufer sur Cherif Chekatt

 
1 commentaire

Publié par le 13 décembre 2018 dans général, Politique, société, Vidéos (Toutes)

 

Étiquettes : , , , , , , , ,

Incroyable ! Gilets jaunes : samedi à Paris, la police avait une arme secrète (un ‘dernier rempart’), « un liquide incapacitant » !

Résultat de recherche d'images pour "la police avait une arme secrète"
« la pulvérisation de ce liquide sur une foule de gilets jaunes aurait été capable de « les arrêter net, mettant les gens à terre, même avec des masques ». Chaque engin aurait pu « neutraliser » une surface de plusieurs terrains de football »

Selon nos informations, certains des blindés de la gendarmerie disposés pour la première fois dans Paris ce samedi 8 décembre étaient secrètement équipés d’une réserve de liquide incapacitant. Un dispositif radical qui ne devait servir qu’en dernier recours.

C’est dire si le pouvoir a eu peur. Samedi 8 décembre, certains des blindés de la gendarmerie disposés pour la première fois dans Paris étaient secrètement équipés d’un dispositif radical, qui n’aurait été utilisé « qu’en dernier recours » : une réserve de liquide incapacitant. Selon nos sources, la pulvérisation de ce liquide sur une foule de gilets jaunes aurait été capable de « les arrêter net, mettant les gens à terre, même avec des masques ». Chaque engin aurait pu « neutraliser » une surface de plusieurs terrains de football… « Heureusement, que l’on n’en est pas arrivé là », ajoute cette source haut placée dans le dispositif policier. « L’autorité politique », comme le disent les fonctionnaires, aurait approuvé l’éventuel emploi d’un tel produit, qui n’aurait été utilisé qu’en cas de « débordement ultime ». Une sorte de « dernier rempart », utilisable sur décision politique… Interrogée, la préfecture de police de Paris renvoie au ministère de l’Intérieur.

Les précisions de la gendarmerieLe 11.12.2018 à 17h30

A la suite de la parution de notre article, la gendarmerie nationale a souhaité préciser que le dispositif dont nous vous rapportons l’existence n’est pas un liquide mais une « poudre »… Certains blindés déployés à Paris samedi étaient bien équipés d’un dispositif de « pulvérisation » d’un produit « incapacitant », de type « lacrymogène à dose forte », qui n’aurait été utilisé que sur « ordre d’une autorité ». Chacun des blindés équipés de ce dispositif de pulvérisation (visible en haut à droite face à l’engin) contient trois bouteilles de plongée dont deux sont chargées de la fameuse poudre sous pression. « Cela n’a jamais été utilisé en métropole », confie à Marianne le Sirpa gendarmerie, qui reconnaît qu’en « configuration normale », un blindé peut « pulvériser » sous forme d’épandage sur l’équivalent d’une surface de « un à deux terrains de football »Marianne maintient que lors des réunions de crise au plus haut niveau, préparatoires à la manifestation du 8 décembre, il a bien été question de ce dispositif comme d’un « dernier rempart »… et qu’il aurait été capable « d’arrêter net une foule, mettant les gens à terre, même avec des masques ».

L.V.

Tout lire sur Marianne 

 
1 commentaire

Publié par le 13 décembre 2018 dans général, société

 

Étiquettes : , , , , , , , , ,

SI MACRON VOUS A CONVAINCU, REGARDEZ CA

A voir aussi :

« Gilets jaunes » : l’Acte V du samedi 15 décembre ne devrait pas être remis en cause

(…..)

Les appels du gouvernement à observer une pause après l’attaque terroriste sur le marché de Noël de Strasbourg ne semblent pas avoir porté, pas plus que les annonces du chef de l’Etat n’ont éteint la colère sociale, lundi soir. Et l’activation de « l’urgence attentat » – plus haut niveau du plan Vigipirate -, ne constitue pas un obstacle à la tenue des manifestations.

(……..)

Attentat à Strasbourg : comment les forces de l’ordre se préparent pour l' »acte 5″ des « gilets jaunes »

« Exténués » et « fatigués » un mois après le début du mouvement des « gilets jaunes », les forces de l’ordre espèrent une mobilisation moindre en cas d' »acte 5″ samedi. Certains représentants syndicaux et responsables politiques lancent même des appels à ne pas manifester.

« Nous verrons ce qui se passe, nous ne sommes pas des abrutis. Mais en l’état actuel des choses, nous sommes toujours partis pour un ‘acte 5’, sur les mêmes revendications. »  (….)

 
2 Commentaires

Publié par le 13 décembre 2018 dans économie, général, Politique, société

 

Étiquettes : , , ,

Bernard Mourad, ancien conseiller d’Emmanuel Macron rejoint Bank of America en France

 

Voilà qui ne va pas plaire aux gilets jaunes et ils auront raison.

L’une des questions essentielles est de savoir au service de qui sont les politiques publiques. Au service des peuples ? Au service d’une oligarchie.

Autrefois, nous avions un corps de hauts fonctionnaires très dévoués et qui avaient la république et le bien commun chevillés au corps.

Progressivement, l’argent, les « carrières » et aussi une forme de corruption soft par les salaires mirobolants ont attiré de trop nombreux talents du public vers le privé.

C’est une chose.

L’autre chose, ce sont les allers-retours et les conflits d’intérêts évidents que cela peut poser.

Ainsi, comme le révèle cet article, « Bernard Mourad, ex-conseiller d’Emmanuel Macron pendant sa campagne présidentielle et ancien dirigeant d’Altice, a été nommé mardi « responsable de l’activité Corporate and Investment Banking » (banque d’affaires et d’investissement) de la division française de Bank of America Merill Lynch (BofAML), a annoncé l’établissement dans un communiqué. « À ce poste, Bernard Mourad s’appuiera sur ses solides relations avec la clientèle française afin de renforcer le service délivré par BofAML et de stimuler la croissance de ses activités sur ce marché important », poursuit le texte ».

Il n’y a pas à accuser Monsieur Mourad de quoi que ce soit préventivement, pas plus qu’il n’est convenable d’arrêter préventivement des porteurs de gilets jaunes, il faut en revanche se poser la question de ce qui peut être permis ou pas dans ce que nous voulons être une grande démocratie.

Le problème fondamental de confiance soulevé par les gilets jaunes est parfaitement illustré par ces « pantouflages » incessants qui deviennent souvent économiquement malsains.

C’est pour cette raison qu’il faut introduire, dans nos institutions, la surveillance des représentants et le référendum d’initiative populaire. C’est la seule façon que le peuple souverain se réapproprie le pouvoir et d’avoir une démocratie vivante.

Charles SANNAT

Source le blog de Morandini ici

source

 
1 commentaire

Publié par le 13 décembre 2018 dans général, Politique

 

Étiquettes : , , , , ,

Psychologie de la Résistance (et discours de Macron)

Résultat de recherche d'images pour "Résistance blog"

« Résistance » (face au « système » et ses dérives en tous genres, l’oligarchie, etc etc) l’idée s’est au fil du temps cristallisée dans l’esprit des gens – Hé oui mes chers lecteurs, tout est là, non seulement les idées peuvent se répandre comme une traînée de poudre (rappelez vous, une étincelle suffit), mais elles font aussi leur chemin. Un des appel à un acte 5 s’appel d’ailleurs « résistance » (avec une belle illustration du Huff post qui veut dire beaucoup de chose..). Ce concept est un concept ultra puissant. 

Quand je lis les coms un peu partout, on dirait tous des lecteurs du Blog !! (On peut parler de Psychologie de la Résistance)

Y compris Macron et ses conseiller sur ce que j’ai entendu hier, quant au volet démocratique. Il sait bien que nous vivons un moment historique, mais la situation le dépasse, et de beaucoup. Il aurait du prononcer les mots, dont (cahiers de) DOLÉANCE et RÉFÉRENDUM (d’initiative populaire). Mais il connait la puissance des mots et des idées, et la portée qu’ils peuvent avoir, ne serait ce que dans l’imagerie qu’ils transportent. Mais c’est précisément ce qui aurait renvoyé Robespierre ou encore De Gaulle dans les oubliettes.  

Pour le reste il est trop enfermé dans sa prison intellectuelle, un système de pensée bien trop étriqué (pourtant c’est un « philosophe »). Enfermé dans la limite des 3 % dictés par Bruxelles dont il n’est qu’un exécutant, alors que l’argent coule en réalité à flot (un philosophe non formé aux question monétaires fondamentales, et ses conseillers non plus apparemment). Ce n’est qu’une construction du système (ENA, banque.. Rothschild), qu’un pion, un pur produit formaté de l’élite, sans même qu’il n’en soit conscient. 

Faire circuler (les) des idées suffit, pas besoin de plus pour changer le monde, comme je vous l’ai déjà expliqué. Sachez lire entre les lignes. On a beau tenter d’écraser nos libertés – individuelles évidemment (comme la liberté d’opinion et d’expression) mais aussi collectives et d’information, comme en ce moment à un niveau inédit, et il suffit de lire ce que j’ai écrit et publié rien que ce dernier mois (liste non exhaustive) c’est primordial car l’information est la base de TOUT, car je l’ai dit et répété : l’information du citoyen est une condition sine qua non de l’exercice de ses libertés, et de son éveil – il est trop tard, le peuple est en marche.

Pendant toutes ces années je me suis battu pour réveiller la population sur les grands enjeux actuels, tout simplement en faisant vivre la liberté d’information et le droit à l’information, pour faire vivre nos libertés, et donc, la démocratie, qui s’effondrait au profit de l’oligarchie. J’ai livré une « guerre » de l’info asymétrique – qui est celle de David contre Goliath : les médias mainstreams (tenus par quelques milliardaires) aux ordres, sont désormais non seulement décrédibilisés (qui est la véritable complosphère ?), mais aussi dépassés.   

Et je resterai dans mon petit coin modeste à informer mes concitoyens… Car pour être un citoyen éclairé capable de prendre part à la vie démocratique de notre pays, il est nécessaire de s’informer et donc de s’éduquer. 

Ai je réussi ma « mission » ?  L’autre jour dans une réflexion je demandais si le fruit (le peuple) était mur : en voyant le peuple partir du pouvoir d’achat et d’en arriver en venir à la question centrale, celle de la démocratie (grâce notamment au renfort des « citoyens éveillés ») , il l’est… (il lui restera à prendre conscience de la question monétaire « qu’est ce que l’argent », l’autre question centrale) 

Je me suis battu tout ce temps pour VOUS TOUS, dans notre intérêt commun à TOUS, pour construire un monde meilleur en éveillant le citoyen. Et il s’est éveillé… 

Nous pouvons maintenant être un peuple LIBRE. Z 

par Philippe Grasset

Comme beaucoup d’entre vous, je crois, j’ai vu défiler au hasard des réseaux-TV nombre de divers Gilets-Jaunes qui sont des usagers des réseaux-sociaux. Dans cette bataille de l’influence, sans préjuger de l’orientation, on a pu voir que les réseaux-TV sont à la traîne des réseaux-sociaux ; les seconds qui sont le vrai “nouveau-monde” fomentent l’événement comme ils veulent, les premiers qui sont du simulacre de pseudo-“nouveau-monde” les commentent comme ils peuvent.

Ainsi les réseaux-TV, encombrés de leurs commentateurs consultants-attitrés mille fois entendus débitant leurs sornettes en rond comme du saucisson, ont-ils depuis un mois de plus en plus souvent sollicité les Gilets-Jaunes à leurs luxueuses tables-rondes, ou ovales, ou rectangulaires, peu importe. D’une certaine façon, il me semble que je les ai vus évoluer, les Gilets-Jaunes, dans leur discours (la façon de faire plus que ce qu’on fait), dans leur attitude, dans leur comportement. Au début, on les sentait gênés, gauches (sans suggestion politique), hésitants, maladroits, parfois incohérents ou piteux ; à mesure que les événements se déroulaient et montraient leur cohésion désordonnée, qu’ils étaient invités plus nombreux, ils se raffermissaient, ils gagnaient en assurance, non pas comme des professionnels mais plutôt comme des humblement-inspirés, des illuminés sans prétention ; ces derniers jours, ils avaient installé leur présence et lorsqu’ils parlent désormais, ils disent des choses et on les écoute encore plus que de les entendre. Parfois, lorsqu’ils parlent, ce sont les autres, les professionnels du discours-appointé, qui ont l’air de faire tapisserie.

Il y a de véritables dialogues du cœur et de l’âme qui s’établissent par instant. Lorsque Emmanuel Todd dit (autour de 05’45”), très ému, « …parce qu’ils [les Gilets-Jaunes] m’ont rendu ma fierté d’être Français », le courant d’une certaine grandeur d’au-delà de la logique vous parcourt, et les Gilets-Jaunes qui sont en face de lui, avec tous les autres derrière eux, en sont la cause. Il m’est venu à l’esprit, de cette façon fortuite et inconsciente, qu’une sorte de psychologie nouvelle est ainsi née devant nos yeux.

On comprend que je ne m’attarde pas une seconde au contenu du discours, car rien de nouveau n’apparaît ni ne peut apparaître. Ce qui apparaît sous une forme opérationnelle, humaine, animée, c’est ce phénomène collectif que nous ressentons ou devrions ressentir à l’apparition de cette chose étrange, – “un monstre” dit Castaner-le-connaisseur, “une entité” disais-je bien avant lui, en m’abstenant de cette sorte de jugement de valeur qui risque de s’attacher à une appréciation trop hâtive et trop convenue, faite pour plaire à vos maîtres, et qui vous font une réputation. On a bien compris que, dès le début, j’ai eu de la sympathie pour ces gens-là, insaisissables et inclassables, et même une sympathie chaleureuse.

J’ai très peu souvent entendu parler de “souffrance” comme je les ai entendus en parler, de cette façon qui vous fait pénétrer au cœur de l’être, dans son intimité de l’affrontement qu’il doit chaque jour subir et porter comme un fardeau du Diable… C’est, comme il est convenu de dire, une “libération de la parole”. Certes, l’expression est devenue populaire avec Mai-68 et elle vaudrait pour bien d’autres épisodes du genre, mais chaque fois il s’agissait de gens qui existaient, qui étaient reconnus, représentés, et qui se manifestaient pour un but précis, y compris radical (la révolution, etc.). Bref, on restait en terrain de connaissance même s’il est parfois très glissant.

Rien de cela chez les Gilets-Jaunes, dont on sait bien que la revendication initiale (le prix de l’essence), quelle que soit la réalité de la chose, n’est pas la marque fondamentale mais simplement l’étincelle qui allume l’incendie, – pour l’essence, l’image a sa justification pédagogique. La diversité et l’incompatibilité des revendications qui ont surgi depuis montrent bien que le mouvement ne sait pas où il va et qu’en vérité peu lui chaut. Après avoir dit sa fierté et s’en expliquant aussitôt, Todd s’exclame à propos du mouvement qu’« il n’y a qu’en France que cela peut se produire » ; on lui oppose aussitôt un déjà-triomphant : « Mais c’est irrationnel ?! » ; il se récrit aussitôt : « Mais non, pas du tout, c’est un mouvement de résistance »

Résistance, le mot est dit ! Effectivement, cette définition qui n’est “politique” que pour mieux se défier de leur politique, de ce qu’ils nomment “politique”, me convient mieux qu’un mouvement de revendication, de protestation contre un objet précis, etc. ; et moi, je serais bien tenter d’y voir une résistance au Système, la Résistance en fait et en-soi, majusculée comme en majesté

Ainsi y peut-on voir une “libération de la parole” certes, mais une “libération de la parole” paradoxale, par rapport à l’effet que j’en ai ressenti. En effet, ces Gilets-Jaunes m’ont souvent paru exsuder une certaine fraîcheur, de l’entrain, comme s’ils mettaient en scène et opérationnalisaient la sensation pour eux d’exister qui serait une sorte de bonheur. Certes, exposer son malheur que tout le monde ignore, ou bien pire encore feint d’ignorer ou veut ignorer parce que cela ne colle pas avec Bruxelles et avec la globalisation, cela vous restitue votre identité ; cela vous fait exister à nouveau et c’est une sorte de bonheur même si cette identité est caractérisée par le malheur.

C’est pour cette raison que je parle d’eux comme d’un groupe uni par une sorte de psychologie collective extrêmement sophistiquée et en fait extrêmement rationnelle même si elle semble exprimer l’irrationalité comme s’en exclamait Léa Salamé ; mais elle (Léa) fait partie des “élites parisiennes” dont Todd dit par ailleurs qu’elles sont caractérisées par « un processus de fermeture mentale », comme Macron lui-même qu’il juge d’une « rigidité [psychologique] inquiétante », « quelqu’un de très limité intellectuellement », et qu’« il s’agit d’un type qui a un rapport partiel avec la réalité, … qui mériterait l’intérêt des psychologues »… Ainsi ; les “élites”, Macron en tête qui leur ressemble tant, ne comprennent-elles pas cette prodigieuse capacité à “organiser l’inorganisation” (Todd toujours, et moi de mêmeque les Gilets-Jaunes déploient depuis plus d’un mois, cela qui fait de la Résistance du grand art.

Et c’est ainsi que l’on en vient à comprendre que la Résistance, dans leur cas, c’est un caractère psychologique propre, qui s’est collectivement imposé dans ce but (cette “sorte de psychologie nouvelle […] née devant nos yeux”). Ne croyez pas que je les prenne pour des génies, pour des élus, etc. ; non, je dis qu’ils sont portés par un courant collectif qui les guide en ressuscitant leur identité, comme une intuition qui les tient ferme, vers la seule position qui peut épouvanter le Système, le terroriser absolument.

En vérité, comme le Système les perçoit avec terreur, ils sont contre le Tout (globalisation, Europe, etc.) que le Système leur propose, alors qu’on sait bien que ce Tout est un simulacre qui produit comme une bave mortelle le Rien entropique ; contre cela, ils opposent la non-revendication de leur Rien qui est la marque de la Résistance contre le simulacre du Système. Ces gens-là, campés sur leur malheur, et devinant d’ailleurs qu’ils n’obtiendront jamais de ce Système d’en venir à bout, résistent en opposant à la poussée entropique qui a fait ce malheur leur propre Rien vertueux, le “Ils ne passeront pas” de Verdun si vous voulez.

J’ignore jusqu’où ils tiendront, et comment, parce que je ne suis ni le “maître des horloges” ni le “New World Liberal Order”. En attendant, ils sont là après avoir fait ce qu’ils ont fait.

source:http://www.dedefensa.org/article/psychologie-de-la-resistance

 
1 commentaire

Publié par le 11 décembre 2018 dans général, Politique, société

 

Étiquettes : , , ,

Le référendum d’initiative citoyenne doit devenir la revendication principale de toutes les mobilisations pour instaurer une véritable démocratie en France.

 
1 commentaire

Publié par le 11 décembre 2018 dans général, Politique, société, Vidéos (Toutes)

 

Étiquettes : , , , , , , , , , , ,

 
%d blogueurs aiment cette page :