Le diplomate russe Andrei Belousov a confirmé vendredi que la Russie se préparait à défendre son territoire contre toute agression, tandis que le retrait unilatéral du traité FNI par les États-Unis signalait selon lui que Washington se préparait à une telle agression.

Andrei Belousov, chef adjoint du département de la non-prolifération et du contrôle des armements chez le ministre russe des Affaires étrangères. ©Russia News Today

Andrei Belousov, chef adjoint du département de la non-prolifération et du contrôle des armements chez le ministre russe des Affaires étrangères, a fait part de son inquiétude quant à un éventuel conflit entre les États-Unis et la Russie, affirmant que Moscou défendrait son intégrité territoriale et ses principes en réponse à l’agression américaine.

M. Belousov a tenu ces propos après que la première Commission de l’Assemblée générale des Nations unies a voté contre un projet de résolution sur le FNI proposé par la Russie à l’appui du traité.

« Récemment, lors d’une réunion [de la commission], les États-Unis ont déclaré que la Russie se préparait à la guerre. Oui, la Russie se prépare à la guerre, je peux le confirmer », a déclaré Belousov après l’échec du vote de la première Commission de l’ONU sur le projet proposé par Moscou.

« Nous nous préparons à défendre notre patrie, notre intégrité territoriale, nos principes, nos valeurs, notre peuple — nous nous préparons à une telle guerre », a-t-il ajouté.

Cependant, il a souligné que ce n’est pas la Russie qui se prépare à déclencher la guerre. Selon le diplomate, il y a une grande différence entre les préparatifs de Moscou et ceux de Washington.

« Sur le plan linguistique, cette différence se résume en un mot, en russe et en anglais : la Russie se prépare à la guerre et les États-Unis se préparent à lancer une guerre », a déclaré Belousov. « Sinon, pourquoi les États-Unis se retireraient-ils du traité, renforceraient-ils leur potentiel nucléaire et adopteraient-ils une nouvelle doctrine nucléaire ? » s’est-il interrogé.

« Si les États-Unis sortent du traité et commencent à construire leur potentiel nucléaire de manière incontrôlée, nous ferons face à une nouvelle réalité », a-t-il déclaré, ajoutant que les questions de procédure sur lesquelles l’ONU s’est concentrée ces derniers jours sembleront insignifiantes.

Le traité FNI est un pacte datant de l’époque de la guerre froide, signé par le dirigeant de l’Union soviétique Mikhaïl Gorbatchev et le président américain Ronald Reagan en 1987. Les deux parties sont parvenues à un accord historique pour réduire leurs arsenaux nucléaires et se sont engagées à détruire les missiles balistiques lancés depuis le sol et dotés d’une portée comprise entre 500 et 5 500 km.

Samedi dernier, le président des États-Unis, Donald Trump, a annoncé l’intention de son pays de se retirer du traité FNI, sous prétexte de prétendues violations de l’accord par la Russie.

Vendredi, Moscou a présenté un projet de résolution visant à préserver le FNI à la première Commission de l’Assemblée générale des Nations unies, chargée du désarmement et de la sécurité internationale. Cependant, la commission a voté contre le projet de résolution, 55 pays ayant voté contre, 31 pays l’ont appuyé et 54 autres se sont abstenus.

Lors de l’Assemblée générale des Nations unies, M. Belousov a déclaré que la Russie avait des questions à poser aux États-Unis concernant l’application du traité depuis bien avant 2000.

source