RSS

Archives du 25 octobre 2018

Lactalis aurait vendu 8.000 tonnes de lait « potentiellement contaminé »

Lactalis aurait vendu 8.000 tonnes de lait "potentiellement contaminé"
Fin 2017, 36 nourrissons ont été atteints de salmonellose après avoir bu du lait infantile des marques Picot et Milumel produit dans l’usine de Craon.@ DAMIEN MEYER / AFP

Selon « Le Canard Enchaîné », Lactalis aurait continué à vendre 8.000 tonnes de lait en poudre sortant de l’usine de Craon alors que ce lait présentait un risque de contamination. 

L’entreprise Lactalis aurait continué à vendre 8.000 tonnes de lait en poudre sortant de l’usine de Craon en Mayenne, épicentre d’une contamination de dizaines d’enfants à la salmonelle, en fin d’année dernière, affirme mercredi Le Canard Enchaîné.L’hebdomadaire s’appuie sur des « documents fournis par la préfecture de Mayenne » récemment rendus publics.

« La décision de laisser consommer les 8.000 tonnes de poudre nous a surpris, parce qu’à l’époque on ne savait pas si la tour produisant le lait pour les adultes était elle aussi contaminée. C’était prendre un risque inutile pour la santé publique », a confié au Canard Enchaîné un fonctionnaire de la DGCCRF (direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes) qui a requis l’anonymat.

« Si Lactalis a fraudé, elle doit être condamnée ». « Il y a une procédure judiciaire en cours par rapport aux faits qui concernaient le lait infantile. Si jamais Lactalis a essayé de frauder par rapport aux consignes qui lui avaient été données, évidemment elle doit être condamnée », a réagi le ministre de la Transition écologique François de Rugy, interrogé sur LCI.

Des découvertes « pour le moins inquiétantes ». L’Association des familles victimes du lait contaminé à la salmonelle qui a également eu accès à ces dossiers, a dénoncé « de nouvelles découvertes pour le moins inquiétantes ». « Alors que tous les produits infantiles fabriqués à l’usine de Craon depuis avril 2017 ont été retirés et rappelés de la vente, suspectés d’être contaminés aux salmonelles, la poudre de lait fabriquée dans la même usine à la même période et destinée aux préparations industrielles (glaces, pâtisseries etc) a été écoulée sans encombre et sans que quiconque chez Lactalis ne vienne à s’interroger sur sa salubrité », a assuré l’association dans un communiqué.

Dans tous les cas, l’État n’a rien fait, donc on peut se poser la question de la complicité de l’État

« Pourquoi les services de l’État se sont-ils limités aux produits infantiles ? Pourquoi Lactalis n’a-t-il pas procédé comme pour les produits infantiles aux retraits/rappels de ces produits potentiellement contaminés aux salmonelles ? », s’interroge le président de l’AFVLCS, Quentin Guillemain, dans le même texte.

« On l’a découvert par les documents que nous avions demandés depuis près d’un an, par le préfet de Mayenne. Nous ne savons pas aujourd’hui si ces poudres de lait étaient contaminées, mais ce n’est évidemment pas normal qu’on le découvre maintenant », s’agace Quentin Guillemain sur Europe 1. « Ça veut dire que ça a été écoulé en toute discrétion. Dans tous les cas, l’État n’a rien fait, donc on peut se poser la question de la complicité de l’État ».

Lactalis « dément et condamne ». Mercredi, le groupe a réagi à ces nouvelles accusations en affirmant que ces dernières étaient « sans fondement ». Lactalis « dément et condamne fermement ».

36 nourrissons atteints de salmonellose. Fin 2017, 36 nourrissons ont été atteints de salmonellose après avoir bu du lait infantile des marques Picot et Milumel produit dans l’usine de Craon, un scandale sanitaire dont la gestion a été pilotée au plus haut niveau de l’État. Le ministère de l’Agriculture a annoncé le 18 septembre que le groupe, numéro un mondial du lait, avait été à nouveau autorisé à commercialiser la poudre de lait infantile produite dans cette usine, neuf mois après le début du scandale sanitaire.

source

Publicités
 
Poster un commentaire

Publié par le 25 octobre 2018 dans général, Santé - nutrition

 

Étiquettes : , , , ,

Une violente tempête de grêle donne à Rome des airs de banquise

Une violente tempête de grêle a frappé la capitale italienne provoquant des inondations et transformant certains quartiers en banquise… 

Les intempéries font rage en Méditerranée depuis une dizaine de jours : l’Espagne et l’Italie ont été sévèrement touchés par des précipitations diluviennes le week-end dernier, et c’est maintenant la Grèce qui est concernée. (source)

En France – Si le mois d’octobre avait été remarquablement chaud jusqu’ici, l’hiver va véritablement arriver ce week-end, et ce sur l’ensemble du territoire avec des températures dignes d’un début de mois de décembre. De fortes précipitations sont également attendues dans les départements du Var et des Alpes-Maritimes dès samedi.

On se situera 6 à 7°C en dessous des normales de saison, au niveau d’un début de mois de décembre.(source)

 
2 Commentaires

Publié par le 25 octobre 2018 dans Climat - Environnement, général

 

Étiquettes : , , , , ,

CES MILLIARDAIRES QUI NOUS FONT LES POCHES – DENIS ROBERT

 
3 Commentaires

Publié par le 25 octobre 2018 dans général, Nouvel ordre mondial, Vidéos (Toutes)

 

Étiquettes : , , , , ,

Retrait des États-Unis d’un traité nucléaire : « 700 millions d’Européens se retrouvent face à une nouvelle menace de guerre »

Résultat de recherche d'images pour "guerre nucleaire"

Le traité INF (Intermediate-range nuclear forces treaty) sur les armes nucléaires de portée intermédiaire était capital dans la maintien de la paix mondiale. L’Europe qui est une zone tampon entre les différentes superpuissances, est plus que jamais en 1ere ligne en cas de guerre nucléaire : nous serons les 1er annihilés. Z 

Le président américain Donald Trump a annoncé samedi 20 octobre sa décision de retirer son pays d’un traité qui avait mis fin à l’escalade nucléaire en pleine Guerre froide, en 1987. Signé avec la Russie, il interdisait les armes nucléaires de portée intermédiaire. Se retirer est « la mauvaise carte à jouer car ça engage la sécurité du monde », prévient sur franceinfo lundi 22 octobre Jean-Marie Collin, chercheur associé au Groupe de recherche et d’information sur la paix et la sécurité (GRIP), co-porte-parole d’ICAN France (Campagne internationale pour l’abolition des armes nucléaires).

Franceinfo : est-il dangereux de quitter ce traité ?

Jean-Marie Collin : Oui, très très dangereux. Il faut essayer de comprendre que finalement, 700 millions d’Européens se retrouvent face à une potentielle menace et une nouvelle menace en fait de guerre nucléaire comme on a pu la vivre au milieu des années 1980 puisque c’est suite à une grave crise qui se nommait les euromissiles que les États-Unis et la Russie (ex-URSS) sont parvenus, après quelques sueurs froides et négociations, à éliminer une classe entière de systèmes d’armes, des missiles sol-sol et qui ont une portée maximum entre 500 et 5 500 km, ce qu’on appelle la moyenne portée. Clairement, c’était des missiles qui avaient pour cible l’ensemble des capitales européennes et l’ensemble des grandes villes de l’Union soviétique et qui donc menaçaient en permanence de destruction et d’annihilation l’ensemble de ces populations. On est parvenu à cette crise au milieu des années 1980 à la suite de l’installation d’un très grand nombre de missiles de la part de l’URSS, l’Otan et les États-Unis répondant de même. Plusieurs centaines de missiles ont été installés que ce soit en Italie, en Belgique, en Grande-Bretagne ou en Allemagne.

Pour expliquer ce retrait, les États-Unis accusent Moscou de ne pas respecter ce texte. Est-ce vrai ?

On n’en a pas la preuve. On a des interrogations sur un nouveau système d’armes que la Russie met en œuvre depuis quelques années. Ce qui est certain, c’est qu’en se retirant de ce traité, ça laisse véritablement la porte ouverte à la Russie de pouvoir produire sans aucune contrainte ce nouveau missile. Donc c’est véritablement un coup mal joué de l’administration Trump que de vouloir se retirer d’une plateforme de négociations.

Quel est l’intérêt pour Donald Trump ?

Il n’y en a pas. D’abord, les États-Unis ont les capacités militaires de pouvoir répondre à toute attaque de la part de la Russie. Trump aussi menace et inclut, d’une façon étrange, la Chine, alors qu’elle n’est pas du tout membre de ce traité. Si Trump voulait vraiment jouer la carte de la diplomatie, il devrait justement tenter d’inclure la Chine dans une nouvelle version de ce traité. C’est véritablement jouer avec la sécurité des États européens, puisque c’est encore une fois nous qui sommes au centre et c’est là-dessus que l’Union européenne et les États membres de l’Union européenne doivent se réveiller et dire qu’il est important de ne pas renoncer à ce traité et de travailler sur le désarmement nucléaire. Encore une fois, se retirer d’un traité de désarmement ne peut être que dangereux. Il faut se souvenir que c’est la seconde fois puisque déjà en 2003, les États-Unis s’étaient retirés unilatéralement d’un traité des systèmes antibalistiques missiles, ce qui a accentué du côté de la Russie une renaissance de la volonté de développer des arsenaux. Donc c’est évidemment la mauvaise carte à jouer car ça engage la sécurité du monde.

source

 
2 Commentaires

Publié par le 25 octobre 2018 dans général, Guerre - 3e guerre mondiale

 

Étiquettes : , , , , , , , , ,

Correction des marchés : « On n’a encore rien vu ! » selon Jean-Claude Trichet

Les marchés baissent et sont très nerveux en ce moment,  sur fond de montée des incertitudes partout dans le monde . L’aversion au risque est de retour . Le Vix a encore bondi (vers les 25). Et Béchade se lance, Vers une correction des marchés sans précédent à l’échelle planétaire prévient il  :

La séance de mardi a ressemblé à un véritable champ de mines, avec des cours de Bourse qui se sont désintégrés en cascade au sortir de publications jugées décevantes.

(….)

Le Dow Jones, le S&P500 et le Nasdaq ont tangué

Les bonnes dispositions des marchés actions américains en préouverture ont en effet tourné court alors que Donald Trump adressait une nouvelle volée de bois vert à Jerome Powell, accusant même le patron de la Fed « de prendre du plaisir à monter les taux ».

(….)

Enfin, les trois indices ont pulvérisé leur moyenne à 200 jours avec désormais 50% de valeurs en « bear market » (plus de 20% de correction par rapport à leur sommets annuels).

Toutes les conditions semblent maintenant réunies pour qu’une correction d’une ampleur inédite s’enclenche à l’échelle planétaire. Ou alors pour que Mario Draghi rentre dans la légende des plus grands bienfaiteurs des marchés en tentant, avec son verbe magique, de mettre un terme à une série baissière sans précédent depuis 2011 (pas moins de 13 séances de repli sur 15 sur le S&P500 depuis le 3 octobre dernier).

Correction ou début de Krach ? Selon Jean-Claude Trichet, qui mouille une fois de plus le maillot, « On n’a encore rien vu ! » ça … je veux bien le croire !! 

Signe qui ne trompe pas – L’or est enfin sorti depuis quelques temps de sa torpeur tendance baissière à court terme .. Z 

 
1 commentaire

Publié par le 25 octobre 2018 dans économie, général, International

 

Étiquettes : , , ,

 
%d blogueurs aiment cette page :