RSS

Vidéo du WE : L’Histoire Du grand Complot Capitaliste – Citoyens sous surveillance

L’Histoire Du grand Complot Capitaliste

Citoyens sous surveillance

 

Mots-clés : , , , , ,

Mars : de l’eau liquide s’infiltrerait dans le sol la nuit

Des dépôts sédimentaires se sont formés dans le cratère Gale comme ceux photographiés à Hidden Valley par Curiosity. © Nasa, JPL, MSSS

Des dépôts sédimentaires se sont formés dans le cratère Gale comme ceux photographiés àHidden Valley par Curiosity. © Nasa, JPL, MSSS

Le rover Curiosity, qui explore depuis deux ans et demi le cratère Gale et maintenant les pentes du mont Sharp, a découvert du perchlorate de calcium, un type de sel qui abaisse le point de congélation et forme une saumure. Une équipe de chercheurs estime qu’étant donné les conditions météorologiques qui règnent la nuit dans cette région et aussi au petit matin, en hiver, de l’eau liquide pourrait s’infiltrer dans le sol de Mars. Jadis couverte d’océans et de lacs, la Planète rouge pourrait bien cacher des poches d’eau sous sa surface.

Il y a quelques jours, les chercheurs ont découvert qu’il existerait des milliers de glaciers sur Mars stockant sous sa surface une part non négligeable de ses réserves d’eau restantes. Oui restantes, car une étude publiée en mars dernier estime qu’il y en avait environ 6,5 fois plus qu’aujourd’hui, dans la jeunesse de la Planète rouge, voici plus de 4 milliards d’années. Mars devait alors être couverte d’océans et donc, teintée de bleu.

Mais avec la disparition de son champ magnétique, son sort a basculé : les rayonnements solaires et cosmiques ont progressivement dégradé son atmosphère, ce qui a eu pour effet d’assécher sa surface et la transformer en l’astre rouge que nous observons à présent… Il y a donc toujours de l’eau sur notre voisine située en moyenne à 220 millions de kilomètres du Soleil. La question que continuent de se poser les planètologues et, avec eux, le grand public, reste : est-ce qu’il en existe à l’état liquide ? Et si oui, dans quelle proportion ? Est-ce que Mars la rouge demeure habitable ?

Curiosity a détecté du perchlorate de calcium

Pour tenter d’y répondre, les chercheurs disposent, sur place du merveilleux robot-géologue Curiosity de la mission Mars Science Laboratory (MSL). Celui-ci, débarqué en août 2012 dans le grand cratère Gale (155 km de diamètre), près de l’équateur martien, a récemment détecté la présence dans le sol de perchlorate de calcium, un sel qui a la faculté d’abaisser le point de congélation de l’eau. « Dans de bonnes conditions, il absorbe la vapeur d’eau dans l’atmosphère », rappelle Morten Bo Madsen qui dirige le groupe Mars à l’institut Niels Bohr, de l’université de Copenhague, et a co-signé l’étude qui vient d’être publiée dans Nature à ce sujet.

Le professeur agrégé poursuit : « Nos mesures effectuées avec la station météo de Curiosity montrent que ces conditions existent au cours de la nuit et juste après le lever du Soleil en hiver. D’après les mesures de l’humidité et des températures à 1,6 m de hauteur puis à la surface de la planète, on peut estimer la quantité d’eau qui est absorbée ». Une partie de cette vapeur d’eau est condensée pour former du givre « mais le perchlorate de calcium est très absorbant et créé une saumure avec de l’eau qui abaisse le point de congélation, ainsi le givre devient liquide ». Comme le sol de Mars est poreux, l’eau s’y infiltre. « Au fil du temps, d’autres sels peuvent aussi se dissoudre et, lorsqu’ils sont liquides, ils peuvent se déplacer et précipiter ailleurs sous la surface. »

Dans ces circonstances, il est très tentant de supposer qu’une activité biologique puisse exister dans le sous-sol de Mars mais, comme le rappellent les scientifiques, la Planète rouge est aujourd’hui un milieu hostile, sec, glacial et sans cesse bombardé de rayons cosmiques qui sont en mesure de détruire toutes formes de vie (du moins, comme celles que nous connaissons), et cela même à un mètre de profondeur. Pour ce qui est du passé, il est encore trop tôt pour y répondre.

Selon les chercheurs, un lac devait remplir le cratère Gale tout entier (155 km de diamètre), il y a entre 3,5 et 2,7 milliards d’années. © Nasa, JPL-Caltech, Esa, DLR, MSSS
Selon les chercheurs, un lac devait remplir le cratère Gale tout entier (155 km de diamètre), il y a entre 3,5 et 2,7 milliards d’années. © Nasa, JPL-Caltech, Esa, DLR, MSSS

Sur les traces de l’eau liquide passée

Depuis le début de son enquête sur l’habitabilité de Mars, il y a environ deux ans et demi — soit plus d’une année martienne —, Curiosity a trouvé plusieurs indices d’une présence passée d’eau liquide. Ici, le lit d’une ancienne rivière pavée de pierres arrondies, là les dépôts sédimentaires d’un ancien lac… Le rover a pu observer certains de ces derniers tout au long de sa route de 10 km qui la conduit sur les premiers contreforts du mont Sharp (5,5 km d’altitude) qu’il explore actuellement.

Empilées les unes sur les autres, ces couches semblent légèrement inclinées vers le monticule central. Pour les chercheurs, « ce genre de dépôts se forment lorsque d’importantes quantités d’eau dévalent les pentes du cratère et que ces courants rencontrent l’eau stagnante d’un lac ». Dans ce cas, on retrouve plutôt les matériaux charriés par ces cours d’eau sur les bords du lac, ce qui permet de constituer progressivement une légère pente comme celles que rencontre Curiosity. « Les grains les plus fins des sédiments, qui coulent plus lentement, ont bien été déposés au plus profond du lac (…) », note Morten Bo Madsen, continuant : « Puisque les plaques de sédiments sont au même niveau, tout indique que l’ensemble du cratère Gale fut un grand lac ».

http://www.futura-sciences.com/magazines/espace/infos/actu/d/mars-mars-eau-liquide-infiltrerait-sol-nuit-57900/

 
Poster un commentaire

Publié par le 17 avril 2015 dans Espace, général, Insolite, Sciences

 

Mots-clés : , , , , ,

Univers : les planètes à deux soleils seraient nombreuses

planète deux soleils
Crédits : Ben Bromley, University of Utah

Les planètes à deux étoiles se formeraient aussi facilement que celles orbitant autour d’une seule étoile. Parmi elles, il pourrait y avoir des planètes habitables comme la Terre.

Et si les couchers à deux soleils étaient un spectacle fréquent dans l’Univers ? C’est la question que deux astrophysiciens américains, Ben Bromley et Scott Kenyon, se sont posée après avoir mené des recherches sur les planètes à deux étoiles (planètes orbitant autour d’un système dit « binaire »).

Leur conclusion ? Au sein des systèmes binaires, les planètes ont la même probabilité de se former, et suivent le même processus de formation que les planètes orbitant autour d’une seule étoile.

Pour parvenir à cette conclusion, les deux chercheurs ont réalisé une analyse mathématique des trajectoires orbitales des planétésimaux, les corps précurseurs des planètes. Des travaux qui leur ont permis de constater que l’orbite des planétésimaux à deux soleils était susceptible d’être ovale, leur permettant ainsi d’éviter de se percuter entre eux.

D’après cette étude, c’est précisément cette caractéristique qui permettrait aux planètes à deux soleils de se former aussi facilement que les autres.

De surcroit, Bromley et Kenyon estiment que les systèmes binaires pourraient receler des planètes rocheuses et habitables, comme la nôtre, et non pas seulement des planètes gazeuses.

A l’heure actuelle, la Nasa a déjà détecté au moins sept exoplanètes gazeuses orbitant autour de deux soleils dans la zone dite d’habitabilité – la région du système planétaire favorable à la présence d’eau. Quant aux exoplanètes rocheuses orbitant autour de deux étoiles, leur détection serait rendue plus difficile, en raison de leur petite taille.

Cette étude sera publiée prochainement dans la revue Astrophysical Journal sous le titre “Planet formation around binary stars : Tatooine made easy”.

http://www.journaldelascience.fr/espace/articles/univers-planetes-deux-soleils-seraient-nombreuses-4624

 
Poster un commentaire

Publié par le 17 avril 2015 dans Espace, général, Insolite, Sciences

 

Mots-clés : , , , ,

On aurait découvert les plus anciens outils au monde, datant d’il y a 3,3 millions d’années !

Plus vieux que le genre humain lui-même, ces outils sont datés de 3,3 millions d’années et ont été mis au jour au Kenya.

ÉCLATS ET ENCLUMES. Les plus anciennes pierres taillées, exhumées à l’est du Kenya, auraient 3,3 millions d’années (voir notre carte plus bas) ! C’est ce que viennent d’annoncer des chercheurs new-yorkais lors du dernier meeting annuel de la société de paléoanthropologie, qui se tenait du 14 au 15 avril 2015 à San Francisco (Etats-Unis). Soit 700 000 ans de plus que les plus anciens outils connus à ce jour… Et leur découverte suggère que des ancêtres des hominidés façonnaient déjà des outils des centaines de milliers d’années avant que le genre Homo ne s’épanouisse. Car une découverte récente a eu beau vieillir le genre humain de 400.000 ans, le tout premier des Homo n’aurait que 2,8 millions d’années.

Les chercheurs auraient mis au jour plus d’une centaine d’éclats, de « cœurs » (ou blocs initiaux ) et d’ « enclumes » qui pourraient être la signature d’un atelier très archaïque de taille d’outils préhistoriques. Le tout reposait dans des sédiments datés de 3,3 millions d’années grâce aux techniques éprouvées du paléomagnétisme.

Comment ont été faits ces « premiers outils sculptures » ?
À partir d’une pierre, les hominidés débitent grossièrement des éclats qui leur serviront à couper, râcler, etc. Ils sculptent aussi de gros galets sur lesquels ils aménagent différents types de tranchants. Ce type primitif d’outils, connus sous le nom de « choppers », se retrouvent en Asie comme en Afrique et au Moyen-Orient. (Voir à ce sujet les dessins d’Eric Boeda dans Sciences et Avenir de Janvier 2008).

Les plus anciennes pierres taillées connues jusqu’à présent venaient de Gona en Ethiopie et étaient datées de 2,6 millions d’années. On parle à leur sujet  de « galets aménagés » ou encore d’industrie « Olduwayenne », parce qu’elles été trouvées pour la première fois, dès les années 1960, dans la gorge d’Olduvaï en Tanzanie. A l’époque, les chercheurs les attribuaient à l’Homo habilis (l’homme habile). Depuis, les spécialistes sont nombreux à penser que d’autres hominidés que nos ancêtres directs Homo auraient pu façonner des outils à leur main. En 2010, le site d’El Dikka, en Ethiopie, a ainsi livré des os vieux de 3,4 millions d’années – l’âge de Lucy et de sa famille australopithèque – portant des entailles de coupe, possiblement laissées par des outils, mais la découverte reste très discutée, comme l’explique le journaliste Michael Balter, qui a suivi la conférence de paléoanthropologie de San Francisco pour le site d’actualités de la revue américaine Science.

Fabriqué par le Kenyanthrope ?

Cette fois, c’est le site de Lomekwi, à l’est du lac Turkana, au Kenya, qui a livré de multiples outils  » intentionnellement façonnés « , a expliqué Sonia Harmand de l’université Stony Brook à New York devant un parterre de paléoanthropologues. Or, ces trésors d’artefacts – « qui ne peuvent en aucun cas être le résultat de fractures accidentelles de la roche » selon la chercheuse – ont été trouvés à quelque pas du site qui avait déjà livré le curieux Kenyanthrope Platyops. Un ancêtre possible de l’homme, doté d’une drôle de face plate et vieux de 3,2 millions à 3,5 millions d’années. De là à imaginer que c’est cet hominidé qui a fabriqué les plus anciens outils au monde, il n’y a qu’un pas… La controverse ne fait sans doute que commencer. La découverte de Sonia Harmand, d’Hélène Roche (CNRS) et de leurs collègues devra faire l’objet d’une publication dans une revue de science spécialisée afin de pouvoir être discutée par les spécialistes du monde entier.

http://www.sciencesetavenir.fr/archeo-paleo/20150415.OBS7280/on-aurait-decouvert-les-plus-anciens-outils-au-monde.html

 

Mots-clés : , , , , , , , ,

Norvège : Une pluie de vers de terre déroute les scientifiques !!

Les météorologues et les biologistes Norvégiens sont totalement déroutés par une nouvelle pluie de vers de terre qui est tombé du ciel dans le sud du pays. Selon le quotidien norvégien The Local, le phénomène a été découvert par le professeur de biologie Karstein Erstad alors qu’il skiait dans les montagnes.

«J’ai vu des milliers de vers de terre sur la neige » at-il dit. «ils semblaient morts, mais quand je les ai mis dans ma main j’ai remarqué qu’ils étaient encore en vie. »

On a d’abord pensait qu’ils avaient traversaient la couche de neige, mais on a rejeté cette idée, car la neige à cet endroit était épaisse de plus de 50 centimètres.

Ce n’est pas la première fois que le phénomène est signalé en Norvège. D’autres cas ont été signalés prés de Molde et de Bergen, toujours dans le sud du pays, ces dernières années. Selon Erstad, le phénomène n’est pas nouveau, nos archives signalent des pluies de vers de terre dans la région en 1920.

Les pluie de vers n’est pas limitée à la Norvège, d’autres cas similaires ont été rapporté dans une école secondaire en Ecosse en 2011.( voir notre article d’Avril 2011:http://naturealerte.blogspot.fr/2011/04/07042011ecosse-une-pluie-de-vers-de.html )

Néanmoins le phénomène reste un mystère total.

Source

 
 

Mots-clés : , , , , ,

Las Vegas meurt de soif : Le niveau du lac Mead continue de baisser

La dernière fois que nous avons examiné l’approvisionnement en eau à Las Vegas, les commentaires des professionnels ont été que le sort de Las Vegas est scellé, à moins que les niveaux d’eau du lac Mead ne montent de 7%, c’est aussi mauvais que vous pouvez l’imaginer. Les mauvaises nouvelles… Les niveaux d’eau dans le lac Mead n’ont jamais été aussi bas pour cette période de l’année – et c’est avant que la baisse de niveau due à la chaleur de l’été ne produise ses effets.

Nous avons noté précédemment en juin 2014, comme beaucoup d’autres choses à Sin City, l’approvisionnement apparemment sans fin en eau est une illusion .

La destination la plus décadente de l’Amérique est engagée dans un pari potentiellement catastrophique avec la nature et maintenant, après quatorze années d’une sécheresse dévastatrice, elle est sur le point de tout perdre.

«La situation est aussi mauvaise que vous pouvez l’imaginer, a déclaré Tim Barnett, un scientifique du climat à la Scripps Institution of Oceanography. La situation se dégrade. Et cela avance relativement rapidement. Sauf si on peut trouver un moyen d’obtenir plus d’eau quelque part, Las Vegas est mort. Pourtant, ils sont toujours en train de construire, ce qui est stupide.»

Source: The Burning Platform

Les choses ne se sont pas améliorées, du tout…

Note du Saker Francophone

Cet article fait suite à celui récent sur la sécheresse en Californie. Ce sujet mérite un suivi car il cristallise plusieurs éléments de notre crise systémique.

  • Les effets visibles des changements climatiques d’ordre entropique ou pas
  • L’incapacité des États, de la classe politique ou même des citoyens à affronter une réalité qui ne correspond pas au projet d’une mondialisation heureuse
  • La pression que met la nature sur les fleurons de notre société du Progrès que sont Las Vegas, Hollywood ou la Silicon Valley
  • L’incapacité de ce même progrès à résoudre durablement la crise hydrique malgré les énormes travaux d’infrastructure menés depuis 50 ans

C’est donc un excellent point de vue sur nos capacités collectives à affronter un effondrement partiel qui pourrait être le flocon de trop qui déclenche l’avalanche d’une crise mondiale.

http://lesakerfrancophone.net/las-vegas-meurt-de-soif-le-niveau-du-lac-mead-continue-de-baisser/

 
1 commentaire

Publié par le 17 avril 2015 dans Climat - Environnement, général, Insolite, International

 

Mots-clés : , , , , ,

Le plus grands secret de l’histoire ; La terreur par les false flags (Attentats sous fausse bannière)

Un article du site Zero Hedge traduit par le Saker francophone apporte des éléments factuels de réponse à la question de la réalité historique de la pratique des attentats sous fausse bannière. L’article dresse une liste non exhaustive des principaux attentats perpétrés par des structures étatiques dans l’histoire récente, et pour lesquels des éléments de preuve factuels ou des témoignages de personnalités directement impliquées ont été rendus publics.  La pratique du « false-flag » est ancienne et correspond à différents buts stratégiques et opérationnels. Il peut s’agir de décrédibiliser un mouvement contestataire, comme ce fut le cas durant la guerre froide en Europe avec les réseaux « Stay Behind » de l’OTAN qui ont perpétrés une série d’attentats attribués à l’extrême gauche dans le but de décrédibiliser dans l’opinion publique les structures contestataires proches du parti communiste. Il peut s’agir également de faire inscrire un état ou une organisation dans la liste des organisations ou des soutiens au terrorisme. Ce fut le cas avec l’attentat de Lockherbie dans les années 80 qui visait précisément à placer la Libye sous un régime de sanctions internationales pour son soutien présumé au terrorisme. La piste libyenne ayant été sérieusement remise en cause par l’enquête de la justice écossaise, la responsabilité de l’attentat a depuis été successivement attribuée à la Palestineou à l’Iran par certains médias, au gré des objectifs  géostratégiques occidentaux.

En France, la pratique des attentats ou assassinats sous faux drapeau a été une pratique courante des services secrets, notamment durant les guerres de décolonisation. Le cas le plus emblématique et documenté est celui de la pseudo organisation « la main rouge » opérée par le SDECE lors de la guerre d’Algérie. Un documentaire diffusé par la chaîne LCP le mois dernier et intitulé « Histoire des services secrets français« , revient notamment sur la genèse et les agissements des services français durant cette période. Sous le nom de « la main rouge », une prétendue organisation d’extrême gauche, le SDECE a opéré toute une série d’attentats dans plusieurs pays européens, visant les réseaux d’approvisionnement en armes du FLN algérien. Les actions consisteront à détruire les navires transportant les armes mais également en une série d’assassinat des trafiquants eux-mêmes. Le SDECE assassinera également l’avocat du FLN, maître Ould Aoudia, et aurait dû faire de même avec l’avocat français Jacques Vergès qui ne doit d’avoir eu la vie sauve qu’à une panne de voiture rencontrée par l’équipe action du service…

L’affaire la mieux documentée concernant les agissements terroristes des services secrets français reste cependant le ratage de l’opération visant le bateau de l’organisation Green Peace, le « Rainbow Warrior« …

Le dernier but opérationnel du terrorisme d’état opéré sous fausse bannière consiste à alimenter la peur et à attiser les conflits communautaires dans un but de conditionnement psychologique des populations. Il s’agit certainement de l’objectif opérationnel le plus courant si l’on se base sur la liste constituée par Zéro Hedge. Il faut souligner que cette pratique touche la plupart des nations engagées dans des conflits géostratégiques ou faisant face à des mouvements révolutionnaires ou contestataires sur leur propre sol. La plupart de ces actions sous fausse bannière ne sont malheureusement pas documentées et répertoriées comme telles, la réussite de ce type d’opération reposant précisément sur leur clandestinité.

Dans l’actualité récente, on peut citer comme action terroriste sous fausse bannière probable, l’affaire du boeing de la Malaysia airlines abattu au dessus de l’Ukraine, pour laquelle la version officielle ukrainienne et occidentale ne paraît pas plausible et vient contredire un certain nombre de témoignages et d’analyses. Il est à noter que dans ce type d’affaires, la capacité à imposer sa narrative de l’événement est un élément indispensable, comme le montre le cas du vol MH 17 dans lequel la contre-narrative russe a détruit en grande partie la crédibilité du scénario occidental.

La conduite d’une investigation indépendante constitue une autre manière de « débunker »  ce qui s’apparente souvent à des hoax étatiques. Ce fut le cas en Syrie concernant l’affaire du gazage présumé de populations civiles par l’armée loyaliste dans la banlieue de Damas appelée « la Ghouta ». L’usage de gaz sarin, a été immédiatement attribué à  l’armée syrienne et fut qualifié par l’ONU de « crime de guerre ». Cet épisode de la guerre entre les djihadistes armés et les troupes loyalistes fut un élément essentiel de diabolisation du président syrien.

Suite à cet épisode tragique, le régime syrien a cependant accepté une investigation indépendante menée par une commission d’enquête de l’ONU, sous la direction de l’ex procureure au TPIY, Carla del Ponte. Les conclusions de l’enquête, révélèrent que le gaz sarin avait selon toute vraisemblance été utilisé par les djihadistes, ruinant  par la même la narrative occidentale. Depuis, d’autres éléments sont venus confirmer que l’administration américaine avait délibérément caché les informations en sa possession concernant la fabrication et l’usage de gaz sarin par les djihadistes du front-al-nosra

Au vu des différents éléments ci-dessus, il paraît évident que la pratique de l’attentat sous fausse bannière fait partie intégrante de l’arsenal utilisé dans la déstabilisation et la guerre de l’information, non seulement par les états occidentaux, mais, plus généralement par tous les états confrontés à des menaces géostratégiques ou des mouvements de contestation, armés ou non, sur le plan intérieur. La pratique des attaques sous fausse bannière se double, si elle veut rester invisible, d’une guerre informationnelle visant à imposer la narrative de l’événement à l’opinion publique, à empêcher l’émergence d’une contre-narrative adverse. C’est dans cette optique qu’il faut lire les attaques répétées contre les sources d’informations non-alignées, indépendantes ou dissidentes, et notamment la diabolisation actuelle des « théories du complot » de la part du pouvoir politique et de ses relais médiatiques.

«Bien sur que le peuple ne veut pas la guerre… Mais, après tout, c’est aux dirigeants d’un pays d’en choisir la politique, et c’est assez simple d’y rattacher les gens, que ce soit dans une démocratie, une dictature fasciste, une régime parlementaire ou une dictature communiste… Avec ou sans voix, le peuple peut toujours être amené à suivre la volonté des dirigeants, C’est facile. Tout ce qu’il y a à faire, c’est de leur dire qu’ils sont attaqués, dénoncer les pacifistes pour leur manque de patriotisme et exposer le pays à un danger. Cela marche de la même façon dans tous les pays.» – Hermann Goering

Guillaume Borel – 17 Avril 2015 – (source)

Les fausses bannières dans l’histoire moderne


Par Tyler Durden – Le 6 avril 2015 – Source zerohedge

Le grand secret de l’Histoire: le terrorisme des opérations sous fausse bannière.

Ce vieil adage est bien vrai: si l’on ne retient pas l’Histoire, on est condamné à la répéter.

Le plus grand secret de l’Histoire que les gens n’ont donc pas encore intégré, puisque c’est un secret, est le terrorisme sous fausse bannière.

Il existe de nombreuses attaques sous fausse bannière bien documentées dans lesquelles un gouvernement est l’instigateur et qui, pour des raisons politiques, en reporte la faute sur son ennemi.

Les opérations sous fausse bannière ont, sans arrêt, changé le cours de l’Histoire, dans le monde entier. Sauf si le peuple prend conscience de ce style d’opération, les gouvernements continueront à les utiliser pour provoquer de plus en plus de guerres désastreuses.

Dans les exemples suivants, les officiels gouvernementaux qui ont participé à ces attaques (ou en ont sérieusement proposé) l’ont avoué, oralement ou par écrit :

1. – En 1931, les troupes japonaises ont déclenché une petite explosion dans un train et ont accusé la Chine pour justifier l’invasion de la Mandchourie. C’est une histoire connue sous le nom de  l’incident de Munken ou l’incident de Mandchourie. Le tribunal militaire international de Tokyoa trouvé que «plusieurs des participants à ce plan, dont Hashimoto (un officier supérieur de l’armée japonaise) ont plusieurs fois admis leur participation à ce complot et ont déclaré que le but de cet incident était de donner une excuse à l’occupation de la Mandchourie par l’armée du Kwantun ». Voyez ici.

2. – Un haut officier de la SS nazi a avoué au tribunal de Nuremberg que, sous les ordres du chef de la Gestapo, lui et d’autres militaires nazis ont attaqué leur propre peuple et des infrastructures pour en rejeter la faute sur les Polonais afin de justifier l’invasion de la Pologne.

3. – Le général nazi Franz Halder a aussi témoigné au tribunal de Nuremberg que le dirigeant nazi Goering avait admis avoir donné l’ordre de mettre le feu au parlement allemand (le Reichstag) en 1933 et avait accusé à tort les communistes de cet acte criminel.

4. – Le dirigeant soviétique Nikita Khrouchtchev a admis par écrit que l’Armée rouge soviétique avait bombardé le village russe de Mainila en 1939, tout en accusant la Finlande de cette attaque, et s’en est servi comme prétexte pour lancer la guerre d’hiver contre la Finlande. Le président russe Boris Eltsine a admis que la Russie avait été l’agresseur dans la guerre d’hiver.

5. – Le parlement russe, l’actuel président russe Poutine et l’ancien dirigeant soviétique Gorbatchev ont tous reconnu que Joseph Staline avait ordonné à sa police secrète d’exécuter 22 000 officiers de l’armée polonaise à Katyn, en 1940, et en a fait porter la faute aux nazis.

6. – Le gouvernement britannique a admis avoir bombardé, entre 1946 et 1948,  cinq bateaux transportant des juifs cherchant à fuir l’holocauste pour se réfugier en Israël et avoir créé un faux groupe appelé Défenseurs de la Palestine arabe, qu’il a accusé d’avoir bombardé ces bateaux. (Voir ici,ici et ici)

7. – Israël a reconnu qu’en 1954 une cellule terroriste israélienne opérant en Égypte avait placé des bombes dans plusieurs bâtiments, dont des bureaux diplomatiques américains, et avait laissé des preuves impliquant les Arabes. (Une des bombes s’est déclenchée prématurément, permettant aux Égyptiens d’identifier les coupables et plusieurs Israéliens impliqués ont avoué.) (Voir ici et ici)

8. – La CIA a admis qu’elle avait employé des Iraniens dans les années 1950 pour se faire passer pour des communistes cherchant à commettre des attentats, tout cela pour essayer de retourner la population contre le premier ministre élu démocratiquement.

9. – Le premier ministre turc a reconnu que le gouvernement turc avait organisé les attentats de 1955 contre le consulat turc en Grèce, endommageant par la même occasion le lieu de naissance, situé a proximité, du fondateur de la Turquie moderne, tout en faisant porter la responsabilité à la Grèce et justifier les violences anti-grecques.

10. – Le premier ministre britannique a avoué à son secrétaire de la défense que le président américain Dwight Eisenhower et lui avaient approuvé un plan en 1957 pour lancer des attaques sur la Syrie et en reporter la faute sur le gouvernement syrien comme moyen de parvenir à un changement de régime

11. – Un ancien premier ministre italien, un juge italien et un ancien chef du contre-espionnage italien ont admis que l’OTAN, avec l’aide du Pentagone et de la CIA, ont organisé des attentats en Italie et d’autres pays européens pour que la population se joigne aux gouvernements dans leur lutte contre le communisme. Comme l’a fait remarquer un participant à ce programme secret: «Vous devez attaquer des civils, des gens, des femmes et des enfants, des innocents et des inconnus totalement éloignés de la sphère politique. La raison en est très simple. Tout cela pour pousser les gens, le peuple italien, à se tourner vers l’État pour demander plus de sécurité.» (Voir aussi ici) (L’Italie et d’autres pays européens avaient déjà rejoint l’OTAN avant que ces attentats ne soient perpétrés.) Et regardez cette émission spéciale de la BBC. Ils ont aussi exécuté des attentats en France, en Belgique, au Danemark, en Allemagne, en Grèce, en Hollande, en Norvège, au Portugal, au Royaume Uni et encore dans d’autres pays.

Les attentats sous fausse bannière exécutés sous ce programme OTAN/CIA comportent entre autres :

L’assassinat du premier ministre turc (1960)

Des attentats à la bombe au Portugal (1966)

Le massacre de la Piazza Fontana en Italie (1969)

Des attaques terroristes en Turquie (1971)

Les attentats à la bombe de Peteano (1972)

Les fusillades de Brescia en Italie et un attentat à la bombe dans un train (1974)

Des fusillades à Istanbul (1977)

Le massacre d’Atocha à Madrid (1977)

L’enlèvement et le meurtre d’un Premier ministre italien (1978)

Les attentats de la gare de Bologne en Italie (1980)

La fusillade et l’assassinat de 28 passants à Brabant en Belgique (1985)

12. – En 1960, le sénateur américain George Smathers propose que les États Unis lancent «une fausse attaque sur la baie de Guantanamo qui nous donnerait l’excuse pour déclencher une bataille puis d’aller renverser Castro

13. – Des documents du département d’État montrent que, en 1961, le chef de l’armée et d’autres fonctionnaires de haut niveau discutaient de l’opportunité de faire exploser un consulat en République dominicaine pour avoir le prétexte d’envahir le pays. Le plan ne fut jamais exécuté mais tout ce beau monde l’envisageait comme une sérieuse possibilité.

14. – Comme le gouvernement américain l’a reconnu, des documents de 1962 récemment déclassifiés montrent que le chef des armées a donné son accord à un plan pour faire exploser des avions AMÉRICAINS (sous un plan très élaboré d’échange d’avions) et pour commettre aussi des actes terroristes sur le sol américain, en accuser des Cubains et justifier ainsi une invasion de Cuba. Regardez l’article de ABC, les documents officiels etl’interview par Peter Jennings de l’ancien journaliste d’investigation d’ABC world news.

15. – En 1963, le département de la Défense américain a écrit un mémo poussant à des attaques à l’intérieur de l’Organisation des États d’Amérique, dans des pays comme la Jamaïque ou Trinité et Tobago, pour ensuite en accuser le gouvernement cubain.

16. – Le département de la Défense américain a même été jusqu’à proposer de secrètement payer quelqu’un dans le gouvernement Castro pour attaquer les États-Unis: «La seule solution restante à envisager serait alors de corrompre un des subordonnés militaire de Castro pour qu’il lance une attaque sur Guantanamo.»

17. – La NSA a avoué qu’elle avait menti à propos de ce qu’il s’était réellement passé dans le golfe du Tonkin en 1964, manipulant les données pour qu’elles montrent des bateaux vietnamiens tirer sur un navire américain, justifiant ainsi le déclenchement de la guerre du Vietnam.

18. – Un comité d’enquête du Congrès américain a montré que, dans le cours de sa campagne «Cointelpro», le FBI avait utilisé de nombreux provocateurs, des années 1950 jusqu’aux années 1970, pour perpétrer des violences et les utiliser pour faussement accuser des activistes politiques.

19. – Un haut général turc a admis que les forces turques avaient incendié une mosquée à Chypre dans les années 1970 pour en faire porter la responsabilité sur leurs ennemis. Il expliqua: «Au cours de certaines guerres on accuse l’ennemi d’actes de sabotage pour augmenter la résistance populaire. On l’a fait à Chypre, on a même brûlé une mosquée.» En réponse à l’air incrédule de son interlocuteur, le général a ajouté «C’est juste un exemple

20. – Un document déclassifié de la CIA, datant de 1973, a révélé un programme pour entraîner des forces de police et militaires étrangères à la manière de fabriquer des dispositifs piégés, en faisant croire qu’ils les entraînaient seulement à la façon d’enquêter sur les actes terroristes:

Voici le programme:

a. Enseigner aux stagiaires les techniques de base pour utiliser des explosifs de démolition, commerciaux ou militaires, et la manière de les utiliser dans des opérations de terrorisme ou de sabotage industriel.

b. Présenter aux stagiaires le matériel et l’équipement disponibles sur le marché, ceux qui sont susceptible d’être utilisés par des terroristes ou des saboteurs pour fabriquer des explosifs.

c. Familiariser les stagiaires avec les concepts d’analyse de la cible et de planification des opérations utiles à un terroriste ou un saboteur.

d. Présenter aux stagiaires les moyens et techniques concernant les dispositifs piégés avec des travaux pratiques sur des dispositifs déjà fabriqués ou à fabriquer eux même.

Le programme fournit aux stagiaires de bonnes opportunités de familiarisation et d’entrainement en manipulant, préparant et utilisant les diverses charges explosives, agents incendiaires, outils de terrorisme et techniques de sabotage.

21. – Le gouvernement a admis (et ici) qu’en 1978 les services secrets allemands ont fait exploser une bombe contre le mur extérieur d’une prison et placé des outils d’évasion pour qu’un prisonnier, un membre de la Faction armée rouge, puisse s’évader et qu’on lui fasse porter la responsabilité d’un attentat.

22. – Un agent du Mossad a reconnu qu’en 1984 le Mossad avait placé un émetteur radio dans la résidence de Kadhafi à Tripoli pour transmettre de fausses émissions enregistrées par le Mossad, dans le but de faire croire que Kadhafi soutenait le terrorisme.

23. – Le Conseil sud-africain pour la vérité et la réconciliation a trouvé qu’en 1989, le Bureau de coopération civile (une branche secrète des forces de défense sud-africaines) avait proposé à un expert en explosifs de «participer à une opération destinée à discréditer l’ANC en faisant exploser le véhicule de police de l’officier chargé de l’enquête sur le meurtre», faisant ainsi croire que l’ANC était responsable de l’opération.

24. – Un diplomate algérien ainsi que plusieurs officiers de l’armée algérienne ont reconnu que, dans les années 1990, l’armée algérienne massacrait fréquemment des civils et en accusait les militants islamiques. (Voir la vidéo)

25. – Une publication de 1994 de l’armée américaine, les Tactiques techniques et procédures de défense internes pour les Forces spéciales, rééditée en 2004, recommande ouvertement d’employer des terroristes et d’utiliser des opérations sous fausses bannières pour déstabiliser les régimes de gauche en Amérique latine. Des attaques sous fausse bannière ont donc été exécutées en Amérique du sud et d’autres régions du monde dans le cadre de la guerre sale de la CIA. (Voir ici)

26. – Dans le même genre, un manuel d’opérations psychologiques rédigé par un contractant de la CIA pour le compte des rebelles contras du Nicaragua fait remarquer l’intérêt d’assassiner quelqu’un de son bord pour créer un martyr pour la cause. Le manuel a été authentifié par le gouvernement américain. Le Washington Post, l’AP et d’autre médias ont fait un tel remue-ménage autour de cette affaire que, durant la campagne présidentielle de 1984, le président Reagan, a été confronté à cette question à la télévision nationale:

«En ce moment, nous faisons face à cette extraordinaire histoire de manuel de guérilla de la CIA distribué aux anti-sandinistes que nous soutenons, manuel qui professe non seulement le meurtres de sandinistes, mais aussi l’utilisation de criminels pour tuer des membres de la guérilla que nous soutenons, afin d’en faire des martyrs.»

27. – Une équipe indonésienne enquêtant sur les violents pillages qui se sont déroulés en 1998 a déterminé que «des membres de l’armée ont été impliqués dans les pillages, certains dans le but délibéré de les provoquer

28. – Des officiers supérieurs du renseignement et de l’armée russe ont reconnu que le KGB avait, en 1999, fait exploser des appartements occupés par des Russes pour en accuser les Tchétchènes et justifier l’invasion de la Tchétchénie. (Voir ce rapport et cette discussion)

29. – Comme le rapportent la BBC, le New York Times, et l’AP, des officiels de Macédoine ont admis que le gouvernement avait tué de sang-froid sept immigrants innocents et prétendu que c’étaient des soldats d’al-Qaïda qui tentaient de tuer des policiers macédoniens, ceci pour essayer de se joindre à la guerre contre la terreur

30. – Des officiers supérieurs de la police de Gènes, en Italie, ont avoué que, en juillet 2001, au G8 de Gènes, la police avait placé des cocktails Molotov et simulé le poignardage d’un officier de police pour justifier une violente répression contre les manifestants.

31. – Les États-Unis ont lancé de fausses accusations contre l’Irak en disant qu’il avait joué un rôle dans les attaques du 11 septembre, comme le montre un mémo du secrétariat à la Défense, et ces accusations ont été la justification principale pour déclencher la guerre contre ce pays. Même après que la Commission sur le 11 septembre n’a reconnu aucune relation entre les deux, Dick Cheney a dit avoir des preuves accablantes de relations entre al-Qaida et le régime de Saddam Hussein, que Cheney avait probablement des informations inaccessibles à la commission du 11 septembre et que les médias ne faisaient pas leur devoir en rapportant de tels liens. Les hauts fonctionnaires américains reconnaissent maintenantque la guerre d’Irak a été lancée pour le pétrole, pas pour le 11 septembre ou les armes de destruction massive. A la suite des déclarations de quelques loups solitaires, de nombreux officiels américains disent maintenant que le 11 septembre a été du terrorisme d’état, mais que ce n’était pas l’Irak qui était derrière les terroristes. (De nombreux officiels ont aussi supposé que le 11 septembre était une opération sous fausse bannièreorganisée par quelques voyous dans le gouvernement américain, mais une telle affirmation sort du sujet de notre discussion. Le point actuel est que les États-Unis ont accusé l’Irak tout en sachant que l’Irak n’avait rien à voir la dedans.)

32. – Même si le FBI reconnait maintenant que les attaques à l’anthrax ont été lancées par un ou plusieurs scientifiques travaillant pour le gouvernement, un haut dirigeant du FBI a dit que des officiels de la Maison Blanche leur avaient ordonné d’accuser al-Qaida pour ces attaques à l’anthrax (rappelez vous à quoi les lettres ressemblaient). Des officiels du gouvernement confirment aussi que la Maison Blanche avait essayé de lier ces attaques à l’Irak pour justifier un changement de régime dans ce pays.

33. – Selon le Washington Post, la police indonésienne a reconnu que les militaires avaient tué des professeurs américains à Papua en 2002 et accusé le groupe séparatiste papou pour qu’il soit placé sur la liste des organisations terroristes.

34. – Le très respecté ancien président indonésien Gus Dur a aussi reconnu que le gouvernement avait probablement joué un rôle dans les attentats de Bali en 2002.

35. – La police gardant le sommet de l’Union européenne de 2003 en Grèce a été filmée en train de donner des cocktails Molotov à un manifestant pacifique.

36. – L’ancien avocat du département de la Justice, John Yoo a suggéré en 2005 que les Américains devraient lancer l’offensive contre al-Qaida en «créant une fausse organisation terroriste. Elle pourrait avoir ses propres sites web, centres de recrutement et d’entrainement et opérations de financement. Elle pourrait lancer de fausses opérations terroristes et se donner le crédit pour les vrais, semant la confusion dans les rangs d’al-Qaida, semant le doute entre ses rangs et remettant en question la validité de ces communications

37. – Dans le même genre, le professeur John Arquilla de la Naval Postgraduate School, un analyste stratégique réputé pour avoir développé le concept de guerre du net, a poussé les services de renseignement occidentaux à créer de nouveaux pseudo gangs de terroristes comme moyen de perturber les vrais réseaux terroristes. Selon Seymour Hersh, un journaliste ayant été honoré d’un prix Pulitzer, la stratégie des pseudo gangs estdéjà utilisée par le Pentagone:

«Selon la nouvelle méthode de Rumsfeld, m’a-t-on-dit, les stratèges militaires américains auront l’autorisation, à l’étranger, de se faire passer pour des hommes d’affaires corrompus cherchant à acheter de la contrebande pouvant être utilisée à la fabrication de systèmes nucléaires. Selon des conseillers du Pentagone, des citoyens locaux pourront être recrutés et envoyés rejoindre des guérillas ou des terroristes…»

«Ces nouvelles règles permettront à la communauté des Forces spéciales de mettre en place ce qu’ils appellent des groupes d’action dans le pays cible et qui pourront être utilisés pour infiltrer et éliminer des organisations terroristes. « Vous souvenez-vous de ces groupes paramilitaires d’extrême droite du Salvador?», me demanda l’ancien officiel du renseignement, en se référant à ces gangs ayant commis des atrocités au début des années 1990. «Nous les avons créés et financés. L’objectif maintenant est d’embaucher des gens locaux partout où nous en avons besoin. Et nous ne dirons rien au congrès à ce sujet.» Un ancien officier militaire, au courant des actions commandos du Pentagone a dit: «Nous allons marcher côte à côte avec les voyous.»

38. – En juin 2005, United Press Internationala publié ce rapport :

«Des officiers des renseignements américains nous ont fait savoir que quelques rebelles en Irak utilisent des pistolets Beretta 92, tous récents mais avec leurs numéros de série non visibles. Ces numéros ne semblent pas avoir été physiquement enlevés. On dirait plutôt qu’ils sont sortis de la chaine de production sans numéro de série. Ce qui indiquerait que ces armes étaient destinées à des groupes de terrain ou des cellules terroristes avec l’accord du gouvernement. Des analystes soupçonnent que ces armes ont été fournies par le Mossad ou la CIA et qu’elles sont utilisées par des agents provocateurs, car les autorités américaines montrent ces attaques de rebelles contres de civils pour délégitimer la résistance

39. – En 2005, des soldats israéliens déguisés ont avoué avoir jeté des cailloux sur d’autres soldats israéliens pour pouvoir accuser les Palestiniens et utiliser cette excuse pour réprimer les manifestations pacifiques palestiniennes.

40. – En 2007, la police du Québec a reconnu que les voyous qui portaient des cailloux au milieu d’une manifestation pacifique étaient en réalité des policiers déguisés (voir ca aussi).

41. – En 2008 un manuel sur les opérations spéciales de terrain recommande que l’armée américaine manipule à ses fins des organisations non étatiques telles que groupes paramilitaires, individus, chefs d’entreprises, organisations politiques étrangères, organisations de résistance, expatriés, terroristes transnationaux, terroristes désillusionnés, contrebandiers ou tout autre groupe d’indésirables. Le manuel indique ouvertement que les opérations spéciales américaines peuvent utiliser autant le terrorisme que le contre-terrorisme (mais aussi des activités criminelles transnationales comme le trafic de drogue, d’armes et des transactions financières illégales.)

42. – Aux manifestations du G20 de 2009, à Londres, un membre du parlement britannique a vu des policiers en civil en train d’inciter la foule à la violence.

43. – En 2011, des politiciens égyptiens ont reconnu (ici aussi) que des fonctionnaires avaient pillé les musées de leurs objets de grande valeur et mis cela sur le dos des manifestants pour les discréditer.

44. – Un colonel de l’armée colombienne a avoué que son unité avait tué 57 civils puis leur avait mis des uniformes pour faire croire qu’ils étaient des rebelles tués au combat.

45. – Embrose Evans-Pritchard, le très respecté journaliste du Telegraph, a dit que l’ancien chef des renseignements saoudien, le prince Bandar, avait récemment reconnu que le gouvernement saoudien contrôlait les terroristes tchétchènes.

46. – Des sources américaines de haut niveau ont admis que le gouvernement turc, membre de l’OTAN, avait organisé l’attaque chimique dont on avait accusé le gouvernement syrien. Un membre haut placé du gouvernement turc a reconnu que des plans était prévus pour perpétrer des attaques et accuser le gouvernement syrien de celles-ci.

47. – Le chef de la sécurité ukrainienne a reconnu que les tirs de snipers qui ont déclenché le coup d’État ont été réalisés dans ce but. Des officiels ukrainiens ont précisé que les snipers ukrainiens avaient tiré sur les deux camps afin de provoquer le maximum de désordre.

48. – L’agence d’espionnage britannique a admis (voir ici) qu’elle exécute des cyber attaques sous fausse bannière sur des cibles, piégeant ces ciblesen écrivant des propos offensifs ou illégaux… pour ensuite prétendre que ce sont elles qui les ont écrites.

49. – Des soldats américains ont avoué que s’ils tuaient des innocents en Irak ou en Afghanistan, alors ils abandonnaient des armes près des corps pour faire croire qu’ils étaient des militants.

50. – De la même manière, la police piège des innocents pour des crimes qu’ils n’ont pas commis. Cette pratique est si connue que le New York Timesécrit en 1981: «Dans le jargon policier américain, un throwdown est une arme que l’on place intentionnellement près de la victime

En 1999, Newsweekrapporte:

Perez, un ancien policier de Los Angeles, fut surpris en train de voler huit livres de cocaïne du casier à preuves de la police. Après avoir plaidé coupable, il demanda un allègement de sentence en racontant une étonnante histoire de tentative de meurtre et de throwdown, mot d’argot pour une arme déposée par des policiers pour justifier légalement une fusillade. Perez a dit que son partenaire, l’officier Nino Durden, et lui avaient tué un membre désarmé du Gang de la 18e Rue, puis placé un fusil semi automatique près du suspect inconscient pour déclarer que celui-ci avait essayé de leur tirer dessus.

Wikipedia note:

«Dans le cadre de son allègement de peine, Perez impliqua des dizaines d’officiers de la division antigang, en racontant qu’ils battaient régulièrement les membres des gangs, plaçait des preuves sur les suspects, falsifiaient les rapports et provoquaient eux mêmes des fusillades.»

(En aparté, même si ce ne sont techniquement pas des attaques sous fausse bannière, la police a été prise piégeant des innocents par denombreux autres moyens, aussi)

C’est tellement commun qu’il y a un nom pour cela.

Un ancien officier des renseignements a récemment soutenu que: «La plupart des terroristes sont des terroristes sous fausse bannière ou sont créés par nos propres services de sécurité

Cela pourrait être une exagération (et, comme on a vu dans les exemples ci-dessus, les États-Unis ne sont pas les seuls à avoir employé cette méthode). Le fait est que c’est une stratégie largement utilisée.

Cette forme de tromperie est si commune qu’on lui a donné un nom il y a des centaines d’années.

Le terrorisme sous fausse bannière est défini comme un gouvernement qui attaque son propre peuple, pour reporter l’accusation sur d’autres et justifier la guerre qu’ils vont leur faire.

Ou, comme le définit Wikipédia :

«Une opération sous fausse bannière est une opération secrète conduite par des gouvernements, des corporations ou autres organisations, qui est planifiée pour faire croire qu’elle a été perpétrée par une autre entité. Le terme vient du concept militaire d’utiliser un faux drapeau, c’est à dire utiliser un drapeau d’un pays qui n’est pas le sien. Les opérations sous fausse bannière ne se limitent pas aux temps de guerre ou de contre-révolution et ont aussi été utilisée en temps de paix, par exemple durant la stratégie de la tension en Italie.» (NdT : Voir exemple N 11)

Le mot vient de l’époque des bateaux en bois, lorsqu’un bateau hissait le pavillon de son ennemi avant de l’attaquer. De cette inversion de bannière vient le terme attaque sous fausse bannière.

En fait, ce concept est si bien accepté que les règles d’engagement naval, aérien ou terrestre interdisent toutes les attaques sous fausse bannière. Plus précisément, les règles d’engagement statuent qu’une force militaire peut porter le drapeau de l’ennemi, imiter leurs insignes ou en porter les vêtements… mais que la ruse doit être révélée avant l’attaque.

Pourquoi les règles d’engagement sont elles si spécifiques? Surement parce que les nations ont utilisé les attaques sous fausse bannière depuis des siècles. Et les règles de guerre ont au moins essayé que les attaques sous fausses bannière ne soient pas utilisées comme justificatif au déclenchement d’une guerre.

En d’autres mots, ces règles d’engagement montrent que les attaques sous fausse bannière sont des tactiques récurrentes.

Tout au long de l’histoire les dirigeants ont reconnu le danger d’une attaque sous fausse bannière:

«Le terrorisme est la meilleure arme politique car rien ne permet de mieux diriger les gens que la peur d’une mort soudaine.» – Adolf Hitler

«Bien sur que le peuple ne veut pas la guerre… Mais, après tout, c’est aux dirigeants d’un pays d’en choisir la politique, et c’est assez simple d’y rattacher les gens, que ce soit dans une démocratie, une dictature fasciste, une régime parlementaire ou une dictature communiste… Avec ou sans voix, le peuple peut toujours être amené à suivre la volonté des dirigeants, C’est facile. Tout ce qu’il y a à faire, c’est de leur dire qu’ils sont attaqués, dénoncer les pacifistes pour leur manque de patriotisme et exposer le pays à un danger. Cela marche de la même façon dans tous les pays.» – Hermann Goering

«La manière la plus simple de contrôler le peuple est de perpétuer des actes de terreur. Le peuple réclamera de telles lois si sa sécurité est mise en jeu.» – Joseph Staline

Allez-vous rester silencieux alors que votre gouvernement utilise les méthodes d’Hitler, de Goering ou de Staline? Ou allez-vous répandre le message et montrer aux autres cette pièce manquante cruciale du puzzle de l’histoire… Le terrorisme sous fausse bannière.

Tyler Durden.

 

Mots-clés : , , , , , , ,

 
Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 591 autres abonnés

%d blogueurs aiment cette page :