RSS

Archives de Tag: NASA

Retour sur la découverte d’une barrière invisible qui protège la Terre …

Les satellites de la mission Van Allen Probes, conçus pour résister aux rayons cosmiques, ont déjà permis de découvrir l’occurrence d’une troisième ceinture de Van Allen transitoire comme l’explique cette vidéo. Pour obtenir une traduction en français assez fidèle, cliquez sur le rectangle avec deux barres horizontales en bas à droite. Les sous-titres en anglais devraient alors apparaître. Il faut ensuite cliquer sur l’écrou à droite pour obtenir « Traduire les sous-titres ». Cliquez pour faire apparaître le menu du choix de la langue, choisissez « français », puis cliquez sur « OK ». © Nasa Goddard, YouTube

C’est notre papier de l’autre jour en plus approfondi, une découverte intrigante : 

Des scientifiques découvrent un bouclier invisible à proximité de la Terre, et se demandent comment il s’est formé !

Ça me fait penser à ce papier (la dernière fois que j’avais mentionné star Trek..), dont une partie est en rapport avec notre sujet : 

Planete X ou « vague » : Les mystérieuses explosions sur la planète Vénus

« Les chercheurs ont récemment découvert qu’un phénomène météo de l’espace commun à la périphérie de la bulle magnétique de la Terre, la magnétosphère, a des répercussions beaucoup plus importantes pour Vénus. Les explosions géantes, appelées anomalies de flux de chaleur, peuvent être si grande sur Vénus qu’ils sont plus gros que  la planète et ils peuvent se produire plusieurs fois par jour.

« Non seulement elles sont gigantesques », a déclaré Glyn Collinson, un scientifique de l’espace au Goddard Space Flight Center de la NASA à Greenbelt, Md. « Mais que Vénus n’a pas de champ magnétique pour se protéger, les anomalies de flux de chaleur sont  juste au-dessus de la planète. Ils pourraient avaler la planète entière. « (source NASA)

Z .

Les champs de force ne sont pas réservés aux vaisseaux spatiaux de Star Trek ou autres films de science-fiction, la Terre en possède un également. Les électrons les plus énergétiques en provenance de l’espace sont en effet stoppés avant d’atteindre la surface de notre planète. Ce sont les sondes Van Allen lancés par la NASA en 2012 qui sont à l’origine de cette découverte.

Ces engins ont été envoyés pour étudier les ceintures de Van Allen, deux couches de particules chargées maintenues par le champ magnétique terrestre. Et c’est justement au niveau de ces ceintures que le phénomène a été identifié avant d’être décrit dans une étude publiée dans la revue Nature. « Cette barrière contre les électrons ultra-rapides est une caractéristique remarquable des ceintures », explique Dan Barker de l’université du Colorado à Boulder. « Nous pouvons l’étudier pour la première fois, car nous n’avions encore jamais eu de mesures aussi précises de ces électrons à haute énergie ». Une barrière infranchissable en temps normal .

C’est l’astrophysicien Thomas Gold qui a proposé en 1959 le terme de magnétosphère pour décrire la région entourant un objet céleste dans laquelle les phénomènes physiques sont dominés ou organisés par son champ magnétique. Celle de la Terre est étudiée par des sondes et des satellites depuis les débuts de l’ère spatiale. Dès 1958, à l’occasion du lancement du premier satellite américain, Explorer 1, on a ainsi découvert l’existence des fameuses ceintures de Van Allen. En 2012, deux satellites constituant la mission Radiation Belt Storm Probes (RBSP) ont été mis en orbite avec pour but l’étude spécifique de ces ceintures. Il faut dire qu’il s’agit d’un objectif militaire stratégique depuis les années 1960.

En effet, les particules chargées que l’on trouve dans la magnétosphère, tels les électrons tueurs, sont en mesure de perturber gravement les satellites qu’ils soient civils ou militaires, en particulier à l’occasion des colères du Soleil. Des explosions d’armes nucléaires ont d’ailleurs été réalisées au cours de ces périodes créant temporairement des ceintures de radiations artificielles qui se sont révélées capables de neutraliser des satellites ennemis. Comprendre tous les détails du comportement des particules chargées dans la magnétosphère de la Terre est donc d’une importance cruciale pour protéger les satellites ou, au contraire, les anéantir.

Une zone protégée des radiations de la ceinture de Van Allen

Les géophysiciens externes qui s’occupent de l’étude des ceintures de Van Allen viennent toutefois de publier dans Nature des résultats intéressants en utilisant les mesures fines qui ont été permises par les instruments à bord des deux satellites de RBSP rebaptisés Van Allen Probes. On savait depuis longtemps que les ceintures de radiations sont doubles et qu’elles forment deux sortes de tores emboîtés enserrant la Terre autour de son équateur. Il y a celle qui s’étend entre 700 et 10.000 km d’altitude et qui renferme essentiellement des protons et celle, riche en électrons de hautes énergies, qui occupe une région entre 13.000 et 65.000 km. Mais ce que les chercheurs viennent de découvrir c’est que le bord intérieur de la ceinture externe de Van Allen se comporte comme une barrière extrêmement efficace empêchant ces électrons à hautes énergies de s’approcher à moins de 11.000 km de la surface de la Terre. Selon l’un des auteurs de cette découverte, le géophysicien John Foster : « c’est un phénomène particulièrement marqué, très rare et inhabituel. Cela nous apprend que si vous placez en orbite derrière cette barrière impénétrable un satellite ou même une station spatiale habitable, ils auront une durée de vie bien plus longue. C’est une bonne chose à savoir ».

Les chercheurs sont restés perplexes devant cette barrière. Mais ils pensent pouvoir l’expliquer. Ils ont écarté l’hypothèse qu’elle serait due au champ magnétique de la Terre. Il semble cependant qu’elle soit reliée au phénomène dit de souffle plasmasphérique. Ce terme désigne des ondes électromagnétiques de très basses fréquences qui se propagent dans la plasmasphère de la Terre, une région de la magnétosphère constituée d’un plasma froid au-dessus de l’ionosphère. Elles donnent un bruit blanc sonore lorsqu’on les écoute avec un dispositif adéquat, d’où leur appellation.

http://www.futura-sciences.com/magazines/espace/infos/actu/d/champ-magnetique-barriere-protege-terre-electrons-tueurs-satellites-56211/

Maxisciences précise :

Les ceintures de Van Allen ont été découvertes en 1958 et elles sont habituellement au nombre de deux. Sous l’effet de l’énergie en provenance du soleil, leur forme peut cependant changer et aboutir temporairement à leur fusion ou à l’apparition d’une troisième ceinture. La plus petite s’étend entre 650 et 9.500 kilomètres au-dessus de la surface de la Terre, tandis que la plus grande s’élève entre 13.500 et 58.000 kilomètres au-dessus de nos têtes.

Les chercheurs se demandaient justement ce qui pouvait bien faire que ces masses de particules chargées soient ainsi séparées. C’est là que la barrière entre en jeu. Le bord intérieur de la grande ceinture s’est révélé être très prononcé, la plupart du temps infranchissable pour les électrons de haute énergie, des particules surnommées « électrons tueurs » par les scientifiques. « Quand on regarde ces électrons très énergétiques, ils ne peuvent se rapprocher que d’une certaine distance de la Terre, affirme Shri Kanekal, adjoint sur la mission des sondes Van Allen de la NASA. C’est complètement nouveau et nous ne nous y attendions pas du tout ».

La protection de la plasmasphère

Le phénomène est causé par la présence d’autres particules autour de notre planète. La plasmasphère fonctionne comme un nuage de particules froides et chargées. Elle s’étend entre environ 1.000 kilomètres au-dessus de la surface de la Terre jusque dans une partie de la ceinture extérieure de Van Allen. Mais comment ces particules peuvent-elles dévier des électrons ultra rapides et énergétiques ? Ces derniers ne se déplacent en fait pas vers la Terre, mais effectuent des boucles autour d’elle. Leur descente vers nous est donc suffisamment lente pour qu’ils soient repoussés par la plasmasphère. Par contre, en cas de fortes éruptions solaires, cette barrière ne tient plus et laisse les ceintures de Van Allen changer de forme.

http://www.maxisciences.com/terre/ce-bouclier-invisible-qui-entoure-la-terre-et-la-protege-des-039-039-electrons-tueurs-039-039_art33925.html

 
Poster un commentaire

Publié par le 9 décembre 2014 dans Espace, général, Sciences

 

Mots-clés : , , , , , , , , , , , , , ,

 » La race humaine est en sursis » : Les scientifiques craignent un impact d’astéroïde tueur

Terre est «en sursis»: Les scientifiques craignent astéroïdes tueurs

Les plus grands experts du monde de l’astrophysique veulent que tout le monde cesse de s’inquiéter à propos de ce qui se passe sur Terre, et commence plutôt à se préparer à ce que pourrait se crasher sur nous.

Nous avons tous vu ce scénario à Hollywood avant : Un astéroïde tueur se précipite vers notre précieuse planète tandis que la NASA fait tout afin de trouver un moyen d’arrêter la bête céleste dans son élan.

Mais un groupe international d’astronautes et de scientifiques, dirigé par l’astronome britannique Lord Rees, ont unis leurs forces pour aller à la chasse aux  projectiles , et préviennent la population de la possibilité d’un impact mortel, ce qui est une réalité terrifiante, rapporte le Financial Times .

«La NASA a fait un très bon travail pour trouver les très gros objets, ceux qui détruiraient la race humaine », a déclaré Ed Lu, un astronaute qui a fait trois voyages à la Station spatiale internationale. « Ce sont ceux qui détruiraient une ville ou frapperaient l’économie pour plusieurs  centaines d’années, qui sont le problème. »

Pendant les 50 dernières années, des projets universitaires ont été créés pour traquer les astéroïdes et les météorites tueurs du système solaire. Les efforts ont été augmentés en 1998 lorsque on a donné 10 années à la NASA pour identifier les objets proches de la Terre, d’une taille qui pourrait conduire à l’extinction de la race humaine, selon le Financial Times.

Mais comme le temps passait, les astrophysiciens ont établit que des roches aussi petites que 164 pieds de diamètre (50 Mètres) seraient encore assez grandes pour causer des effets dévastateurs sur la Terre. La nécessité de trouver de telles menaces a provoqué le lancement de la campagne par le groupe, cette semaine, qui pousse finalement les fonctionnaires à faire quelque chose avant qu’il ne soit trop tard.

«Plus nous en apprenons sur les impacts d’astéroïdes, plus il devient clair que la race humaine vit sur du temps emprunté», a déclaré Brian May, guitariste de Queen et astrophysicien de renom.

Le Rock and Roller a abandonné l’école pour devenir musicien avant de revenir pour terminer son doctorat à l’Université de l’Imperial College de Londres en 2007, rapporte le Financial Times.

« La campagne lancée cette semaine vise à sensibiliser et à faire pression sur les gouvernements pour agir », aurait il ajouté .

En 2013, un météore inaperçu estimé à environ 65 pieds de diamètre a été filmé entrant dans l’atmosphère de la Terre vers la Russie avant de brûler plusieurs miles au-dessus de la surface. L’intense onde de choc de l’explosion avait blessé 1500 personnes.

http://nypost.com/2014/12/03/earth-is-living-on-borrowed-time-scientists-fear-killer-asteroids/ – resistanceauthentique

 
2 Commentaires

Publié par le 8 décembre 2014 dans Espace, général, Insolite, Sciences

 

Mots-clés : , , , , , , , , , , , , , , , ,

Des scientifiques découvrent un bouclier invisible à proximité de la Terre, et se demandent comment il s’est formé !

Invisible Shield protège la Terre
Ça me fait penser au système de bouclier Arcnet, dans le film « men in blacks » (oui, celui dont le 1er ministre russe dmitri Medvedev a dit que c’est la réalité : https://www.youtube.com/watch?v=Lzk0Jh4ODjU) un système de défense pour la Terre que K doit placer au sommet de la fusée Apollo 11 afin de le déployer : quand on voit comme hier que la science fiction n’a même pas assez d’imagination pour décrire le réel … 
Ca me fait aussi penser à ce docu impressionnant

De la Terre á la Lune: Histoire D’une Machination

Un Docu ultra convainquant qui explique que nous n’avons jamais pu aller sur la lune, à cause des ceintures de VAN ALLEN justement ;

Voici le pitch :

« Le cinéaste Américain de renom, Bart Sibrel, présente son documentaire populaire et controversé: de nouvelles découvertes en coulisses de la première mission sur la lune, prouvant que l’équipage n’a jamais quitté l’orbite de terre.Jamais auparavant dans toute l’histoire de l’aviation, un appareil volant n’a fonctionné dès son premier essai, encore moins pour le plus sophistiqué jamais imaginé, atterrissant sur un autre corps céleste lors de son voyage inaugural et revenant avec un équipage qui a vécu pour raconter leur histoire, avec la technologie des années 1960 (Aujourd’hui, Il y a plus capacité informatique dans une montre de dix euro).Selon Bill Kaysing, un entrepreneur de NASA pour Apollo, un mémorandum classifié a estimé les chances d’un atterrissage lunaire habité et de survie à la première tentative d’une sur dix mille. C’est pourquoi les hommes qui revenant de la mission avaient l’air si abattu plutôt que triomphant lors de leur conférence de presse, ils ont été soumis à un chantage les poussant à mentir au sujet de la prétendue plus grande réussite de l’humanité, au détriment de leurs propres âmes. »

Des scientifiques découvrent un bouclier invisible à proximité de la Terre, et se demandent comment il s’est formé

Les scientifiques ont découvert quelque chose de vraiment remarquable au dessus de l’atmosphère de la Terre. Un bouclier invisible est situé à environ 7,200 miles au-dessus de la Terre, dans ce que les scientifiques comparent à un « champs de force à la Star Trek. »

Selon Front Line Desk , le bouclier a été découvert dans les ceintures de radiations de Van Allen, deux anneaux en forme de beignet au dessus de la Terre qui sont remplis avec des électrons de haute énergie et des protons. Maintenu en place par le champ magnétique de la Terre, les ceintures de radiations de Van Allen gonflent et rétrécissent en réponse aux perturbations provoquées par l’énergie entrante du soleil. Les ceintures de radiations de Van Allen ont été découvertes en 1958. Cependant, les scientifiques n’ont découvert que deux ceintures, une ceinture intérieure et extérieure s’étendant jusqu’à 25.000 miles au-dessus de la surface de la Terre.

Cependant, l’année dernière, le professeur Daniel Baker, de l’Université du Colorado et son équipe ont utilisé les sondes jumelles Van Allen lancées en 2012 pour découvrir un 3e et transitoire « anneau de stockage. » Selon leurs recherches, la troisième bande se trouve entre les  antérieurement connues ceintures de radiations de Van Allen intérieure et extérieure  . Cette ceinture est différente en ce qu’elle semble aller et venir en fonction des changements climatiques de l’espace.

Le role de l’anneau était assez clair pour les chercheurs – l’anneau est utilisé pour empêcher les électrons tueurs de pénétrer plus profondément dans l’atmosphère de la Terre. Ces électrons peuvent être extrêmement dévastateur à leur vitesse quasi-lumière et sont connus pour menacer les astronautes, les satellites et pour endommager les systèmes spatiaux.

Wired Beta note que Baker a comparé le bouclier invisible aux champs de forces de Star Trek. Le champ magnétique de la Terre tient les ceintures en place, mais le scientifique dit que les électrons dans ces ceintures – qui se déplacent à une vitesse proche de celle de lla lumière – est bloquée par une force invisible qui lui rappelait le genre de boucliers utilisé dans des séries télévisées comme Star Trek pour arrêter les armes à énergie qui vaporisent les vaisseaux extraterrestres. Toutefois, dans le cas de la Terre, le bouclier invisible est utilisé pour arrêter les électrons tueurs dans l’atmosphère.

Avant la découverte de ce bouclier invisible, les scientifiques croyaient que les électrons dans la haute atmosphère de la planète étaient dispersés par les molécules d’air, mais il semble que ces particules n’arrivent même pas jusque là grâce au bouclier électronique invisible de la Terre.

Maintenant que les scientifiques savent que le bouclier invisible existe, ils essaient de déterminer comment il a été formé et comment il fonctionne exactement .

« C’est presque comme si ces électrons se heurtaient à un mur de verre dans l’espace. C’est un phénomène extrêmement curieux. « 

 

[Crédit image: NASA ]

resistanceauthentique – http://www.foxnews.com/science/2014/11/27/scientists-discover-earths-star-trek-style-invisible-shield/http://www.colorado.edu/news/releases/2014/11/26/star-trek-invisible-shield-found-thousands-miles-above-earth

 
3 Commentaires

Publié par le 28 novembre 2014 dans Espace, général, Insolite

 

Mots-clés : , , , , , , , , , ,

IN-CRO-YABLE !! « La vie sur Mars a été éradiquée par des aliens disposant d’armes nucléaires, et ça arrivera aussi sur terre » affirme un ex Physicien du Space Missile Defense Command , dans une étude scientifique !!!!

Mars

IN-CRO-YABLE ! Quelle semaine chers amis !

Apres l’ADN humain de 400 000 ans, la  «puce» dans une pierre … de 250 millions d’années, avec Une super-civilisation qui aurait existé sur la Terre avant l’humanité , selon des scientifiques, c’est une autre information très sérieuse qui va dans ce sens, qui a été donnée par l’International Business Insider

« La vie sur Mars a disparu suite à une guerre nucléaire, menée par des extraterrestres avancés » affirme un ex Physicien du Space Missile Defense Command, en se basant  sur des éléments concrets, dans un article qui sera publié dans le Journal de la cosmologie et de la physique des astroparticules  !!

Quand même !

On est pas dans la rigolade ici …nous sommes dans la science .  

Sur terre aussi nous avons des traces anciennes d’explosions, nous en avons déjà parlé .

Donc je résume : Non seulement nos scientifiques sont persuadés qu’une vie et des civilisations extraterrestre existent dans l’univers et les cherchent activement , mais des pointures comme  John Brandenburg estiment désormais qu’il y a déjà eu des interactions entre les aliens et des jeunes civilisations comme la notre, et en fait part dans ses travaux et à la communauté scientifique internationale …

Quand la science dépasse la fiction… : pour que ça vienne aux oreilles des masses, ce n’est pas anodin.

Il y aurait plus de mauvais extraterrestres qui détruisent les jeunes civilisations,  que de « bons » , ce serait la logique universelle, comme quand Colomb a découvert l’Amérique, ce dont parlait Hawkins , « le syndrome Christophe Colomb » , la civilisation la plus avancée a tendance à réduire en miettes la moins avancée …. 

Donc , il y aurait des civilisations avancées qui nous ont côtoyés dans le passé, voir nous côtoient  encore , dont certaines (pour ne pas dire toutes) chercheraient à nous faire exploser : il est intéressant de noter que nous sommes justement au bord d’une 3e guerre mondiale ….

Ça tombe bien  non ? …

Et ça a du sens : qui serait assez fou parmi les hommes pour déclencher la guerre atomique , sachant que nous y resterons tous ?

Par contre des aliens qui seraient infiltrés … 

Hé bien vous voyez à la fin de la journée, la science fiction n’a pas peut être même pas assez d’imagination pour décrire la réalité .

Un David Icke a l’air moins beaucoup absurde d’un coup … : il pourrait au final ne décrire qu’une infime partie de la réalité , et au rythme où vont les scientifiques, il ne sera bientôt qu’un enfant de choeur …

Des séries comme Alien théory pourraient bien être de la divulgation grand public, finalement …

D’ailleurs on voit une accélération fulgurante, depuis un an ou deux , des élément de disclosure (« déclassification »), comme les déclarations de l’ancien ministre de la défense du Canada paul Hellyer,  les fuites vidéos d’aliens de l’ex KGB , les artefacts mayas, les témoignages d’insiders (dont avant leur décès) etc etc …

Ces 2 news folles de cette semaine nous montrent une chose : à quel point nous sommes conditionnés, et abrutis … 

Les milieux scientifiques de pointe sont beaucoup plus dans le réel que les masses, ça c’est certain .

Et vous, qu’en pensez vous : toujours aussi … sceptique ?

Z .

Voici le papier du  International Business Insider :

La vie ancienne sur Mars a été éradiquée par des aliens armés avec des armes nucléaires, selon le physicien des plasmas et expert en technologies de propulsion Dr John Brandebourg . Il prévient donc qu’ une attaque nucléaire de ce type arrivera également sur Terre.

REUTERS / NASA / Document
Cette image du télescope Hubble montre Mars en 1999 quand elle était a 54 million de miles (87.000.000 km) de la Terre. Une sonde de la NASA visant à examiner comment Mars a perdu son eau devrait se mettre en orbite autour de la planète rouge dimanche après un voyage de 10 mois. Après avoir parcouru 442 million de miles (711.000.000 km) de la Terre, pour analyser l’évolution atmosphère de Mars

Dans son document intitulé «Preuve d’une explosion thermonucléaire Massive sur Mars dans le passé, L’Hypothèse Cydonienne et le paradoxe de Fermi, » Brandebourg conclut que le voisinage interstellaire de la Terre contient des forces ou des êtres hostiles aux civilisations jeunes, et bruyantes, comme celles de peuple de la Terre . C’ est pour cette même raison que les étrangers ont lancé une attaque nucléaire contre la vie ancienne sur Mars, dit-il.

Brandebourg a présenté la preuve manifeste que d’immenses explosions nucléaires ont eu lieu sur Mars par deux fois, attaquant deux sites du début de la vie – Cydonia  et Utopia. 

Il a déclaré que ces deux sites ont été effacés de la carte par des bombes nucléaires lancées par des extraterrestres très avancés. Il a dit que la couleur rouge de la surface de Mars s’est avérée après que les explosions nucléaires ont eu lieu sur sa surface. Retour en 2011, il a attribué la couleur rouge a la réaction nucléaire naturelle ou a une détonation du dispositif nucléaire. Cependant, dans son document final présenté au cours de la réunion annuelle de la Section « Prairie » de l’American Physical Society à Monmouth, Illinois, à l’automne 2014 il a confirmé que les attaques nucléaires des étrangers ont causés l’apparition de la planète Mars, telle qu’elle est  aujourd’hui.

Tout récemment, la sonde Mars Odyssey de la NASA a été en mesure de détecter des concentrations élevées de xénon-129 dans l’atmosphère martienne. La même quantité de concentration a également été constatée suite à divers incidents nucléaires sur Terre, y compris la catastrophe de Tchernobyl qui s’est passé en 1986.

« Compte tenu de la grande quantité d’isotopes nucléaires dans l’atmosphère de Mars ressemblant à ceux des essais de la bombe à hydrogène sur Terre, Mars peut présenter un exemple de civilisation anéantie par une attaque nucléaire de l’espace, » a écrit Brandebourg dans son papier.

« De façon Providentielle, nous sommes prévenus de cet aspect possible du cosmos. L’auteur préconise donc qu’une mission humaine vers Mars soit montée immédiatement pour maximiser la connaissance de ce qui s’est passé «  a t-il conclu.

Alors que certains scientifiques ont convenu que ce sont bien des explosions nucléaires qui ont  détruits la vie sur Mars, ils ne sont pas d’accord avec la théorie de Brandebourg que les attaques nucléaires ont été lancées par des extraterrestres. Une réaction nucléaire progressive et naturelle s’est produite sur Mars, affirme  le Dr David Beaty un gestionnaire sciencifique au Jet Propulsion lab de la NASA selon Digital Journal .

Brandebourg est un ancien consultant sur la défense antimissile spaciale et les armes à énergie dirigées, et tient actuellement un poste de chercheur en Technologies Orbitales à Madison Wisconsin. Son article sera publié dans le Journal de la cosmologie et de la physique des astroparticules .

http://au.ibtimes.com/articles/573878/20141125/nuclear-weapons-attack-explosions-aliens-life-mars.htm#.VHdlMDSG-So – resistanceauthentique

RIA en a parlé aussi :

La vie sur la planète Mars aurait disparu suite à l’utilisation d’armes nucléaires par des civilisations extraterrestres, estime John Brandenburg, professeur de physique des plasmas et ancien consultant du Commandement américain de la défense spatiale (Space Missile Defense Command).

Des forces hostiles « aux jeunes civilisations comme la civilisation terrestre » et possédant des armes nucléaires auraient anéanti la vie sur Mars, d’après l’édition International Business Insider (IBT) qui publie des extraits de l’étude réalisée par M.Brandenburg.

Le physicien affirme avoir trouvé des traces de plusieurs explosions nucléaires importantes sur Mars, qui ont détruit deux civilisations martiennes, connues sous le nom Cydonia et Utopia, qui possédaient un niveau de technologie similaire à celui des anciens Egyptiens. Selon lui, les conséquences de ces explosions organisées par des extraterrestres expliquent la couleur rouge de Mars.

Selon IBT, le rover Curiosity de la NASA a récemment transmis des données sur un taux élevé d’isotopes du xénon-129 dans l’atmosphère de Mars. Un tel taux d’isotopes a été enregistré sur Terre suite à l’accident de la centrale nucléaire de Tchernobyl de 1986.

« Compte tenu du nombre d’isotopes dans l’atmosphère de Mars similaire à celui enregistré suite aux cataclysmes nucléaires sur Terre, Mars peut être considérée comme un exemple d’anéantissement d’une civilisation lors d’une attaque nucléaire lancée depuis l’espace »,conclut M.Brandenburg.

RIA Novosti

 
4 Commentaires

Publié par le 27 novembre 2014 dans Espace, général, Insolite

 

Mots-clés : , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Florence Porcel : La folle histoire de l’Univers (No 43)

Ça va ….

Ça commence à bien « décoller » son podcast : depuis qu’on l’a diffusé le mois dernier sa fréquentation à doublé .

Il faut pousser les concepts innovant comme ça …

Elle revient que sur des sujets qu’on a abordé .

Bien le bonjour …  Florence Porcel   ; Z .

 
Poster un commentaire

Publié par le 16 novembre 2014 dans Espace, général, INSOLITES Du Dimanche

 

Mots-clés : , , , , , , , ,

NASA : La découverte d’une ceinture d’astéroïdes Auparavant Inconnue mènera à des impacts plus fréquents … Collision possible en 2019

 

 

Les experts prédisent que les impacts d’astéroïdes vont s’accentuer sur la planète à partir de 2017 [GETTY]

La NASA a publié des données montrant qu’ils faut s’attendre à au moins 400 impacts d’astéroïdes sur la Terre entre 2017 et 2113. Bien que la plupart des roches ont un diamètre de 110 mètres ou moins, ils ont mis en garde sur un colosse qui est en plein sur notre chemin. Le méga astéroïde va rencontrer la Terre en 2020.

Vidéo : image radar de la NASA d’un astéroïde proche de la Terre  ici

La ceinture d’astéroïdes inconnue qui donnera lieu à une augmentation des collisions a été localisé dans l’espace profond, mais se dirige vers la partie du système solaire que la Terre occupe.

Le Physicien Dr Brian Cox a déclaré:

« Il existe quelque part un astéroïde avec « notre nom marqué dessus  » et ce n’est qu’une question de temps avant qu’un astéroïde assez grand pour éliminer la race humaine n’entre en collision avec la Terre « .

L’Astéroïde massif 2012 DA 14 va passer très près de la terre en 2020 En ce moment les scientifiques ne pensent pas qu’il va nous frapper, mais simplement cette roche de l’espace peut se cogner avec d’autres débris de l’espace , ce qui peut profondément modifier sa trajectoire  , donc la NASA surveille de près.

Le Professeur Bill Napier, de l’Université de Buckingham a également déclaré que les comètes constituaient une menace pour notre planète:

« La comète de Halley, qui est d’ environ 10 km de large ne passe pas assez près à la terre, la plus dangereuse est la comète Swift-Tuttle qui a 27 km de diamètre et qui passe très près de la Terre.

« Il y a un risque plus immédiat avec des astéroïdes plus petits.

« Les comètes sont des corps de glace extrêmement fragiles et, de temps en temps, elles sont prises dans la gravité des planètes géantes et se font jeter vers l’intérieur, ce stress peut causer une désintégration .

« La poussière réduirait alors la lumière du soleil et nous verrions plusieurs bombardements.

« Ces choses flottent dans le ciel et il existe un réel danger qui n’a pas été correctement étudié, et il pourrait arriver à tout moment. »

« Inutile de dire qu’il ya beaucoup de controverse autour du sujet. » ( la source )

Le Daily Sheeple / resistanceauthentique

Et j’ajouterai cette info : 

Collision possible d’un astéroïde avec la Terre en 2019

 

Un astéroïde tel que celui ci ferait des dégats si il entrait en collision avec la Terre Crédit : edugaliza.org

Un astéroïde détecté au début du mois de juillet 2002 est devenu l’objet de l’espace le plus menaçant jamais découvert au cours de la récente histoire de la détection d’astéroïdes.

Les premiers calculs montrent en effet que NT7 2002 se situe sur une trajectoire d’impact avec la Terre à la date du 1er février 2019. Les incertitudes sont cependant encore grandes concernant sa trajectoire exacte. En se basant sur la luminosité de l’objet, les astronomes lui octroient un diamètre de 2 kilomètres, suffisant pour détruire tout un continent et provoquer un changement climatique global.

Les astronomes du monde entier ont prêté une attention particulière à NT7 2002 depuis sa découverte, engrangeant environ 200 observations en quelques semaines.  » Des observations additionnelles dans les semaines à venir permettront presque certainement, nous espérons, d’écarter la menace en cours « , a déclaré le Dr Benny Peiser, de l’Université John Moores de Liverpool (Royaume-Uni). La marge d’erreur quant au lieu précis où se situera NT7 2002 le 1er février 2019 est grande, de l’ordre de 10 millions de kilomètres, a déclaré le Dr Donald Yeomans, du Jet Propulsion Laboratory de la Nasa (Californie, Etats-Unis).

NT7 2002 fait le tour du Soleil en 837 jours. Son orbite est assez nettement inclinée par rapport à celle de la Terre. La région du ciel où il se situe n’est observée que depuis peu, ce qui explique qu’il n’ait pas été détecté jusqu’alors. NT7 2002 a été découvert grâce au télescope utilisé dans le cadre du programme LINEAR (Lincoln Near-Earth Asteroid Research), situé au Nouveau-Mexique (Etats-Unis).

http://www.futura-sciences.com/magazines/espace/infos/actu/d/astronomie-collision-possible-asteroide-terre-2019-994/

Et pour la petite info insolite :

Un astéroïde avec une pyramide noire vole vers la Terre

Le satellite canadien NEOSSat a pris les images d’un objet mystérieux sur l’astéroïde 101955 (1999 RQ36). Sur la photo on voit quatre côtés d’un objet et sa cime plate, en d’autres termes une pyramide.

Sur une face de la pyramide on voit une tache claire rectangulaire que les ufologues ont pris pour un hublot. Selon eux, il s’agit d’un objet volant extraterrestre. Cette version repose sur les différences de couleur entre la pyramide et les autres zones de l’astéroïde.

L’astéroïde se dirige vers la Terre et s’en rapprochera en 2182. La NASA considère ce corps spatial comme une des plus graves menaces à notre planète.


http://french.ruvr.ru/news/2014_07_14/Un-asteroide-avec-une-pyramide-noire-vole-vers-la-Terre-3569/

 
Poster un commentaire

Publié par le 28 septembre 2014 dans Espace, général, Insolite

 

Mots-clés : , , , , , , , , , , , , ,

D’étranges cavités « qui n’ont pas été créées par des chutes de météorites », découvertes à la surface de la Lune

trou lune
Deux cents cavités ont été découvertes à la surface de la Lune par la sonde Lunar Reconnaissance Orbiter. Ci-dessus, une cavité située sur la Mer de la Tranquillité, une vaste plaine de basalte. Crédits : NASA/GSFC/Arizona State University

Des hommes des cavernes de la lune ? !! Revue de presse 2013-2014 Z@laresistance (spécial été)

La sonde Lunar Reconnaissance Orbiter a découvert l’existence de quelques 200 cavités sur la surface lunaire. Ces ouvertures, qui n’ont pas été créées par des chutes de météorites, seraient reliées à des réseaux souterrains de grottes et de galeries.

La surface de la Lune n’est pas seulement parsemée de cratères, elle est aussi pleine de cavités, lesquelles communiquent très probablement avec des galeries et des grottes souterraines. Telle est l’étonnante découverte effectuée par la sonde lunaire Lunar Reconnaissance Orbiter (LRO), révélée par la NASA le 17 juillet 2014 (accéder à l’article publié sur le site de la NASA « Lunar Pits Could Shelter Astronauts, Reveal Details of How ‘Man in the Moon’ Formed »).

Voici une vidéo réalisée par la NASA à l’occasion de cette découverte (l’article continue après la vidéo) :

Au cours de ses survols, la sonde LRO a dénombré pas moins de 200 de ces cavités, dont certaines peuvent être de taille très conséquente, atteignant les 900 mètres de diamètre.

Or, la découverte de ses cavités est loin d’être anodine pour la NASA. En effet, selon certains scientifiques de l’agence américaine, ces ouvertures pourraient ni plus ni moins servir d’abris, pour de futures missions d’exploration lunaire. Elles seraient notamment susceptibles de permettre aux astronautes d’être protégés des rayons cosmiques, des chutes de météorites ou encore de la poussière. Evidemment, cette perspective demeure pour l’instant très théorique, mais l’histoire nous a montré que l’imagination débordante des chercheurs de la NASA peut parfois déboucher sur des mises en application très concrètes, même si celles-ci interviennent de nombreuses années plus tard.

Comment se sont formées ces cavités ? Elles ont probablement été causées par des écoulements souterrains de roches en fusion. Des écoulements par exemple provoqués par des chutes de météorites, la chaleur de l’impact faisant fondre les roches. Notons à ce propos que si la localisation de ces cavités est extrêmement variable, nombres de ces grands trous ont été précisément découverts sur des cratères d’impact.

Après la création de ces écoulements de lave souterrains, la surface lunaire se serait alors affaissée à certains endroits (par exemple à cause de vibrations créées par une météorite tombée à proximité), laissant alors ces cavités apparaître au grand jour.

Selon le planétologue américain Robert Wagner (Université de l’État d’Arizona, États-Unis), auteur principal d’une étude récapitulant l’ensemble de ces observations publiée le 15 juillet 2014 dans la revue Icarus (accéder à l’article « Distribution, formation mechanisms, and significance of lunar pits »), de nombreuses autres cavités de ce type restent encore à découvrir à la surface de la Lune. En effet, le scientifique américain indique que 40 % seulement de la surface lunaire a été imagée par la sonde LRO dans des conditions de lumière permettant la bonne détection de ces cavités.

Voici d’autres photoraphies de ces cavités lunaires, obtenues par la sonde lunaire LRO :

trous lune

 
1 commentaire

Publié par le 24 juillet 2014 dans Espace, général

 

Mots-clés : , , , , , ,

 
Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 468 autres abonnés

%d blogueurs aiment cette page :