RSS

Archives de Tag: la NASA

Coup de théâtre , non seulement la comète ISON ne serait pas morte, mais elle serait plus que jamais dangereuse / Pic de la pluie de météorites…en ce moment avec 100 à 200 météores/heure ! (article Mis à Jour)

Coup de théâtre, à vérifier , plutôt à confirmer !! On rouvre le dossier !

Les astronomes amateurs les plus réputés et fiables , dont BP et 0077 , lancent l’alerte : ISON non seulement n’est pas morte, mais elle est plus dangereuse que jamais à cause de la masse de débris et de son imprédictibilité !

Elle passerait toujours à proximité de la terre aux dates prévus et ce serait confirmé par la NASA qui dirait toujours la surveiller sur HUBBLE  

BP a retrouvé la comete ISON sur Hubble : elle serait encore en vie !!!

Déjà que ISON seule intacte posait un problème et une douche de météore était prévue, mais ISON en morceaux …

J’aimerais bien le max d’infos que vous avez dessus : on l’a peut être enterrée trop vite !

DAHBOO77 aussi l’a retrouvé : c’est le pire scénario d’après lui, car ISON en un seul morceau c’était gérable, mais avec une queue de débris de environ 40 millions de miles, c’est la grande incertitude et un grand danger !

« J’aimerais juste vous dire que j’ai beaucoup suivi  la comète ISON avant et après sa périhélie. Et je peux vous affirmer que cette comète n’est pas réellement morte, la nasa a confirmé avoir des satellites toujours en focus sur la comète.

Mais a l’heure d’aujourd’hui la nasa est discrète et les images,  très rares. J’ai tout suivis en direct les images de la nasa étaient tout simplement truqués et on avait une image du soleil superposé sur elle même qui provoquaient un "genre" de mouvement visuel mais au bout de 3 heures d’images identiques, ça marche plus le soleil la prouvé. Il a été plutôt actif lors de la périhélie. La nasa a donc affirmé a la seconde même que la comète était "morte" sans avoir fait aucun test ou attendre la confirmation. Ils avaient un Live Show sur Google Hangout et se réjouissaient de la désintégration totale de la comète.
( http://www.youtube.com/watch?v=3NB3j1SqG-I )
L’info qui a d’ailleurs été assez diffuse sur les mainstream.

Des astronomes amateurs ont commencés a mettre en ligne le 30 , 1 heure après la perihelie, des vidéos prouvant le mensonge de la Nasa, après "s’être tiré les cheveux" la nasa est revenue sur ses première prédiction et ont donc affirmés que la comète ISON avait survecu a sa périhélie. Pour maintenant redonner comme info  … sa mort.  Mais les videos plus haut vous montrerons que la comète suit son court et que les astronomes amateurs seront toujours la pour nous montrer la vérité. Ils sont plusieurs a être assidu autour de ISON et confirment qu’elle continu plus ou moins son trajet initial. »

Faudrait voir ce qu’en pense THOR  …

Quelle comète !! c’est reparti sur STEREO !!

Un internaute,HesTheLamb , en arrive au mêmes conclusions (en Français)

De plus , est ce à mettre en relation ? La NASA a annoncé une pluie de météorites en ce moment …

Dans la vidéo ci dessus, on apprend que MANDELA serait mort fin juin, et surtout que  La NASA annonce une pluie de météorites le 14 décembre !  (géminides) : c’est en ce moment 

Est ce en Rapport avec ISON ?  Non, a priori ,pas d’inquiétudes sur la pluie de météorites actuelle,c’est un phénomène  récurent, mais on verra ce que ça a donné dans les prochains jours !

Mis à Jour : Pic de la pluie de météorites…en ce moment 100 à 200 météores/heure !

 
15 Commentaires

Publié par le 15 décembre 2013 dans Espace, général, Insolite

 

Tags: , , , , , , , , , , , , , , ,

Pourquoi la comète ISON n’a-t-elle pas fondu au soleil ? Comment la NASA et la science officielle ont (encore) tout faux

© Damian Peach
© Damian Peach
 
Pas mal mais je suis pas ok avec tout
La comète ISON le 15 novembre 2013. Le champ de vision est de 2,5°, cinq fois la largeur de la pleine lune.
Commentaire : Note des Éditeurs 

Cet article se base sur un extrait d’un livre à paraître, aux éditions Red Pill Press, qui s’appuie sur le concept d’« Univers Électrique », la théorie de l’information, l’astronomie, la paléogéologie – et bien davantage – pour présenter une cosmologie étendue reliant le soi-disant « changement climatique » et les « bouleversements terrestres » avec le rôle de l’humanité au sein du plus grand environnement cosmique. 

L’article qui suit, écrit par Pierre Lescaudron, rédacteur et chercheur pour SOTT.net, offre une explication au comportement « bizarre » et « inattendu » de la comète ISON jusqu’à ce jour, particulièrement au sujet de sa survie imprévue lors de sa rencontre avec le Soleil le 28 novembre 2013.

Traduction : SOTT 
Comètes ou astéroïdes ? 
Classification des comètes, astéroïdes, météores et météorites – selon la science conventionnelle.
© Narwhall 
Classification des comètes, astéroïdes, météores et météorites – selon la science conventionnelle.

Comme le décrit l’illustration ci-dessus et comme l’avance systématiquement la science conventionnelle, les comètes sont de « gros morceaux de glace et de roche », c’est-à-dire « des boules de neige sales ». Cependant, cette croyance est incompatible avec les données réelles. Par exemple, en 2011, la comète Lovejoy a plongé dans l’atmosphère solaire et émergé de l’autre côté après un voyage d’une heure à travers la couronne solaire. Sa taille et sa brillance n’ont pas semblé avoir diminué[1]. Voici quelques commentaires  (assez typiques) d’observateurs de cet événement :

Ce matin, une armada d’engins spatiaux ont été témoins d’un événement que beaucoup d’experts pensaient impossible. La comète Lovejoy a traversé l’atmosphère chaude du Soleil et en est ressortie intacte. « C’est absolument stupéfiant, » déclare Karl Battams du laboratoire de recherche navale de Washington DC. « Je ne pensais pas que le noyau glacé de la comète était assez gros pour survivre à un plongeon dans les plusieurs millions de degrés de la couronne solaire pendant près d’une heure, mais la comète Lovejoy est encore parmi nous. »

Mais si la température de la couronne solaire fait plusieurs million de degrés[2] et si la comète Lovejoy n’est rien de plus qu’un gros morceau de glace de seulement quelques centaines de mètres de diamètre selon les estimations, comment est-il possible qu’elle ne se soit pas vaporisée ? 

La comète Lovejoy réapparaissant derrière le Soleil le 15 décembre 2011.
© NASA/SDO 
La comète Lovejoy réapparaissant derrière le Soleil le 15 décembre 2011.

Dans la même veine, en 2004, la sonde spatiale de la NASA, Stardust, passa à environ trois cents kilomètres de la comète Wild 2 et en prit desphotos détaillées. D’après les manuels, ces images de la comète auraient dû révéler une masse de « neige sale ». Voici ce que le directeur du programme Stardust a déclaré  à la réception des photographies :

« Nous pensions que la comète Wild 2 serait comme une boule cotonneuse de neige sale, noire » a déclaré l’investigateur principal de Stardust, le Dr. Donald Brownlee de l’université de Washington à Seattle. « Au lieu de cela, ce fut stupéfiant de voir un paysage varié dans les premières images de Stardust, dont des crêtes, des trous et des cratères qui doivent être supportés par une surface cohésive. »

Donc, les comètes ne sont finalement pas des « boules de neige sales ». D’après toutes les données disponibles, ce sont en substance de gros morceaux de roche, tout comme les astéroïdes. En fait, il a été reconnu récemment que la différence entre « comètes » et « astéroïdes » pourrait ne pas être aussi tranchée, bien que les efforts pour combler les lacunes incluent des suggestions que les astéroïdes sont des comètes qui se retirent vers la ceinture d’astéroïdes  en tant que « comètes rocheuses éteintes », et d’où elles peuvent être « rallumées ». Au final, la différence ne tient pas tant à la composition chimique ou structurelle, c’est-à-dire des comètes gelées sales et cotonneuses par opposition à des astéroïdes rocheux. Mais plutôt, comme les théoriciens du plasma le suggèrent depuis longtemps, ce qui différencie les « comètes » des « astéroïdes », c’est leur activité électrique. 

Quand la différence de potentiel électrique entre un astéroïde et le plasma environnant n’est pas trop élevée, l’astéroïde présente un mode de décharge sombre[3] ou pas de décharge du tout. Mais quand la différence de potentiel est suffisamment élevée, la comète passe en mode de décharge luminescent.[4] À ce stade, l’astéroïde est une comète. Selon cette perspective, une comète est simplement un astéroïde luminescent et un astéroïde est une comète non luminescente. Ainsi, le même corps peut, successivement, être une comète, puis un astéroïde, puis une comète, etc., selon la variation du champ électrique ambiant auquel il est soumis.[5] 

Remarquez qu’une comète peut également présenter le troisième mode de décharge de plasma, notamment l’éclair ou « mode de décharge en arc », ce qui s’est probablement produit lorsque la comète Shoemaker-Levy est entrée dans le voisinage de Jupiter en juillet 1994  :

« Les astronomes s’attendaient à ce que la rencontre soit un événement banal. « Vous ne verrez rien. La chute de la comète ne sera rien de plus qu’une poignée de galets tombant dans un océan à 800 millions de kilomètres de la Terre. » Puis vint la rencontre et un revirement. Comme le relatait Sky & Telescope, « Quand le fragment ‘A’ a frappé la planète géante, il a émis contre toute attente une boule de feu tellement brillante que la communauté astronomique mondiale a paru en tomber à la renverse… » 

Le télescope spatial Hubble (TSH) détecta un scintillement du fragment ‘G’ de Shoemaker-Levy bien avant l’impact àune distance de 3,7 millions de kilomètres de Jupiter. 

Pour les théoriciens électriques, ce flash se serait produit quand le fragment a traversé la gaine de plasma de Jupiter ou la frontière de la magnétosphère. »[11]

« Impact » du fragment G de la comète Shoemaker-Levy sur Jupiter.
© Siding Spring telescope 
« Impact » du fragment G de la comète Shoemaker-Levy sur Jupiter.

Les deux dernières catégories dans la classification ci-dessus sont les « météores » et les « météorites ». Les météores sont simplement des astéroïdes ou fragments d’astéroïdes qui atteignent l’atmosphère terrestre, et les « météorites » sont des morceaux de météores qui réussissent à atteindre la surface de la Terre. Donc, tout au long de sa vie, un astéroïde peut être une comète (lorsqu’il est en mode de décharge luminescent), un météore (lorsqu’il pénètre l’atmosphère) et finalement une météorite (si il atteint la surface d’une planète). 

Actuellement, la comète ISON nous fournit des observations en temps réel qui, lorsqu’on les compare aux attentes relatives à la façon dont les comètes devraient se comporter selon la croyance conventionnelle, ont vivement révélé quelques incohérences. 

1 – Brillance attendue et brillance observée 

ISON était censée être la « comète du siècle » du fait de sa brillance prévue. Elle allait même être plus brillante que la pleine Lune, d’après certaines sources populaires[6]. Cependant, ISON n’a pas atteint de tels niveaux de brillance. La brillance de la pleine Lune est de magnitude -13[7] et ISON durant son voyage vers le Soleil a affiché une brillance entre 19[8], lorsqu’elle est devenue observable par des télescopes amateurs, et -2[9] le 28 novembre, quand elle a passé Delta Scorpii[10]

Est-il possible que la magnitude prévue ait été surestimée du fait que la cosmologie traditionnelle considère les comètes comme des « boules de neige sales » ? Une compréhension de la nature électrique des corps célestes et de leurs interactions nous dit que la brillance des comètes devrait être proportionnelle au champ électrique qu’elles traversent. Il est possible que la luminosité plus faible que prévue d’ISON soit liée à la faible activité solaire, laquelle réduit le champ électrique héliosphérique, aussi connu sous le nom de Spirale de Parker. Comme vous l’avez peut-être noté, nous connaissons actuellement un maximum solaire inhabituellement calme

2 – Éclat attendu et éclat observé 

En route vers le soleil, ISON a connu plusieurs sursauts inattendus lorsque sa brillance a soudain augmenté considérablement. Par exemple, entre le 12 et le 14 novembre, la brillance d’ISON est montée en flèche de la magnitude 8 à la magnitude 4. Cela signifie qu’en seulement 72 heures, la brillance de la comète ISON a augmenté  de quasiment 16 fois. [11] 

Le 12 novembre par opposition au 14 novembre – Les photographies de la comète ISON montrent un soudain accroissement de brillance.
© Juanjo Gonzalez 
Le 12 novembre par opposition au 14 novembre – Les photographies de la comète ISON montrent un soudain accroissement de brillance.

La NASA et consort n’avaient pas prévu ces sursauts et ont beaucoup de difficulté à les expliquer, invoquant divers facteurs extraordinaires tels que production d’eaujets de gaz et de vapeur et rotation

Si nous prenons en compte l’interaction électrique des corps célestes, le sursaut d’ISON a du sens car quelques jours avant cet événement, deux éruptions solaires de classe X se sont produites : une éruption X1.1 le 8 novembre et une éruption X1.1 le 10 novembre

Les éruptions solaires sont d’énormes décharges de particules solaires de charge globale positive. Lorsque ces puissants vents solaires ont atteint ISON quelques jours après leur éjection, ils ont soumis ce corps chargé négativement (car il provient de l’extrémité du système solaire de charge négative) à un environnement chargé positivement. Cette différence électrique mène à : 

a.) Une énorme décharge entre la comète et son espace environnant, résultant en une lueur plus intense de la comète (cette luminescence étant le second mode de décharge plasma) 

b.) L’augmentation du potentiel électrique de la comète, le rapprochant du potentiel électrique de l’espace environnant. C’est l’un des deux facteurs qui expliquent la survie d’ISON pour transformer le rendez-vous en vol de reconnaissance solaire (voir le point 3 ci-dessous). 

L’orbite excentrique de la comète ISON
© SOTT.net 
L’orbite excentrique de la comète ISON

L’orbite de la comète ISON, représentée ci-dessus, est similaire à celle de la plupart des comètes et suit une trajectoire fortement elliptique. Habituellement l’aphélie (le point le plus éloigné du soleil) se situe au-delà de la région des planètes externes, tandis que le périhélie peut faire moins d’une unité astronomique (distance Terre-Soleil) [12]. L’aphélie d’ISON est inconnu, bien que son orbite très allongée suggère un aphélie éloigné en dehors de notre système solaire. 

Du fait de leurs orbites fortement excentriques, les trajectoires suivies par la plupart des comètes sont quasiment perpendiculaires au champ électrique du Soleil. Ceci signifie que le potentiel électrique environnant évolue rapidement le long du parcours de la comète à travers le système solaire[13]. Cela soumet la comète à une tension électrique croissante provoquée par l’accroissement de la différence de potentiel électrique entre la comète et son espace environnant. Ce déséquilibre dans le potentiel électrique déclenche d’énormes décharges solaires et flambées cométaires, comme illustré ci-dessous. 

La brillante comète ISON approche du Soleil lors d'une grosse décharge électrique sous la forme d’une « éjection de masse coronale » (EMC)
© SOHO/NASA 
La brillante comète ISON approche du Soleil lors d’une grosse décharge électrique sous la forme d’une « éjection de masse coronale » (EMC)

En comparaison, les comètes non-électriques, que nous connaissons sous le terme d’astéroïdes, suivent habituellement des trajectoires orbitales plus circulaires, caractérisées par des variations de potentiel électrique plus faibles (car ils conservent grosso modo la même distance par rapport au Soleil au cours de leurs orbites). Ceci expliquerait pourquoi les astéroïdes ne sont pas en mode luminescent, comme c’est le cas avec les astéroïdes dans les nuages stationnaires, les astéroïdes qui suivent une orbite circulaire autour du Soleil, et les astéroïdes localisés dans la ceinture entre Mars et Jupiter[14]

3 – Événements au périhélie prévus et événements au périhélie observés 

Officiellement, le périhélie est une période/localisation dangereuse pour une comète, spécialement pour la comète ISON  qui est censée être une « boule de neige sale » d’1,6 kilomètre de diamètre passant à moins d’1,6 million de kilomètre du centre du Soleil, où les températures atteignent environ 2 700°C, plus de deux fois la température nécessaire pour fondre l’acier[15]

Se souvenant de la « mission impossible » de la comète Lovejoy lorsqu’elle traversa les millions de degrés de la couronne solaire sans subir beaucoup de dommages, les scientifiques de la NASA ont cette fois été plus précautionneux et se sont demandé si finalement ISON survivrait àson survol solaire épique

Lorsqu’ISON est entrée dans le voisinage du Soleil et n’a plus été observée pendant plusieurs minutes, les commentateurs ont annoncé la mort d’ISON. Sa mort aurait été une délivrance pour eux, la confirmation de leur théorie de la « boule de neige sale ». 

Mais Thanksgiving 2013 avait une surprise en stock pour eux : après une période de suspense insoutenable, ISON est réapparue de l’autre côté du Soleil ! 

ISON a survécu à son survol autour du Soleil et est apparue après une période d’invisibilité.
© SOHO/NASA 
ISON a survécu à son survol autour du Soleil et est apparue après une période d’invisibilité.

Le survol d’ISON a révélé deux données intéressantes : 

a.) Elle ne s’est pas désintégrée. 

b.) Elle est devenue moins brillante en approchant du Soleil[16]

Ces deux points sont totalement contraires au modèle de la boule de neige sale. Lorsqu’une « comète glacée » se rapproche du Soleil, elle devrait devenir plus brillante (plus d’évaporation, plus de jets de gaz) et elle devrait finir par fondre. Rien de ceci n’est arrivé, ce qui est cohérent dans un univers électrique. 

Il se trouve que lors de son survol solaire, une comète est soumise à un champ électrique plutôt constant. Dans l’illustration ci-dessous, nous pouvons voir qu’ISON a traversé différentes lignes de champ électrique (représentées par les cercles concentriques +1, +2,…) pendant son approche. Comme décrit précédemment, cette différence de potentiel électrique entre la comète et son espace environnant a provoqué des éruptions solaires, l’intense brillance et augmenté le potentiel électrique d’ISON. 

Le survol d’ISON : champs électriques et intensité de la brillance
© SOTT.net 
Le survol d’ISON : champs électriques et intensité de la brillance

Quand ISON est entrée dans le voisinage du Soleil (démarqué par la région +4 dans l’illustration), son potentiel était déjà plutôt positif ET elle a pénétré dans une région de potentiel électrique plutôt constant. 

Contrairement à sa traversée des lignes de champ électrique[17] +1, +2, et +3 qu’elle a franchi presque perpendiculairement, quand elle a atteint la ligne de champ +4, sa trajectoire était pratiquement parallèle à celle-ci, impliquant que le potentiel électrique environnant était presque constant. 

En conséquence, ISON a eu un « moment de répit » et a été soumise à une tension électrique réduite. Une moindre différence électrique entre la comète et l’espace environnant a alors généré moins de décharge, moins de luminescence, et moins de chance que la comète se désintègre. 

Karl Battams[18], qui avait annoncé la mort d’ISON, a fait la déclaration suivante  après sa ré-émergence derrière le Soleil :

Battams a ajouté qu’ISON avait été une comète très imprévisible, s’illuminant lorsque les gens s’attendaient à ce qu’elle s’estompe, et vice versa. 

« ISON est simplement bizarre. Elle se comporte de manière imprévisible par moments. Quand elle agit de façon étrange, nous passons du temps à nous gratter la tête, à trouver ce qui se passe, et lorsque nous pensons savoir ce qu’elle fait… elle se met alors à faire quelque chose de différent. »

Lorsque les observations continuent à apporter des données opposées à ce que le modèle conventionnel prévoit, la conclusion logique est que le modèle est erroné ! Bien sûr, il se pourrait qu’ici les intentions de la science ne soient pas de trouver la vérité, mais plutôt de maintenir le dogme dominant, auquel cas on accusera naturellement le phénomène observé en le qualifiant de « bizarre », d’« étrange » et d’« imprévisible ». 

 
Poster un commentaire

Publié par le 8 décembre 2013 dans général

 

Tags: , , , , , , , ,

Cette fois la comète ISON est bien morte : la NASA a confirmé hier …

 

Mais le matin du 29 novembre, miracle, ISON se met à briller de nouveau. Sommes-nous en présence de la première comète Zombie ? Sur la vidéo ci-dessus, Olivier Sanguy du site EnjoySpace résume ce qui s’est passé entre le 28 et le 29 novembre.

Et voici ce qui est arrivé au-dessus de nos têtes entre le 28 et le 30 novembre 2013 :

Vous pouvez voir la comète ISON arriver en bas à droite de l’écran et foncer vers le Soleil

Cette fois la comète ISON est bien morte , cela a été confirmé hier par la NASA !

Hé bien tant mieux, on ne souhaitait pas l’apocalypse , et beaucoup de gens se sont intérréssés à l’Espace du fait , et savent meme utiliser STEREO ou HELLIOVIEWER :

C’est une victoire pour nous d’avoir fait aimer ou découvrir l’espace à tant de personnes !

Je penserai jusqu’au bout que la comète ISON avait un noyaux solide : ça n’empêche pas que celui ci se soit disloqué dans la zone de danger du soleil, et qu’il ne restait surement pas assez d’éléments pour que la force gravitationnelle reconstitue un semblant de quelque chose : qu’est ce qu’une comète de 5 km, fut elle en métal, face au ROI soleil ?

En tout cas nous aurons appris beaucoup de choses .

Par exemple; le modele de decharge plasmique :  l’approche de la comete, le soleil a réagit exactement comme nous l’avions prévu et écrit , avec 8 éruptions solaires de classe X d’affilées….

Ca devrait donc se calmer de ce coté là , mais pas tout à fait ;

Deja car nous sommes en plein maximum solaire, et que de fortes éruptions sont encore possibles, comète ou pas comète ;

Et surtout, on n’a toujours aucun éléments sérieux qui contredit la découverte de la planète X !

Donc, ISON est partie, mais une autre comète devrait vite prendre sa place, car  ça n"enlève pas le problème de fond, qui est la planète X ;

Les événements climatique jamais vus se développent exponentiellement, selon les inuits, la terre a bougé sur son axe, les impacts de méteorites augmentent exponentiellement, les tremblement de terres sont de plus en plus nombreux et forts,   les volcans à se réveiller aussi : tout ça est sourcé, relisez tous nos papiers avec références sérieuses publiés ;  

Tout le monde peut le constater aussi par lui même ,  la planète devient comme "folle" , déréglée en tout cas , et ce n’est pas du à ce qu’ils ont nommé "réchauffement climatique", qui est une arnaque, on a désormais un mont d’éléments qui vont dans ce sens …

En tout cas, nous ne sauront pas encore si les camps FEMA  s’était mobilisés pour le cas ou ISON aurait constitué une menace pour les humains, dans le cadre d’une série d’événements liés à la planète X dont elle aurait été le commencement …

Ou si ces camps sont dus à l’effondrement  économique  de nos sociétés basées sur la dette …

Les 2 cas , dont la guerre qui va avec le scénario économique, restent autant probables l’un que l’autre , et c’est ce que nous continueront à essayer de déterminer : quelle est  LA VÉRITÉ  … : en attendant nous pouvons souffler un grand coup , et … ne nous en privons pas ! 

Suites aux prochains épisodes .

http://www.nasa.gov/ison/#.Up4lXHBWySo ///  http://www.huffingtonpost.co.uk/2013/12/02/comet-ison-is-dead_n_4371817.html

 

 
Commentaires fermés

Publié par le 3 décembre 2013 dans Espace, général

 

Tags: , , , , , ,

Vidéo

La comete ISON , l’apocalypse solaire et le Killshot

Comme on l’a tous vu, et comme on s’y attendait , à l’approche de la comète ISON , nous avons une nette explosion de l’activité solaire ;

Cela coïncide aussi avec le maximum solaire : le mix des deux n’est pas bon …
On va tenter de poster des vidéos en Anglais sur lesquelles on reviendra (ou pas) , voir ce que ça donne …**

voici 2 vidéos de bp , une sur le lien ison soleil , un lien dont il est aussi convaincu :

Une sur les dernières images de la comète, avec les différents objets qui la composent et l’accompagnent, fait qui se confirme : donc la "douche de météorites" annoncée par la NASA ne contiendra pas que des grains de sables ; même un enfant n’y croirait pas …

revue de presse 2013 Z@laresistance

 
8 Commentaires

Publié par le 4 novembre 2013 dans général, Insolite

 

Tags: , , , , , , , , , , , , , , ,

3 éruptions solaires de classe M (dont M9) 3 éruptions de volcan… alors que ISON arrive : Est ce le début de la séquence du KILLSHOT ?

NON , nous ne sommes pas fiers d’avoir vu cela venir, on aurait préféré se tromper !

Il semble que nous y arrivons…: tout se précipite .

La comète d’hier C/2012 X1 LINEAR.http://www.universetoday.com/105678/comet-linear-suddenly-brightens-with-outburst-how-to-see-it/ ( qui n’était pas du groupe de Kreutz, par lequel nous sommes littéralement bombardés ces derniers temps,  qui à explosé, comme on vous l’avez montré) était une petite comète : voici ce que ça a produit (cf vidéo ci dessus) :

3 éruptions solaires de Classe M en 24 h (10 en 15 j) , dont une M9.3 , soit pratiquement une classe X (M10 = X )  ! La magnétosphère est chargé, certains problèmes semblent déjà apparaître au niveau de certains appareils électroniques sur terre : " brève coupure de courant HF radio"

Image

Cela à correspondu à 3 réveils de volcans sur terre :

Moquegua Region : Volcan  Peru Ubinas  

North Sumatra, : Indonesie Volcan  Mount Sinabung  , Karo Regency

Kamchatka Krai, Russia [Asia]  : Volcan  Zhupanovsky  

Le risque de killshot devient de plus en plus élevé : C’est ED DAMES, ted BUTLER, james MACCANNEY, Mashall Masters, la NASA, la Voix de la Russie…..etc , qui avaient raison ! 

Et cela peut désormais venir n"importe quand ! 

Car ce pourrait très bien être là le début de la séquence du KILLSHOT

Activité solaire en pleine explosion à l’approche d’ISON, dans l’univers électrique …

Espérons que ISON tiendra le coup et qu’elle n’explosera pas à l’approche du soleil  ! Qu’elle explose, se désintègre, ou qu’elle  survive, cette comète est un danger !

Ayez le frigo plein….

On n’a pas écrit une bonne quarantaine de papiers sur le sujet pour la rigolade !

Je reviendrai sur tout ça ….

Éruption solaire! La Terre est face au groupe de taches solaires AR1877 qui a éclaté le 24 octobre à 00 h 30 UT (le 23 octobre à 5:30 pm PDT), produisant une éruption solaire de classe-M9.1 .

Un éclair de rayonnements UV extrême a ionisé la haute atmosphère terrestre et créé une brève coupure de courant HF radio sur le côté ensoleillé de la planète.

CME axés sur la terre : Durant les premières heures du 22 octobre, un long filament de magnétisme a éclaté sur le soleil :

L’explosion a jeté une CME déséquilibrée dans l’espace, et une nouvelle analyse suggère qu’elle pourrait être axée sur la terre.

EXPLOSION de comète : A près de 450 millions km de la terre, la comète C/2012 X 1 (LINEAR) a explosé. Les Astronomes amateurs ont signalé une augmentation de 100 fois dans la luminosité de la comète par rapport aux prévisions et le coma de la comète aujourd’hui ressemble à celui de la Comète 17p/Holmes en 2007.

À l’aide d’un télescope télécommandé à 0,5 mètre au Nouveau-Mexique, les observateurs européens Ernesto Guido, Martino Nicolini et Nick Howes ont pris cette photo de l’explosion sphérique le 21 Oct :

http://www.2012un-nouveau-paradigme.com/article-activite-solaire-au-24-octobre-2013-120754887.html

 
36 Commentaires

Publié par le 24 octobre 2013 dans général, Insolite

 

Tags: , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Vidéo

Un objet de la taille de JUPITER repéré près du soleil par HELIOVIEWER (SATELLITE STEREO 2) + la NASA confirme confusément la planète X !

Article du 21 juin : Un objet de la taille de JUPITER repéré près du soleil (remarquez les lunes), c’est la 1ere photo de la planète X publiée par un organisme non gouvernemental, et la NASA confirme confusément cette planète X (vidéo) …. c’est très clair elle dit bien "il est possible qu’un large corps se dirige droit vers nous"

TYCHE, dont on attend la confirmation, doit aussi faire partie de l’équation .

Bref, ça va monter en puissance tout ça, c’est désormais visible à l’œil nu …..il ne peuvent plus rien cacher, c’est en train de se passer…!

revue de presse 2013 Z@laresistance

IMAGES HELIOVIEWER SATELLITE STEREO 2

n1

A Spherical Object the Size of Jupiter Discovered Next to the Sun and imaged by Helioviewer June 17–18

by Avalon
Intellihub.com 

June 21, 2013

A spherical object the size of Jupiter was detected and imaged by theHelioviewer.org viewer on June 17 through 18. The image comes into view and is clearly spherical and looks the size of Jupiter which is approximately 86,881 miles in diameter.

For many years there’s been speculation about the existence of a dark star that is the sister sun to our own sun – making our solar system a binary–star system. According to Wikipedia; It is estimated that approximately 1/3 of the star systems in the Milky Way are binary or multiple, with the remaining 2/3 consisting of single stars.[61]

Helioviewer.org has an online viewer that can be programmed to view virtually any time you select. Images and movies can be created via the online interface.The Helioviewer Project has an online Tutorial Blog that is very useful to get started.

Some information from Wikipedia on Jupiter. our Sun and our solar systemfollows.

Jupiter is the fifth planet from the Sun and the largest planet in theSolar System.[11] It is a gas giant with mass one-thousandth that of the Sun but is two and a half times the mass of all the other planets in the Solar System combined. Jupiter is classified as a gas giant along with SaturnUranus and Neptune. Together, these four planets are sometimes referred to as the Jovian or outer planets

The Sun is the star at the center of the Solar System. It is almost perfectly spherical and consists of hot plasma interwoven withmagnetic fields.[12][13] It has a diameter of about 1,392,684 km (865,374 mi),[5] about 109 times that of Earth, and its mass (about 2×1030 kilograms (2×1027 tons), 330,000 times that of Earth) accounts for about 99.86% of the total mass of the Solar System.[14] Chemically, about three quarters of the Sun’s mass consists ofhydrogen, while the rest is mostly helium. The remainder (1.69%, which nonetheless equals 5,628 times the mass of Earth) consists of heavier elements, including oxygencarbonneon and iron, among others.[15]

The Solar System[a] consists of the Sun and its planetary system of eight planets, theirmoons, and other non-stellar objects.[b] It formed 4.6 billion years ago from the gravitational collapse of a giant molecular cloud. The vast majority of the system’s massis in the Sun, with most of the remaining mass contained in Jupiter. The four smaller inner planets,MercuryVenusEarth and Mars, also called the terrestrial planets, are primarily composed of rock and metal. 

The Helioviewer.org online interface is where you can set parameters to view any image you select. There is also a Helioviewer.org Blog and Helioviewer.org YouTube channel.

COR1-B  (2013-06-17 00:05:18 – 2013-06-17 23:45:18 UTC)

http://helioviewer.org/?movieId=dnt95

http://helioviewer.org/api/?action=downloadMovie&id=Wnt95&format=mp4&hq=true

Source:

Helioviewer.org

H/T — BeePeeOilDisaster

http://intellihub.com/2013/06/21/jupiter-sized-object-discovered-next-to-the-sun/

 
Un commentaire

Publié par le 14 août 2013 dans général

 

Tags: , , , , , , , , , , , , ,

Vidéo

Le physicien James Mac Canney : " la NASA ment " : la comète ISON est de taille "planétaire" , "l’élite se prépare" , et il alerte sur l’alignement planétaire-ISON de janvier 2014 : "accrochez vous à votre fauteuil" !

Nous ne comptions plus trop en parler, juste suivre l’affaire, mais là, accrochez vous !!!  

Le physicien James Mac Canney remet une couche, ou plutôt 2 , dans 2 shows radio …coup sur coup ! 

Rappelez vous, nous en avions parlé : James Mac Canney est LE spécialiste mondial des comètes  il à produit une théorie : le modèle de décharge plasmique des comètes  . http://resistanceauthentique.wordpress.com/2013/08/09/ison-le-crop-circle-de-avebury-et-le-modele-de-decharge-plasmique-des-cometes-de-james-mac-canney/

D’après sa théorie, les comètes  interagissent électriquement et magnétiquement avec leur environnement ( l’univers est electro-magnétique) Nous avons " des centaines d’exemples " précise-t-il . 

Il parle de C 2013 A 1 qui ne représente aucun danger d’après lui, même si elle percutait mars . Pareil pour la comète shoemaker-levy 9, dont il avait prévu l’inoffensivité, tout comme ELENIN   . Par contre ISON lui fait peur !

Il prévient que la NASA ment, et que la comète ISON est bien plus grande que ce qu’ils disent .
Basé sur ses calculs, le nucléus (noyau) ne fait pas entre 5 et 25 miles comme le prétend la NASA, mais Mac Canney parle de dimension planétaire ( vidéo ci dessus, coast to coast)

En outre, le noyau n’est pas de "neige sale", mais "rocheux" , et donc la comète  a de grandes chances de survivre à son passage près du soleil , et sera visible, en ce cas, en plein jour .

Il l’affirme clairement , la NASA ment sur la taille de l’objet ! Pour cacher le potentiel ARMAGEDDON à venir , dont nous avons eu un petit avant gout en janvier 2013 avec une 1ere minuscule interaction lointaine qui avait réveillé une dizaine de volcans, et créé des typhons .

En outre Mac Canney prévient qu’on pourrait voir le 1er "feu d’artifice" quand elle sera au plus proche de MARS le  1er octobre , avec une possible interaction electro-magnétique et la formation d’un " arc électrique ", "ce qui n’a pas été vu depuis des milliers d’années ! 

Mais encore : l’orbite de Mars pourra être fortement perturbé par la comète, voir …….disparaître !!! Vous lisez bien !!!! 

Pire, il y a un alignement prévu de VENUS, JUPITER, TERRE,pleine LUNE,ISON , situation très rare d’après lui, aux environs du 11 janvier 2014 (date suite à nos recherches,à confirmer : lui parle de janvier 2014 tout court) , et la terre est au milieu ! : il prévient que c’est là que la fête va battre son plein et que le monde va s’apercevoir du danger , et le subir ! "accrochez vous à votre fauteuil à ce moment là" , précise le physicien !

Le risque de killshot est énorme selon lui , et affirme que les maximums solaire sont de plus en plus violents depuis les années 90 , et que HALE BOP, par exemple, avait déjà "chargé " le soleil (rappelez vous, c’est comme un grand condensateur…) ! Et confirme ce que nous pensons : que nous sommes dans un nuage actif dans l’univers, plein de débris , plus ou moins gros  . ( "gros", ça peut être de taille planétaire )

Nuage apparemment très dense et qui va l’être de plus en plus : il semble que notre système solaire a percuté, dans son grand voyage dans l’univers, ou va percuter (sinon nous sommes dans les prémisses ),  une vague d’énergie et de débris  , entre autres , qui excite notre soleil, la ceinture externe ( nuage d’oort et son contenu, donc ..) et les planètes .  Une zone inhospitalière de l’univers dans laquelle nous revenons cycliquement, les textes anciens le prouvent .

 James Mac Canney précise que la queue de la comète peut dégager des  matières toxiques en perdant du poids quand elle s’approchera prés du soleil, et fait référence à des textes anciens qui corrobore le fait que dans l’histoire de notre planète, il semble y avoir eu des problèmes dus à des nuages toxiques .

Il parle des anciens et affirme qu’ils nous avaient prévenus…. et que tout colle ! : ISON est peut être la grande comète dont ils parlaient , la blue kachina des HOPPIES , et ….qui annonce la présence de la planète X .

"Nous ne pouvons pas exactement savoir ce qui va se passer, mais le danger est réel" 

Dans la vidéo ci dessous, il affirme que l’élite est au courant de quelque chose, et qu’elle se prépare au pire : nous sommes peut être à la veille "d’une extinction de masse " ;

Tout colle dans notre grande image .

Ci dessous il précise dans cette ITW pourquoi il pense que le la NASA ment …

revue de presse 2013 Z@laresistance

 
11 Commentaires

Publié par le 13 août 2013 dans général, Insolite, Vidéos indispensables

 

Tags: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

 
Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Joignez-vous à 269 followers

%d bloggers like this: