RSS

Hubert Boeltz : « La fenêtre d’entrée de l’or va bientôt se refermer »

za5

Se tourner vers des actifs réels, comme l’or ou l’argent : c’est le conseil d’Hubert Boeltz. Depuis 2007, le gestionnaire de patrimoine préconise de se tourner vers l’or, l’argent, ou encore l’immobilier et les terres agricoles, pour abriter et sécuriser les patrimoines. 2007, c’était alors le début « de la révélation de la crise », selon le spécialiste : 7 ans plus tard, le conseil reste de mise !

Depuis 2007, les classes dirigeantes des pays ont retardé l’échéance, notamment en faisant tourner la planche à billets. Le monde politique, toujours dans son rôle, « entrevoit une sortie de crise », estimant que « la situation va s’améliorer et tout va redevenir comme avant ».
Mais l’analyse d’Hubert Boeltz est tout différente. Pour le spécialiste, la croissance des « Trente Glorieuses » est définitivement terminée. Il faudra, de gré ou de force, s’habituer à une faible croissance.

Dans ce contexte, qu’en est-il de l’or ?

Après avoir parlé de bulle, les banquiers parlent de la chute du cours de l’or en 2013. Mais en avançant cet argument, ils raisonnent autour de l’or comme placement générateur de revenus. Mais ce n’est pas son rôle !

Ils citent également le prix de l’once d’or en dollars.  C’est bien la preuve qu’ils tentent de paraître spécialiste, quitte à oublier la réalité. Parce que si on souhaite acheter de l’or, on peut acheter soit des pièces d’or, soit des lingots. Dans les deux cas, on s’intéresse au cours en euros de la ou les pièces, ou du prix du kilo d’or en euros !

Quelle est l’évolution du cours du lingot d’or, c’est-à-dire un kilo d’or, exprimé en euros ?
– Sur un an,  du 16 mars 2013 au 26 mars 2014 : – 16,22%
– Du 1er janvier 2014 au 26 mars 2014 : + 2,58%
– Du 15 août 2007 (au moment de la crise des subprimes) au 26 mars 2014 : + 87,12%

Evolution du cours de l'or sur les cinq dernières années. Source AuCoffre.com

Et ceux qui ont déjà suivi les conseils d’Hubert Boeltz, c’est-à-dire acheter des lingots d’or en 2007 pour se garantir d’un effondrement du système, se moquent du fait que le cours de l’or ait perdu 16 % en 2013, ou qu’il ait atteint son cours le plus haut, le 18 août 2012 (43 510 euros ).
En effet, détenir de l’or (physique bien sûr), n’est pas un placement ni un instrument de spéculation, mais bien une assurance dommage, au même titre qu’une assurance de maison ou celle d’une voiture.

Cette assurance est là pour faire face, dans les meilleures conditions possibles, au prochain effondrement du système monétaire, en place depuis 1944.

Selon Hubert Boeltz, depuis les plus hauts cours d’août – octobre 2012, nous sommes entrés « dans une fenêtre d’achat » d’or physique. Certains éléments tendraient néanmoins à montrer que cette fenêtre pourrait se refermer.

Etats-Unis : cette puissance qui ne veut pas que du bien

Sur le plan mondial, les médias sont, comme d’habitude, particulièrement silencieux sur les négociations en cours et les véritables enjeux relatifs au partenariat transatlantique de commerce et d’investissement entre l’Europe et les Etats-Unis (appelé TTIP ou TAFTA).

De quoi s’agit-il ? Rien de moins que de créer « la plus importante zone de libre-échange de l’Histoire, couvrant plus de 46 % du PIB mondial ».  Mais il s’agit en réalité d’une « guerre feutrée » pour se disputer le leadership en matière de normes réglementaires.  C’est donc bel et bien une négociation, voire une confrontation entre la vision ultra libérale des USA et celle plus protectrice du continent européen.

A terme, cela signifierait donc la possibilité de voir arriver dans nos assiettes OGM et bœuf aux hormones, de voir fleurir les puits d’extraction de gaz de schiste ou de voir disparaître notre « exception culturelle ». Et à terme, tous ces échanges transatlantiques se feront en dollars. C’est-à-dire une monnaie de moins en moins crédible financièrement, même sur le territoire américain.

L’enjeu est donc vital pour les Etats-Unis. Et cela permet de comprendre pourquoi il est si important pour les Etats-Unis de lutter contre toutes les tentatives de développement de zones de libre-échange… qui ne seraient pas en dollars.

La Chine, d’ailleurs, est en plein processus de « désaméricanisation ». Elle développe une zone d’échange en yuan avec le Japon, pourtant l’ennemi héréditaire. Pourquoi ? Parce qu’elle est toujours la première détentrice de T bond (obligations US à 10 ans) et de ce fait « intouchable ». La Chine est toujours et à marche forcée, la première acheteuse d’or au monde.

Quel scénario pour l’Europe ?

Voici le scénario qui peut être imaginé :
– Un pays politiquement instable, financièrement dépendant de son grand voisin, éventuellement intéressé par un rapprochement commercial avec l’Europe,
– Une Europe, sans réel pouvoir politique savamment infiltrée depuis longtemps,
– Une négociation difficile en cours, sur les échanges entre les Etats-Unis et l’Europe,
– Un mouvement populaire d’émancipation qui ne peut qu’être sympathique pour la communauté internationale et plus particulièrement pour l’Europe, qui n’est pourtant pas en capacité d’accueillir de nouveaux états.

Voilà qui permet, du même coup, plusieurs effets : affaiblir l’Europe politiquement et financièrement, maintenir l’hégémonie du dollar, créer des tensions politiques au sein de l’Europe et ranimer sous une autre forme la lutte contre « l’impérialisme soviétique », en détournant l’opinion des vrais problèmes financiers du monde d’aujourd’hui.

L’histoire nous a déjà montré qu’une « bonne guerre » règle beaucoup de problèmes politiques et financiers réputés insolubles.

L’Europe a besoin d’argent, de beaucoup d’argent pour fonctionner correctement. La contribution des pays membres est assise sur leur PIB.
C’est donc le moment de réactiver un vieux projet. Celui de prendre en compte l’économie souterraine dans le calcul du PIB.
C’est d’ailleurs sur ce terme « économie souterraine » que le projet avait été abandonné en 1995. L’Europe élargie fait que certaines activités (négoce du cannabis, prostitution…) sont licites dans certains pays et illicites dans d’autres.

Voilà donc les parlementaires européens sur le point d’intégrer le chiffre d’affaire fantôme de la drogue et de la prostitution dans le PIB servant d’assiette au montant de la contribution au budget de l’Union Européenne.

Cela ne va pas être sans conséquences pour des pays comme l’Italie, la Grèce ou les pays de l’ex URSS, déjà mal en point sur le plan économique.

Et quel scénario pour la France ?

Quelques faits semblent devoir être retenus pour leurs conséquences en terme de perte de confiance et susceptibles de générer un mécontentement de masse, dont les prolongements sociaux seront explosifs.

Force est de constater que « le pari présidentiel sur la baisse du chômage » n’a pas pu être tenu. Les chiffres parus le 26 mars, sont pires qu’escomptés, avec une progression de + 0,9% en février, contre + 0,3% en janvier, soit + 4,7% sur un an.

Second fait : l’affaire Kerviel, le trader qui avait spéculé pour son compte et fait perdre en 2008 « que » 5 petits milliards d’euros à son employeur, la Société Générale sans que celle-ci ne se rende compte de rien !

Jérôme Kerviel a été condamné par la cour d’appel de paris le 24 octobre 2012, à cinq ans de prison dont deux avec sursis et à payer à la Société Générale, la modique somme de 4,9 milliards d’euro.

La cour de cassation, dans un arrêt du 19 mars 2014, confirme la décision de la cour d’appel de Paris, sur le motif d’abus de confiance et manipulations informatiques et surtout, casse le jugement au civil.

Il va donc y avoir une nouvelle instruction. C’est là que les ennuis vont commencer pour notre méga banque universelle systémique, car des expertises indépendantes vont être diligentées (aussi curieux qu’il puisse paraître, jusqu’à ce jour, la justice s’est fié aux seuls dires de la banque). Egalement, nous ne sommes plus à l’époque où il fallait « sauver la Société Générale ». L’opinion publique n’est plus dans des dispositions favorables aux banques.

Et la cerise sur le gâteau pour la banque : l’arrêt de la cour de cassation a un autre effet, bien plus dévastateur celui-là. La remise en cause d’un crédit d’impôt de 1,7 milliard d’euros, accordé dans des circonstances déjà très controversées à l’époque, par la ministre des finances du moment Christine Lagarde, sur l’insistance de son directeur du trésor Xavier Muscat.

Troisième fait : la capacité de la France à respecter ses engagements, notamment budgétaires, vis-à-vis de l’Europe. Là encore, traitement minimum par les grands médias, alors que l’importance du sujet mérite développement.

La France sous surveillance renforcée

Le 5 mars dernier, la commission européenne place la France sous surveillance renforcée. Ce nouveau type de contrôle pourrait ouvrir la porte à une mise sous tutelle de l’économie française… Rien que ça ! Et pas de couverture médiatique à la hauteur de l’évènement !

Selon la grille de contrôle mise en place par l’Union Européenne, la mise sous surveillance renforcée touche les Etats membres « en proie à une grave difficulté en matière de stabilité financière, ou qui risquent d’en rencontrer ».

L’Europe a mis en place ce système de surveillance en mai 2013 afin de compléter le système de stabilité financière établi entre 2010 et 2011. L’objectif est de faciliter la gestion de crise en prévoyant les situations difficiles pour les Etats membres de la zone euro.

En l’occurrence, dans ce rapport, la Commission européenne reproche à la France de subir un « déséquilibre macroéconomique » qui demande une « action politique décisive ». Elle souligne que la détérioration de la balance commerciale et le manque de compétitivité du pays combinés à un fort endettement public demande une attention politique continue.

La confiance de nos prêteurs (les pays et entités financières qui achètent nos emprunts d’état), sur le fait que la France soit capable de les rembourser est un élément essentiel, notamment pour la fixation du taux de l’emprunt.
Manifestement, le compte n’y est pas !

Pourquoi l’or est une valeur refuge ?

Selon un rapport de la Banque des règlements internationaux (la banque des banques centrales), l’encours de la dette mondiale a été multiplié par 2,5 en douze ans, pour atteindre les 100 000 milliards de dollars, alors que le PIB mondial n’est que de 70 000 milliards de dollars !
Ces dettes ne seront pas remboursées : c’est impossible !

Une fois les élections municipales et européennes passées, il ne serait pas étonnant que nos chers médias hexagonaux nous abreuvent « de bruits de bottes du côté de l’Ukraine » et des risques de guerre dans cette zone sensible.

L’accumulation de tous ces éléments incite à penser qu’ils vont avoir rapidement des conséquences graves, et notamment sociales et financières sur le fonctionnement de l’actuelle « l’économie virtuelle mondiale ».

Cela ne manquera pas d’avoir pour effet une remontée des cours de l’or « valeur refuge part excellence » ces prochaines semaines.

Et Hubert Boeltz de conclure : « si vous croyez, comme moi, à la valeur « assurance dommage » de l’or physique, dépêchez-vous d’en acquérir ou de renforcer votre position. Les prix vont monter ! J’insiste à nouveau sur la nécessité d’intégrer la réalité de l’effondrement économique qui est en cours sous nos yeux, mais que les pouvoirs en places (politiques, économiques, médiatiques…) arrivent encore à masquer. »

http://www.loretlargent.info/cours-de-lor/hubert-boeltz-fenetre-entree-or/13637/

 
Poster un commentaire

Publié par le 28 août 2014 dans général, or et argent métal

 

Tags: , , , , , , , , , ,

Etienne Chouard et Frédéric Bosqué : Des éco-villages avec revenu de base en monnaie locale et constitutions populaires communales !

Des éco-villages avec revenu de base en monnaie locale et constitutions populaires communales ?

Oui c’est possible ! … Faisons le ! 

(en commençant par diffuser cette vidéo … par exemple)

Pourquoi pas ?

Chouard a poussé loin sa réflexion … et propose un projet tout prêt et emballé, y’a plus qu’a … (on peut aussi proposer d’autres choses et perfectionner ce projet)

De plus en plus de personnes y adhérent, le projet "Chouard" prend de l’ampleur, et va commencer à être mis en pratique, comme expliqué dans cette vidéo .

Je pense qu’en atteignant une masse critique de personnes, le principe du 100e singe pourrait bien se manifester .

Qu’on me dise pas, donc, qu’il n’existe aucunes solutions, ou que rien n’est possible : TOUT est possible !

Voici une porte de sortie pour tous, clef en main ;

A chacun de l’emprunter, en continuant à propager le "virus" qu’a fait naître Chouard : le phénomène semble en effet s’auto-entretenir et développer au fur et à mesure qu’il se diffuse.

L’idée de Base de Chouard (que je trouve géniale), qui était d’injecter son idée de refonte de la démocratie comme un virus pour faire bugger le système, fonctionne… et fait son chemin .

Des gens (de plus en plus) réfléchissent, et travaillent à re-penser notre démocratie partout en France (c’est ça, une vrai "dissidence") : le peuple Français, notre peuple, a les moyens d’écrire l’histoire par et pour lui même, de reprendre son destin en main. 

Ne manque, à mon avis, que les grands leaders d’opinion, comme le montre l’histoire, qui émergent toujours dans les périodes historiques, et auquels le peuple peut se raccrocher : ils sont là, à vous de choisir les bons, et de les porter aux nues, il n’y a rien de compliqué .

Qu’en pensez vous ?

 

Tags: , , , , , , , , , ,

Menace terroriste – 11 avions de ligne libyens seraient portés disparus : Le Maroc en état d’alerte maximale !‏

tripoliterror_img

Onze avions de ligne libyens portés disparus depuis un mois, le Maroc et l’Algérie en état d’alerte, et pas un mot dans notre presse frenchouille. Vous bronzez aux Antilles ou quoi, les petits gars ?!?

Numérologie : on passe du 7 au 11 : 11 avions, 11 septembre …. : faut-il s’attendre à quelque chose, encore un false flag impliquant des avions,  ce 11 septembre   ??? (nb : les 2 papiers sont récents, du 20 et 25 Août , seule l’info sur les 11 avions est de juillet mais nécessaire pour comprendre les derniers développements)  Revue de presse 2013-2014 Z@laresistance (spécial été)

Depuis une semaine, des batteries anti-aériennes sont déployées à Casablanca, Mohammedia, Marrakech, Tanger et Jorf Lasfar ou sont en cours de déploiement près des centres névralgiques du Maroc. Des mesures de prudence fortes face à des menaces qui ne sont pas légères. (source)

Depuis le 15 juillet dernier, et les combats qui ont eu pour scène l’aéroport libyen de Tripoli, les pays de la région sont sur le qui-vive. Non seulement, 20 avions ont été détruits ou fortement endommagés en quelques heures ce jour-là, mais plusieurs avions (deux à onze, selon les sources), ont quitté les aéroports de Tripoli et de Misrata pour des destinations … inconnues.

Selon Reuters, à la date du 15 juillet, 31 avions se trouvaient parqués sur les pistes de l’aéroport de Tripoli au moment du déclenchement des combats.

Après les attentats du 11 septembre 2001, une date-anniversaire qui se rapproche, et la disparition toujours mystérieuse du Boeing malaisien depuis le mois de mars dernier, aucun événement de ce type, aucune disparition d’avion n’est prise à la légère.

(…) Depuis plusieurs jours, des journaux algériens parlent pour leur part de 11 avions disparus de Libye avec des destinations inconnues. 31 avions qui étaient sur le tarmac de l’aéroport de Tripoli moins les 20 avions détruits selon Reuters, cela donne … 11.

En tous les cas, depuis 2012 et les attaques de l’Otan en Libye, la défense anti-aérienne algérienne est en alerte à l’ouest du pays du côté de la frontière libyenne avec laquelle elle partage plus de 1.500 km de frontières. Des escadrons de chasseurs sont mobilisés et d’après Akram Kharief d’El Watan, un radar installé à la frontière algéro-libyenne couvre la moitié du territoire libyen.

(…) Ce qu’il faut retenir de ce qui précède, c’est qu’il y a une forte présomption de disparition d’avions civils et/ou militaires pouvant servir de bombes volantes pour des attentats.

Selon le consultant en sécurité international basé à Londres Olivier Guitta avec lequel Médias 24 a pu s’entretenir dimanche 17 août, « la menace que représente la Libye et ses groupes armés pour la sécurité régionale à court et moyen termes est bien plus sérieuse que la menace de l’Etat islamique en Syrie et en Irak ».

Olivier Guitta donne et rappelle une explication que les experts connaissent maintenant depuis trois ans: La chute de Khaddafi a mis sur le marché un volume d’armements sans commune mesure avec ce que l’on peut trouver dans d’autres régions du monde.

Et la Libye est à moins de 3.000 km de Casablanca ou Marrakech, voisine de l’Algérie, de la Tunisie, de l’Egypte, du Mali et à présent incontrôlable, sombrant dans le chaos militaire et politique. A Tobrouk (est libyen) où se réunit le parlement libyen faute de pouvoir le faire à Tripoli à cause de l’insécurité, les députés ont appelé à « une intervention étrangère » pour sauver ce qui peut encore l’être du pays.

Hélène Bravin, auteur de « Khadafi, vie et mort d’un dictateur », indique sur Rue89.com que «depuis la révolution libyenne en 2011, les milices se sont constituées en plusieurs régions militaires, au nombre de sept, instituant une somalisation du pays: elles se sont réparties le territoire libyen sans qu’un pouvoir central ne puisse désormais les contrôler. »

L’autre élément qui, ce week-end, est venu renforcer les préoccupations sécuritaires au Maroc sont les informations publiées dans la presse saoudienne et indiquant que des jihadistes marocains se sont entraînés au pilotage d’avions en Libye et en Irak. Depuis fin 2013, les partisans jihadistes d’Al Baghdadi ciblent de plus en plus le Maroc dans leurs efforts de recrutement et de menaces à sa sécurité et sa stabilité. La même source précise que les avions dérobés en Libye, sont des avions civils ET militaires.

Le Maroc a déjà connu plusieurs alertes anti-terroristes, dont la plus forte et la plus longue est celle des printemps-été 2007. Elle n’avait pas vu un tel déploiement anti-aérien.

http://extremecentre.org/2014/08/20/menace-terroriste-11-avions-de-ligne-libyens-portes-disparus/

Le Maroc en état d’alerte maximale‏

Depuis le 15 août 2014, une lourde artillerie militaire a été déployée dans certains sites dits stratégique du pays et fait état d’une préparation préliminaire à une possible menace terroriste imminente.

JPEG – 35.7 ko
Un campement des FAR
Aucune information officielle n’a filtré sur cette escalade militaro-sécuritaire alors que le dispositif exceptionnel et sans précèdent est trop ostensible et a surpris beaucoup l’opinion publique nationale et internationale qui se demandent si le pays est en guerre.

Beaucoup d’internautes ont rapporté des photos et des vidéos tournées par des amateurs, montrant un matériel militaire impressionnant dans l’espace urbain des grandes villes du pays à Casablanca, Tanger et Marrakech etc.. Ni le gouvernement, ni le ministre délégué à la Défense, ni l’armée n’ont diffusé des informations à ce propos. Il n y a que certains médias qui spéculent sur les raisons de ce déploiement inhabituel sans pouvoir trancher sur les raisons de ce grand agissement. D’aucuns avancent que 70.000 militaires sont mobilisés à travers le pays.

Les sites stratégiques concernés

Les frontières avec l’Algérie et la Mauritanie ainsi que les sites sensibles, situés sur ses côtes maritimes, sont ostensiblement gardés.

Différent sites sont concernés par ce déploiement militaire, les armes de guerre qui y ont débarqués prouvent que le niveau de préparation a été relevé.

A Casablanca, les forces armées royales (FAR) ont investi le quartier de la corniche en bord de mer et ont établit un campement militaire, à deux pas de la Mosquée Hassan II. Des camions, des tentes, des batteries de missiles sol-air et des canons pointés vers l’Atlantique y ont été aperçues.

A Tanger, un convoi transportant des batteries antiaériennes qui seraient de type M167 Towed Vulcan à longue portée .

A l’aéroport de Marrakech-Ménara, des batteries antiaériennes Type 90 Skyguard, ont été aperçues sur place et se révèlent identiques à celles observées à Casablanca.

A La raffinerie pétrolière de La Samir à Mohammedia, des tanks, des batteries de missiles et des troupes présentes en nombre encercleraient ce fleuron industriel précieux pour l’approvisionnement en carburants du Maroc.

A Jorf Lasfar un port marocain en eau profonde à vocation minéralière, énergétique et diverse à proximité du cap blanc à 17 km de la ville d’El Jadida est aussi concerné par ces mesures.

Au barrage Al Wahda prés de Fez. Il est le grand barrage du Maroc, connu pour la production d’énergie et l’alimentation en eau potable et un grand rôle en matière d’irrigation.

Différentes explications
Il y a d’abord les menaces de l’organisation terroriste d’Abu bakr al Baghdadi – l’Etat islamique. A rappeler plus de 3000 combattants marocains sont à l’œuvre en Irak et en Syrie ;

La situation sécuritaire en Libye, Al Qaeda au Maghreb islamique (AQMI)

Différentes raisons peuvent justifier le redéploiement des FAR, l’affolement et la « panique » générée en conséquence. Il y’a d’abord le climat régional, la instabilité sécuritaire dans le sahel, en Libye ainsi que la recrudescence de la violence au Moyen-Orient.

Mi aout 2014, les autorités algériennes, égyptiennes, tunisiennes et marocaines ont été alertées par les services de renseignements américains sur les « dangers sécuritaires et politiques auxquels fait face la Libye ». Le redéploiement des FAR serait donc fortement lié à la situation sécuritaire chaotique et l’anarchie des armes en Libye : l’absence d’Etat central et d’une armée disciplinée, pousse le Maroc à prendre toutes les précautions.
Le Maroc craint que le chaos libyen déborde sur ses frontières d’autant plus que ces dernières sont réputées être poreuses. Certains médias rapportent que des tunnels ont été découverts sur les frontières entre la Tunisie et la Lybie et aux frontières du Maroc avec Algérie sans que l’information soit confirmée. Une situation qui pourrait être exploitée par les djihadistes.
La disparition à l’aéroport de Tripoli de 11 avions civils libyens avec la possibilité de voir ces aéronefs soient tombés aux mains de djihadistes qui ont menacé de mener une campagne d’attentats et de frapper des places “vivantes” au Maroc, en Tunisie et en Algérie (Moussaoui El Ajlaoui, expert en stratégie et professeur d’études africaines à l’Université Mohammed V à Rabat). Ce qui laisse penser la menace terroriste a dépassé le stade des frontières terrestres. Le journal algérien Al-Fajr a rapporté que des djihadistes libyens, dont les brigades de Zentane, ont pris possession de certains avions dans les combats à l’aéroport de Tripoli. Le lundi 18 août 2014, l’agence Reuters a relayé une information de la chaîne télévisée nationale libyenne, des avions de guerre non-identifiés ont été localisés en vol au-dessus de Tripoli. Par ailleurs, la Libye est connue comme étant un carrefour des djihadistes internationaux, dont des milliers marocains qui reviennent de l’Irak et de la Syrie.

Mi juillet 2014 le ministre de l’intérieur Ahmed HASSAD a mis en garde contre le risque d’attentat dans le pays par des marocains qui ont servis en Syrie et Irak. Le 14 aout 2014 le ministère de l’intérieur a publié un communiqué annonçant le démantèlement d’une cellule terroriste supposée collaborer avec l’EIIL.et l’arrestation de ses neuf membres. Cette cellule terroriste active à Tétouan, Fès et Fnideq et elle mobilisait des combattants marocains pour rejoindre les rangs de l’EIIL en Irak et en Syrie et leur procure l’appui financier nécessaire », selon un communiqué du ministère publié, jeudi, par l’agence de presse officielle marocaine (MAP)

Manœuvre de routine

D’autres encore soutiennent, comme le cas d’Al Massae, journal arabophone marocain, que ces manœuvres participent des entrainements pour les forces armées, afin de développer les capacités de combat et de la routine de l’Armée pour une surveillance étroite de l’espace aérien marocain. Ce qui est sûr c’est que l’espace aérien national est sous contrôle strict des FAR, et aucun avion civil ne peut entrer sur le territoire national sans l’autorisation des ces dernières qui disposent selon certains sources de missiles air-air, air-sol et des systèmes de repérage, d’identification et de radars ultra sophistiqués.

Enfin, d’autres encore vont jusqu’à expliquer que ce déploiement n’est ni plus ni moins, un stratagème fin et spectaculaire pour induire le peuple en erreur, une manœuvre qui a pour finalité de détourner l’attention de l’opinion publique et occulter l’impasse et la crise socioéconomique et politique dans laquelle est plongée le pays, ceci en créant un climat psychologique pour souligner la force et l’engagement de l’armée pour la sécurité dans le pays contre toute menace extérieure.

Le département d’Etat américain émet régulièrement des Travel Warnings sur le site internet du département, des consignes de vigilance pour ceux qui se rendent au Maroc pour cause d’un potentiel d’attentat contre les intérêts américains dans le pays, les bâtiments publics et les sites stratégiques.

Algérie, pas de démonstration spectaculaire

En Algérie, le déploiement militaire est moins spectaculaire que cela et les militaires ne veulent pas faire dans la démonstration, cependant la menace est autant prise au sérieux. L’effort est concentré plutôt sur le renseignement et la frontière avec la Tunisie. Les hautes autorités militaires du pays sont préoccupées par la situation sécuritaire en Libye et appellent à la constitution d’une force militaire nord-africaine, incluant l’Egypte pour répondre aux menaces de déstabilisation de la région.

http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/le-maroc-en-etat-d-alerte-maximale-155801

 

 
2 Commentaires

Publié par le 27 août 2014 dans général, International

 

Tags: , , , , , , , , , ,

Virus Ebola : «Tout est réuni pour que cela s’emballe», selon le codécouvreur du virus : Comment se préparer avant que la panique commence …

Au Népal, contrôle de passagers arrivant de zones infectées.<br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br />
AFP PHOTO/ Prakash MATHEMA" /></p>
<p class=SANTE – Selon le codécouvreur du virus Ebola en 1976, «Jamais nous n’avions connu une épidémie d’une telle ampleur»…

De toutes façon en ces temps historiques, à tous niveaux, la 1ere recommandation est d’avoir des réserves de nourriture, de médicaments etc … : voici un papier  où le codécouvreur du virus prévient que «Tout est réuni pour que cela s’emballe», suivi par un autre qui propose des solutions et des recommandations au cas où le pire se produirait …

Depuis le début de l’épidémie , malgré le discours mainstream qui se veut rassurant (Ebola : pourquoi le virus tueur dont nous devrions vraiment avoir peur ne sortira pas des forêts tropicales :  il est déjà sorti des forets tropicales,  les cas hors Afrique se multiplient) , le fait est que l’épidémie est en train de se transformer en pandémie (presque 1/3 des 1500 cas cette dernière semaine ) …  On vous donne un temps d’avance en vous diffusant les bonnes infos : sachez l’utiliser …

Je ne veut pas etre alarmiste , mais la déclaration du  codécouvreur du virus l’est, et les failles de sécurité en Afrique sont telles que je ne pense pas que l’épidémie sera jamais confinée là bas : préparez vous, juste au cas où … et si ça s’arrête et qu’ il ne se passe rien,  tant mieux (= principe de précaution) ; Revue de presse 2013-2014 Z@laresistance (spécial été)

Le professeur belge Peter Piot, codécouvreur du virus Ebola en 1976, a estimé mardi que tout était réuni pour que l’épidémie «s’emballe» et a regretté «la lenteur extraordinaire» de la riposte de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), dans une interview à Libération.

«Jamais nous n’avions connu une épidémie d’une telle ampleur (…). Depuis six mois nous assistons à ce que l’on pourrait appeler une + tempête parfaite +: tout est réuni pour que cela s’emballe», a mis en garde le Pr Piot.

L’épidémie de fièvre hémorragique Ebola, qui a déjà fait près de 1.500 morts, «explose dans des pays où les services de santé ne fonctionnent pas, ravagés par des décennies de guerre. En plus, la population se méfie radicalement des autorités», a-t-il relevé dans le quotidien. «Il faut rétablir la confiance. Rien ne peut se faire dans une épidémie comme celle d’Ebola sans la confiance».

La «lenteur» des institutions dénoncée

Le coordinateur de l’ONU contre le virus Ebola, le Dr David Nabarro, avait déjà prévenu lundi que la lutte contre l’épidémie était une «guerre» qui n’était pas gagnée et pourrait prendre six mois.

Le professeur Piot a également regretté «la lenteur extraordinaire» des institutions. «L’OMS ne s’est réveillée qu’en juillet» alors que l’alerte avait été lancée dès le début du mois de mars et que l’épidémie avait débuté en décembre 2013. «Elle endosse maintenant le leadership, mais il est tard», remarque-t-il.

A la mi-août, des experts réunis par l’OMS ont jugé «éthique» de fournir aux malades des médicaments expérimentaux aux effets secondaires non encore mesurés.

http://www.20minutes.fr/monde/1432323-20140826-virus-ebola-tout-reuni-emballe-selon-professeur-piot

biohazard

Le virus Ebola se répand, et aucune personne d’autorité ne fournit d’informations au public quant au sérieux de la contagion.

Il y a seulement quelques semaines, le Centre pour la prévention et le contrôle des maladies (CPCM) et les médias grand public déclaraient que la contagion n’atteindrait pas les côtes des Etats-Unis. Mais ce matin même, des rapports étaient publiés dans tout le pays par des hôpitaux qui ont admis des patients ayant récemment voyagé en Afrique et présentant des symptômes possiblement liés au virus mortel.

Au Nigéria, ou seules quelques morts ont été officiellement reportées, la communauté médicale a demandé de l’aide sous forme de sérums expérimentaux aux Etats-Unis, ce qui pousse à croire que la situation est bien pire que ce que l’on nous dit.

L’Organisation mondiale de la santé a rapporté une explosion du nombre de cas confirmés au cours de ces 48 dernières heures.

Une analyse des cas confirmés menée par Joshua Krause, du Daily Sheeple, suggère que bien que le virus ait été quasiment éradiqué en avril, il est désormais plus menaçant que jamais et se propage à une vitesse exponentielle.

Ce qui est le plus bizarre et le plus frustrant à propos de tout cela est que ni le gouvernement des Etats-Unis ni les Centres pour la prévention et le contrôle des maladies ne fournissent une quelconque information sur le sujet au public américain. Ils continuent de dire qu’ils disposent des infrastructures nécessaires pour contrer la propagation du virus aux Etats-Unis et de dire que nous n’avons rien à craindre parce que la situation est sous contrôle.

Si ne serait-ce qu’un seul cas se manifestait dans n’importe quelle ville des Etats-Unis, ce discours se retrouverait immédiatement décousu. Si quelqu’un en Géorgie, en Ohio, à New York ou dans n’importe quel autre Etat était admis à l’hôpital et se trouvait être atteint de l’Ebola, nous saurions sans l’ombre d’un doute que les efforts du CPMC ont échoué.

Et si des cas d’Ebola commençaient à se manifester aux Etats-Unis, la population cèderait très vite à la panique.

Voyez la photo ci-dessous. Elle a été prise la semaine dernière à Toledo, une heure seulement après que la ville ait annoncé que ses réserves d’eau avaient été contaminées :

toledo

Voyez comme la moindre goutte d’eau a disparu des étalages.

Imaginez un instant à quoi ressembleront les étalages des magasins, des pharmacies et des quincailleries douze heures après qu’une infection ait été annoncée sur le sol américain.

Les choses se passeront très vite.

Les efforts d’endiguement du CPCM ont jusqu’à présent porté leurs fruits, et peut-être que l’Ebola n’ira pas plus loin. Mais étant moi-même naturellement sceptique face aux capacités de notre gouvernement à mitiger un tel virus, compte tenu notamment du manque d’informations publiées par le CPCM et du gouvernement, je pense possible que l’Ebola commence un jour à se répandre aux Etats-Unis.

Et quand il le fera, le CPCM et le Département de la sécurité intérieure annonceront sans doute un certain nombre de précautions auxquelles nous devrons tous nous plier – qui comprendront une liste de provisions et de stratégies à employer.

Et devinez ce que 300 millions d’Américains décideront de faire en même temps après l’annonce de ces recommandations ? (ne regardez pas plus loin que la catastrophe de Fukushima et la manière dont elle a affecté l’offre et le prix de l’iodure de potassium).

Si vous n’avez pas accumulé de provisions avant que l’état d’urgence soit annoncé, préparez-vous à faire sans.

Si vous voulez vous préparer avant des millions d’autres Américains, je vous conseille de suivre les recommandations ci-dessous. Elles proviennent de sources informées et sont très similaires à celles que publierait le gouvernement dans l’éventualité d’unepandémie aux Etats-Unis.

La professionnelle des services d’urgence, Tess Pennington, qui a écrit The Prepper’sBlueprint, explique que le gouvernement aura des protocoles spécifiques à faire appliquer à l’échelle locale, nationale et fédérale, qui n’excluront pas des fermetures à grande échelle.

Comprendre que nos vies sont susceptibles d’être dramatiquement transformées par une pandémie et se préparer à cette éventualité ne peut que nous aider à faire de meilleurs choix pour le bien-être de notre famille. Voici certains des changements auxquels nous risquerions de faire face :

-Fermetures de magasins et de commerces

-Dislocation de notre infrastructure de base : communications, transports publics, chaines d’approvisionnement

-Suspension des versements de salaire

-Pénurie de personnel dans les hôpitaux et les cliniques

-Interruption des services publics – écoles, bureaux, mais aussi évènements sportifs ou religieux

-Quarantaine volontaire ou involontaire mandatée par le gouvernement

Le système tout entier pourrait se trouver gelé.

The Organic Prepper, et auteur de The Pantry Primer, a décrété qu’en de telles circonstances, il est nécessaire d’adopter une stratégie à la « personne ne sort et personne ne rentre » afin d’être absolument certain qu’aucun membre de votre famille ne puisse être contaminé.

J’ai bien conscience que cela puisse sembler sévère, mais c’est une stratégie absolument nécessaire. Si vous faites des exceptions, vous pourriez tout aussi bien aller vous battre avec des inconnus au nez qui coule dans les rayons de WalMart avant d’aller prendre vos enfants dans vos bras. C’est la même chose.

Une fois que vous vous êtes enfermé, les provisions que vous avez en réserve sont celles avec lesquelles vous devrez faire. Vous ne pourrez plus aller au magasin pour acheter quelque chose que vous avez oublié.

Cela signifie que si un membre de votre famille se présentait à votre porte, il devrait d’abord être mis en quarantaine pendant quatre semaines au moins, pendant lesquelles il ne serait pas autorisé à accéder à l’intérieur de votre maison ou à entrer en contact avec les autres membres de votre famille, ni de sortir dans un lieu public. Organisez une pièce dans votre maison dans laquelle il puisse passer un mois en quarantaine. S’il ne présente aucun symptôme à la fin du mois, autorisez-le à accéder au reste de votre maison.

Cela signifie aussi que vous auriez malheureusement à refuser la présence de quelqu’un de malade, qui pourrait mettre en danger votre famille.

Organisez-vous dès aujourd’hui avec votre groupe et discutez de comment faire face à la situation. Trouverez-vous refuge ensemble, au même endroit, et désignerez-vous une deuxième maison dans laquelle vous réfugiez si la situation venait à s’aggraver ou si quelqu’un tombait malade ? Ou déciderez-vous de chercher refuge séparément du fait de la nature de l’urgence en question ? Parlez-en ensemble, et discutez des évènements suite auxquels vous devrez prendre la décision de vous réfugier. Préparez-vous et ne déviez pas de votre plan, ne vous souciez pas des commentaires de ceux qui pensent que vous allez trop loin, de l’école à laquelle vos enfants ne vont plus, et de toute autre influence extérieure. Si vous avez décidé que le risque est trop élevé et que vous devez vous protégez, faites-le.

Article intégral

Voici une liste de provisions de base tirée de The Organic Prepper, et qui vous aidera à vous préparer à une pandémie :

)

Ces provisions devraient vous être utiles en matière de prévention, particulièrement si vous prenez la décision de rester chez vous.

Nous devons toutefois nous rappeler que certains d’entre nous, pour quelque raison que ce soit, puissent se trouver dans l’obligation de sortir. En partant de ce principe, nous devons nous préparer au pire des scénarios – une infection ou une infection potentielle chez nous.

Si vous devez sortir, voici ce que le personnel médical porte dans des environnements contagieux :

Si vous vous retrouver dans l’obligation de sortir de chez vous, il vous faudra vous protéger au mieux, couvrir vos yeux, vos mains, votre nez et votre bouche.

En plus des masques respiratoires N95 mentionnés plus haut, vous pourriez avoir besoin de masques N100, qui sont plus chers, mais aussi recommandés par l’Organisation mondiale de la santé.

Vous pouvez aussi opter pour un masque intégral. Aussi loin que vos efforts sont concernés, mieux vaut faire d’une pierre deux coups et vous munir d’un masque intégral avec protection nucléaire, biologique et chimique, comme celui de fabrication américaine appelé SGE 400/3. Si vous sortez muni d’un tel masque, assurez-vous de ne pas oublier d’acheter des filtres NBC.

Pour ce qui concerne votre protection à l’intérieur de votre maison, Tess Pennington, de chez Ready Nutrition, recommande l’aménagement d’une « chambre de malades » qui puisse être utilisée pour isoler les éventuelles infections et servir de zone de quarantaine pour les amis et les membres de votre famille susceptibles d’arriver chez vous.

L’aménagement d’une chambre des malades nécessite entre autres :

L’idée est la suivante : vous ne pouvez pas dépendre du gouvernement pour vous fournir des informations précises avant qu’il soit trop tard. Le personnel des services d’urgence sera dépassé, et vous ne pourrez compter que sur vous-même et sur les membres de votre groupe.

Ne vous attendez pas à recevoir une aide extérieure.

Cela signifie que vous aurez besoin d’avoir de la nourriture, de l’eau et d’autres provisions sous la main. Si l’état d’urgence entraînait une suspension générale du système de commerce, vous pourriez avoir à recourir au troc afin d’obtenir d’autres biens nécessaires. Dans une telle éventualité, des métaux précieux seraient aussi nécessaires. Le prix de l’argent sur Silver.com est aujourd’hui d’environ 20 dollars. Il est peut-être temps pour vous d’accumuler quelques Eagles ou quarters et demi-dollars d’avant 1965 – qui contiennent 90% d’argent. Ces instruments commerciaux sont reconnaissables de tous et pourraient vous être utiles.

Préparez-vous dès aujourd’hui. Comme nous l’avons vu par le passé, attendre les annonces du gouvernement pour le faire signifie souvent s’y prendre trop tard.

http://www.24hgold.com/francais/actualite-or-argent-comment-se-preparer-a-l-ebola-avant-que-la-panique-commence.aspx?article=5714723800H11690&redirect=false&contributor=Mac+Slavo.

 
3 Commentaires

Publié par le 27 août 2014 dans général, Santé

 

Tags: , , , , , , , , , , , ,

La médiacratie dans ses œuvres

Permalien de l'image intégrée

Du bon travail chez lupus, comme d’habitude, avec une super revue du maître confucius à la fin ; "nous avons affirmé qu’il était le Président d’une coalition de dominants conduits par la finance et les ploutocrates." Bien envoyé !  Revue de presse 2013-2014 Z@laresistance (spécial été)

Nous nous sommes efforcés de suivre les commentaires de médias sur la démission du gouvernement. Les lignes directrices de ces commentaires sont, soit les analyses en terme de carrière et d’ambitions personnelles, soit des analyses en termes politiciens du type dissolution ou non.

Rien sur le fond du débat à savoir les orientations définies par le Président.

Personne n’a pris la peine de les énoncer, de les clarifier et encore moins de montrer la ligne de partage entre les choix du Président et de Valls et ceux préconisés par les rebelles Montebourg, Hamon ou Filippetti. Personne ne s’est posé la question du contenu de la fameuse "cohérence" maintenant au centre des conversations. Personne n’a tenté d’ébaucher une problématique.

  • Quelle est cette problématique?

Permalien de l'image intégrée

-Hollande s’est rendu compte du fait que la France a un vrai problème de compétitivité qui se manifeste par les déficits extérieurs, les besoins de financement, le potentiel de croissance faible, le chômage, l’affaissement et la régression du pays.

-Ceci est un constat de bon sens, non politique, il s’impose à tous, de droite, de gauche, du centre. Il ne s’impose pas aux extrêmes qui eux, nient les règles du jeu telles que la nécessité de la concurrence et du profit minimum pour survivre économiquement dans un monde ouvert!

-La première des étapes consiste à étudier cette perte de compétitivité relativement à nos partenaires; l’évaluer, la chiffrer en pourcentage, en points de compétitivité. L’étudier historiquement, voir quand elle s’est creusée, accentuée, aggravée. Essayer de la déglobaliser, pour se rapprocher des réalités économiques concrètes, bref affiner.

-Définir les domaines où on veut être plus compétitif, sur quels marchés , vis à vis de qui; bref essayer de s’interroger sur nos atouts, nos points faibles, nos chances de réussite dans les différents domaines. Est-ce que nous avons un avantage en matière de facteur capital, facteur travail qualifié, facteur travail non qualifié, etc.

-Quelle est dans cette perte de compétitivité la part de la surévaluation relative de la monnaie unique imposée à la France ?

-Quel est le lien dialectique, transitif entre la compétitivité, la croissance et l’endettement du pays ?

Nous simplifions la problématique car ce qui est important, ce n’est pas le contenu, mais la démarche.

  • Une fois la problématique posée, un débat sur les moyens doit s’instaurer.

C’est un débat légitime, à la fois politique d’accord, mais surtout économique et financier.

Permalien de l'image intégréeandyouhavepotential

Avez-vous entendu parler de cette problématique, de ce débat sur les moyens, les alternatives, des options? Non bien sûr. Tout est escamoté et escamoté idéologiquement par une affirmation péremptoire : le coût des salaires est trop élevé! Il faut baisser le coût du travail, il faut baisser les salaires réels, les salaires indirects, etc… Aucune question sur tout ce qui constitue la base de la compétitivité d’un pays : la dépense de l’état, le niveau des impôts, le niveau des loyers, le cout de l’alimentation, le cout de la santé, le cout de la formation, le poids des inactifs, … Non il faut attaquer bille en tête et proclamer, déclamer !

Il faut s’interroger sur la question de l’investissement qui est au centre de la reconquête de la compétitivité, sur le niveau des profits en France, sur la distribution des profits entre les différents secteurs, sur le drainage du surproduit par les services, par la banque, par les rentiers et professions protégées. Comment parler de compétitivité sans s’interroger sur l’investissement alors que le seul lien économique prouvé et constant entre la croissance, la productivité et le chômage est précisément ce facteur central, l’investissement?

 

Bayrou, le lamentable Bayrou ne trouve qu’une chose à dire, nous descendons la pente depuis 15 ans et la pente s’accélère. Sa solution c’est la dissolution. Mème chose pour Marine. Quant aux socialistes présents sur les plateaux leur seule question c’est : Y aura -t -il un vote sur la politique générale, une majorité pour faire passer le budget, est ce que la crise risque de déboucher sur une dissolution?

Face à un évènement majeur, jalon important, pierre blanche sur le chemin de la situation politique et économique, voilà ce que l’on propose au public. Le citoyen reste sur sa faim sinon son ignorance.

Permalien de l'image intégréePermalien de l'image intégrée

 

A l’économie, le symbole de la finance! 

Nous avons, dans notre dernier Edito, pris le contrepied de Duflot qui prétend que Hollande n’est le Président de personne; nous avons affirmé qu’il était le Président d’une coalition de dominants conduits par la finance et les ploutocrates. Nous avons suggéré que le remaniement était une décantation, une clarification qui allait faire ressortir plus nettement les orientations de Hollande. 

Les nominations illustrent jusqu’à la caricature notre analyse: 

Permalien de l'image intégrée

A l’économie : 

-Montebourg le productiviste, industrialiste, nationaliste (maladroit et ringard) s’en va

-Macron, de chez Rothschild, financier, moderne, mondialiste le remplace 

A lui seul ce choix est un symbole qui rend inutile toute autre remarque, tout est dit. Le choix révèle, dans sa nudité un peu obscène le sens profond qu’il fallait donner à cette recherche de la cohérence. 

Hollande provoque, car c’est cela, une provocation et impose la logique financière là ou la production était encore comme une sorte de dernier bastion de résistance. C’est à peu la même chose que la nomination par Mitterrand de Fabius pour remplacer Mauroy afin de liquider les canards boiteux de l’industrie française en son temps, dans les années 80.

BRUNO BERTEZ Le Mardi 26 Aout 2014

illustrations et mise en page by THE WOLF

NI PUB, NI SPONSOR, NI SUBVENTION, SEULEMENT VOUS ET NOUS….SOUTENEZ CE BLOG FAITES UN DON

http://leblogalupus.com/2014/08/26/politique-friction-du-mardi-26-aout-2014-la-mediacratie-dans-ses-oeuvres-par-bruno-bertez/

SUR LE FRONT: REVUE DE PRESSE ( Source et Remerciements à Maître Confucius)

 

COLLAPSE UPDATE:  

FRANCE:. Vacances à l’économie…déclin de la presse française…ces particuliers qui vivent des marchés financiers…baisse d’effectif des policiers à Montpellier

http://www.lemonde.fr/economie/article/2014/08/25/les-comportements-anticrise-ont-eu-raison-de-la-saison-touristique_4476109_3234.html

http://www.challenges.fr/media/20140825.CHA6901/la-presse-francaise.html

http://www.lesechos.fr/journal20140826/lec2_finance_et_marches/0203721830566-ces-particuliers-qui-gagnent-leur-vie-en-investissant-sur-les-marches-financiers-1035973.php

http://www.rtsfm.com/actu/1409048484les-policiers-montpellierains-inquiets-du-manque-deffectif

Jacques Sapir sur le remaniement, sur la prochaine dissolution d’ici début 2015, sur les inquiétudes de l’Allemagne

http://www.dailymotion.com/video/x24lfxn_jacques-sapir-vs-cyriaque-dailland-politique-economique-francaise-le-constat-d-arnaud-montebourg-est_news

FRANCE:…plus de ménages exonérés de la taxe d’habitation (= + d’impôts pour les autres)…recul des jeunes accédants à la propriété

http://www.pratique.fr/actu/taxe-habitation-faites-partie-236-000-menages-exoneres-98105.html

http://www.pratique.fr/actu/logement-jeunes-accedants-propriete-tres-net-recul-98792.html

FRANCE:…collectivités furieuses contre la loi Dexia….monter en gamme pour sauver la France…spectre de la faillite…mauvais chiffre du chômage à prévoir…chute des logements neufs…hausse des autoentrepreneurs en juillet….

http://www.lefigaro.fr/conjoncture/2014/08/24/20002-20140824ARTFIG00134-emprunts-toxiques-les-collectivites-furieuses-contre-le-gouvernement.php

http://www.lefigaro.fr/conjoncture/2014/08/24/20002-20140824ARTFIG00138-emprunts-toxiques-l-ain-et-ses-45-de-dette-pourrie.php

http://leseconoclastes.fr/2014/08/france-faire-rapidement-monter-en-gamme-population-active-stopper-decrochage/

http://www.atlantico.fr/decryptage/spectre-faillite-verite-budget-2014-france-arnaud-montebourg-jean-michel-rocchi-jean-marc-sylvestre-1720303.html

http://netzfrauen.org/2014/08/25/chaos-frankreich-die-franzoesische-regierung-ist-zurueckgetreten-pleite-bleibt-pleite/

http://www.lemonde.fr/emploi/article/2014/08/26/francois-rebsamen-previent-que-les-chiffres-du-chomage-seront-mauvais_4476609_1698637.html#xtor=RSS-3208

http://www.leparisien.fr/politique/il-faut-pas-s-attendre-a-ce-que-que-le-chomage-diminue-selon-rebsamen-25-08-2014-4085697.php

http://bfmbusiness.bfmtv.com/france/croissance-deficit-chomage-les-echecs-du-premier-gouvernement-valls-830119.html

http://www.boursier.com/actualites/reuters/ventes-de-logements-neufs-en-repli-de-12-au-2e-trimestre-162005.html

http://bourse.lefigaro.fr/indices-actions/actu-conseils/france-hausse-des-creations-d-entreprises-en-juillet-1844280

Espagne:…dette publique de 1000 milliards

http://www.leblogfinance.com/2014/08/espagne-la-dette-publique-depasse-le-seuil-des-1000-milliards.html

USA:…lancement des robots sécuritaires….robots chez Apple

http://www.youtube.com/watch?v=jYDDDqOosts

http://www.humanite.fr/les-ouvriers-chinois-trop-chers-remplaces-par-des-robots-549110

USA:…Forbes prédit un crash pire que 1930…bulle sur le gaz de schiste

http://www.businessbourse.com/topic.php/14302/Forbes-predit-un-crash-des-marches-pire-qu-en-1930.php#.U_sqH6h_svs

http://www.youtube.com/watch?v=AiebiFXazYI

AFRIQUE DU SUD:…un producteur de platine supprime 5700 postes

http://www.capital.fr/bourse/actualites/lonmin-pourrait-supprimer-5.700-emplois-en-afrique-du-sud-957181

 

 
1 commentaire

Publié par le 27 août 2014 dans économie, général

 

Tags: , , , , , ,

Les aides massives des banques centrales aux grandes banques privées

Mais banques centrales et grandes banques privées ne sont qu’une seule et même entité , une seule et même banque, au final ;  Ceux qui possèdent  la FED par exemple (ses actionnaires), sont ceux qui possèdent les grandes banques privées qui la composent : c’est un faux paradigme, dans ce qui est un immense jeu de vases communicants ;  dans lequel une poignée d’élus jouissent du privilège suprême : celui de la création monétaire ; Revue de presse 2013-2014 Z@laresistance (spécial été )  

Résumé : Depuis l’éclatement de la crise bancaire en 2007, les banques centrales des pays les plus industrialisés prêtent massivement aux banques à des taux d’intérêt très bas afin d’éviter des faillites, permettant aux grandes banques qui en bénéficient d’économiser des sommes considérables en termes de remboursement des intérêts.

La Fed achète massivement aux banques des États-Unis des produits structuréshypothécaires, la BCE n’achète pas jusqu’ici de produits structurés mais elle accepte que les banques les déposent comme collatéraux, autrement dit comme garantie, des prêts qu’elle leur octroie.

Les gouvernements, quant à eux, apportent leurs garanties et injectent massivement des capitaux afin de recapitaliser les banques.

Les banques systémiques savent qu’en cas de problème, du fait de leur taille et du risque que représenterait la faillite de l’une d’elles (« too big to fail »), elles pourront compter sur le soutien des États qui les renfloueront sans sourciller.

Les gouvernements empruntent sur les marchés financiers en émettant des titres de la dettepublique souveraine. Ils confient la vente de ces titres aux grandes banques privées. Les banques bénéficient par ailleurs de baisse d’impôts sur les bénéfices.

De plus, au sein de la zone euro, les banques jouissent du monopole du crédit destiné au secteur public.

À partir de 2007, les gouvernements et les banques centrales des pays occidentaux les plus industrialisés plongés dans la plus grande crise économique depuis les années 1930 ont donné la priorité absolue au sauvetage des banques privées et au système financier qui les entoure (sociétés d’assurances, fonds de placement, fonds de pensions privés…) |1|. Le sauvetage des banques est réalisé aux dépens de l’écrasante majorité de la population (les 99 %). Les pouvoirs publics ont tout fait pour maintenir les principaux privilèges des banques privées et pour laisser intact leur pouvoir. Le coût du sauvetage est énorme : explosion de la dette publique, perte de recettes fiscales, forte restriction des prêts aux ménages et aux PME, poursuite des activités spéculatives et aventureuses qui, dans certains cas, ont nécessité de nouveaux sauvetages coûteux.

Les prêts massifs des banques centrales aux banques privées

Depuis l’éclatement de la crise bancaire en 2007, les grandes banques centrales des pays les plus industrialisés (BCE, Banque d’Angleterre, Fed aux États-Unis, Banque nationale de Suisse, Banque du Japon) prêtent massivement aux banques à des taux d’intérêt très bas afin d’éviter des faillites. Sans cette ligne de crédit illimitée, une grande partie des banques serait en cessation de paiement car les sources habituelles de financement se sont taries, les prêts interbancaires ont fondu (car les banques se méfient les unes des autres), les ventes d’obligations bancaires sont très faibles, et les prêts au jour le jour assurés par les money market funds sont aléatoires (voir encadré). Le cumul des prêts des banques centrales aux banques privées depuis 2007 dépasse de loin la somme de 20 000 milliards de dollars. Comme cette manne de crédits est prêtée à un taux d’intérêt très bas, cela permet aux grandes banques qui en bénéficient d’économiser des sommes considérables en termes de remboursement des intérêts.

Qu’est-ce que les Money Market Funds ?Les Money Market Funds (MMF) sont des sociétés financières des États-Unis et d’Europe, très peu ou pas du tout contrôlées ni réglementées car elles n’ont pas de licence bancaire. Ils font partie du shadow banking, la banque de l’ombre. En théorie, les MMF mènent une politique prudente mais la réalité est bien différente. L’administration Obama envisage de les réglementer car, en cas de faillite d’un MMF, le risque de devoir utiliser des deniers publics pour les sauver est très élevé. Les MMF suscitent beaucoup d’inquiétude vu les fonds considérables qu’ils gèrent et la chute depuis 2008 de leur marge de profit. En 2012, les MMF états-uniens maniaient 2 700 milliards de dollars de fonds, contre 3 800 milliards en 2008. En tant que fonds d’investissement, les MMF collectent les capitaux des investisseurs (banques, fonds de pension…). Cette épargne est ensuite prêtée à très court terme, souvent au jour le jour, à des banques, des entreprises et des États. Dans les années 2000, le financement par les MMF est devenu une composante importante du financement à court terme des banques. Parmi les principaux fonds, on trouve Prime Money Market Fund, créé par la principale banque des États-Unis JP Morgan, qui gérait, en 2012, 115 milliards de dollars. La même année, Wells Fargo, la 4e banque aux États-Unis, gérait un MMF de 24 milliards de dollars. Goldman Sachs, la 5e banque, contrôlait un MMF de 25 milliards de dollars. Sur le marché des MMF en euros, on trouve de nouveau des sociétés états-uniennes : JP Morgan (avec 18 milliards d’euros), Black Rock (11,5 milliards), Goldman Sachs (10 milliards) et des européennes avec principalement BNP Paribas (7,4 milliards) et Deutsche Bank (11,3 milliards) toujours pour l’année 2012. Certains MMF opèrent également avec des livres sterling. Bien que Michel Barnier, commissaire européen en charge desmarchés financiers, ait annoncé vouloir réglementer le secteur, jusqu’à aujourd’hui rien n’a été mis en place. Encore des déclarations d’intention qui ne sont pas suivies d’effet |2|.

L’agence de notation Moody’s a calculé que pendant la période 2007-2009, 62 MMF ont dû être sauvés de la faillite par les banques ou les fonds de pensions qui les avaient créés. Il s’agit de 36 MMF opérant aux États-Unis et 26 en Europe, pour un coût total de 12,1 milliards de dollars. Entre 1980 et 2007, 146 MMF ont été sauvés par leurs sponsors. En 2010-2011, toujours selon Moody’s, 20 MMF ont été renfloués |3|. Cela montre à quel point ils peuvent mettre en danger la stabilité du système financier privé.

En dehors de ces financements directs, les banques centrales utilisent d’autres moyens pour venir en aide aux banques privées.

Ainsi, la Fed achète massivement aux banques des États-Unis des produits structuréshypothécaires (Mortgage Backed Securities). Entre 2008 et début 2014, elle en a acheté pour un peu plus de 1 500 milliards de dollars |4|. En 2012-2013, elle a acheté chaque mois aux banques et aux agences immobilières |5| qui garantissent les crédits hypothécaires pour 40 milliards de dollars de ces produits largement toxiques, afin de les soulager de ce fardeau. Fin 2013, elle a commencé à réduire ces achats qui s’élevaient en mars 2014 à 35 milliards de dollars par mois. En octobre 2014, la Fed détiendra 1 700 milliards $ de MBS soit environ 21 % du volume total de ces produits toxiques |6| . C’est énorme.

La BCE n’achète pas de produits structurés mais elle accepte que les banques les déposent comme collatéraux, autrement dit comme garantie, des prêts qu’elle leur octroie. Pendant la période 2010-2013, la quantité de produits structurés (ABS) déposés par les banques auprès de la BCE a oscillé entre 325 et 490 milliards d’euros.

La BCE achète également des obligations (covered bonds) émises par les banques privées pour se financer |7|. Il s’agit d’une aide fort importante de la BCE aux banques qui rencontrent de graves problèmes pour se financer sur les marchés. Cette aide est carrément passée sous silence dans les médias. Depuis l’éclatement de la crise, la BCE a acheté pour 76 milliards d’euros de covered bonds, 22 milliards sur le marché primaire et 54 milliards sur le marché secondaire. Il faut souligner que la BCE a acheté notamment des covered bonds qui ont une mauvaise notation (BBB-), ce qui veut dire que les agences de notation n’avaient pas confiance dans la santé des banques qui les ont émis. À la date du 18 mars 2014, la BCE détenait pour 52 milliards d’euros de covered bonds des banques. C’est un montant très important si on le compare au volume des émissions de ces obligations par les banques. En 2013, il ne s’est élevé qu’à 166 milliards d’euros, en chute de 50 % par rapport à 2011 |8|.

Partie 2  ICI

http://www.mondialisation.ca/les-aides-massives-des-banques-centrales-aux-grandes-banques-privees/5397429

 
Poster un commentaire

Publié par le 27 août 2014 dans économie, général

 

Tags: , , , , , , , , , , ,

Dévaluation massive des monnaies papier – 777, Kondratiev et la crise de 2000-2021

maplle

Bonne analyse de léonoard Sartoni : Nous avons en effet passé depuis longtemps le point de non-retour et a un moment , ce moment approche vite, ça va faire mal, de plus en plus mal…. comme quand on saute du haut d’un building (ce que nous avons fait) , on peut avoir l’impression de léviter un peu au début (bulles)  mais l’attraction finira par faire son travail (crash) ; Par contre pas d ‘accord sur l’interprétation du message de Lagarde et du chiffre 7, on en a longuement parlé …  Revue de presse 2013-2014 Z@laresistance (spécial été)

En mars 2000, le début de l’effondrement de la bulle sur les actions TMT (Technologie-Media-Telecoms) marquait l’entrée dans la grande vague corrective hivernale de Kondratiev, après des années de spéculation boursière effrénée et des valorisations historiques qui n’ont jamais plus été atteintes depuis.

 

Source: http://longwavegroup.com/principle/longwave_principle/longwave_principle.php

 

Depuis, la Fed a combattu par tous les moyens possibles l’installation de la vague corrective, car l’ampleur de la dette est telle que laisser se produire une déflation conduirait à une catastrophe sans précédent. Nous avons en effet passé depuis longtemps le point de non-retour, et la seule solution pour la Fed est de dévaluer massivement le dollar, quitte à créer une nouvelle devise pour cela.

 

 

Ces trois périodes pivots 2000/2001, 2007/2008 et 2014/2015 sont séparées de 7 ans chacune, comme le montre le graphique de Ian Gordon ci-dessous :

 

 

A chaque pic 2000 et 2007, l’argent facile de la Fed nourrit la spéculation (actions ou immobilier) et chaque fois cela a correspondu à l’entrée dans une nouvelle crise. En 2014 la spéculation est de retour et bien visible sur le marché action mais aussi sur des marchés plus petits comme la monnaie spéculative bitcoin (pic de la bulle très probablement atteint en décembre 2013) ou le marché de l’art.

 

 

 

777

Lorsque le Dow Jones s’est effondré le 29 septembre 2008, il affichait « -777,7 », la plus forte baisse journalière en points de l’histoire, et faisait référence au score miraculeux d’un « bandit manchot » de Las Vegas ! Le signe mathématique « – » placé devant les 777,7 disait bien que les banquiers de Wall Street Casino n’avaient pas touché le méga jackpot de l’histoire, mais venaient d’aligner des chiffres fatidiques pour leur destin.

Un journaliste français, Pierre Jovanovic, a écrit un livre intitulé « 777 » sur la chute de Wall Street, inspiré par cet événement. Mais les coïncidences ne s’arrêtent pas là en ce qui me concerne. Sans m’en rendre compte, car n’ayant absolument aucune affinité avec la numérologie, j’ai écrit la préface de la première édition de mon livre sur la crise financière 2008-2015, le 7 septembre 2007. En français, le mot « septembre » contient l’écriture du chiffre 7 « sept ». De nouveau, les 777 apparaissaient comme un signal subconscient et mon livre allait se référer à la seconde période de crise de 7 ans.

Le chiffre 7 est très particulier et souvent cité dans les religions, en particulier dans le livre de Josué qui raconte la prise de la ville de Jéricho, une des villes les plus riches du monde. Pierre Jovanovic remarque que la muraille de la ville de Jéricho est tombée lorsque les 7 prêtres sonnant leurs 7 trompettes ont fait 7 fois le tour de la ville au 7ème jour, et que Wall Street (Rue du Mur en français), marquée du 777,7 pourrait subir le même sort avec un peuple révolté qui n’a plus rien à perdre. Tout cela doit être pris sous son aspect symbolique. Wall Street est aujourd’hui la place financière la plus forte du monde et d’une certaine manière dirige le monde. Wall Street est le Jéricho des temps modernes et le -777,7 est de très mauvais augure.

 

 

« Occupy Wall Street » est un premier jet de pierre et apparaît comme un siège autour des murailles de la place financière.

 

 

Le prochain mouvement de révolte ne sera sans doute pas aussi pacifique. On voit aussi apparaître cette année des mouvements en Allemagne pour fermer la Fed, vue comme le « cancer de base qui infecte la planète entière ». Ces mouvements contre Wall Street et la Fed ont de fortes chances de prendre de l’ampleur et de dégénérer si l’économie mondiale devait connaître un nouvel accès de faiblesse, avec comme conséquence une augmentation des travailleurs pauvres et des bénéficiaires d’assistance alimentaire (food stamps, dont les coûts sont passés de $40 milliards en 2008 à $80 milliards en 2013). En Europe, les taux de chômage dépassant les 25% pour l’Espagne et la Grèce risquent de s’étendre à d’autres pays faibles du continent et d’aboutir à de nombreux mouvements de révolte, qui pourraient également dégénérer.

Coïncidence encore ? Au mois de janvier 2014, La présidente du FMI, Madame Christine Lagarde, fait un discours pour le moins surprenant sur la signification du chiffre 7 et sur l’importance de la date charnière de 2014 (=2+0+1+4=7), du G7 (G = 7ème lettre), et du 70ème anniversaire des accords de Bretton Woods. Je ne pense pas que le message de Lagarde soit codé comme le dit la vidéo ci-dessous. Elle espère juste un prochain cycle de 7 années prospères 2015-2021, et tente au contraire de décoder, du mieux qu’elle peut, ce que lui souffle son subconscient. Je pense qu’elle a raison sur le timing des cycles, mais qu’elle se trompe complètement sur la nature du cycle suivant.

2014/2015 est effectivement une période charnière de la longue vague corrective de K qui a débuté en 2000/2001, sensé purger l’économie de l’excès de dette. Lagarde dit à ce propos « on a laissé le grand froid paralysant derrière nous », mais le froid paralysant de l’hiver de K va malheureusement se poursuivre jusqu’à ce que le problème de la dette soit définitivement réglé. Je pense que le prochain cycle de 7 ans sera le pire des trois, parce qu’il devra s’en prendre à la source de tous les maux : le système monétaire et financier, et parce qu’il devra aboutir aux réformes nécessaires qui ont été repoussées jusqu’ici. Il faut s’attendre à un krach historique des marchés actions en 2014 ou 2015, et plus tard, à un effondrement du dollar. Mais peu importe le déclencheur, une rechute est inévitable. La présidente du FMI le dit elle-même : « La crise n’est pas terminée », et aucune reprise économique véritable ne pourra voir le jour sans que cette crise ne termine le job qu’elle a commencé.

 

 

> LIRE LA PARTIE II

https://www.goldbroker.com/fr/actualites/777-cycles-kondratiev-crise-2000-2021-566

 
Poster un commentaire

Publié par le 27 août 2014 dans général, or et argent métal

 

Tags: , , , , , , , , , , , , , ,

 
Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 355 autres abonnés

%d bloggers like this: